Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Usine de produits chimiques Aquitaine Plastique, puis Atochem, puis Atofina, actuellement Arkema

Dossier IA64002425 réalisé en 2012

Fiche

  • Vue d'ensemble du site
    Vue d'ensemble du site
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • aire des matières premières
    • aire des produits manufacturés
    • entrepôt industriel
    • magasin industriel
    • réservoir industriel
    • bâtiment administratif d'entreprise

Á rapprocher de

Voir

Appellations Aquitaine Plastique, Atochem, Atofina, Arkema
Parties constituantes non étudiées aire des matières premières, aire des produits manufacturés, entrepôt industriel, magasin industriel, réservoir industriel, bâtiment administratif d'entreprise
Dénominations usine de produits chimiques
Aire d'étude et canton Bassin de Lacq
Adresse Commune : Mont
Cadastre : 2015 BI 0047;0053-0056

Après le démarrage en 1957 de la plate-forme de Lacq qui produit des hydrocarbures, est créée en 1962 à Mont, à 4 km au nord ouest de Lacq, une nouvelle plate-forme consacrée à la fabrication de plastiques (polystyrène et polyéthylène) à partir des ressources de Lacq. Sur le site, le plus ancien bâtiment est un corps de ferme datant de 1742 aujourd’hui désaffecté, autrefois utilisé par les organisations syndicales et une association d’anciens employés. En 1962 est construit le premier bâtiment d'Aquitaine Plastique, dédié à l’administration. Les installations techniques sont, elles, mises en place au gré des avancées techniques et des rapprochements de sociétés tout en étant constamment modernisées. Ainsi, en 1963 est inaugurée l’unité de fabrication de polystyrène puis en 1964 deux lignes de polyéthylène haute pression (PEhp) adaptées pour la production de copolymères éthylène acétate de vinyle (EVA). Après la fusion avec Organico, une unité démarre en 1970 la fabrication du Lactame 12, monomère du polyamide 12 Rilsan à partir de matières produites sur la zone thiochimique de Lacq. Poursuivant une logique de diversification à partir des produits obtenus sur place, la société devenue Atochem engage dans les années 1980 la production de poudres de polyamide appelées Orgasol, fabriquées par polymérisation ou copolymérisation du Lactame. Aujourd’hui, le site est la propriété d’Arkema, société née de la réorganisation d’Atofina, la branche chimie du groupe Total, en 2004. Devenue indépendante de Total en 2006, Arkema poursuit son développement sur Mont avec notamment l’installation en 2010 d’une unité « Pilote » de fabrication de nanotubes de carbone, les matières premières provenant d’Abengoa Bioenergy France, usine impliquée dans la production de biocarburants, implantée sur la plate-forme Induslacq depuis 2007. En 2012, 250 personnes travaillent sur les 28 hectares de la plate-forme de Mont.

Période(s) Principale : 3e quart 20e siècle
Principale : 4e quart 20e siècle
Secondaire : 3e quart 18e siècle
Dates 1962, daté par source
1963, daté par source
1970, daté par source
2010, daté par source
1742, daté par source

La plate-forme de Mont regroupe différentes structures : des bâtiments administratifs, des bâtiments de stockage et des unités de production. Les deux barres de bâtiments administratifs sont perpendiculaires, chacune dispose d'un étage carré, d'un toit terrasse et d'un pan de mur en pierre d'Arudy (calcaire marbrier des Pyrénées). Les bâtiments de stockage et les magasins se présentent sous la forme de longues halles à toit à deux pans ou de silos. Quatre unités de production sont réparties sur la plate-forme dans lesquelles on trouve principalement des canalisations, des colonnes de distillation et des réacteurs. Sur l'unité de fabrication du Lactame 12, principal produit de l'usine, les matières premières provenant de Lacq sont acheminées par pipe-line. Le mélange est envoyé dans un réacteur où il est soumis à une irradiation UV. Cette réaction photochimique conduit à une oxime à laquelle on fait subir une transposition de Beckman (séparation des cristaux et des liquides). Le produit résultant subit ensuite une dissolution, passe dans une essoreuse, puis dans un fondoir et enfin dans des colonnes de distillation. A la fin de la distillation, le produit subit une hydrogénation sur nickel. L’ensemble de l’installation qui permet ce procédé industriel a été installé en 1970, puis constamment amélioré et renouvelé. L’état actuel date de 2001.

Murs béton béton armé
pierre moellon
Toit béton en couverture, acier en couverture
Plans plan rectangulaire régulier
Étages 1 étage carré
Couvrements
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures terrasse
toit à longs pans
Statut de la propriété propriété d'une société privée

Références documentaires

Périodiques
  • POINSOT Yves. « L’évolution géographique récente du bassin de Lacq : redéploiement industriel et facteurs environnementaux », Revue Géographique de Lyon, 1996, vol. 71, n° 1.

    p.55-64
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Maison des Sciences de l'Homme d'Aquitaine - Maison-Soulard Laetitia