Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Résidences à Arcachon

Dossier IA33002396 réalisé en 2011

Fiche

Aires d'études Arcachon (commune)
Dénominations immeuble à logements
Adresse Commune : Arcachon

Les immeubles à logements d'Arcachon ont été construits d'abord dans un but social, pour loger des familles nécessiteuses. La cité Carnus, par exemple, vétuste est achetée par la ville en 1953, a été reconstruite (36 logements dont 4 individuels) par les architectes André Larcher et Henri Hourtic (peut-être architectes d'opération puisque les archives municipales d'Arcachon conservent des plans signés H et H Pfihl) dans la période 1956-1959 (immeubles reconstruits vers 1996). La publication par la mairie de "6 ans d'administration communale, 1965-1971" mentionne la construction de 84 logements avec accession à la propriété pour le lotissement de l’Étoile, 48 logements au Parc Bories, 144 logements à la Règue Verte. La première pierre des quatre tours de la Règue Verte a été posée le 23 octobre 1965. A cette même période, les 51 logements Programme Social de Relogement, sont en voie d'achèvement rue Albert 1er, 60 logements HLM dans cette même rue. Dans le même temps, des immeubles dont les appartements sont destinés à devenir des résidences secondaires, commencent à être édifiés sur le front de mer (voir le dossier). La S.C.I. Arcachon Front de Mer obtient un permis de construire pour la résidence Maupassant (42 logements) en 1965. Les résidences au "standing" variable n'ont, depuis lors, cessées d'être construites dans la ville et sur le front de mer. Cela entraînant dans certains cas, la destruction de villas, avec parfois, le regroupement de parcelles.

Période(s) Principale : 20e siècle
Principale : 21e siècle

Les immeubles à logements sont répartis sur tout le territoire communal. L'immeuble Plein Ciel, tour aux multiples étages, domine la ville. Des grands immeubles "barres" ou "tours", aux résidences de luxe, les tendances architecturales des différentes périodes de construction sont toutes représentées.

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Charneau Bertrand