Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Église paroissiale Notre-Dame

Retable du maître-autel

Dossier IM40006596 réalisé en 2016

Fiche

Dénominations retable
Appellations du maître-autel
Aire d'étude et canton Saint-Sever
Adresse Commune : Audignon
Emplacement dans l'édifice choeur

Ce monument exceptionnel constitue un unicum pour l'ensemble du patrimoine religieux landais. Il s'agit en effet du seul retable en pierre du XVe siècle presque complet actuellement conservé dans une église du département - mais les sources d'archives ont gardé trace d'autres exemples de retables gothiques disparus, parmi lesquels celui de Saint-Pierre de Brocas (Montaut), à proximité immédiate d'Audignon, dont quelques maigres fragments sont conservés. En avril 1962, l'abbé Francis Rousseau, curé d'Audignon, redécouvrit l'ouvrage, masqué deux siècles et demi durant par un grand retable du sculpteur Chadel, exécuté en 1724-1725. L'installation de ce meuble monumental avait entraîné la mutilation du retable gothique, dont les corniches et reliefs furent arasés afin de pouvoir y plaquer plus aisément le nouveau décor. Celui-ci fut déposé le 3 août 1962, puis remonté à l'extrémité occidentale du collatéral sud en décembre 1964. Le retable gothique fut restauré après 1973 ; les peintures, extrêmement dégradées, ont fait l'objet d'amples restitutions, en certains endroits à partir de vestiges peu signifiants.

La datation du retable a suscité plusieurs hypothèses contradictoires : son inventeur Francis Rousseau penchait pour une création des dernières décennies du XVe siècle, hypothèse étayée selon lui par la découverte, dans le dallage du chœur, d'une monnaie de la reine de Navarre Catherine de Foix, datée de 1483-1484. Paul Roudié (1969), se fondant sur des similitudes avérées avec le retable de la chapelle Notre-Dame de la Rose à la basilique Saint-Seurin de Bordeaux, proposait d'avancer la datation au second quart du XVe siècle et rapprochait l'ouvrage des créations anglaises de style "perpendiculaire" ou decorated. Marie-Pasquine Subes-Picot (1990), tout en soulignant les parentés des "conceptions ornementales" avec le style du XIVe siècle, envisage une datation au milieu du siècle suivant. L'analyse des techniques de dorure par Aurélie Mounier (2010) tendent à appuyer cette dernière hypothèse, tout comme certains détails de costumes (par exemple dans l'Adoration des mages ou le Massacre des Innocents).

Les peintures ont fait l'objet au fil du temps de nombreux repeints et surpeints difficiles à dater : ainsi l'un des prophètes du registre supérieur (neuvième travée) fut-il recouvert d'un saint Roch avec son bourdon, montrant sa cuisse blessée (figure éliminée lors de la restauration). En outre, des armoiries furent surajoutées à la scène de l'Annonciation, au-dessus de la porte, peut-être au début du XVIIe siècle. Les armes à dextre, peu lisibles, ont été identifiées comme celles de Philippe Cospéan, évêque d'Aire de juin 1606 à octobre 1621 (mais elles présentent plusieurs variantes par rapport à celles de ce prélat). Quand à l'écu à senestre, aujourd'hui totalement indéchiffrable, son identification par F. Rousseau avec celui du pape Urbain VIII (1623-1644) ne peut être retenue, entre autres pour d'évidentes raisons chronologiques. Du reste, aucun des deux écus n'est accompagné des insignes des dignités de leurs supposés titulaires.

Période(s) Principale : milieu 15e siècle , (?)

Le retable, construit en calcaire blanc (sans doute d'origine locale), forme mur-refend entre la travée droite de chœur et l'abside en hémicycle, à laquelle on accède par une porte percée à l'extrémité droite. Il se compose d'un soubassement en pierre appareillée, dépourvu de tout décor, surmonté de deux registres d'arcatures à onze travées. Celles-ci, séparées par des pinacles à dais, sont couronnées de gâbles rectilignes. La travée centrale est occupée par une grande niche régnant sur la hauteur des deux registres et couverte d'une petite voûte à croisée d'ogives ; elle contenait probablement une statue de la Vierge, patronne de l'église. Les trois travées sud de l'arcature inférieure sont remplacées par la porte à linteau en accolade qui donne accès à l'abside. Les arcatures du registre supérieur sont divisées par une colonnette médiane qui soutient le remplage ornemental du gâble. L'intérieur de chacune des arcatures, ainsi que le dessus de la porte et le dessous de la niche centrale, sont ornés de peintures figurées polychromes, rehaussées d'une dorure à la feuille d'or (sur calcite, noir de carbone, minium, ocre jaune et huile selon les analyses d'Aurélie Mounier, 2010). Le décor architectural est aussi peint en bleu-gris, vert, rouge et or.

Catégories taille de pierre, sculpture, peinture
Structures plan, rectangulaire élévation, droit travée, 11 niveau, 2
Matériaux calcaire, appareillé, mouluré, décor en relief, décor dans la masse, peint, polychrome, doré à la feuille d'or à l'huile
Mesures h : 340.0
la : 465.0
pt : 40.0
Précision dimensions

Soubassement (premier bandeau compris) : h = 123 ; registre inférieur : h = 90 ; deuxième bandeau : h = 18 ; registre supérieur : h = 87. Travées : la = 45. Arcatures : pr = 10. Niche centrale : h = 202 (sous la voûte) ; h = 130 (du culot à la voûte). Porte : h = 170 ; la = 67 (dimensions actuelles) ; h = 150 ; la = 56 (dimensions restituées).

Iconographies cycle narratif, vie de la Vierge, Annonciation, Nativité, Présentation au Temple, Adoration des Mages, Massacre des Innocents, Fuite en Egypte, Calvaire, Couronnement de la Vierge, Assomption
groupes de figures, Collège apostolique, prophète, David, attribut
ornementation, ornement à forme architecturale, gable, pinacle, remplage, frise, crochet végétal, angelot
Précision représentations

Registre inférieur : scènes de la vie de la Vierge, patronne de l'église d'Audignon (Mystères joyeux, douloureux et glorieux). La séquence chronologique commence avec la scène figurée au-dessus de la porte : l'Annonciation (l'archange tient un phylactère où était inscrite la salutation angélique, la Vierge agenouillée fait un geste d'acceptation ou d'accueil, la colombe du Saint-Esprit survole un vase empli d'un bouquet de lys), puis se poursuit à partir de l'extrémité nord, de gauche à droite : Nativité (la tête de Joseph est entourée d'un nimbe en forme d'étoile, un ange dans le soufflet sommital tient un phylactère avec l'inscription Gloria in excelsis Deo) ; Présentation au temple (le grand prêtre est vêtu en évêque mitré, Joseph porte un nimbe en forme d'étoile, une servante à gauche porte l'offrande des deux colombes dans un panier) ; Adoration des mages (les mages sont coiffés de chaperons noirs à couronne dorée, le page à droite porte des chausses jaunes effilées, l'étoile des mages est peinte dans le soufflet sommital) ; Massacre des Innocents (Hérode en armure dorée trône sous un dais rouge à droite, les soldats armés de toutes pièces embrochent les enfants sur leurs épées) ; Fuite en Égypte (Joseph nimbé d'une étoile guide l'âne que monte la Vierge, un ange en vol désigne le palmier-dattier qui nourrira la Sainte Famille) ; Calvaire (sous le culot de la niche centrale, les figures de la Vierge et de saint Jean sont détruites) ; Couronnement de la Vierge (la Vierge couronnée par son Fils, trois anges et la colombe du Saint-Esprit les survolent) ; Assomption (représentée après le Couronnement de la Vierge ; la Vierge mains jointes s'élève dans le ciel, entourée du Collège apostolique et d'anges aux ailes roses et rouges).

Registre supérieur : programme typologique mettant en parallèle des couples de prophètes et d'apôtres, thème fréquent depuis le début du XIIIe siècle (rose sud de la cathédrale de Chartres, portail des Princes de la cathédrale de Bamberg). Les prophètes sont les préfigures des apôtres, ceux-ci les "fils des prophètes". Seuls certains des personnages sont actuellement identifiables par leurs attributs ; chacun tient un phylactère où son nom devait être inscrit à l'origine. De gauche à droite : saint Pierre (clef) et le roi David (portant un turban couronné et tenant une harpe [peut-être une extrapolation ou recréation du restaurateur]) ; un apôtre (en robe rouge et manteau ocre-jaune, tenant un livre à reliure noire) et un prophète (glabre, vêtu de rouge et de jaune, tenant un livre rouge), peut-être Isaïe ; saint Jean l'Évangéliste (jeune homme glabre en vert et rose, tenant un calice) et un prophète (en rouge, portant un turban), peut-être Jérémie ; saint André (en vert et rose, avec sa croix en X) et un prophète (en rouge et blanc, coiffé d'un haut bonnet conique), peut-être Ézéchiel ; saint Matthieu (?, tenant une petite hache) et un prophète (vêtu de rouge, la tête couverte d'une large coiffe ocre-jaune) ; saint Barthélemy (?, en rouge et vert, tenant un coutelas) et un prophète (vêtu d'une houppelande rose bordée de rouge) ; saint Philippe (?, en rouge et blanc, tenant une lance ou un long bâton) et un prophète (vêtu d'une houppelande jaune bordée de rouge, coiffé d'un bonnet conique) ; saint Jude Thaddée (?, en vert et rose, tenant un bâton ou une lance) et un prophète (en manteau rouge bordé d'hermine [autrefois recouvert d'un saint Roch avec bourdon]) ; un apôtre (en vert) et un prophète (en rouge, coiffé d'un turban et tenant un livre ?) ; saint Jacques le Mineur (en rouge et vert, tenant une massue) et un prophète (en rouge et blanc, coiffé d'un haut bonnet conique).

Décor sculpté : pinacles à dais fleuronné entre les arcatures des deux registres ; gâbles à feuilles (sur les rampants) et remplage polylobé ; frise de trèfles sur le bandeau sommital ; frise de feuilles simples ou lobées (sur le bandeau médian, en grande partie détruit) ; tête ou buste d'ange ailé sur le culot de la niche centrale ; tiges à feuilles trifoliées sur les chapiteaux des piédroits de la porte.

Inscriptions & marques inscription concernant l'iconographie, latin, peint, sur l'oeuvre, partiellement illisible
armoiries, peint, partiellement illisible
graffiti, peint
marque de tâcheron, gravé
Précision inscriptions

Inscriptions concernant l'iconographie (sur la partie supérieure du premier bandeau, sous les scènes de la vie de la Vierge : écriture gothique textura, avec minuscules noires et capitale initiale rouge) : fragments d'inscriptions illisibles sous les scènes de la Présentation au temple (extrait de Luc, 2, 22 ?), de l'Adoration des mages (extrait de Matthieu, 2, 1-12 ?), du Massacre des Innocents (extrait de Matthieu, 2, 16-18 ?) et de la Fuite en Égypte (extrait de Matthieu, 2, 13-14 ?). Les inscriptions sous les autres scènes sont entièrement détruites. Dans la scène de l'Annonciation, le phylactère de l'archange porte d'infimes fragments d'inscription (certainement la salutation angélique Ave gratia plena).

Au registre supérieur, les phylactères des prophètes et des apôtres devaient porter le nom du personnage ou une citation de l'Ancien ou du Nouveau Testament en rapport avec lui.

Armoiries (au-dessus de la porte, peintes sur la scène de l'Annonciation). A dextre : Écartelé, aux 1 et 4 de gueules à... ; aux 2 et 3 d'azur à la croix alésée de gueules (sic). A senestre : actuellement illisible (Paul Roudié en 1969, avant la restauration du retable, y avait lu les armes du pape Urbain VIII : D'azur à trois abeilles d'or, peut-être un repeint).

Graffiti (au revers du retable, à la peinture rouge) : 1631 (ou 1621 ?) / delat[..]at / LVBET SAVBVSSE.

Marques de tâcheron sur le soubassement (face ouest).

États conservations oeuvre mutilée
oeuvre restaurée
Précision état de conservation

Le décor sculpté des bandeaux et de la niche centrale, le dais et les pinacles d'amortissement ont été bûchés en 1724 pour permettre l'installation du nouveau retable de Chadel. La porte au sud a été agrandie par mutilation des piédroits et de l'arcade. Le décor peint a subi au fil du temps de nombreux repeints et surpeints ; les inscriptions latines peintes sous les scènes du premier niveau d'arcatures sont presque entièrement effacées. La restauration menée après 1973 a restitué en grande partie les scènes légendaires et les figures bibliques.

Unique retable en pierre d'époque gothique conservé intégralement dans les Landes.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre À signaler
Protections classé MH, 1963/03/12

Références documentaires

Documents d'archives
  • Dossier de pré-inventaire de l'église d'Audignon, 1969.

    Service du patrimoine et de l'Inventaire, région Aquitaine
Bibliographie
  • LAVIT, Jean-Georges. "Le retable de l'église Notre-Dame d'Audignon (Landes) : histoire de la seigneurie d'Audignon au XVe siècle". Le grand retable de Narbonne. Le décor sculpté de la chapelle de Bethléem à la cathédrale de Narbonne et le retable en pierre du XIVe siècle en France et en Catalogne. Actes du 1er colloque d'histoire de l'art méridional au Moyen Âge, Narbonne, Palais des Archevêques, 2-3 décembre 1988, Narbonne, 1990.

    p. 121-123
  • SUBES-PICOT Marie-Pasquine. "Étude de l'architecture et du décor sculpté du retable d'Audignon". Actes du 1er colloque d'histoire de l'art méridional au Moyen Âge, Narbonne, Palais des Archevêques, 2-3 décembre 1988, Narbonne, 1990.

    p. 124-130
  • MOUNIER Aurélie. Aurum, argentum et aliae res innumerabiles. Les dorures dans les peintures médiévales du Sud-Ouest de la France. Thèse de doctorat en sciences archéologiques, Bordeaux, Université Michel-de-Montaigne, 2010.

  • MOUNIER Aurélie, DANIEL Floréal. "Sgraffito, zwischgold et brocart appliqué. La dorure dans tous ses états au sein de quelques peintures murales (XIe-XVIe siècle) du Sud-Ouest de la France". Archéo-sciences. Revue d'archéométrie, n° 37, 2013.

    p. 33-40
  • Dictionnaire des églises de France. Sud-Ouest. Paris : Ed. Robert Laffont, [1967]. Tome 3.

    p. 11
Périodiques
  • ROUSSEAU Francis. "Les retables de Notre-Dame en Audignon". Bulletin de la Société de Borda, 1965, n° 320, p. 367-384, et 1966, n° 321, p. 3-14.

  • ROUSSEAU Francis. "Le chœur roman d'Audignon". Bulletin de la Société de Borda, 1969, n° 333, p. 37-58.

  • LAPEYRE André. "Audignon village de Chalosse : l'église Notre-Dame de l'Assomption". Bulletin de la Société de Borda, 1952, n° 1, p. 12-36.

  • DELOFFRE, Raoul, BONNEFOUS, Jean. "Les églises fortifiées des Landes". Bulletin de la Société de Borda, 2001, 464, p. 459-498.

    p. 469

Liens web

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe