Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Église paroissiale Sainte-Madeleine de Bahus-Juzanx

Retable du maître-autel

Dossier IM40006908 réalisé en 2018

Fiche

Dénominations retable
Aire d'étude et canton Saint-Sever
Adresse Commune : Montsoué
Lieu-dit : Bahus-Juzanx
Emplacement dans l'édifice chœur

Ce retable est comparable à plusieurs meubles encore conservés en Chalosse (comme ceux de Saint-Jean d'Aulès, de Saint-Laurent de Caupenne ou d'Audignon, ce dernier daté de 1724). Lors d'une restauration dans les années 1980 est réapparue la signature "Garat" accompagnée de la date 1735. Celle-ci confirme la pérennité en milieu rural de formes fixées dès le dernier tiers du XVIIe siècle, tant dans la composition que dans le détail ornemental. Quant au nom du sculpteur (?) Garat, il n'est pas connu par ailleurs.

Période(s) Principale : 2e quart 18e siècle
Dates 1735
Auteur(s) Auteur : Garat,
Garat

Sculpteur en Chalosse dans la première moitié du XVIIIe siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur, signature

Retable à trois corps délimités par quatre colonnes torses corolitiques d'ordre corinthien portant un entablement droit à ressauts. Le haut soubassement est panneauté ; la contre-table est occupée par un tableau rectangulaire vertical ; chacun des corps latéraux, sur plan oblique, comporte un cadre rectangulaire devant lequel se détache une statue sur console. Un grand panneau rectangulaire, flanqué de larges ailerons en volute encadrant trois statues, est placé en attique au-dessus du corps central ; des frontons ajourés à volutes amortissent les corps latéraux. La structure du soubassement est peinte en vert et ses panneaux en jaune bouton d'or ; celle du niveau médian est peinte du même jaune ; les tables d'entrecolonnement des corps latéraux, le panneau d'attique, les panneaux flanquant la contretable et le fût des colonnes sont peints en rouge vif ; le cadre dédoublé du tableau d'autel est peint en faux marbre veiné vert et rosé (cadre d'origine) et en bleu clair (cadre intérieur du XIXe siècle). Les consoles, les dais en coquille et la moulure d'encadrement des fausses niches, les bases et chapiteaux des colonnes, les ailerons de l'attique, l'architrave et la corniche de l'entablement, les amortissements des corps latéraux, les vêtements des statues et tous les reliefs décoratifs sont dorés à la feuille d'or. Le décor est essentiellement rapporté et cloué, à l'exception de celui des consoles des statues et des fûts des colonnes, ainsi que les fleurs sur les piédestaux des colonnes, sculptés dans la masse.

Catégories menuiserie, sculpture, peinture
Structures corps, 3 colonne, 4
Matériaux chêne, décor en relief, décor en haut relief, décor rapporté, décor dans la masse, peint, polychrome, faux marbre, doré à la feuille d'or à l'eau
Mesures h : 500.0
la : 450.0
pr : 35.0
Précision dimensions

Corps central : h = 500 ; la = 220 (environ). Corps latéraux : h = 450 ; la = 150 (environ). Soubassement : h = 111. Piédestaux des colonnes : h = 111 ; la = 41 ; pr = 38. Socles des colonnes : h = 55 ; la = 32,5. Colonnes : h = 250 ; d = 87.

Iconographies ornementation, chapiteau corinthien, aileron, pot à fleur, panier fleuri, chute végétale, coquille, feston, quadrillage, tournesol
Précision représentations

Le tableau d'autel, dont le cadre d'origine est cantonné de tournesols, est flanqué de deux lourdes chutes de roses, de tournesols et de feuilles. Le piédestal des colonnes corinthiennes est orné d'une fleur sur sa face ; leur fût torse est sculpté de pampres de vigne ; dans les entrecolonnements, des tables rentrantes occupées par des festons de fruits et de fleurs retenus par des draperies enfilées dans des anneaux. Les consoles des statues des corps latéraux sont sculptées (dans la masse) de grandes feuilles d'acanthe enroulées ; le cadre qui sert de fond aux statues, sommé d'une grande coquille en ronde bosse, est peint de croisillons losangiques fleuronnés. Le cadre du panneau d'attique est pareillement décoré et flanqué en outre de chutes de fleurs et de grands ailerons en volute. Les corps latéraux sont amortis par des panneaux ajourés, à découpe chantournée, constitués d'un panier de fruits en demi relief sur un piédouche inscrit entre deux volutes affrontées. Les ressauts de l'entablement à l'aplomb des colonnes sont amortis par de grands vases en ronde bosse, peints en faux marbre et garnis alternativement de tournesols et de feuilles de chêne. Le panneau d'attique était peut-être couronné à l'origine par un motif disparu (voir état de conservation).

Inscriptions & marques signature, peint
date, peint
Précision inscriptions

Signature et date (peints sur le corps latéral droit, à droite de la console de saint Antoine) : GARAT / 1735.

États conservations oeuvre restaurée
repeint
manque (?)
Précision état de conservation

Il manque peut-être un couronnement au panneau d'attique (une effigie de Dieu le Père ?), comme sur le retable, de composition très proche, de Saint-Jean d'Aulès (Doazit) : il aurait pu être supprimé lors de l'abaissement du plafond. Le retable a été restauré en 1987-1988 par des praticiens locaux : la peinture faux marbre brèche qui recouvrait l'ensemble des surfaces lisses a été grattée, révélant (outre la signature du sculpteur et la date) un fond jaune uni (d'origine ?) et un décor de croisillons fleuronnés sur les fausses niches des statues des ailes et du couronnement.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre À signaler
Protections classé au titre objet, 1983/04/29

Références documentaires

Documents d'archives
  • Registre paroissial de Bahus-Juzanx (XVIIe-XVIIIe siècles).

    Archives communales, Montsoué
  • Registre paroissial de Bahus-Juzanx (1823-...).

    Archives communales, Montsoué
  • Dossier de pré-inventaire de la commune de Montsoué, 1969.

    Service du patrimoine et de l'Inventaire, région Aquitaine
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe