Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Église paroissiale Saint-Barthélemy

Tabernacle de l'autel du Rosaire

Dossier IM40006349 réalisé en 2016

Fiche

Dénominations tabernacle
Aire d'étude et canton Saint-Sever
Adresse Commune : Eyres-Moncube
Emplacement dans l'édifice collatéral nord, mur est

Ce tabernacle, datable du dernier tiers du XVIIIe siècle (mais partiellement redécoré dans la première moitié du siècle suivant), était probablement destiné à un maître-autel, comme semble l'indiquer son décor sculpté (triangle trinitaire, Agneau mystique). Il était, jusqu'à une date récente, placé sur l'autel sud (comme en témoigne une photographie de 1969), avant d'être transféré à son emplacement actuel, où il a délogé un gradin et un tabernacle néogothique dédié au Sacré-Cœur.

Période(s) Principale : 2e moitié 18e siècle

Tabernacle en bois tendre d'essence indéterminée, actuellement réduit à la seule armoire eucharistique, de plan trapézoïdal mais aux trois faces visibles galbées ; socle mouluré en cavet ; porte convexe en plan, à sommet cintré à oreilles ; corniche ondulante ; consoles rapportées aux angles antérieurs ; sur les faces latérales, panneaux à petit cadre mis au mollet ; assemblage des éléments par embrèvement, coupes carrées (bâti) et coupes d'onglet (panneaux). Les surfaces lisses, à l'origine dorées à la feuille avec décor d'apprêt gravé, ont été repeintes en gris-blanc uni. Tous les reliefs sont dorés ou peints au naturel (angelots) ou en brun sombre (Agneau, nuée du Triangle trinitaire).

Catégories menuiserie, sculpture
Structures plan, trapézoïdal, galbé élévation, droit
Matériaux bois feuillu, mouluré, décor en bas relief, décor dans la masse, décor en haut relief, décor rapporté, doré à la feuille d'or à l'eau, peint, polychrome
Mesures h : 72.0
la : 80.0
pr : 36.0
Iconographies symbole, Triangle trinitaire, Agneau mystique
trophée liturgique, livre, cierge, burette, plateau, ruban
ornementation, angelot, feuille d'acanthe, chute végétale, guirlande, palmette
Précision représentations

En relief sur la porte, l'Agneau mystique couché sur le livre aux sept sceaux, surmonté du Triangle trinitaire dans une gloire de rayons et de nuées. Aux angles antérieurs de l'armoire, des consoles en volute ornées de feuilles d'acanthe perlées, de feuilles grasses et de chutes, et surmontées d'un angelot en haut relief. De part et d'autre de la porte, une guirlande de fleurs festonnée, retenue au sommet de la niche par une grosse fleur de tournesol. Sur les faces latérales, dans des panneaux rectangulaires verticaux, des trophées liturgiques retenus par un nœud de ruban en bas relief, sur fond quadrillé en reparure : à gauche, un livre fermé, deux cierges allumés et une branche feuillue ; à droite, deux burettes à panse godronnée avec leur plateau ovale et une branche de laurier ou d'olivier.

Les surfaces lisses de la façade sont entièrement gravées en reparure : motif de vannerie sur le bâti, quadrillage (carrés posés sur la pointe) sur la porte, palmette entre des volutes à la Bérain au-dessous de la porte.

Le bandeau supérieur est orné d'un décor de style néoclassique (surajouté) constitué, sur chaque face, d'une fleur centrale flanquée de deux grandes palmettes romaines.

États conservations manque
repeint
surdécoré
Précision état de conservation

Il manque probablement des ailes et une exposition. Les surfaces lisses du meuble, qui était entièrement doré à la feuille à l'origine (à l'exception des têtes d'ange, peintes au naturel), ont été repeintes en gris-blanc vers 1990. Les ornements néoclassiques en plâtre (très lacunaires) rapportés sur le bandeau sommital sont des ajouts de la première moitié du XIXe siècle.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre À signaler

Références documentaires

Bibliographie
  • Service du patrimoine et de l'Inventaire. Dossier de pré-inventaire de la commune d'Eyres-Moncube, 1969.

    Service du patrimoine et de l'Inventaire, région Aquitaine
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe