Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Église paroissiale Sainte-Catherine

Retable du maître-autel

Dossier IM40006762 réalisé en 2017
Dénominations retable
Aire d'étude et canton Saint-Sever
Adresse Commune : Montaut
Adresse :
Emplacement dans l'édifice chœur

Ce retable date probablement de la fin du XVIIe siècle ou des premières années du XVIIIe. Les trois tableaux qui ornent la contretable et les ailes auraient, selon l'abbé Sébie (1864), été brûlés en place publique la veille de la Pentecôte 1792. En réalité, le tableau central, à l'effigie de la sainte titulaire de l'église, a été retrouvé, collé au revers de la nouvelle toile du XIXe siècle, lors de la restauration des années 2010. Détaché et restauré, il est aujourd'hui présenté dans la chapelle de la Vierge. Les deux tableaux des ailes, peut-être effectivement brûlés à la Révolution, furent remplacés en 1836 par de nouvelles toiles du peintre palois Fidel Gudin.

Période(s) Principale : limite 17e siècle 18e siècle

Retable à trois corps, un central et deux latéraux disposés obliquement et reliés entre eux par des lambris. Chaque corps est flanqué de deux colonnes ioniques cannelées et rudentées sur piédestaux et surmonté d'un couronnement en attique. Deux lambris de demi-revêtement prolongent le retable sur les murs gauche et droit du chœur. Hauteurs décroissantes des corps et lambris du centre jusqu'aux extrémités. Bois peint en faux marbre rouge, vert, beige ; moulures, cadres, rudentures, chapiteaux de colonnes et divers ornements dorés.

Corps central : colonnes portées par des socles, eux-mêmes sur des piédestaux parallélépipédiques décorés de tables rectangulaires ; éléments d'entablement seulement au-dessus des chapiteaux ; couronnement portant un cadre avec une figure en haut relief au centre, flanqué de deux pilastres et surmonté d'une corniche brisée en forme de fronton droit.

Corps latéraux : un entablement brisé relie les deux colonnes ; sur le soubassement et contre une table rectangulaire, un socle d'élévation galbée (plus étroit à la base) porte une statue en ronde-bosse placée dans une niche peu profonde aux angles supérieurs abattus ; couronnement composé d'un cadre cintré à oreilles.

Lambris entre le corps central et les corps latéraux : soubassement uni, deux panneaux superposés (panneau supérieur plus haut) avec chacun une table saillante cintrée à oreilles.

Lambris des extrémités : divisés en deux niveaux ; niveau inférieur occupé par une fausse porte rectangulaire décorée de deux tables superposées (table inférieure plus haute) ; niveau supérieur occupé par un tableau encadré surmonté d'un fronton.

Les lambris (dossiers des stalles) : à gauche, un panneau avec deux tables cintrées à oreilles et un panneau d'amortissement chantourné ; à droite, un panneau central surélevé avec fronton brisé et deux latéraux.

Catégories menuiserie, sculpture
Structures colonne, 6
Matériaux bois, taillé, décor dans la masse, décor rapporté, décor en bas relief, décor en ronde bosse, peint, sur apprêt, faux marbre, doré
Mesures h : 105.0
la : 45.0
h : 80.0
la : 35.0
h : 240.0
h : 206.0
la : 196.0
h : 60.0
h : 150.0
la : 190.0
h : 635.0
Précision dimensions

Dimensions du corps central. Corps latéraux : h = 605 (hauteur totale) ; piédestaux : h = 70, la = 30 ; socles : h = 100, la = 65 ; colonnes : h = 240 ; niches : h = 200, la = 85 ; entablement : h = 55 ; couronnement : h = 140 ; la = 100. Lambris latéraux : portes : h = 165, la = 90 ; bandeau : h = 20 ; cadre : h = 180, la = 105 ; tableaux : h = 160, la = 88. Dossiers des stalles à gauche : h = 106 ; la = 99. Dossiers des stalles à droite : h = 113 : la = 188.

Iconographies Dieu le Père, colombe
ornementation, angelot, vase, pot à feu, couronne végétale, fleur, fruit, tournesol, rose, marguerite, raisin, feuille d'acanthe
Précision représentations

Corps central : couronnement flanqué de deux chutes de fleurs, entouré d'une gloire ; au centre, Dieu le Père à mi-corps en haut relief, entouré de deux angelots, surmonté de deux festons de fleurs et fruits suspendus à un tournesol ; vases godronnés à fleurs (roses, tournesols, marguerites) en amortissement des colonnes ; tableau d'autel surmonté d'une colombe et de deux anges en haut relief portant une couronne de feuilles.

Corps latéraux : quatre anges en ronde bosse de part et d'autre des couronnements décorés, en leur centre, d'un vase à anses fleuri ; trois pots à feu en amortissement ; partie supérieure des niches entourée de tournesols, roses, marguerites, poires, festons, raisins suspendus à un bouillon de feuilles d'acanthe.

Lambris des extrémités : pot à feu et fleurs sur les frontons ; chute de fleurs à côté des portes.

Dossiers de stalles : une palmette en lambrequin et deux volutes (à gauche), festons de feuilles de laurier (à droite).

États conservations oeuvre restaurée
Précision état de conservation

Retable restauré avec l'ensemble du maître-autel en 2015.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre À signaler
Protections classé MH, 1976/05/10
Précisions sur la protection

Arrêté de 1976 : maître-autel, retable, tableau (martyre d'une sainte), 2 statues (saint Pierre, saint Paul), tabernacle, exposition, 6 chandeliers, croix d'autel, 2 tableaux (saint François de Sales, saint Charles Borromée), grille de communion.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Région Aquitaine. Service du patrimoine et de l'Inventaire. Dossier de pré-inventaire de la commune de Montaut, 1969.

Bibliographie
  • CABANOT Jean, MARQUETTE Jean-Bernard, SUAU Bernadette. Guide pour la visite de quelques églises anciennes de Chalosse. Amis des Églises anciennes des Landes. Dax : Barrouillet, 1987.

    p. 36-40
Périodiques
  • SÉBIE, abbé. "Histoire paroissiale. La paroisse de Montaut (Landes) à l'époque de la Révolution française". Revue de Gascogne, tome 5,1864.

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Fascianella Linda