Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Église paroissiale Saint-Gilles

Tableau : Sainte Cécile

Dossier IM40006743 réalisé en 2017

Fiche

Dénominations tableau
Titres Sainte Cécile
Aire d'étude et canton Saint-Sever
Adresse Commune : Montgaillard
Emplacement dans l'édifice porche, mur ouest

Ce tableau, au contraire des trois autres toiles qui ornent le porche de l'église, paraît être un original, datable du milieu ou de la seconde moitié du XVIIe siècle - mais son état déplorable incite à la prudence. Les traits assez individualisés et la coiffure du personnage pourraient évoquer un portrait de femme costumée en sainte Cécile. La provenance de l'œuvre, qui ne semble mentionnée dans aucun document relatif à l'église, est inconnue. Sans doute s'agit-il du don d'un particulier, peut-être un membre de la famille des marquis de Castelnau-Tursan, seigneurs de Montgaillard.

Période(s) Principale : 2e moitié 17e siècle , (?)

Toile rectangulaire verticale en deux lés avec couture verticale au centre (?), à tissage serré et régulier et préparation rosâtre ; cadre moderne en bois mouluré et doré à la bronzine.

Catégories peinture
Structures rectangulaire vertical
Matériaux toile, support, en plusieurs lés, peinture à l'huile
Mesures h : 120.0
la : 110.0
Iconographies à mi-corps, sainte Cécile, orgue mécanique, ange, partition
Précision représentations

Sainte Cécile (portrait ?) est figurée aux genoux, vêtue d'une robe jaune à l'antique et d'un manteau rouge rejeté dans le dos, les cheveux bruns coiffés "à bouffons" et ceints d'un bandeau. Le regard tourné vers le spectateur, elle pose les doigts sur le clavier d'un orgue portatif ; un angelot tient de la main droite et désigne de la gauche une partition posée devant le buffet de l'instrument. Fond indistinct.

États conservations mauvais état
Précision état de conservation

La toile, en très mauvais état, est percée de deux longues fentes et d'un trou dans la moitié gauche, vers le centre ; la couche picturale, très mince et desséchée, présente de nombreuses lacunes, essentiellement sur le bord inférieur et le long d'une couture (?) verticale médiane ; encrassement, embu et chanci.

Une restauration de ce tableau en très mauvais état pourrait confirmer son caractère d'original et sa datation dans la seconde moitié du XVIIe siècle.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre À signaler
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe