Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Église paroissiale Saint-Pierre-aux-Liens

Tableau : Vierge de pitié

Dossier IM40006054 réalisé en 2014

Fiche

Dénominations tableau
Titres Vierge de pitié
Aire d'étude et canton Mugron
Adresse Commune : Nerbis
Emplacement dans l'édifice vaisseau principal, mur nord

Ce tableau, fait rare pour une peinture chalossaise d'Ancien Régime, est documenté dans les archives de la paroisse. Une "Reddition des comptes de Bathélemi Darzacq, marguillier de l'église de Nerbis", en date du 27 août 1753, signale en effet : "Plus payé le six janvier 1750 au Sr Megriny, peintre, pour avoir fait le tableau de Notre Dame de pitié et avoir reparé le tableau de la chapelle de St Jean, soixante six livres". La toile conservée porte bien une signature, malheureusement partiellement repeinte et dénaturée lors de l'une de ses restaurations ("Negrino pitore depinto"), qui atteste son identité avec le tableau de 1750. Le nom de Megriny, peut-être déjà corrompu par le marguillier Darzacq, n'est pas davantage connu en Chalosse. Il pourrait s'agir de la forme francisée d'un patronyme italien, la présence d'artistes transalpins dans les Landes méridionales étant attestée dès le XVIIIe siècle.

L'œuvre, probablement inspirée d'une estampe de piété (le geste de monstration de la Vierge dérive peut-être de la célèbre gravure de Marcantonio d'après Raphaël), est signalée par la suite dans les inventaires successifs des biens de la fabrique : ceux du 3 mai 1885 ("55. un tableau de N.D. de la Pitié, remis à neuf, médiocre") et du 12 février 1906 ("un tableau représentant la Descente de croix, de 2m50 de h. sur 1m50 de la., sur toile peinte, sans valeur artistique"). En mauvais état en 1992 (grande déchirure médiane sur toute la hauteur, forts encrassement et chanci), la toile a été restaurée à l'occasion de la réfection générale de l'intérieur de l'église en 2000-2002.

Cette Vierge de pitié est le seul tableau actuellement conservé dans l'église de Nerbis, mais les archives de la fabrique mentionnent toutefois plusieurs autres toiles aujourd'hui disparues : un Baptême du Christ réparé par le même Megriny en 1750 et que l'on retrouve sans doute dans l'inventaire du 3 mai 1885 ("54. un tableau peint baptême de N.S.J.C., gâchure") ; un Saint Pierre aux liens et un Saint Jean signalés dans le même inventaire ("56. une toile roulée de St Pierre ès liens, gâchure irréparable, à brûler" et "57. une autre de St Jean, à brûler"). Le Saint Pierre, en raison de son sujet, était peut-être le "tableau du grand authel" restauré en 1751 par le peintre Delors.

Période(s) Principale : 3e quart 18e siècle
Dates 1750, daté par source
Auteur(s) Auteur : Megriny,
Megriny

Peintre peut-être d'origine italienne (Megrini ?), actif en Chalosse vers 1750.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
peintre, attribution par source, signature

Toile en deux lés avec couture verticale légèrement à droite du centre ; préparation non visible ; châssis en croix (?) ; cadre en bois mouluré et peint faux bois.

Catégories peinture
Structures rectangulaire vertical
Matériaux toile, support, en plusieurs lés, peinture à l'huile
bois, mouluré, peint, faux bois
Mesures h : 220.0
la : 150.0
Iconographies Vierge de Pitié, désigner, corps, La couronne d'épines, Les clous, Jérusalem, rempart
Précision représentations

La Vierge, vêtue d'une rose saumon, d'un manteau bleu lapis et d'un voile verdâtre, le regard dirigé vers le spectateur, est agenouillée au pied de la croix derrière le corps de son Fils, qu'elle désigne à la contemplation du fidèle. Le Christ, aux chairs tuméfiées et aux plaies sanglantes, est étendu sur le linceul, la tête posée sur un oreiller blanc à rayures bleues. A ses pieds sont déposés la couronne d'épines et les trois clous. Au loin se profilent les murailles de Jérusalem sous un ciel bleu nuit aux lueurs rougeâtres.

Inscriptions & marques signature, peint, sur l'oeuvre
Précision inscriptions

Signature (en bas à droite, très repeinte et dénaturée) : Negrino pitore depinto (sic).

États conservations oeuvre restaurée
Précision état de conservation

Tableau restauré en 2000-2002. La toile présentait antérieurement une grande déchirure médiane sur toute sa hauteur et de forts encrassement et chanci. Le cadre, auparavant peint en noir et or, a été décapé et repeint en faux bois à cette occasion.

Rare peinture chalossaise d'Ancien Régime signée et documentée par des sources écrites.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre À signaler

Références documentaires

Documents d'archives
  • Reddition des comptes de Barthélemi Darzacq, marguillier de l'église de Nerbis, 27 août 1753.

    Archives paroissiales, Nerbis
  • Registre des délibérations du conseil de fabrique (1877-1899).

    inventaire du 3 mai 1885 (n° 55) Archives paroissiales, Nerbis
  • Inventaire des biens dépendant de la fabrique, 12 février 1906.

    n° 10 Archives départementales des Landes : 70 V 240/9
Documents figurés
  • AD Landes. 1338 W 199. Tableau : Vierge de pitié (avant restauration). Diapositive, 1992.

    Archives départementales des Landes : 1338 W 199
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe