Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Repaire noble du Sablou, puis maison et ferme

Dossier IA24004055 inclus dans Village réalisé en 2012

Fiche

Destinations maison, ferme
Parties constituantes non étudiées écurie, cuvage, cellier, puits
Dénominations manoir, tribunal
Aire d'étude et canton Vallée de la Vézère - Montignac
Adresse Commune : Aubas
Cadastre : 2013 ZD 167 ; 1813 C 46
Précisions

Petit repaire seigneurial situé dans le bourg, derrière l'église paroissiale. L'édifice actuel a été bâti à la fin du XVIe ou au début du XVIIe siècle comme le suggèrent les fenêtres, d'anciennes demi-croisées à ébrasement chanfreiné (retaillé pour l'installation de volets extérieurs), à traverses (disparues, mais les cabochons sont en place) et appuis moulurés en doucine, le haut pavillon de la demeure noble est réaménagé en 1696 : cette date gravée figure sur la porte en plein-cintre à fronton triangulaire de la maison. C'est précisément à cette époque qu'apparaît un "sieur du Sablou" : Jean [I] Germain, sieur du Sablou, est pourvu de l'office de juge du marquisat de Sauveboeuf en 1693 ; la même année, il est fabricien de l'église paroissiale d'Aubas. Cette personne est sans doute le commanditaire des travaux de reprise de l'ancien logis, qui a peut-être servi de tribunal pour le marquisat de Sauveboeuf. Organisé autour d'une cour rectangulaire, le manoir comprend alors le grand pavillon de plan carré (au nord-ouest), avec grande salle au rez-de-chaussée et chambre et garde-robe à l'étage, munies de belles cheminées en pierre et éclairées par des demi-croisées, un bâtiment de service, avec cuisine, adossé à l'est et une dépendance, avec écuries et petit logis, muni d'un placard mural, d'un évier et éclairé par une petite fenêtre à chanfrein droit, au sud. La métairie éponyme, située à une centaine de mètres à l'est, devait alors également appartenir à Jean [I] Germain. Celui-ci décède en 1723 (son testament date du 11 janvier de cette année-là). Les biens passent à son héritier, Jean [II] Germain, avocat à la cour du parlement de Bordeaux, qui a lui aussi fait des travaux : une pierre en remploi dans la dépendance sud porte la date du "X-7bre-1728". En 1737, un appointement du sénéchal de Guyenne demande à celui-ci de produire les titres lui donnant un droit de banc dans l'église d'Aubas et l'oblige à murer la "porte par laquelle il entre de sa cour dans le cimetière et du cimetière dans l’église, en sorte qu’il ne puisse plus y entrer par ladite porte". Cette porte est toujours présente (encore murée) dans le mur gouttereau de la dépendance sud, mitoyenne de l'ancien cimetière paroissiale. Après être passé dans les années 1760 à Joseph Germain, juge de la juridiction et marquisat de Sauveboeuf, le repaire noble revient à Jean [III] Germain, "sieur du Sablou, habitant du bourg des Bas [Aubas]". La construction de l'aile ouest du manoir, corps de logis à usage de cuisine, avec évier et fenêtres à linteau cintré, remonte sans doute au XVIIIe siècle, de même que la reconstruction du logis bas adossé au côté est du pavillon dont les fenêtres sont du même type. Au moment de la Révolution, les anciens manoir et métairie du Sablou sont démembrés : en 1813, le premier appartient aux "héritiers à Aubas", sans plus de précision, tandis que l'ancienne métairie "au Sablou" est entre les mains de "Gerome Granger". Le domaine passe ensuite à la famille Lacombe, dont les actuels propriétaires sont des descendants ; leurs armes ("D'argent au chevron d'azur, accompagné de 3 roses de gueules") figurent sur la taque de la grande cheminée du rez-de-chaussée. En 1850, le petit logis situé à l'extrémité occidentale de la dépendance sud est transformé en cuvier et cellier à vin, comme l'atteste une date portée gravée sur la clef médiane de sa porte cochère.

Période(s) Principale : limite 16e siècle 17e siècle , (?)
Secondaire : 4e quart 17e siècle , porte la date
Secondaire : 2e quart 18e siècle
Secondaire : milieu 19e siècle , porte la date
Dates 1696, porte la date
1728, porte la date
1850, porte la date

Le corps de logis principal de plan grossièrement carré, comprend un rez-de-chaussée et un étage carré, le haut comble n'étant pas habitable. Un corps secondaire plus bas lui est adossé au même alignement, au sud. Un autre corps de logis secondaire, à gauche de la cour, forme une aile en retour. Une longue dépendance au sud accompagne les corps de logis.

Murs calcaire moellon
Toit tuile plate
Plans plan rectangulaire régulier
Étages 1 étage carré
Couvrements
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier droit, en maçonnerie
Représentations fronton, armoiries
Précision représentations

Armes de la famille Lacombe : "D'argent au chevron d'azur, accompagné de 3 roses de gueules" (Comte de Saint-Saud, vol. 2, p. 101).

Références documentaires

Documents d'archives
  • Sénéchaussée et présidial de Sarlat (1542-An V).

    B 1259. Nomination de Jean [I] Germain comme juge du marquisat de Sauveboeuf, 1693. Archives départementales de la Dordogne : B 1148-1755
  • Sénéchaussée et présidial de Sarlat (1542-An V).

    B 1727. Jean [I] Germain, sieur du Sablou, syndic de la fabrique d'Aubas. Archives départementales de la Dordogne : B 1148-1755
  • Sénéchaussée et présidial de Sarlat (1542-An V).

    B 1309. Appointement du sénéchal de Guyenne contre Jean [II] Germain pour droit de banc et murer une porte, 11 mai 1737. Archives départementales de la Dordogne : B 1148-1755
  • Etude Tardif, Montignac (1765-1817).

    Liasse 1765-1768. Mention de Jean [III] Germain, sieur du Sablou, habitant du bourg d'Aubas. Archives départementales de la Dordogne : 3 E 2244
Documents figurés
  • Plan cadastral ancien de la commune d'Aubas, 1813.

    Section C, dite du Bourg. Archives départementales de la Dordogne : 3 P 30186 à 30197
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Dordogne - Pagazani Xavier