Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Église paroissiale et abbatiale Notre-Dame de Maylis

Statue : Christ en croix

Dossier IM40005855 réalisé en 2015

Fiche

Dénominations statue
Titres Christ en croix
Aire d'étude et canton Mugron
Adresse Commune : Maylis
Emplacement dans l'édifice croisée du transept

Cette sculpture fut acquise à la fin des années 1950 par la communauté olivétaine de Maylis (installée dans les lieux depuis 1946) auprès d'un antiquaire. Elle est datée du XIVe siècle dans les ouvrages consacrés au sanctuaire. Si la morphologie du torse, l'aspect de la chevelure et de la barbe, l'expression apaisée du visage présentent en effet les caractères de cette époque, le court périzonium au drapé souple et au pan flottant, couvrant le bassin mais non les cuisses, est très différent des linges longs et plissés que l'on observe généralement sur les Christs du gothique "classique". Sans remettre en cause l'authenticité de l’œuvre, une datation dans le courant du XVe siècle semble toutefois plus recevable.

Période(s) Principale : 15e siècle , (?)

Les bras sont chevillés au niveau des épaules, la mèche de cheveux pendant sur l'épaule dextre est rapportée et clouée, le pan flottant du perizonium paraît sculpté dans la masse, le revers est semi-plat. La croix est moderne.

Catégories sculpture
Structures revers ébauché
Matériaux bois, peint, faux bois
Mesures h : 100.0
Iconographies Christ, Christ en croix
Précision représentations

Le Christ est représenté mort, les yeux clos, la tête penchée sur l'épaule dextre, les pieds cloués l'un à côté de l'autre, les hanches ceintes d'un perizonium court drapé sur le côté dextre. Les cheveux sont lisses, coiffés avec une raie médiane et des enroulements sur les tempes, ainsi que de longues mèches torsadées tombant sur l'épaule dextre ; la barbe est légèrement bifide, la moustache épaisse et tombante. Le modelé du torse s'inscrit dans la tradition gothique : pectoraux confondus avec les deltoïdes, thorax avec angle chondro-costal en arc brisé, bourrelet aux extrémités des côtes et digitations du grand dentelé visibles.

États conservations partie remplacée
Précision état de conservation

La croix est moderne. Le bois a probablement été décapé et ciré.

Statut de la propriété propriété d'une association cultuelle
Intérêt de l'œuvre À signaler

Références documentaires

Bibliographie
  • Notre-Dame de Maylis, son sanctuaire, son abbaye. Lyon : Lescuyer et Fils, 1962.

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe