Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Église paroissiale Saint-Remi

Statue de la Vierge orante et sa console

Dossier IM40005688 réalisé en 2014

Fiche

Dénominations statue, console
Titres Vierge orante
Aire d'étude et canton Mugron
Adresse Commune : Hauriet
Emplacement dans l'édifice sacristie, mur nord

La statue est probablement la "statue de la Vierge" dont le don fut sollicité le 30 novembre 1863 par la fabrique auprès de l'impératrice Eugénie. L’œuvre "en carton-pierre de 0m70" (la statue étudiée mesure bien 69 cm, mais est en plâtre), "sortie des ateliers de M. de Launoy à Paris, rue de Madame n° 40", parvint à Hauriet le 17 octobre 1864 aux frais de la fabrique, qui décida que "la statue prendra[it] le titre de Notre-Dame du Saint Rosaire". Le nom de Launoy - s'il n'est pas écorché dans le registre de fabrique - ne figure pas dans les dictionnaires de sculpteurs ou de fabricants statuaires du XIXe siècle.

La console en bois doré est un remploi.

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle
Dates 1864, daté par source
Stade de création oeuvre de série
Lieu d'exécution Commune : Paris
Auteur(s) Auteur : Launoy de,
Launoy de

Fabricant de statues à Paris (40, rue Madame) sous le Second Empire.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
fabricant de statues, attribution par source
Personnalité : Montijo Eugénie de, dit(e) impératrice des Français,
Eugénie de Montijo , dit(e) impératrice des Français (1826 - 1920)
Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
donateur, attribution par source

Statue (petite nature) en plâtre polychrome ; socle semi-circulaire peint en noir, homogène avec la figure. Console en bois doré à la mixtion sur assiette rouge, avec décor d'apprêt gravé.

Catégories sculpture
Structures revers sculpté
Matériaux plâtre, moulé, peint, polychrome
bois, tourné, gravé, doré à la feuille d'or à l'huile, avec assiette, apprêt gravé
Mesures h : 69.0
h : 27.0
Iconographies Vierge, enfant, orant, nuée
ornementation, cannelure
Précision représentations

La Vierge enfant, vêtue d'une longue robe bleue rehaussée d'or (ceinture, ourlet des manches, corsage), est figurée en oraison, les mains jointes, debout sur une nuée.

La dorure de la console est gravée de cannelures.

Précision état de conservation

La dorure de la console est lacunaire.

Statut de la propriété propriété de la commune (?)

Annexes

  • Extraits du registre des délibérations du conseil de fabrique de Hauriet (1842-1906) concernant la demande et l'envoi d'une statue de la Vierge, 1863-1864 (AP Hauriet)

    - 1864 (3.4) : "Sur la proposition de M. le curé de la paroisse, qui nous a communiqué une lettre de M. le directeur de l'administration des beaux-arts de la Maison de l'Empereur, en date du 10 Xbre 1863 à l'effet de faire prendre à la fabrique de Hauriet l'engagement d'acquitter les frais d'emballage et de port d'une statue de la Ste Vierge demandée à Sa Majesté l'Impératrice le 30 9bre 1863 dans une pétition signée par les principaux habitants de la paroisse, nous avons pris à l’unanimité l'engagement, le cas échéant, d'acquitter tous ces frais."

    - 1864 (octobre) : "Le 17 8bre 1864 nous avons reçu une statue de la Vierge, sortie des ateliers de Mr de Launoy de Paris, Rue de Madame n° 40. Cette statue est en carton-pierre, hauteur 0m70c et revient, rendue à domicile, tous frais compris 49,58. 30 f. ont été fournis par la Fabrique, j'ai [le curé Coq] dû faire le reste. Comme je tenais à l'inaugurer au plus tôt, j'ai fait savoir au peuple que le dimanche suivant, il y aurait aux vêpres une cérémonie religieuse à ce sujet. Elle a eu lieu avec un grand concours de monde, la Vierge reposant sur un trône gracieusement décoré, a été portée solennellement en procession par de jeunes filles vêtues de blanc [...]. Ce n'est pas tout, Mr le Curé a renouvelé l'appel chaleureux qu'il avait déjà fait au peuple, le matin aux deux messes. Il a dit qu'il ferait une quête pour la Paroisse, pour pouvoir faire restaurer l'autel de la Vierge qui ne pouvait pas convenablement recevoir la statue, vu l'état de délabrement dans lequel il se trouvait. Pour exciter une pieuse émulation, il a employé les motifs les plus forts, l'amour de la Vierge, la protection qu'on devait en attendre, l'honneur de la Paroisse. En outre, il a fait savoir que, pour ne pas les laisser seuls à cette bonne œuvre, il venait d'écrire aux propriétaires forains pour réclamer quelque chose de leur pieuse munificence. Cette lettre a été envoyée à 16 propriétaires forains, hommes ou femmes ; voici en quels termes elle était conçue : / Une personne pieuse vient de donner à notre église une statue de la Vierge que nous devons solennellement inaugurer dimanche prochain. Malheureusement l'autel consacré à la Mère de Dieu se trouve dans un tel état de délabrement, que la statue ne saurait y rester convenablement placée : il importe donc de le restaurer au plus tôt. La fabrique ne pouvant prendre cette dépense à sa charge, j'ai résolu d'adresser un appel à la charité des habitants de Hauriet et des personnes honorables qui possèdent des propriétés dans la paroisse. [...] / Suit la liste des bienfaiteurs et bienfaitrices, pour la réparation de l'autel de la Ste Vierge dans la paroisse de Hauriet. La statue prendra le titre de Notre-Dame du St Rosaire. / L'Autel a été réparé en 1864 par M. Lamarque, doreur résidant à Aire-sur-l'Adour. Commencés le [blanc] 1864, les travaux ont été terminés [blanc]. Les diverses sommes reçues égalent la somme de [blanc]. Les diverses sommes dépensées égalent la somme de [blanc]. / Pour certificat, / Coq, curé de H. / Liste des souscripteurs qui ont contribué à la réparation de l'autel consacré à la Mère de Dieu dans la Paroisse de Hauriet, année 1864. Notre-Dame du très-saint Rosaire, protégez-les !" [suit la liste des 28 noms]

Références documentaires

Documents d'archives
  • Registre des délibérations de la fabrique de Hauriet (1842-1906).

    Archives paroissiales, Hauriet
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe