Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Usine de produits chimiques (unité de fabrication thiochimique) de la société Arkema

Dossier IA64002432 réalisé en 2012

Fiche

Précision dénomination unité de fabrication thiochimique
Appellations Usine de la société Arkema
Parties constituantes non étudiées bâtiment administratif d'entreprise, réservoir industriel, aire des produits manufacturés, magasin industriel
Dénominations usine de produits chimiques
Aire d'étude et canton Bassin de Lacq
Adresse Commune : Lacq
Cadastre : 2015 AK 70;72;108;147;149;154;156 Unités techniques.
Adresse Commune : Mont
Cadastre : 2015 AC 326 La parcelle contient les bâtiments administratifs de direction.
Précisions

L'usine de produits chimiques de la société Arkema comprend des bâtiments administratifs et des unités de fabrication installés sur la plate-forme Induslacq. Cette dernière est l'héritière des unités thiochimiques de la Société nationale des Pétroles d'Aquitaine (SNPA) -regroupant une usine d'extraction, une usine de soufre et une raffinerie de pétrole- qui s'est implantée sur un terrain de 250 hectares de la commune de Lacq suite à la découverte en 1951 d'un gisement de gaz particulièrement riche en soufre. AInsi, dès l'aménagement de la plate-forme en 1957, il est prévu de traiter le gaz acide dans des unités dédiées à la chimie du soufre (discipline appelée "thiochimie"). Ces unités, constituées de réacteurs, de fours, de chaudières et de canalisations sont aménagées à l'air libre dans la moitié est de la plate-forme et fonctionnent à partir de 1959. Le premier composé thio-organique produit est alors le méthylmercaptan utilisé comme odorisant du gaz naturel. Entre 1989 et 1991, les unités s'étendent et en 2010 une nouvelle salle de contrôle de la zone thiochimie est implantée au coeur des installations techniques. Aujourd'hui, les bureaux sont abrités dans une partie des bâtiments administratifs construits pour la SNPA par le cabinet d'architectes parisiens André et Pierre Dufau vers 1957 au nord-ouest de la plate-forme Induslacq. La zone technique comprend un magasin industriel, une aire des produits manufacturés, des réservoirs industriels et huit unités de fabrications permettant de mettre au point notamment des produits pharmaceutiques, des produits utiles au secteur de la pétrochimie, des odorisants pour le gaz et des produits intermédiaires dédiés à l'alimentation animale. L'unité dite "Amont Lactame" est ainsi exemplaire. Celle-ci permet la fabrication des principales matières premières du Lactame, un monomère d’un polyamide produit sur le site Arkema de Mont (à quelques kilomètres de Lacq) et de Serquigny, en Normandie. Pour ce faire, trois sous-unités fonctionnent de manière coordonnée dont la première fabrique un produit intermédiaire appelé oléum. Pour ce dernier, le soufre liquide est acheminé puis pompé dans un brûleur afin de donner du dioxyde de soufre qui est oxydé dans un convertisseur. Le produit obtenu passe alors dans un échangeur afin de refroidir avant de cheminer dans deux colonnes d’absorption pour être mis en solution conformément à la formule chimique de l'oléum.

Au gré des changements de raison sociale intervenus sur la plate-forme, les unités de thiochimie appartiennent successivement à la Société nationale des pétroles d'Aquitaine (SNPA), puis à partir de 1971 à Aquitaine Total Organico, filiale d'Elf Aquitaine et de Total, puis, à partir de 1983 à Atochem, puis à Atofina à partir de 2000 et actuellement à Arkema.

Période(s) Principale : 3e quart 20e siècle
Principale : 4e quart 20e siècle
Dates 2010, daté par tradition orale
1957, daté par source
Auteur(s) Auteur : Dufau André, ingénieur, attribution par source
Auteur : Dufau Pierre,
Pierre Dufau (1908 - 1985)

DPLG, prix de Rome


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source

Les bureaux de la société Arkema sont installés dans les bâtiments initialement conçus pour la SNPA. Ils se composent en deux édifices perpendiculaires reliés par une passerelle au premier étage. Le premier, orienté nord-sud est doté de trois étages carrés, de 38 travées avec fenêtres et d'un toit terrasse tandis que le second, qui lui est perpendiculaire, ne compte qu'un étage avec 11 travées constituées de larges baies à l'étage et un toit à un pan. Le rez-de-chaussée arbore des pans de murs en pierre d'Arudy (calcaire marbrier des Pyrénées) sous une galerie couverte soutenue par des piliers en béton qui entoure le bâtiment. Le premier bâtiment était dédié aux laboratoires de la SNPA, le second à la direction générale. D'abord doté de 18 travées, le premier bâtiment a connu une extension au cours des années 1960. Face à cette extension on trouve un petit bâtiment d'accueil, sans étage, avec une large baie vitrée et doté d'un toit à deux pans inversés. Le principal matériau de gros œuvre de l'ensemble est le béton armé.

Au niveau des unités techniques, le seul bâtiment est une salle de contrôle de la zone thiochimie. Les huits unités thiochimiques étant essentiellement constituées de réacteurs, de colonnes d'absorption, de fours et de chaudières à l'air libre.

Murs béton béton armé
calcaire marbrier
Toit béton en couverture (?)
Plans plan rectangulaire régulier
Étages 3 étages carrés
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures terrasse
toit à un pan
toit à deux pans
Escaliers
Techniques
Statut de la propriété propriété d'une société privée,
Éléments remarquables bâtiment administratif d'entreprise, laboratoire

Références documentaires

Documents d'archives
  • Demande d’autorisation d’ouverture d’établissements classés destinés à la fabrication du Ter Dodécyl Mercaptan (TDM), 1962.

    Archives municipales, Lacq : 5 J 8
  • Unité de fabrication d’acide sulfurique à Lacq - Dossier technique, 1963

    Archives municipales, Lacq : 5 J 10
  • Création de bâtiments de bureaux par le cabinet Trait d'Axe, 1998.

    Archives municipales, Lacq
Bibliographie
  • MAISON-SOULARD Laetitia, BELTRAN Alain, BOUNEAU Christophe. Le bassin de Lacq : métamorphoses d'un territoire. Pessac: Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine, 2014 (Cahiers du Patrimoine ; 105).

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine - Maison-Soulard Laetitia