Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Cimetière

Tombeau de J.-B. Pradeu (sarcophage et stèle)

Dossier IM40004327 réalisé en 2012

Fiche

Dénominations tombeau
Appellations de J.-B. Pradeu
Aire d'étude et canton Dax nord
Adresse Commune : Saint-Paul-lès-Dax
Adresse : rue Abbé-Bordes , avenue Napoléon-Ier
Emplacement dans l'édifice allée G
côté ouest
concession 31

Les Pradeu étaient une famille d'éditeurs dacquois. La tombe fut sans doute érigée après la mort de leur jeune héritier Jean-Baptiste (1850-1869). La statue allégorique de la Douleur est l’œuvre du sculpteur Aristide Belloc (Nantes 1827-vers 1913), élève de Rude, actif à Niort dans la seconde moitié du XIXe siècle, qui sculpta en 1877 le tombeau de Mgr Épivent, évêque d'Aire et de Dax, dans la basilique de Buglose (réf. IM40004635).

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle
Dates 1869
Lieu d'exécution Édifice ou site : Poitou-Charente, 79, Niort
Auteur(s) Auteur : Belloc Aristide,
Aristide Belloc (1827 - 1888/1908)

Sculpteur né à Nantes le 23 août 1827, mort entre 1888 et juillet 1908 (dates des premier et second mariages de son fils), fils d'Aristide Philémi Belloc et de Jeanne Eugénie Rousseau. Il épouse à Saint-Paul-lès-Dax, le 6 juillet 1858, Françoise dite Francine Lamaison (Laurède 1829 - ?), nièce du Père Antoine Lamaison, supérieur du sanctuaire marial de Buglose près de Dax, et belle-sœur depuis 1854 du sculpteur bordelais Vincent Saint-Sébastien (1829-?).

Élève des sculpteurs nantais Suc et Grootaers, puis de Rude, Aristide Belloc fut d'abord actif dans sa ville natale, où il travailla pour le Théâtre, pour plusieurs églises et pour l’hôtel de Ville (tête colossale de Judith), œuvra ensuite à Bordeaux dans les années 1850 (deux Renommées tenant les armes de la ville au Grand-Théâtre), avant de s'installer à Perpignan (où il semble faire faillite en 1866-1867), à Angers (rue des Deux-Haies, où naît sa fille Eugénie Néméa en juin 1870), à Niort (avant 1877), enfin à Reims (50, rue du Faubourg de Laon), où il est signalé en 1885 (renseignements biographiques communiqués par l'abbé Dominique Bop, 2019). Il exposa à Toulouse en 1858 et à Bordeaux en 1859. Sur l'artiste, voir : Émile Maillard, L'art à Nantes au XIXe siècle (E. Monnier, 1888), et Pauline Carminati, "Enquête sur la vie et l’œuvre du sculpteur Aristide Belloc", Raffl & Cie [en ligne], 08/08/2017. URL : https://raffl.hypotheses.org/810 (consulté le 09/11/2017).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur

La tombe est composée de deux sarcophages jumelés sur un même soubassement recouvrant le caveau. Le sarcophage de gauche, plus complexe, est fermé par un couvercle en bâtière et flanqué à la tête et au pied de deux stèles, celle de la tête percée d'une niche circulaire et couronnée d'une statue en ronde bosse. La niche ronde abritait peut-être un portrait en médaillon du défunt.

Catégories taille de pierre, sculpture
Structures plan, rectangulaire revers sculpté
Matériaux calcaire, mouluré, décor en haut relief, décor en ronde bosse
Iconographies femme, allégorie, douleur, torche
ornementation, couronne végétale
Précision représentations

Décor du sarcophage de gauche : au sommet de la stèle, sur un socle en forme de chapiteau, une statue allégorique de la Douleur, figurée sous les traits d'une femme éplorée, une main sur le cœur, l'autre tenant une torche renversée ; sur le couvercle, deux couronnes d'immortelles sculptées en haut relief.

Inscriptions & marques épitaphe, gravé
signature, gravé
Précision inscriptions

Epitaphe gravée sur le couvercle du sarcophage de gauche (en partie effacée) : ICI REPOSE / J-B PRADEU / DE[CEDE] LE 9 MARS 1869 / A L'AGE DE 19 ANS / laiss[ant] au désespoir / sa malheureuse Famille / et ceux [qui] l'ont connu / PRIEZ POUR LUI. Signature (sur le socle de la statue, à droite) : BELLOC.

États conservations manque
Précision état de conservation

Il manque sans doute un portrait en médaillon dans la niche ronde de la stèle.

Statut de la propriété propriété privée
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe