Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Tour porte, dite Tour quarrée

Dossier IA24003130 inclus dans Bastide de Monpazier réalisé en 2014

Fiche

Appellations Tour quarrée
Destinations prison
Dénominations tour porte
Aire d'étude et canton Monpazier (commune) - Monpazier
Adresse Commune : Monpazier
Adresse : place dite Foirail sud
Cadastre : 1845 SU 519, 520 ; 1986 AC 148

La tour porte semble avoir été construite à la fin du 13e siècle ou au début du 14e siècle. Les textes de l'administration publique signalent que l'édifice était, en tous cas au 18e siècle, la prison communale (lettre des consuls à l'Intendant, 1739). Plusieurs descriptions, assorties parfois de devis pour réparations, en précisent la structuration intérieure : trois niveaux, un escalier en bois, une "basse fosse". Elles indiquent par ailleurs qu'à cette époque la tour porte était partiellement ruinée (plancher pourri, charpente découverte). L'accès sud, côté campagne, de même que les ouvertures des étages procèdent d'un réaménagement intervenu à la fin du 18e ou au début du 19e siècle.

Période(s) Principale : limite 13e siècle 14e siècle
Secondaire : limite 18e siècle 19e siècle , (?)

La tour porte enjambe l'extrémité sud de la rue Saint-Jacques. Ses maçonneries présentent un moyen appareil de pierre de taille. Le bâtiment est constitué de trois niveaux : le premier comprend l'accès fortifié à la ville, ainsi que l'accès à l'intérieur de l'édifice (rez-de-chaussée et entresol). Le passage voûté présente le même appareil défensif que dans les tours nord : rainures de herse, rainures de vantaux, seconde rainure de herse. Le mur nord du bâtiment, côté bastide, conserve la trace d'une baie en plein-cintre dont la raison d'être n'est pas établie. L'entresol accueille une cheminée droite, formée de jambages en calcaire blanc et d'un linteau en bois. Le second niveau (premier étage carré), qui repose sur l'extrados de la voûte du passage, est doté d'une cheminée identique, également adossée au mur ouest et dont le conduit est parallèle au premier. Le dernier niveau correspond au comble à surcroît.

Murs calcaire moyen appareil
Toit tuile plate, tuile creuse
Étages entresol, 1 étage carré, comble à surcroît
Couvertures toit à longs pans brisés croupe
Statut de la propriété propriété d'une personne privée
Protections inscrit MH, 1936/10/16
Précisions sur la protection

Porte de ville fortifiée, au Sud de la rue Saint-Jacques (AC 148) : inscription par arrêté du 16 octobre 1936.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Réparations de la halle, de la prison et de la fontaine, 1705-1770.

    Archives départementales de la Gironde : C 966
Bibliographie
  • L'HONNEUR R. (docteur). Monpazier : logis, gens et faits d'autrefois. Monpazier : s.d. [vers 1950].

  • PONS Jacques. La bastide de Monpazier : Document final de synthèse : la bastide de Monpazier. 1997, 2 vol.

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Commune de Monpazier - Quost Baptiste