Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Tunnel ferroviaire de Muratel

Dossier IA24001481 inclus dans Voie ferrée réalisé en 2011

Fiche

Á rapprocher de

Précision dénomination tunnel ferroviaire
Appellations de Muratel
Dénominations tunnel
Aire d'étude et canton Vallée de la Vézère - Terrasson-Lavilledieu
Adresse Commune : Beauregard-de-Terrasson
Lieu-dit : Muratel
Cadastre : 1988 B2 981

L'avant-projet de ligne, qui est présenté par les ingénieurs Liébeaux et Fargandie dès 1874, entre dans le cadre du plan Freycinet (loi de juillet 1879) visant au développement des lignes d'intérêt local. Une enquête parcellaire est menée par les ingénieurs Mouret et Roman en 1884. Le tunnel de Muratel (deuxième partie du lot n° 9) est percé entre 1893 et 1895 par les entrepreneurs Diricq et Chaux, supervisés par l'ingénieur des Ponts et Chaussées Marchat.

Situé sur la section d'Hautefort à Condat de la ligne Nontron-Sarlat, le tunnel permet le franchissement d'un méandre de l'Elle, affluent de la Vézère, à travers la colline de Muratel et fait suite au viaduc de Muratel. Les millésimes "1893" et "1895" sont gravés, ainsi que le lieu-dit "Muratel", dans des cartels maçonnés sur les têtes d'entrée et de sortie. Dans le descriptif des ouvrages réalisés, dossier remis à la compagnie d'Orléans en 1906, le tunnel de Muratel est présenté comme ayant "exactement 215m de longueur entre les têtes, dont 6m,69 en alignement à la tête d'entrée et 208m,31 en courbe de 300m de rayon. La pente longitudinale est de 0,015 [m] vers Condat. Le revêtement du souterrain, pour la voûte, est de 0m,50, sauf sur 17m,00 à la tête d'entrée et 35m,00 à la tête de sortie, où il est de 0m,60. L'épaisseur du revêtement des piédroits est de 0,40. Les parties mouillées ont été traitées comme celles du souterrain des Côtes, drainages, chape, feuille de zinc et joints creux. Les eaux sont évacuées par un aqueduc longitudinal placé sur le côté gauche du souterrain. La section de l'aqueduc est de 0,30/0,40 [m]. Il a été réservé dans ce souterrain 8 niches de refuge, dont 4 à gauche et 4 à droite. Les têtes sont terminées par des murs en aile légèrement évasés et inclinés au fruit de 1/10. Ces murs sont terminés par des dés en pierre de taille. Le dessus des têtes est recouvert d'une chape en mortier et garni à pierres sèches. Cette pierre sèche supporte elle-même un pavage en moellons à bain de mortier. Les eaux recueillies par ce pavage sont conduites dans l'aqueduc du souterrain par des gargouilles et des conduits noyés dans les maçonneries".

La ligne de chemin de fer est ouverte aux voyageurs le 15 octobre 1899. Elle est suspendue le 26 février 1917 et les rails sont prélevés pour les besoins de l'armée. La ligne est remise en service le 5 janvier 1920 puis fermée le 15 mai 1939. Elle est définitivement déclassée le 3 novembre 1941, le tunnel de Muratel est désaffecté depuis. Sa chaussée a été goudronnée pour l'accès aux véhicules lors du chantier de l'autoroute A 89 et la construction du viaduc de l'Elle, à 1,5 kilomètres plus au nord.

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle
Dates 1893, porte la date, daté par source
1895, porte la date, daté par source
Auteur(s) Auteur : Mouret Georges-Ernest,
Georges-Ernest Mouret (1850 - )

Ingénieur ordinaire des Ponts et Chaussées. Retraité en 1919.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
ingénieur des Ponts et Chaussées, attribution par source
Auteur : Roman E.,
E. Roman

Ingénieur ordinaire des Ponts et Chaussées.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
ingénieur des Ponts et Chaussées, attribution par source
Auteur : Marchat,
Marchat

Ingénieur des Ponts et Chaussées


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
ingénieur des Ponts et Chaussées, attribution par source

Le souterrain, long de 215 mètres, présente une section en forme de fer à cheval. Le parement interne est dressé en appareil polygonal au niveau des piédroits. En hauteur, ceux-ci laissent place à une voûte en petit appareil régulier, l'ensemble est réalisé en pierre calcaire de Chancelade. Les millésimes 1893 et 1895 sont affichés, ainsi que le lieu-dit Muratel, dans des cartels maçonnés sur les têtes d'entrée et de sortie.

Murs calcaire pierre de taille
Couvrements voûte en berceau plein-cintre
États conservations désaffecté
Statut de la propriété propriété de la commune

Références documentaires

Documents d'archives
  • "Viaduc de Muratel, Chemin de fer de Nontron à Sarlat, section d'Hautefort à Condat, enquêtes parcellaires, commune de Beauregard, D II 1 : plan général au 1/10000e, D II 2, profil en long, DII 3 : plan parcellaire au 1/1000e". Dessin, encre, par G.-E. Mouret, 1884.

    Archives départementales de la Dordogne : S 1457
Documents figurés
  • "Viaduc de Muratel, ligne de Nontron-Sarlat, section d'Hautefort à Condat, remise à la Compagnie des chemins de fer d'Orléans". Dessin, encre, par Boulzaguet, 1906.

    Archives départementales de la Dordogne : S 1517
Périodiques
  • MARABOUT Vincent. "Par monts et vaux : Muratel et le chemin de fer", Mémoire de Beauregard, La revue de la section Histoire et Patrimoine du Foyer laïque, n°2, avril 2013, p. 7-9.

(c) Conseil départemental de la Dordogne ; (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Marabout Vincent