Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Église paroissiale Saint-Gilles

Statue de saint Gilles et son piédestal

Dossier IM40006736 réalisé en 2017

Fiche

Dénominations statue, piédestal
Titres Saint Gilles
Aire d'étude et canton Saint-Sever
Adresse Commune : Montgaillard
Emplacement dans l'édifice collatéral sud, 1ère travée, mur ouest

Cette statue représente saint Gilles, patron de la paroisse et titulaire de l'ancienne église priorale de Montgaillard. Le légendaire ermite athénien retiré en Languedoc est ici revêtu, non du froc bénédictin habituel, mais d'ornements sacerdotaux séculiers, et accompagné de son attribut traditionnel, la biche qu'il aurait sauvée des chasseurs du roi Flavius. La "statue en bois doré de saint Gilles" fut livrée en septembre 1854, avec l'autel dédié au saint dans la nouvelle église paroissiale, par "M. Spazzi", certainement Louis Spazzi cadet (1809-1881), de Saint-Sever, dont un encart publicitaire paru à la même époque dans le journal local La Chalosse précise qu'il "t[enait] un grand assortiment de statues religieuses, soit en plâtre doré, en carton-pierre, en terre cuite, en ciment romain, en bois doré et en marbre". Il est probable toutefois que Spazzi, marbrier et stucateur, faisait seulement office de revendeur en cette occasion.

Après la réaffectation de l'autel de saint Gilles en faveur de saint Joseph (vers 1938), la statue fut déplacée à l'extrémité occidentale du collatéral sud et dotée d'un piédestal moderne sur lequel furent fixés deux éléments en remploi : le médaillon en marbre, gravé d'une mitre et du monogramme du saint, qui ornait le tombeau de son autel, et un panneau en bois, sculpté d'armoiries épiscopales, provenant du lambris posé en 1659 par le curé Daniel Filhot dans le chœur de l'ancienne église priorale.

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle
Principale : 3e quart 17e siècle
Dates 1854, daté par source
1659, daté par source
Auteur(s) Auteur : Spazzi Louis, dit(e) Spazzi cadet,
Louis Spazzi , dit(e) Spazzi cadet (1809 - 1881)

Stucateur et marbrier d'origine italienne, né (sous le nom de Luigi Mansueto Spazzi) à San Giorgio, Pellio Superiore (province de Côme), le 18 février 1809, de Domenico (ou Carlo) Spazzi et de Maddalena Peduzzi. Installé à Saint-Sever (Landes) en 1835 quelques années après son frère aîné Alexandre, auquel il est associé de 1835 à 1852 environ, avant de s'installer à son compte avec son compatriote Jacques Galimberti. Marié à Saint-Sever, le 10 décembre 1850, avec Marguerite Barrère (Saint-Sever 9.12.1819 - ?), fille de Jean Barrère et de Jeanne Daugreilh ; dont une fille unique, Jeanne Marie Madeleine (Saint-Sever 11 septembre 1851, mariée à Saint-Sever en 1876 avec le serrurier Henry Paul Renard). Louis Spazzi meurt à Saint-Sever, rue du Belloc, le 23 mars 1881. Sources : AC Saint-Sever (recherches et communication par l'abbé Dominique Bop).

Un encart publicitaire paru dans le journal local en 1866, orné d'une gravure de monument funéraire, porte le texte suivant : "Marbrerie de Louis SPAZZI, 2e-né, à Saint-Sever (Landes). Le sieur Louis SPAZZI offre ses services de marbrier, stucateur et décorateur d'églises et autres monuments publics ou particuliers. / En outre, il vient de rejoindre à lui le sieur GALIMBERTI, marbrier-sculpteur très-intelligent venant de la belle Italie et qui s'occupe aujourd'hui à faire des autels gothiques, style du XIVe siècle, et des monumen[t]s funèbres soit en pierre ou en marbre. / Il sculpte également des armoiries, des écussons, des attributs industriels ou commerciaux, et grave des lettres gothiques, ossuaires, romaines, égyptiennes, italiennes, etc. / Ses prix sont toujours très-modérés, quel que soit le perfectionnement du travail."

Un autre encart porte : "Avis aux amateurs des arts. Le sieur LOUIS SPAZZI cadet, marbrier à St-Sever (Landes), tient un grand assortiment de statues religieuses, soit en plâtre doré, en carton-pierre, en terre cuite, en ciment romain, en bois doré et en marbre, à des prix très-modérés. / Il tient aussi un grand assortiment de Marbre de toute qualité. / Nota. On est prié d'adresser les lettres à M. Louis SPAZZI cadet, marbrier à St-Sever (Landes).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur, marchand, attribution par source
Personnalité : Filhot Daniel,
Daniel Filhot

Prieur et curé de Montgaillard (Landes) au milieu du XVIIe siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
commanditaire, attribution par source

La statue est monoxyle, y compris la biche (dont seule la partie antérieure du corps est figurée) et le socle (à angles antérieurs coupés) ; seule l'étole, en zinc découpé, est rapportée. Un petit taquet cloué sur l'angle antérieur droit du socle devait servir au maintien d'un attribut rapporté, peut-être une crosse abbatiale. Le dos est évidé. Le bois est entièrement peint en polychromie et doré au pinceau.

Le piédestal cubique (moderne) est en ciment peint. Sur sa face sont apposés deux éléments en remploi : un panneau rectangulaire horizontal en bois peint faux marbre vert et doré à la feuille, surmonté d'un médaillon en marbre blanc au décor gravé et doré.

Catégories sculpture, marbrerie, maçonnerie
Structures revers évidé
Matériaux bois, peint, polychrome, doré à la poudre
ciment, peint
marbre uni, blanc, poli, gravé, doré
bois, mouluré, décor en bas relief, décor dans la masse, peint, faux marbre, doré à la feuille d'or à l'eau
zinc, découpé, peint, polychrome, doré
Mesures h : 173.0
la : 62.0
pr : 35.0
h : 52.0
h : 43.0
la : 74.5
h : 29.0
la : 33.0
Iconographies saint Gilles et la biche, évêque, chape, étole
écu, armoiries, cartouche, cuir découpé
mitre, monogramme
Précision représentations

Saint Gilles est figuré sous les traits d'un vieillard chauve à la longue barbe fleuve, revêtu d'ornements sacerdotaux modernes : soutane noire ourlée d'or, aube de lin bordée de dentelle à motifs floraux, serrée à la taille par une ceinture de corde, chape de damas doré à doublure rouge, étole dorée à décor de croix ancrée et de rinceaux. Le saint, la main droite posée sur le cœur, semble désigner de la gauche un objet disparu, autrefois posé sur le côté droit du socle. Couchée contre le côté dextre de Gilles, la biche qu'il sauva lors de la chasse du roi Flavius.

Sur la face du piédestal, deux éléments rapportés : un médaillon en marbre, gravé d'une mitre orfévrée sur laquelle sont inscrites les initiales SG (= saint Gilles) ; un panneau en bois peint et doré sur lequel est sculpté un cartouche ovale à cuirs et volutes portant des armoiries épiscopales.

Inscriptions & marques armoiries, sculpté
Précision inscriptions

Armoiries (dans le cartouche remployé sur le piédestal) : De... au chevron de... accompagné en chef de deux étoiles de... et en pointe d'un agneau de... sur un croissant de... ; ornements extérieurs : mitre et crosse, deux palmes.

États conservations oeuvre composite
partie en remploi
mauvais état
manque
Précision état de conservation

La peinture du socle de la statue est écaillée, la préparation de plâtre fissurée. Il manque un attribut, qui était maintenu par un taquet en bas à droite du socle. Le piédestal moderne est orné de deux éléments en remploi (voir description et historique). Le cadre du panneau en bois remployé est en mauvais état, rongé par des insectes xylophages.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre À signaler
Protections inscrit au titre objet, 2001/17/12
Précisions sur la protection

Arrêté de protection : statue de saint Gilles, bois peint et doré, XVIIe-XIXe siècles.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Monographie paroissiale de Montgaillard, 1887.

    Archives diocésaines, Dax
  • Inventaire des biens dépendant de la fabrique (22 février 1906).

    Archives départementales des Landes : 70 V 230/9
  • Service du patrimoine et de l'Inventaire. Dossier de pré-inventaire de l'église de Montgaillard, 1969.

    Service du patrimoine et de l'Inventaire, région Aquitaine
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe