Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Église paroissiale Notre-Dame

Tabernacle de l'autel de sainte Catherine

Dossier IM40006610 réalisé en 2016

Fiche

Dénominations tabernacle
Aire d'étude et canton Saint-Sever
Adresse Commune : Audignon
Emplacement dans l'édifice collatéral sud, à l'est

Ce meuble, non documenté dans les archives de la paroisse, est d'une monumentalité et d'une richesse décorative qui le désignent comme un tabernacle de maître-autel, hypothèse confortée par son programme iconographique, entièrement consacré à la Passion et au sacrifice eucharistique. Il est donc possible qu'il ait occupé la place d'honneur dans le chœur de l'église jusqu'à la construction du nouveau maître-autel de Chadel en 1724. Quoi qu'il en soit, il était installé deux ans plus tard sur l'autel de sainte Catherine, quand le doreur saint-severin Jean Dutour le dora, en même temps que le "cadre" de son autel (disparu) et que le maître-autel de Chadel. Plus d'un siècle plus tard, en 1848-1849, il fut doré une seconde fois à l'occasion de la construction du retable par le menuisier Raymond Lagarde. Le travail de dorure, toutefois, fut peut-être confié au doreur Guillaume Lagarde, sans doute un frère du menuisier.

Stylistiquement, le meuble peut être rapproché des productions de Jean Ier Ferrère (vers 1620 - vers 1705), fondateur de la dynastie de sculpteurs retabliers de ce nom, installé à Asté (vallée de Campan) en 1647. Le meuble audignonais présente en effet de nombreuses ressemblances avec plusieurs de ses œuvres attestées. La composition d'ensemble de l'armoire et de ses ailes et leurs détails ornementaux (angelots à draperie du soubassement, Christ en croix de la porte, angelot porte-festons au-dessus de la porte, bouquet de fruits retenu par un linge sous la porte, tables moulurées à pointe de diamant, petites pyramides sur socle...) se retrouvent à l'identique au tabernacle de Grailhen (réf. IM65000019), exécuté par Ferrère vers 1660-1670. Le dais d'exposition, avec son dôme carré à écailles caractéristique est très proche de celui de Sarrancolin (vers 1651) et surtout du célèbre tabernacle de Pouzac (1659). Enfin, les reliefs de l'Agonie au jardin et du Portement de croix sont visiblement inspirés des mêmes modèles (certainement des estampes contemporaines) que les scènes correspondantes du tabernacle de Guchen (1662). Une datation dans les années 1650-1670 semble donc plausible.

Période(s) Principale : 3e quart 17e siècle , (?)
Secondaire : 2e quart 18e siècle
Secondaire : 2e quart 19e siècle
Auteur(s) Auteur : Ferrère Jean Ier,
Jean Ier Ferrère (1620 - 1705)

Fondateur de la dynastie des Ferrère, sculpteurs et retabliers établis à Asté (Hautes-Pyrénées) entre 1647 et 1800.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur, attribution par analyse stylistique
Auteur : Dutour Jean,
Jean Dutour

Doreur à Saint-Sever (Landes) au début du XVIIIe siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
doreur, attribution par source
Auteur : Lagarde Raymond, dit(e) Lagarde cadet,
Raymond Lagarde , dit(e) Lagarde cadet

Menuisier et sculpteur (mais aussi occasionnellement doreur), probablement frère de Guillaume Lagarde "aîné" (doreur à Saint-Sever, documenté de 1831 à 1861). Il fit œuvre de menuisier-sculpteur à Audignon en 1848, mais aussi de doreur à Montaut en 1855-1856 ("Lagarde cadet").


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
menuisier, attribution par source

Le tabernacle architecturé comporte une armoire eucharistique de plan trapézoïdal flanquée de deux ailes droites de format vertical (qui ne semblent pas avoir été calées par des ailerons, comme c'est généralement le cas pour ce type de meuble). Des colonnes d'ordre pseudo-toscan, au fût lisse, flanquent la façade de l'armoire et les deux ailes. La porte cintrée est décorée d'un relief à fond en cuvette sculpté dans la masse. Les pans latéraux de l'armoire et les ailes sont ornés de reliefs rectangulaires verticaux à faux grand cadre (rapportés). Une corniche continue à ressauts, frise lisse et denticules règne sur la largeur du tabernacle, surmontée d'un fronton en demi-lune à l'aplomb de l'armoire. L'exposition de plan trapézoïdal comporte un panneau plat flanqué de pilastres et d'ailerons, précédé d'une balustrade et couronné d'un dais massif de plan rectangulaire, soutenu par des statuettes d'anges porte-flambeau et amorti par un dôme à écailles. D'autres statuettes en ronde bosse, sur socle carré, amortissent les angles extérieurs des ailes et le sommet du dôme ; de petites pyramides également mobiles sont fixées de part et d'autre du fronton de l'armoire et à l'aplomb des statuettes du dais. Le meuble est presque entièrement doré à la feuille sur assiette rouge, à l'exception des carnations au naturel des figures humaines (reliefs, statuettes) et de quelques rehauts de rouge orangé (dosserets des colonnettes, socles des statuettes, plate-forme de l'exposition), de rouge sombre (fond du panneau de l'exposition) et de bleu azur (structure du dais d'exposition).

Catégories menuiserie, sculpture
Structures plan, rectangulaire, trapézoïdal élévation, droit colonne, 6 pilastre, 2
Matériaux chêne, mouluré grand cadre, décor en bas relief, décor en demi relief, décor dans la masse, décor rapporté, décor à fond en cuvette, doré à la feuille d'or à l'eau, avec assiette, apprêt gravé, peint
Mesures h : 230.0
la : 178.0
pr : 50.0
Précision dimensions

Armoire eucharistique : h = 90 (au fronton) ; la = 110. Porte du tabernacle : h = 40,5 ; la = 22,5. Ailes du tabernacle : la = 82 (à la corniche). Reliefs des ailes du tabernacle (avec le cadre) : h = 45 ; la = 27. Exposition : h = 140 environ (hauteur totale) ; h = 122 (au sommet du dôme). Colonnettes : h = 46. Statuettes d'ange des ailes : h = 36.

Iconographies cycle narratif, Passion, Agonie du Christ, Flagellation du Christ, Couronnement d'épines, Montée au Calvaire, Christ en croix, Christ glorieux
ornementation, ange, angelot, bouquet, fruit, colonnette, pyramide, cartouche, dôme, écaille, feuille d'acanthe
Précision représentations

Le programme iconographique est axé autour du thème du sacrifice du Christ pour le salut de l'humanité, sacrifice renouvelé quotidiennement sur l'autel par le sacrement de l'Eucharistie. Cinq scènes de la Passion occupent les panneaux des ailes et des faces latérales de l'armoire, et la porte de celle-ci : Agonie au jardin des oliviers (aile droite), Flagellation (côté droit de l'armoire), Couronnement d'épines (côté gauche de l'armoire), Montée au Calvaire (aile gauche), Christ en croix (porte). Au sommet du dôme de l'exposition, la statuette du Christ ressuscité (ou glorieux) prolonge et conclue le cycle.

Le reste du décor figuré est composé de figures angéliques sous divers aspects : sur le soubassement, des angelots aux ailes déployées dans des nuées (côtés de l'armoire) ou retenant une draperie nouée (ailes) ; au-dessus de la porte, un angelot harnaché d'une lourde guirlande de fruits - fruits également figurés en bouquet sur une draperie sous la porte ; deux statuettes d'anges adolescents orants, debout sur des socles à ailerons, en amortissement aux extrémités des ailes du tabernacle ; quatre autres statuettes d'anges adolescents portant des flambeaux en forme de corne d'abondance, placés en atlantes sous le dais d'exposition ; un ange enfant figuré à mi-corps et tenant une banderole, en haut relief sur la face du dais ; un autre angelot en haut relief sur la face du dôme.

Les ornements non figurés comportent : six petites pyramides sur socle carrés en amortissement des colonnettes de l'armoire et du dais d'exposition ; des tables rectangulaires à pointe de diamant au-dessus des bas-reliefs des ailes ; un large cartouche ovale à cuirs sur le panneau de fond de l'exposition ; deux autres cartouches rectangulaires à enroulements sur le bahut de la balustrade de l'exposition ; deux pilastres cannelés et deux grands ailerons en volute à feuille d'acanthe de part et d'autre du panneau de l'exposition ; un réseau d'écailles sur le dôme.

États conservations manque
Précision état de conservation

Le meuble était presque intact en 1969 (enquête de pré-inventaire). Depuis cette date ont disparu la statuette du Christ glorieux au sommet de l'exposition et une statuette d'ange (avec son socle à ailerons) à l'extrémité de l'aile gauche. La statuette du Christ a été remplacée par l'une des deux pyramides qui flanquent le fronton de l'armoire, et la pyramide en pendant déplacée à l'aplomb du fronton. L'aileron gauche de l'exposition, signalé manquant en 1969, a été rétabli (ou refait ?) depuis lors.

Probablement l'un des plus anciens tabernacles de Chalosse, attribuable à l'atelier des Ferrère d'Asté. Fautivement daté du XVIIIe siècle dans l'arrêté d'inscription MH. Classement souhaitable.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre À signaler
Protections inscrit au titre objet, 2006/03/29
Précisions sur la protection

Arrêté d'inscription : autel, tabernacle, retable latéral sud, tableau de sainte Catherine, XVIIIe siècle.

Annexes

  • Police pour l'exécution de la dorure du retable et du tabernacle du maître-autel de l'église d'Audignon et du tabernacle de l'autel de sainte Catherine, 23 avril 1726 (AP Audignon en 1969)

    "[...] Le tout pour la gloire de Dieu et pour la décoration de l'autel de l'église de Notre Dame d'Audignon, a estté convenu entre nous soubsignés sieur Jean Lalanne, au nom et comme marguillier de la fabrique de la ditte église d'Audignon, assisté de l'avis et consentement de monsieur maistre Christofle de Lalanne, curé dudit Audignon, monsieur Enrry de Ladou, vicaire dudit Audignon, et autres principaux habitens d'une part, et Jean Dutour, doreur, habitent de St Sever en Marsan d'autre, ce que s'ensuit : savoir est que le dit Dutour s'oblige à dorer le retable et tabernagle (sic) avec six chandeliers et cadre de devant d'autel, à la réserve que les niches de trois grandes figures seron aseurées [azurées] avec quelques estoilles d'or, comme aussi les pillastres du derrière des collonnes seron en facon de marbre ; le fons des figures de la Trinité sera aussi asuré comme dessus, avec quelque nuage qui sera en couleur pour dégager l'ouvrage, le St Esprit argenté, comme aussi les oiseaux des collonnes seron représentés en plumage de couleur, comme aussi quelque raisin en rouge glacé pour dégager l'ouvrage ; les flames des vases de l'atique seron rouges représentent coulleur de feu ; quatre globes con doit faire pour maitre sur les dés des collonnes seron en facon de marbre, comme aussi le boudin qui borde le cadre du devant d'autel et trois carés seront en facon de marbre ; les paneaux de pied de teaux [piédestaux] des collonnes depuis la hauteur de l'autel en bas seron aussi en facon de marbre ; les nudittés des figures seront en couleur de cher comme aussi quelque robe ou draperie d'un rouge glassé sur de l'argent pour dégagé ledit ouvrage. Tout le reste sera doré de bon or fin avec le vermeil et colleurs naissères [nécessaires], c'est à dire toute la face desdites ouvrages ce qui paraît à vue d'eil. Lequel travail ledit Dutour s'engage de dorer, fait et parfait, pendent le tems et espasse de dix huit mois à commencer de ce jour, lequel dit travail ledit Dutour soumest à l'exament de ouvriers au depens de qu'il apartiendra. Pour lequel dit travail moy susdit Lalanne, en susditte qualitté de marguillier, promets de payer audit Dutour la somme de mille deux cens livres ou le marguillier qui me succèdera et de plus je promets luy faire faire les enpontemens [échafaudages] nesserre pour faire ledit ouvrage avec deux chatellés pour faire les cottés. Sur quoy ledit Dutour promet de dorer le cadre de l'autel de Ste Catherine, pactes acordés que les payemens de la somme de douze cens livres se fairon, savoir après que le tabernacle et le cadre de Ste Catherine sera doré la somme de trois cens livres, et l'ouvrage moitié fait autres trois cens livres, et les six cens livres restentes à la fin dudit ouvrage achevé de dorer. De laquelle pollice avons fait double et signé. Audignon ce vint et trois avril mille sept cens vint et six.

    Lalane, curé, approuvant ce que cy dessus.

    Ladoue, vicaire

    Barroilhet

    Lalande

    Dutour, doreur

    Lalanne, marguillier

    Lapeyre

    Lafitte

    Labat

    Barroilhet

    Biella

    [une autre signature peu lisible]."

Références documentaires

Documents d'archives
  • Livre de la fabrique de l'église Notre-Dame d'Audignon, XVIIIe siècle (au presbytère d'Audignon en 1969).

    Archives paroissiales, Audignon
  • Registre de délibérations du conseil de fabrique (1842).

    année 1848 Archives paroissiales, Audignon
  • Fabrique, inventaire des biens (1905-1906).

    Archives départementales des Landes : E dépôt 17/1 P 1
  • Dossier de pré-inventaire de l'église d'Audignon, 1969.

    Service du patrimoine et de l'Inventaire, région Aquitaine
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe