Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Église paroissiale Saint-Martin du Mus

Tabernacle de l'autel de la Vierge

Dossier IM40005654 réalisé en 2014

Fiche

Dénominations tabernacle
Aire d'étude et canton Mugron
Adresse Commune : Doazit
Lieu-dit : Le Mus
Emplacement dans l'édifice collatéral sud, à l'est

Ce tabernacle, datable de la première moitié du XVIIIe siècle, était à l'origine celui du maître-autel de l'église. Il fut redoré avec sa garniture d'autel (chandeliers et croix) en 1861 par le doreur Guillaume Lagarde aîné, de Saint-Sever, pour une somme de 290 francs, avant d'être déplacé sur l'autel de la Vierge dans les années 1930 (où il remplaça un tabernacle acquis en 1861). Il était alors dans un mauvais état de conservation (l'abbé Lamaignère le dit "disloqu[é] du fait de l'humidité qui règne dans l'église") et avait sans doute déjà perdu ses ailerons et la plus grande partie de son exposition. Une statuette d'ange au bras levé, qui devait soutenir le dais de celle-ci, repérée lors d'un pré-inventaire en 1992, a disparu avant 2014 ; son pendant, déposé en très mauvais état au presbytère en 1992, n'a pas été retrouvé non plus. Le meuble lui-même est menacé de destruction à court terme.

Période(s) Principale : 1ère moitié 18e siècle
Auteur(s) Auteur : Lagarde Guillaume, dit(e) Lagarde aîné,
Guillaume Lagarde , dit(e) Lagarde aîné

Doreur à Saint-Sever (Landes), documenté en 1831, 1837-1838 et 1861. Probablement frère de Raymond Lagarde "cadet", menuisier et sculpteur documenté en 1848.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
doreur, attribution par source

Armoire eucharistique de plan carré ; porte en plein cintre décorée d'un relief à fond en cuvette, flanquée de deux colonnettes torses à chapiteau corinthien portant un entablement lisse à ressauts ; exposition quadrangulaire rapportée. Le meuble est entièrement doré à la feuille, à l'exception des pilastres derrière les colonnettes, peints en rouge, et du Christ en croix de la porte, peint au naturel ; décor gravé en reparure sur les faces latérales de l'armoire. Des retours latéraux de l’entablement et de la plinthe signalent l'existence d'ailerons disparus. Deux statuettes d'ange, qui soutenaient le dais d'exposition, ont disparu entre 1992 et 2014. L'intérieur de l'armoire est revêtu d'un papier collé à motifs de bouquets de fleurs rouges (peut-être du XVIIIe siècle).

Catégories menuiserie, sculpture
Structures plan, carré élévation, droit colonne, 2
Matériaux bois feuillu, mouluré, décor en bas relief, décor à fond en cuvette, décor dans la masse, décor rapporté, doré à la feuille d'or à l'eau, avec assiette, apprêt gravé
Mesures h : 49.5
h : 57.0
la : 46.0
la : 49.0
pr : 38.0
Iconographies Christ en croix, ange
ornementation, colonne torse, chute végétale, quadrillage
Précision représentations

Christ en croix : relief à fond en cuvette sur fond guilloché sur la porte ; chutes de marguerites et de feuilles de laurier suspendues à deux volutes adossées de part et d'autre de la porte ; quadrillage losangé gravé en reparure sur les côtés de l'armoire ; statuette d'ange au bras levé sur l'exposition (disparue après 1992).

États conservations oeuvre menacée
mauvais état
manque
Précision état de conservation

Le bois est attaqué par des insectes xylophages en activité et partiellement pourri par l'humidité ambiante ; la dorure est en voie d'effritement complet, celle du côté gauche de l'armoire et celle de l'exposition ont entièrement disparu. Il manque les ailerons qui flanquaient l'armoire (restent la plinthe et la corniche qui les encadraient ainsi que deux tenons horizontaux de chaque côté). Les deux statuettes d'ange qui soutenaient l’exposition, repérées en 1992, n'ont pas été retrouvées en 2014. La coquille entre deux volutes qui amortissait l'exposition, encore intacte en 1992, est aujourd'hui réduite à l'état de fragment.

Intéressant exemple de mobilier liturgique de "type courant" dans la première moitié du XVIIIe siècle. Les mauvaises conditions de conservation et de sécurité imposent un transfert à l'église du bourg de Doazit, sous peine d'une destruction totale à brève échéance.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre À signaler

Références documentaires

Documents d'archives
  • Église, presbytère, cimetière, 1840-1936.

    Archives départementales des Landes : 2 O 678
  • Inventaire des biens dépendant de la fabrique, 3 mars 1906.

    Archives départementales des Landes : 70 V 108/7
  • Registre des recettes et dépenses de la fabrique de l'église du bourg de Doazit et de Saint-Martin du Mus (1839-1872).

    Archives paroissiales, Doazit
Documents figurés
  • Ensemble avec la statuette d'ange et le motif d'amortissement disparus. Diapositive, 1992.

    Archives départementales des Landes : 1338 W 192
Bibliographie
  • CABANOT Jean, MARQUETTE Jean-Bernard, SUAU Bernadette. Guide pour la visite de quelques églises anciennes de Chalosse. Amis des Églises anciennes des Landes. Dax : Barrouillet, 1987.

    p. 28
Multimedia
  • LAMAIGNERE Raphaël. Doazit aux trois églises. Essai de reconstitution de l'histoire locale religieuse d'après les documents officiels, par l'Abbé Raphaël Lamaignère de Doazit, curé de Saint-Aubin. 1941. Document en ligne : http://dzt-isto.chez-alice.fr/dzt_rl.htm

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe