Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Église abbatiale Saint-Sever

Tableau : Portrait du cardinal Arnaud d'Ossat, autrefois dit du cardinal de Gramont

Dossier IM40006269 réalisé en 2015

Fiche

Dénominations tableau
Titres Portrait du cardinal Arnaud d'Ossat, autrefois dit du cardinal de Gramont
Aire d'étude et canton Saint-Sever
Adresse Commune : Saint-Sever
Adresse : place du Tour du Sol
Emplacement dans l'édifice pièce à l'étage de la sacristie

Le cartel moderne du cadre identifie le personnage portraituré avec Gabriel de Gramont (1486-1534), cardinal-archevêque de Toulouse et abbé de Saint-Sever : identification fantaisiste, comme suffit à le montrer la forme de la mozette et de la barrette, qui est celle en usage à la fin du XVIe siècle et dans la première moitié du XVIIe. Toutefois, aucun des abbés commendataires de Saint-Sever durant cette période ne fut honoré du cardinalat (hormis Niccolò Sfondrati, futur pape Grégoire XIV). Parmi les portraits connus de la douzaine de prélats français qui reçurent le chapeau rouge à cette époque, seuls ceux d'Arnaud d'Ossat (1537-1604), illustre diplomate créé cardinal par Clément VIII en 1599, correspondent aux traits de notre modèle. L'effigie s'inspire de plusieurs estampes contemporaines du prélat ou légèrement postérieures à sa mort : celle de Frans van den Wijngaerde (1644) et surtout la gravure anonyme copiée par Gérard Edelinck à la fin du XVIIe siècle (voir lien web).

Cette dernière estampe semble bien avoir servi de modèle au portrait en mosaïque qui orne le monument érigé en 1763 à la mémoire du cardinal d'Ossat dans l'église romaine de Saint-Louis-des-Français (signalé par l'abbé Dominique Bop, septembre 2017). Or, le commanditaire de cet ouvrage n'était autre que le saint-severin Matthieu de Basquiat, baron de La Houze (1724-1792), alors chargé d'affaires du roi de France à la Cour de Rome - une Vie du cardinal d'Ossat (Paris, Hérissant, 1771) relate en détail les circonstances qui motivèrent cette initiative (voir annexe 1). La copie aujourd'hui conservée à l'abbatiale fit donc certainement partie, comme plusieurs autres toiles de même provenance (réf. IM40006267, IM40006268, IM40006270, etc.), de la collection Basquiat. En quittant son poste romain pour de nouvelles fonctions, le baron de La Houze, "compatriote & admirateur du cardinal d'Ossat", désira sans doute conserver un souvenir du geste qui fit "autant d'honneur à [s]a générosité (...) qu'à son discernement".

L'inventaire après décès de Matthieu de Basquiat (10 novembre-10 décembre 1792), s'il mentionne de nombreux tableaux (42 tableaux "à cadre doré" et un tableau "à cadre de bois" dans le vestibule, 19 "à cadre doré" et un "de bois" au salon, trois autres "dans la chambre sur le salon", etc.), ne précise malheureusement ni leurs sujets ni leurs dimensions, interdisant ainsi de repérer parmi eux les œuvres actuellement à l'abbatiale.

Période(s) Principale : milieu 18e siècle
Stade de création copie d'estampe
Auteur(s) Personnalité : Basquiat Matthieu II de, dit(e) baron de La Houze,
Matthieu II de Basquiat , dit(e) baron de La Houze (1724 - 1792)

Baron de La Houze et de Bonnegarde, baron de Larbey, Baigts et Poyloault, seigneur d'Espaigne et de La Mirande. Né à Saint-Sever (Chalosse) le 11 février 1724, mort à Bagnères-de-Bigorre le 6 octobre 1792, il fit carrière dans la diplomatie : attaché d'ambassade en Espagne (1748), chargé d'affaires et ministre plénipotentiaire à Naples (1759-1762), à Rome (1762-1764), à Parme (1766-1770), à Hambourg, Brême, Lübeck et en Basse-Saxe (1772-novembre 1779), enfin ambassadeur au Danemark (décembre 1779-février 1792). Il fut aussi conseiller d’État (23 janvier 1770), commandeur et administrateur des ordres royaux de Notre-Dame du Mont-Carmel et de Saint-Lazare de Jérusalem.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
commanditaire, propriétaire, attribution par travaux historiques

Toile rectangulaire verticale en un seul lé, à tissage serré et régulier, préparation brun-rouge ; châssis simple ; cadre rapporté en bois mouluré et doré sur apprêt crayeux.

Catégories peinture
Structures rectangulaire vertical
Matériaux toile, support, peinture à l'huile
Mesures h : 72.0
la : 60.0
Précision dimensions

Dimensions à l'ouverture du cadre. Cadre : h = 89 ; la = 77.

Iconographies portrait, cardinal, barrette
en buste
Précision représentations

Portrait en buste, de trois-quart vers la gauche, d'un cardinal barbu, vêtu d'une mozette rouge à capuche et d'un petit collet blanc, et coiffé d'une haute barrette carrée à trois cornes. Fond neutre brun.

Inscriptions & marques inscription donnant l'identité du modèle, sur cartel
numéro de série, (?)
Précision inscriptions

Inscription sur le cartel moderne du cadre : CARDINAL DE GRAMONT. A côté, étiquette portant le nombre 81 (numéro d'inventaire ?).

États conservations mauvais état
Précision état de conservation

Nombreuses lacunes sur le devant, craquelures, nombreux trous dus à un relâchement du tissage.

Arrêté d'inscription : Tableau "portrait du cardinal de Grammont", 18e siècle.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre À signaler
Protections inscrit au titre objet, 1992/11/05

Annexes

  • Extrait : Vie du Cardinal d'Ossat, volume 2 (Paris, Hérissant fils, 1771, p. 603-605)

    "En 1755, on fit plusieurs réparations & embellissements dans l'Eglise de Saint-Louis, & l'on transporta dans le Cloître de cette Eglise les Tombeaux & les autres ornemens qui y étoient. M. le Chevalier Basquiat de la Houze, employé depuis long-tems avec succès dans les négociations tant à la Cour de Naples qu'à celle de Rome (b), compatriote & admirateur du Cardinal d'Ossat, voulut donner un témoignage public de la vénération qu'il avoit pour ce grand Négociateur. Son respect pour sa mémoire ne lui fit voir qu'avec douleur que le Tombeau d'un Ministre qui avoit autant honoré sa Patrie, qu'il avoit été utile à sa Nation, fût relégué dans un lieu aussi peu digne de lui. En conséquence, il le fit replacer à Saint-Louis dans la troisième Chapelle en entrant à main droite d'un des bas-côtés de l'Eglise, & le fit appliquer sur le mur à main gauche ; il est élevé à cinq pieds environ au-dessus du pavé ; & a douze pieds de haut sur six de large. M. de la Houze, non content d'avoir rendu cet hommage au C. d'Ossat, fit ajouter à ses frais l'espèce de soubassement qui est maintenant à son Tombeau, & le fit orner de festons & de feuilles d'ornemens. On y voit le symbole de l'Immortalité ; M. de la Houze fit faire de plus le Portrait du Cardinal d'Ossat en mosaïque ; ce Portrait n'étoit que peint, il l'enrichit d'une magnifique bordure en bronze doré avec une Inscription au-dessous. / Ce fut le 18 Août 1763, que ce Monument fut placé. M. de la Houze consacra ce jour par une Messe solennelle qu'il fit chanter dans l'Eglise de Saint-Louis, pour le repos de l'âme du C. d'Ossat. Tous les François qui étoient pour-lors à Rome s'empressèrent d'y assister, de même que plusieurs autres personnes de distinction. / J'ai cru qu'on seroit bien-aise, non-seulement d'être instruit de ces détails, qui font autant honneur à la générosité de M. de la Houze qu'à son discernement ; mais qu'on verroit encore avec plaisir la copie du Monument du Cardinal d'Ossat, de même que celle de son Portrait que j'ai placé à la tête de mon Ouvrage. / C'est à M. Bardin que je dois la satisfaction de procurer cet avantage au Public. Ce jeune Peintre, digne Elève de celui que son seul mérite a élevé à la place de premier Peintre du Roi [...].

    (b) Il fut chargé des affaires de France, auprès de Clément XIII, en 1762. Il fut envoyé dans la même qualité à la Cour de Naples en 1764. Il avoit déjà été nommé depuis trois ans, Chevalier du Mont-Carmel, & de Saint-Lazare de Jérusalem, & fut reçu à la fin de Mars 1765. La même année, il fut nommé Ministre Plénipotentiaire auprès de l'Infant de Parme, & l'est maintenant auprès du Cercle de la Basse-Saxe, où il va remplacer M. le Comte de Noailles."

    En tête de l'ouvrage est transcrite l'inscription apposée par la baron de La Houze sur le monument érigé par lui à la mémoire du cardinal d'Ossat : "MONUMENTUM / ARNALDO OSSATO, S. R. E. Presbytero Cardinali, / Ob insignia in suos reges universamque / Christianam Rempublicam / Merita / Ingenti apud omnes famâ administro / Dudum jam a Petro Bossu & Renato Courtin / Utroque à Secretis / An. MDC.IV. Vix ab obitu ipsius excitatum, / Sed ævitate novaque templi monitione dijectum / Comes Matthœus de Basquiat de la Houze, / Et de Bonnegarde, eques Hierosolimitanus / Pridem ad utriusque Siciliae regem / Mox ad Clementem XIII Ludovici XV Orator / Ad perennandam conterranei sui Memoriam, / Et ad Gallici nominis splendorem / Restituit. / Titulumque cum imagine opere Musivo, / Œre suo poni fecit. / Anno. MDCC.LXIII."

  • Extrait de : JORDAN Claude, LA BARRE Louis-François-Joseph DE, MONTHENAULT D'EGLY Charles-Philippe de, BONAMY Pierre Nicolas, AMEILHON Hubert-Pascal. Journal historique sur les matieres du tems. Contenant aussi quelques nouvelles de litterature, & autres remarques curieuses, 1771, p. 128

    "Le Cardinal d'Ossat mourut à Rome le 13 mars 1604. Il étoit âgé de 67 ans 6 mois & 20 jours. Il fut enterré avec beaucoup de pompe dans l'Eglise de S. Louis. / On trouve ici une Gravure qui représente le monument que M. Basquiat de la Houze, Ministre de France à la Cour de Rome, fit élever en 1755 dans cette Eglise à la mémoire du Cardinal d'Ossat. On y voit aussi le portrait de ce grand homme gravé en taille-douce. [...]"

Références documentaires

Bibliographie
  • Anonyme. Vie du Cardinal d'Ossat, volume 2. Paris : Hérissant fils, 1771.

    p. 603-605
  • JORDAN Claude, LA BARRE Louis-François-Joseph de, MONTHENAULT D'EGLY Charles-Philippe de, BONAMY Pierre Nicolas, AMEILHON Hubert-Pascal. Journal historique sur les matieres du tems. Contenant aussi quelques nouvelles de litterature, & autres remarques curieuses. Suite de la Clef, volume 110. Paris : E. Ganeau, 1771.

    p. 128

Liens web

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Fascianella Linda - Maisonnave Jean-Philippe