Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Site d'écluse d'Aubas

Dossier IA24001517 réalisé en 2011

Fiche

Á rapprocher de

Parties constituantes non étudiées barrage, maison
Dénominations site d'écluse
Aire d'étude et canton Vallée de la Vézère - Montignac
Hydrographies Vézère la
Adresse Commune : Aubas
Lieu-dit : le Port
Adresse :
Cadastre : 1996 ZC non cadastré

Le site d'écluse d'Aubas, commencé entre 1826 et 1827 par la société Mévil sur la base des plans de l'ingénieur Conrad est repris et terminé entre 1841 et 1843 par le Service de la navigation. Il remplace un ancien passelis établis en amont à la fin du XVIIe siècle. Équipé d'une remise éclusière, ce sera le seul site pratiquement achevé de la voie navigable. L'écluse est ouverte à la circulation en 1843. Entre mars 1844 et février 1845, 283 bateaux en descente et 265 en montée sont passés par l'écluse, l'essentiel du trafic couvrant la période hivernale. Vers l'aval, les couraux (50 tonneaux environ) ont transporté planches, madriers, merrains, feuillards, carassons et dans une moindre mesure, de la houille et de la chaux. Vers l'amont, les bateaux ont livré des grains, du sel, de la morue, ainsi que du plâtre et du fer pour approvisionner l'arrière-pays. Le tonnage en descente a été, sur la période, 7 fois plus important qu'en montée. Dès l'entre-deux guerre, le trafic se réduit jusqu'à disparaître.

Période(s) Principale : 2e quart 19e siècle
Dates 1827, daté par source
1843, daté par source
Auteur(s) Auteur : Conrad Philippe Henry,
Philippe Henry Conrad

Entré à l'école nationale des Ponts et Chaussées en 1803. Alors en poste à Nîmes, il est chargé par Louis Becquey du projet de la navigation de la Corrèze et de la Vézère à partir de 1822. Il démissionne le 21 novembre 1830.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
ingénieur des Ponts et Chaussées, ingénieur de l'entreprise, attribution par source

L'écluse d'Aubas est implantée le long de la rive droite de la Vézère, à l'issue du barrage du moulin d'Aubas situé sur l'autre rive. C'est une écluse à sas composée de deux bajoyers droits construits en pierre de taille, autrefois équipés, en aval et en amont, de portes busquées (disparues). L'ensemble délimitait un bassin de 5,20 m de largeur pour 28,80 m de long au total, soit une longueur inférieure au gabarit freycinet (1879). L'installation de l'usine électrique sur l'ancien moulin a nécessité une rehausse du barrage entrainant la submersion saisonnière du dispositif. Aujourd'hui, un système de vanne remplace les portes aval de l'écluse et une passe à poisson en béton a été aménagée sur une partie du sas.

Murs calcaire pierre de taille
États conservations vestiges
Statut de la propriété propriété de la commune

Références documentaires

Documents figurés
  • Recueil de cartes, plans et profils des ouvrages faits pour la navigation de diverses rivières de Guyenne, levés par M. Ferry dans la visite qu'il en a faite à la fin de l'année 1696. Avec des remarques & mémoires sur lesdits ouvrages. Dessin, encre et aquarelle, par François Ferry, 1696.

    Planche E Archives départementales de la Gironde : 3 JC 17
  • "Rivière de Vézère, établissement d'un passage à poissons au barrage d'Aubas, plan général du barrage et profil en long sur l'axe du passage". Dessin, encre et aquarelle, par E. Roman, 1888.

    Archives départementales de la Dordogne : 3 S 686
(c) Conseil départemental de la Dordogne ; (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Marabout Vincent