Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Église paroissiale Notre-Dame

Retable de l'autel de la Vierge (ancien maître-autel)

Dossier IM40006600 réalisé en 2016
Dénominations retable
Aire d'étude et canton Saint-Sever
Adresse Commune : Audignon
Emplacement dans l'édifice collatéral sud, mur ouest

Retable exécuté en 1724-1725 par le sculpteur Chadel et doré à partir d'avril 1726 par le doreur Jean Dutour, de Saint-Sever. Son déplacement dans le collatéral sud, en décembre 1964, a entraîné la suppression de son soubassement (actuellement non localisé).

Période(s) Principale : 1er quart 18e siècle
Principale : 2e quart 18e siècle
Dates 1724, daté par source
1726, daté par source
Lieu d'exécution Commune : Saint-Sever
Auteur(s) Auteur : Chadel,
Chadel

Sculpteur à Saint-Sever (Landes) au début du XVIIIe siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur, attribution par source
Auteur : Dutour Jean,
Jean Dutour

Doreur à Saint-Sever (Landes) au début du XVIIIe siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
doreur, attribution par source

Retable à trois corps délimités par quatre colonnes d'ordre composite, gainées au tiers inférieur, à fût torse corolitique pour les colonnes intérieures, droit et cannelé pour les extérieures, portant un entablement droit à ressauts, interrompu au centre du corps central par un panneau à pans coupés abritant un haut-relief. La contretable est occupée par un tableau rectangulaire vertical à cadre rapporté ; chacun des corps latéraux, sur plan droit, comporte une étroite fausse niche rectangulaire à console supportant une statue. Un grand panneau cintré à oreilles, flanqué de larges ailerons en volute encadrant une fausse niche avec statue, est placé en attique au-dessus du corps central ; des panneaux à découpe chantournée, sommés de statues, amortissent les corps latéraux. Le décor est entièrement rapporté et cloué, à l'exception de celui du fût des deux colonnes torses. La structure est peinte en faux marbre gris, jaune et vert. Le fond des trois fausses niches et du haut-relief est peint en bleu, le fût des colonnes en blanc. Le cadre du tableau d'autel, les consoles et la moulure d'encadrement des niches, les bases et chapiteaux des colonnes, les ailerons de l'attique, l'architrave et la corniche de l'entablement, les cadres des cartouches et panneaux et tous les reliefs décoratifs sont dorés à la feuille d'or à l'eau ; quelques menus détails (oiseaux sur le fût des colonnes torses, ailes des anges, losanges des piédestaux, cartouche ovale sur les consoles des statues, grappes de raisin sur les panneaux d'amortissement des corps latéraux) sont argentés.

Catégories menuiserie, sculpture, peinture
Structures corps, 3 colonne, 4
Matériaux chêne, mouluré, décor en bas relief, décor en haut relief, décor rapporté, peint, polychrome, faux marbre, doré à la feuille d'or à l'eau
pin
Mesures h : 690.0
la : 500.0
Précision dimensions

Colonnes : h = 280.

Iconographies Trinité, IHS, MA
ornementation, ordre composite, angelot, chute végétale, cartouche, rinceau, losange, panier fleuri, pot à feu, aileron, pyramide, boule
Précision représentations

L'essentiel du programme iconographique est axé sur la figure de la Vierge, dédicataire de l'église : représentée dans son Assomption sur le tableau d'autel, elle est surmontée de la Trinité (haut-relief), qui semble l'accueillir dans le ciel (Dieu le Père tend en outre le globe crucifère à son Fils) ; au couronnement, elle est figurée en reine du Ciel, couronnée et tenant un sceptre fleurdelisé. Les fausses niches des corps latéraux abritent les statues des saints Pierre et Paul, les deux cofondateurs de l'Église, dont la Vierge est une figure.

L'ornementation, très abondante, couvre la quasi-totalité des surfaces : losange argenté et feuilles sur les piédestaux des colonnes ; chute végétale (tournesols, marguerites et baies) retenue par un nœud de ruban plissé sur leur gaine ; pampres de vigne et oiseaux sur le fût des colonnes torses ; angelot aux ailes déployées retenant des pans de draperie sur les panneaux des entrecolonnements ; cartouche à volutes affrontées sur les consoles des statues ; large coquille au-dessus des fausses niches ; chutes de fruits (pommes, poires, raisins, grenades) de part et d'autre du tableau d'autel sur la contretable ; tournesols, roses et marguerites sur le cadre du tableau ; deux têtes d'anges en haut relief, de profil et face à face, échangeant un baiser, au-dessus du tableau et sous le relief de la Trinité ; rinceaux, feuilles d'acanthe et cartouches à quadrillage sur la frise de l'entablement ; angelots sur les ressauts de l'entablement ; boule dorée sur piédouche en amortissement des ressauts ; chutes de fleurs (tournesols, roses, marguerites) et grands ailerons en volute à motifs de feuilles de chêne de part et d'autre du panneau central d'attique ; panier de fruits (pommes, poires, raisins) et deux pyramidions en amortissement du même panneau ; grands panneaux chantournés à volutes et feuilles d'acanthe, ornés de médaillons circulaires timbrés du monogramme du Christ (à gauche) et de la Vierge (à droite) accompagnés de la croix et des trois clous, en amortissement des corps latéraux ; statue d'ange (buccinateur à l'origine) entre des pots à feu au sommet de ces panneaux.

Inscriptions & marques inscription, gravé, sur partie rapportée
Précision inscriptions

Inscription (gravée et dorée sur deux plaques de marbre blanc, modernes, fixées sur le piédestal des deux colonnes intérieures) : AUTEL / PRIVILÉGIÉ.

États conservations oeuvre mutilée
manque
partie remplacée
Précision état de conservation

Le soubassement, haut d'un mètre environ, a été supprimé, faute d'une hauteur suffisante sous voûte, lors du déplacement de l'ancien maître-autel dans le collatéral sud en 1964 ; longtemps déposé dans une annexe de l'église, il n'a pu être retrouvé lors de l'enquête de 2016. Le petit tabernacle du XIXe siècle a remplacé, à la même occasion, le tabernacle monumental d'origine, aujourd'hui posé sur l'autel de saint Michel : la suppression du soubassement du retable et le surhaussement subséquent du tombeau d'autel par rapport à celui-ci ne permettaient plus le maintien de l'armoire eucharistique et de son exposition, qui auraient entièrement dissimulé le tableau d'autel. Il manque peut-être aussi des ailerons latéraux, habituels pour ces retables monumentaux. Le pot à feu à l’extrême droite de l'attique, sculpté de godrons, est d'un modèle différent des trois autres.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre À signaler
Protections classé au titre objet, 1970/02/23

Annexes

  • Extraits d'un livre de la fabrique du XVIIIe siècle concernant l'exécution du maître-autel d'Audignon, 1724-1725 (AP Audignon en 1969)

    1724 : "Payé à M. Chadel, maître esculpteur, pour la construction du retable et tabernacle du maître autel fut payé 1400 l. (an 1724). Toutes les fournitures ont été faites par la fabrique et même une grande partie de la nourriture des ouvriers fournis par le esculpteur. [...]"

    "De même époque [1725] fut payé aux bouviers du Hartané, Lartigolle, a chacun d'eux 15 s. et celui du bour 1 l. pour transporter le reste du tabernacle et le retable de St Sever a Audignon."

    1725. "La semaine avant cette époque le bouvier de Labadie était employé pour aller chercher une partie du tabernacle à St Sever. En passant le Gabas les bœufs se noyèrent. Mr le Curé [Christophe de Lalanne] donna ordre au trésorier de la fabrique de donner charitablement pour le compte de la fabrique au dit Labadie 10 l. pour une simple indemnité de la perte qu'il venait de faire."

  • Police pour l'exécution de la dorure du retable et du tabernacle du maître-autel de l'église d'Audignon et du tabernacle de l'autel de sainte Catherine, 23 avril 1726 (AP Audignon en 1969)

    "[...] Le tout pour la gloire de Dieu et pour la décoration de l'autel de l'église de Notre Dame d'Audignon, a estté convenu entre nous soubsignés sieur Jean Lalanne, au nom et comme marguillier de la fabrique de la ditte église d'Audignon, assisté de l'avis et consentement de monsieur maistre Christofle de Lalanne, curé dudit Audignon, monsieur Enrry de Ladou, vicaire dudit Audignon, et autres principaux habitens d'une part, et Jean Dutour, doreur, habitent de St Sever en Marsan d'autre, ce que s'ensuit : savoir est que le dit Dutour s'oblige à dorer le retable et tabernagle (sic) avec six chandeliers et cadre de devant d'autel, à la réserve que les niches de trois grandes figures seron aseurées [azurées] avec quelques estoilles d'or, comme aussi les pillastres du derrière des collonnes seron en facon de marbre ; le fons des figures de la Trinité sera aussi asuré comme dessus, avec quelque nuage qui sera en couleur pour dégager l'ouvrage, le St Esprit argenté, comme aussi les oiseaux des collonnes seron représentés en plumage de couleur, comme aussi quelque raisin en rouge glacé pour dégager l'ouvrage ; les flames des vases de l'atique seron rouges représentent coulleur de feu ; quatre globes con doit faire pour maitre sur les dés des collonnes seron en facon de marbre, comme aussi le boudin qui borde le cadre du devant d'autel et trois carés seront en facon de marbre ; les paneaux de pied de teaux [piédestaux] des collonnes depuis la hauteur de l'autel en bas seron aussi en facon de marbre ; les nudittés des figures seront en couleur de cher comme aussi quelque robe ou draperie d'un rouge glassé sur de l'argent pour dégagé ledit ouvrage. Tout le reste sera doré de bon or fin avec le vermeil et colleurs naissères [nécessaires], c'est à dire toute la face desdites ouvrages ce qui paraît à vue d'eil. Lequel travail ledit Dutour s'engage de dorer, fait et parfait, pendent le tems et espasse de dix huit mois à commencer de ce jour, lequel dit travail ledit Dutour soumest à l'exament de ouvriers au depens de qu'il apartiendra. Pour lequel dit travail moy susdit Lalanne, en susditte qualitté de marguillier, promets de payer audit Dutour la somme de mille deux cens livres ou le marguillier qui me succèdera et de plus je promets luy faire faire les enpontemens [échafaudages] nesserre pour faire ledit ouvrage avec deux chatellés pour faire les cottés. Sur quoy ledit Dutour promet de dorer le cadre de l'autel de Ste Catherine, pactes acordés que les payemens de la somme de douze cens livres se fairon, savoir après que le tabernacle et le cadre de Ste Catherine sera doré la somme de trois cens livres, et l'ouvrage moitié fait autres trois cens livres, et les six cens livres restentes à la fin dudit ouvrage achevé de dorer. De laquelle pollice avons fait double et signé. Audignon ce vint et trois avril mille sept cens vint et six.

    Lalane, curé, approuvant ce que cy dessus.

    Ladoue, vicaire

    Barroilhet

    Lalande

    Dutour, doreur

    Lalanne, marguillier

    Lapeyre

    Lafitte

    Labat

    Barroilhet

    Biella

    [une autre signature peu lisible]."

Références documentaires

Documents d'archives
  • Livre de la fabrique de l'église Notre-Dame d'Audignon, XVIIIe siècle (au presbytère d'Audignon en 1969).

    années 1724 et 1726 Archives paroissiales, Audignon
  • Fabrique, inventaire des biens (1905-1906).

    Archives départementales des Landes : E dépôt 17/1 P 1
  • Dossier de pré-inventaire de l'église d'Audignon, 1969.

    Service du patrimoine et de l'Inventaire, région Aquitaine
Périodiques
  • ROUSSEAU Francis. "Les retables de Notre-Dame en Audignon". Bulletin de la Société de Borda, 1965, n° 320, p. 367-384, et 1966, n° 321, p. 3-14.

    n° 321, p. 3-14
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe