Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Église paroissiale Notre-Dame-de-l'Assomption

Retable du maître-autel, lambris de demi-revêtement et de hauteur

Dossier IM40005406 réalisé en 2014
Dénominations retable, lambris de demi-revêtement, lambris de hauteur
Aire d'étude et canton Mugron
Adresse Commune : Baigts
Emplacement dans l'édifice choeur

Le mobilier et le décor mural du chœur sont datés du début du XIXe siècle par J. Cabanot, J.-B. Marquette de B. Suau dans leur ouvrage sur les églises anciennes de Chalosse. Ce jugement, qui vaut pour le maître-autel proprement dit, paraît toutefois erroné pour le retable et le lambris, qui remontent probablement en partie, comme l'assure la monographie paroissiale de 1888, à l'année 1780, date autrefois inscrite à la clef de l'arc triomphal (où elle fut certainement recouverte lors de la réfection des peintures murales en 1941-1942). Le retable lui-même, avec ses colonnes torses vitinae et ses palmettes de style Régence, paraît même dater des premières décennies du XVIIIe siècle, tout comme l'Assomption qui occupe sa contre-table et les quatre tableaux des Évangélistes (très repeints) qui l'accompagnent. Les éléments ajoutés (ou remplacés) en 1780 sont certainement le lambris de demi-revêtement qui garnit les murs nord et sud du chœur (avec leurs stalles), ainsi que celui qui coffre les piédroits de l'arc triomphal. Enfin, quelques éléments supplémentaires ont été ajoutés au milieu du XIXe siècle : les tableaux d'anges sur les corps latéraux du retable (mais leurs cadres de style Régence sont sans doute des remplois) et les statues de saint Joseph et de l'Immaculée Conception (d'après la Vierge de la Médaille miraculeuse) dans les niches de l'arc triomphal.

Période(s) Principale : 1er quart 18e siècle, 4e quart 18e siècle
Dates 1780

Le chœur est entièrement revêtu d'un lambris de hauteur (de demi-revêtement sous les deux fenêtres) en bois peint de couleur brune avec faux marbre veiné pour les panneaux latéraux du retable et rehauts dorés (à la bronzine) pour la totalité des moulures et reliefs. Le lambris forme dans la partie orientale un retable à trois corps scandés par des colonnes torses corinthiennes montées sur de hauts piédestaux à trois niveaux ; la contre-table du corps central est occupée par un grand tableau, chacun des corps latéraux par deux tableaux superposés ; trois panneaux d'attique à découpe chantourné amortissent les corps. Deux autres tableaux garnissent les parties hautes du lambris sur les murs nord et sud, lequel inclue deux séries de stalles (sous-dossier). Le lambris recouvre également les piédroits de l'arc triomphal : il comporte sur sa face interne un pilastre ionique et sur sa face occidentale une large niche en plein cintre contenant une statue et surmontée d'un relief en stuc argenté.

Structures corps, 3 colonne, 4 pilastre, 2
Matériaux chêne, (?), mouluré, décor en bas relief, décor dans la masse, décor rapporté, peint, faux bois, faux marbre, peint faux or
Mesures h : 650.0
Iconographies en buste, Christ, Vierge
ange
Saint-Esprit, colombe, trophée, instrument de musique, couronne
ornementation, vigne, putto, pot à feu, palmette, feuille d'acanthe
Précision représentations

Le panneau de couronnement (refait) du corps central du retable, cintré à oreilles et flanqué de volutes découpées, porte en son centre un médaillon peint d'une couronne fleuronnée avec l'inscription Veni coronaberis (extrait du Cantique des cantiques, 4, 8). Les panneaux d'amortissement des corps latéraux, à volutes sculptées de feuilles d'acanthe et de chutes de fleurs, sont ornés de médaillons en bas relief avec profil en buste du Christ (au sud) et de la Vierge (au nord). Le fût des colonnes torses est entouré de pampres de vigne dans lesquels jouent des putti. Des pots à feu à panse godronnée amortissent les colonnes. Des guirlandes de fleurs incluant en leur centre une palmette en lambrequins de style Régence courent sur la frise de l'entablement (sauf sur sa partie centrale).

Deux tableaux étroits (2e moitié du XIXe siècle), placés au registre supérieur des corps latéraux du retable, représentent des anges en pied tenant des cartels à inscription.

Le lambris de demi-revêtement sur les murs nord et sud du chœur comporte deux registres de panneaux, ceux du haut à sommet cintré à oreilles.

Les piédroits de l'arc triomphal sont ornés d'un pilastre ionique sur la face interne et d'une niche en plein cintre sur la face ouest. Celle-ci est surmontée d'un panneau chantourné entourant un motif de stuc argenté en bas relief : au nord, un trophée suspendu à un nœud de ruban et comportant une partition ouverte, une flûte, un hautbois et une chute de roses ; au sud, la colombe du Saint-Esprit dans une gloire.

Inscriptions & marques inscription, peint, français, latin
Précision inscriptions

Inscription (peinte deux fois, sur l'entablement du corps central du retable et sur son corps latéral nord, entre deux panneaux) : AUTEL PRIVILÉGIÉ. Inscription (sur le panneau d'attique du corps central du retable, sous la couronne) : VENI / CORONABERIS. Inscriptions (tableaux du registre supérieur des corps latéraux du retable, sur les cartels tenus par les anges) : REGINA / SINE LABE / CONCEPTA / ora-pro-nobis (tableau nord) ; REGINA / SACRATISSIMI / ROSARIE (sic pour "rosarii") / ora-pro-nobis (tableau sud).

États conservations partie remplacée
surdécoré
repeint
Précision état de conservation

Le panneau d'attique du corps central du retable est refait ; peinture brune et dorure à la bronzine modernes.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre À signaler

Références documentaires

Documents d'archives
  • Monographie paroissiale de Baigts, 1888.

    Archives départementales des Landes : 16 J 18 b
  • Inventaire des biens dépendant de la fabrique (9 mars 1906).

    Archives départementales des Landes : 70 V 26/5
Bibliographie
  • CABANOT Jean, MARQUETTE Jean-Bernard, SUAU Bernadette. Guide pour la visite de quelques églises anciennes de Chalosse. Amis des Églises anciennes des Landes. Dax : Barrouillet, 1987.

    p. 11-13
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe