Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Église paroissiale Saint-Jean-Baptiste

Statue : Saint Michel terrassant le démon et pesant les âmes

Dossier IM40004185 réalisé en 2011

Fiche

Dénominations statue
Titres Saint Michel terrassant le démon et pesant les âmes
Aire d'étude et canton Dax nord
Adresse Commune : Saubusse
Emplacement dans l'édifice chapelle sud
mur est

Selon la tradition locale relayée par l'abbé Vincent Foix, la chapelle sud de l'église de Saubusse, érigée au XVe (?) siècle, appartenait à une famille possessionnée dans la paroisse, les seigneurs de Bellepeyre et Betbeder, auxquels elle servit de lieu de sépulture jusqu'en 1767. De fait, une telle destination expliquerait la présence d'une statue de saint Michel figuré en "prévôt du Paradis" et "peseur des âmes" au jour du Jugement. Il n'est d'ailleurs pas exclus qu'un Jugement dernier peint sur les murs ait accompagné la statue. Celle-ci devait surmonter l'autel primitif de la chapelle, remplacé par la suite (l'autel actuel, qui a conservé la même dédicace, est orné d'une copie du célèbre Saint Michel de Guido Reni, réf. IM40004172). Les liens avec la famille Bellepeyre sont étayés par les vestiges d'armoiries peintes sur la console (apparemment d'origine) qui supporte la sculpture. On y distingue en effet un écartelé dont les quartiers 2 et 3 présentent avec netteté trois chevrons sur champ d'or, tandis que les deux autres, beaucoup plus dégradés, ne laissent deviner que la silhouette d'un oiseau (?) perché sur un support (quartier 1). Ces éléments, tout lacunaires qu'ils sont, suffisent à identifier les armes Bellepeyre, connues par l'Armorial d'Hozier (1697-1709, vol. XIII), où paraît l'écu de Jean-Raimond de Bellepeyre, lieutenant en la juridiction de Saubusse. L'inversion des quartiers (les chevrons y figurent en 1 et 4) est une licence fréquente à l'époque et n'infirme pas l'identification. En revanche, il n'est pas exclus que les armes aient été peintes postérieurement, peut-être même longtemps après l'exécution de la statue.

L'iconographie du saint en armure chevaleresque, les cheveux flottant librement sur les épaules, tel qu'il est ici figuré, est fixée dès le XVe siècle, mais le style de la composition, son dynamisme, le hanchement prononcé de la figure et la souplesse de son attitude incitent à en repousser la datation à l'extrême fin du siècle ou plus probablement aux premières décennies du siècle suivant. La qualité de la facture, assez exceptionnelle pour une sculpture destinée à une petite église de village, laisse supposer que l'œuvre provient d'un centre artistique de quelque importance, Bayonne ou peut-être Bordeaux.

Période(s) Principale : limite 15e siècle 16e siècle , (?)
Auteur(s) Personnalité : Bellepeyre, commanditaire

La statue est monolithe (à l'exception de la main gauche, aujourd'hui manquante, qui était chevillée, et de la colonne de la balance qu'elle tenait). La console, aussi monolithe, d'élévation triangulaire, comporte une gorge à la partie supérieure et un écu taillé dans la masse sur sa face.

Catégories sculpture
Structures revers sculpté
Matériaux pierre, peint
Mesures h : 94.0
la : 45.0
pr : 27.0
h : 29.0
la : 38.0
Iconographies saint Michel archange, combat, démon biblique, âme, protection, lance, balance
écu
Précision représentations

Saint Michel est figuré sous les traits d'un jeune homme imberbe, les cheveux ondulés flottant sur les épaules, le front ceint d'un bandeau, revêtu d'une armure à corselet, cuissards, jambières, genouillères et chausses ; un ample manteau retenu au col retombe en plis cassés de part et d'autre de la figure. De sa lance tenue dans la main droite levée, l'archange, le visage impassible, transperce la gueule d'un démon anthropomorphe au mufle bestial et à la queue de bouc, renversé à ses pieds. De la main gauche (perdue), le saint tenait une balance dont les plateaux semi-ovoïdes portent deux petites figures nues orantes représentant les âmes des défunts.

La console porte sur sa face un écusson armorié.

Inscriptions & marques armoiries, peint, partiellement illisible
Précision inscriptions

Armoiries (en grande partie effacées) sur l'écu de la console : écartelé, aux 1 et 4 de... à l'oiseau (?) de... posé sur un mont (?) de... ; aux 2 et 3 d'or à trois chevrons de...

États conservations manque
traces de peinture
Précision état de conservation

Il manque la main gauche du saint (qui était rapportée), la colonne de la balance et la partie droite de son fléau, ainsi que la moitié supérieure de la lance ; des ailes rapportées (en bois peint ?) étaient peut-être ancrées dans le dos de l'archange (le revers des épaules n'a pu être examiné). Épaufrures sur le bord senestre de l'écusson de la console. L'ensemble de la statue (notamment la tête du démon, les bras et les genoux de Michel) et l'écu armorié ont conservé quelques traces de polychromie ancienne (d'origine ?) : ocre rouge, gris-bleu et noir.

Rare statue en pierre de la fin du XVe ou du début du XVIe siècle conservée dans une église des Landes.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre À signaler
Protections classé au titre objet, 1957/07/23

Références documentaires

Périodiques
  • SUAU Jean-Pierre. "Une statue en pierre polychrome de la fin du XVe siècle, trop méconnue et exceptionnelle dans les Landes : le Saint-Michel de l’église de Saubusse". Bulletin de la Société de Borda, 2015, 3e trimestre, p. 255-272.

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe