Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Lycée Jean-Garnier

Sculpture en briques

Dossier IM40007150 réalisé en 2017

Fiche

Dénominations sculpture
Titres
Aire d'étude et canton Nouvelle-Aquitaine
Adresse Commune : Morcenx
Lieu-dit : Adresse : 24 rue Henri-Barbusse
Cadastre : 2018 OF 2416
Emplacement dans l'édifice détruite

En avril 1969, les architectes de la Cité scolaire de Morcenx, Pierre Bertrand, Pierre Bertran de Balanda et Antoine Debré suggèrent, pour la décoration au titre du 1%, au Ministère des Affaires Culturelles, de faire travailler le couple de sculpteurs Sido (Gisèle Sidoti dite Sido, 1934-1986) et François Thévenin (1931-2016). La candidature de ces artistes ayant déjà provoqué des réserves de la commission ministérielle, le Chef du Service de la Création artistique, Bernard Anthonioz, propose aux architectes de ne leur confier la décoration que d'un établissements sur les deux que compte la Cité et de choisir un autre artiste pour l'autre établissement.

En juin 1970, Antoine Debré transmet ainsi au Ministère un projet pour le CES et le CET qu'il argumente ainsi : "S'agissant d'un programme de deux collèges groupés et réalisés suivant un procédé de préfabrication lourde, l'intégration aux bâtiments du projet de décoration ne paraissait pas souhaitable et aurait été de nature à retarder la mise à disposition des locaux. par contre, l'implantation à l'extérieur de ceux-ci d'éléments décoratifs participant à la mise en valeur des abords et s'intégrant au paysage semble une solution intéressante. [...] Dans cette perspective, nous proposons la réalisation, au titre du crédit de la 2ème tranche, des deux entrées principales sur l'avenue Henri Barbusse. Le projet de décoration au titre du crédit de la 1ère tranche constitué par l'aménagement du chemin d'accès entre CES et demi-pension fait l'objet d'une étude en cours avec un autre artiste." Sido et François Thévenin proposent donc essentiellement de décorer deux grands portails à l'aide de grilles en fer et d'éléments en bronze qui viendraient s'agrafer sur des bâtis en maçonnerie.

Le rapporteur de la commission ministérielle, l'historien d'art Maurice Allemand (1906-1979), émet, en janvier 1972, un avis sévère sur ce projet. Il écrit : " Le traitement des parties ouvrantes des grilles est inutilement compliqué, et détruit l'effet que pourrait produire la présence d'éléments très travaillés entre des grilles de conception toute simple ; l'esprit de ces portails a quelque chose de vieillot qui me rappelle fâcheusement ce qu'il n'y avait pas de mieux à l'exposition de 1925 [...]. D'ailleurs, l'examen du dossier des artistes montre un talent de purs décorateurs ayant l'amour des formes compliquées, de ce faux baroque qui correspond trop souvent à un retour au plus mauvais goût 1900. Je pense donc que, malgré l'importance très relative du crédit, il y aurait lieu d'inviter l'architecte à faire appel à un autre artiste et peut-être à changer de parti de décoration." La commission tempère quelque peu ces remarques et conclut qu'il convient de demander une nouvelle maquette aux artistes.

En novembre 1972, Lallemand étudie cette nouvelle maquette et ne paraît pas plus convaincu : "C'est ennuyeux et anachronique, et, connaissant, par leur dossier, l'art inutilement tourmenté de M. et Mme Thévenin, je serais d'avis de demander aux architectes de faire appel à un autre artiste, avec le même programme qui, bien traité, peut être très intéressant." La commission ajoute de sérieuses réserves sur le plan technique et de la sécurité, d'où son refus de confier la décoration de la Cité scolaire au couple Thévenin.

En mai 1973 la commission valide l'attribution du marché de décoration du CES à l'artiste Jacques Roch-Berny, pour une sculpture ayant la forme d'un serpent, réalisée en parpaings et béton armé, et revêtue d'une projection de laque polyuréthane.

Pour le CET, les architectes se tournent vers le sculpteur parisien Henri Gautret (1934-) avec qui ils ont déjà collaboré. Dans leur rapport de présentation en février 1975, ils expliquent ainsi que l’œuvre, une structure ronde en briques apparentes, sera placée dans l'espace central du CET, où conflueront plusieurs allées. Ce projet, pour un montant de 36 634 F est validé en mai 1975 par la commission du Ministère des Affaires culturelles.

Cette œuvre a été détruite dans les années 2000.

Période(s) Principale : 3e quart 20e siècle , (détruit)
Dates 1975
Stade de création
Auteur(s) Auteur : Gautret Henri,
Henri Gautret (1934 - )

Élève de l'école des Beaux-Arts de Nantes puis de Paris où il suit l'enseignement du sculpteur Louis Leygue.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur, attribution par source

Au centre des bâtiments et marquant l'accès des élèves aux ateliers, l’œuvre formait un espace sculpté de forme circulaire, en briques apparentes, composé d'une surface plane cernée en partie par deux volumes.

Catégories sculpture
Matériaux brique
Mesures :
Précision dimensions

Dimensions de l'espace circulaire : 6,5 m de diamètre ; hauteur entre 0.70 et 1,5 m.

États conservations oeuvre détruite
Précision état de conservation

L’œuvre a été détruite dans les années 2000.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Bureau de la commande publique, 1% (1948-1983). Nom de la commune : Morcenx. Date de l'arrêté : 03/07/1975. Nom de l'artiste : Gautret Henri, 1975.

    Archives nationales, Paris : 19880466/106
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maison-Soulard Laetitia - Lycéens - PEAC
Lycéens - PEAC

Dans le cadre d'un partenariat avec le rectorat de Bordeaux, au sein d'un "Parcours d’Éducation Artistique et Culturelle" (PEAC), les lycéens enquêtent sur l'histoire et le patrimoine de leur lycée. Ils sont donc mentionnés comme contributeurs "enquêteurs" lorsqu'ils ont apportés des éléments à un dossier sur leur lycée.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.