Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Quais de Pauillac

Dossier IA33008672 inclus dans Ville réalisé en 2012

Fiche

Œuvres contenues

Dénominations quai
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive gauche) - Pauillac
Adresse Commune : Pauillac
Lieu-dit : Adresse : quai Jean-Fleuret , quai Antoine-Ferchaud , quai Andrien-de-Chauvet , quai Léon-Périer , quai Albert-Pichon , quai Paul-Doumer
Cadastre : 2012 non cadastré

C'est dans la 2e moitié du 18e siècle que les quais de Pauillac commencent à se développer. La carte du cours de la Garonne de 1759 montre un rivage irrégulier avec des façades faisant saillie.

"Un plan de redressement de la fasse (sic) de Pauillac qui borde la Gironde" est dressé à la demande de l'intendant Nicolas Dupré de Saint-Maur en 1784.

En 1835, un projet d'amélioration des quais, du port et des rues de Pauillac, conduit à la réalisation d'une chaussée délimitée par des bornes. Des plantations d'arbres sont également réalisées. Dès lors, les constructions doivent respecter un alignement qui vise à régulariser les façades des quais.

L'exemple de la maison Badimon montre que la réglementation est difficile à appliquer : cette demeure largement en saillie au niveau de la rue Rabié ne sera alignée qu'en 1869.

En 1838, un débarcadère pour les bateaux à vapeur est construit dans l’axe de la rue du Bascouat (actuelle rue Rabié). Son aménagement entraîna le développement de la partie sud du bourg et des quais, ainsi qu’une nouvelle plantation d’arbres en 1858, en pendant des allées d’Orléans. Des espaces de stockage des marchandises y furent installés.

L'aménagement des quais, qui s'opère dans un premier temps de part et d'autre du peyrat, se poursuit tout au long du 19e siècle, au nord vers le port du Gahet et au sud vers le chenal de la verrerie. La physionomie des façades des quais de Pauillac est aujourd’hui encore largement celle des 18e et 19e siècles, complétée par quelques constructions au 20e siècle.

Dévolus progressivement à la promenade et à la plaisance, les quais furent, au cours du 20e siècle, peu à peu colonisés par les voitures et les parkings, créant une barrière entre la ville et l’estuaire. Le port de plaisance fut aménagé dans les années 1970.

En 2015, la ville de Pauillac a engagé une reconquête de ses quais : agrémentées de zones de jeux et de détente, de parterres et de promenades, les rives de l’estuaire mettent désormais en scène ces façades, soulignées par les allées de platanes et les roselières.

Période(s) Principale : 2e moitié 18e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 1er quart 21e siècle

Pour le Dictionnaire de l’Académie française, dans sa 4e édition de 1762, le quai est une "levée ordinairement revêtue de pierre de taille et faite le long d’une rivière, entre la rivière même et les maisons, pour la commodité du chemin et pour empêcher le débordement de l’eau. On appelle aussi quai le rivage d’un port de mer qui sert pour la charge et la décharge des marchandises". Il s’agit donc d’une zone intermédiaire, maçonnée et utilitaire, dont l’aménagement est directement lié à l’existence d’un port. Par extension, il comprend également les constructions qui le bordent.

Les quais sont délimités au sud par le chenal de Gombaud ou de la verrerie et au nord par le chenal du Gahet. Cet espace rectiligne qui s'étend sur plus d'un kilomètre est formé par les rives de l'estuaire agrémentés de roselière, la chaussée et les bâtiments construits au bord. S'y trouvent quelques éléments emblématiques de la vie pauillacaise : du sud au nord : la maison du Tourisme et du Vin, le port de plaisance, la mairie, le château Grand-Puy-Ducasse et le cinéma.

Statut de la propriété propriété privée
propriété publique

Annexes

  • Documentation sur les quais de Pauillac

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1791-1796, Quai à bâtir sur la rivière, 31 août 1792.

    Demande de plusieurs habitants de construire un mur de quai au devant de leurs maisons situées sur le bord de la Gironde.

    AD Gironde, SP 1203, Lettre au préfet de l'ingénieur en chef de la Gironde, à propos de la demande du sieur Rabère pour obtenir la permission de faire un revêtement en pierre pour soutenir les terres d'un quay qui dépend de sa propriété sur la rive du port de Pauillac, 12 juillet 1822.

    Il n'existe point à proprement parler de quays seulement chaque propriétaire a bâti vis-à-vis sa maison un mur avec parapet faisant une banquette ou trottoir qui n'est fréquenté que par les gens de pied, qu'ils nomment quay ; les voitures passent au pied de ce quay, sur le rivage vaseux qui n'est ni pavé ni empierré ; le quay du sieur Rabère dépasse la ligne des quays voisins ; il voudrait conserver cette saillie, alléguant son utilité pour le dépôt des marchandises de son commerce, vu que l'alignement de ses voisins ne laisse à cet effet qu'une largeur tout à fait insuffisante ; PLAN.

    AD Gironde, SP 1203, Extrait du registre des arrêtés du préfet de Département de la Gironde : demande Baptiste Delhomme de faire reconstruire sa maison sur le quai et rue du Peyrat à Pauillac, 6 juillet 1824.

    Permission accordée par l'Ingénieur en chef de la Gironde, à condition de suivre du côté de la rue du peyrat l'alignement de ladite rue et du côté du quai celui des maisons Raymond et Duvermine, raccordant ces deux alignements par une tour ronde de 3m de rayon ; le balcon devra être à quatre m au-dessus du dol du quai.

    AD Gironde, SP 1203, Extrait du registre des arrêtés du préfet de Département de la Gironde : demande du sieur Clémenceau de faire construire une maison sur un emplacement qu'il possède dans la traverse du port de Pauillac, 5 mars 1828.

    Accordé : à condition de suivre l'alignement déterminé par l'angle nord de la maison de M. Duvermine et l'angle sud de la maison du sieur Ducasse.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1823-1831, Corps de garde établi sur les quais pour le service de la garde nationale, 5 janvier 1831.

    Devis du sieur Bricou (?) charpentier ;

    AD Gironde, SP 1203, Lettre de Mme Castéja au préfet à propos de sa maison et jardin qu'elle désire faire entourer d'une claire-voie posée sur un mur de 5 ou 6 pieds d'élévation, 21 février 1832.

    A également l'intention de faire faire au-devant de cette claire-voie un quai sur lequel s'exercera le passage public.

    AD Gironde, SP 1203, Lettre de M. Boireau au préfet concernant son emplacement situé sur le port de Pauillac, joignant au nord la maison de Mme Cazentre et au midi celle de M. Badimon, 25 mars 1832.

    A l'intention d'y faire construire une maison ; demande d'alignement à suivre ; PLAN

    AD Gironde, SP 1203, Lettre du sous-préfet au préfet à propos de la demande de M. Boireau d'obtenir un alignement sur la façade du quai où il se propose de bâtir, 26 mai 1832.

    Travaux qui ont été suspendus ; nécessité de continuer pour son établissement auquel 27 ouvriers sont employés.

    AD Gironde, SP 1203, Extrait du registre des arrêtés du préfet de Département de la Gironde : demande de la dame Ducasse de clore sa propriété, 20 novembre 1832.

    Autorisation d'établir la clôture de sa propriété située dans la traverse du port de Pauillac suivant la ligne DEF du plan, laquelle est déterminée par l'angle nord du mur de Mme Castéja et l'angle sud de la maison du sieur Breimet?

    AD Gironde, SP 1203, Lettre de Hilaret au préfet pour obtenir l'alignement et l'autorisation pour construire un mur de clôture, pour clôturer sa propriété connue sous le nom du Moulin du Chartron près le chenal du Gaët, 21 août 1833.

    PLAN.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1825-1839, Projet de restauration complète du port et des quais, 28 juillet 1835.

    Proposition de fournir des prestations en nature pour les travaux du dessus des quais.

    AC Pauillac, BOITE PLANS, Devis des ouvrages à exécuter pour l'amélioration du port de Pauillac, par l'ingénieur ordinaire Deschamp, 6 février 1836.

    Travaux prévus : dressement des quais sur 300 m de longueur en amont et en aval du peyrat ; construction de cales pavées et gravées sur la même longueur ; établissement d'une chaussée d'empierrement accompagnée de deux lignes de bornes pour servir aux mouvements et à la circulation des charrettes sur le quai. on commencera par déblayer le terrain suivant une pente transversale uniforme de 2 cm par m jusqu’à 20 m de distance de la façade des maisons ; à partir de ce point, les remblais devront être disposés de manière à former un talus de 25 cm de pente par mètre ; ce talus sera protégé à sa base par un enrochement recouvert d'un pavage sur 2 m environ de largeur et par une couche de pierres brisées et de gravier dans la partie supérieure (...) ; l'axe de la chaussée sera établi à 5m de l'arête des cales ou à 15 m de la façade des maisons, elle sera limitée par 2 lignes de bornes en pierres dures et une ligne d'arbres plantés aux frais de la commune de Pauillac ; le quai se trouvera ainsi divisé en 3 parties distinctes, l'une de 11 m de largeur formera un terre-plein pour les piétons et le dépôt des marchandises, l'autre de 8m sera réservée pour la circulation des voitures et des cavaliers, enfin, il existera sur le bord pour les marins et le service de la navigation un marche-pied de 80 cm environ de largeur entre la 2e ligne de bornes et l'arête des cales.

    AD Gironde, SP 1203, Lettre de M. Garrigou au préfet à propos de son intention de faire édifier incessamment une maison sur un terrain qu'il possède sur la façade de la rivière, faisant encoignure à la rue Ségur, 17 février 1837.

    Demande d'alignement ; PLAN.

    AD Gironde, SP 1203, Lettre D'Escarraguel Père au préfet de la Gironde, concernant les travaux des quais de Pauillac, 15 février 1838.

    Adjudicataire des travaux des quais ; a fait déposer sur les dits quais, 76 bornes qui doivent y être placées incessamment ; a dû payer un droit de plaçage : demande le remboursement.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1825-1839, Proposition de M. Chauvet, au nom des héritiers Ducasse, de vendre à la commune les terrains bordant la rivière depuis l'encoignure de la rue du Bascouat jusqu'au mur de la verrerie qui se trouve en dehors de l'alignement qui doit être suivi pour la construction des bâtisses qui pourraient (?) s'élever à l'avenir sur cette partie du port (?), 20 mai 1838.

    Afin de rendre cette partie de la voir publique large et régulière.

    AC Pauillac, BOITE PLANS, Rapport de l'ingénieur ordinaire Deschamp pour prolonger jusqu'aux rues St Martin et du Bascoit les travaux entrepris pour l'amélioration des quais et cales de Pauillac, 27 juin 1838.

    En 1835 a été dressé un projet d'amélioration des quais, cales et port de Pauillac entre les chenaux du Gahet et de la Verrerie sur un développement d'environ 1000 m ; finalement travaux sur 150m seulement, de chaque côté du peyrat ; adjudication également d'un débarcadère en charpente qui doit être incessamment construit en face de la rue du Bascoit.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1825-1839, Décision de replanter les arbres qui forment les Allées d'Orléans suite à l'amélioration des quais, 18 novembre 1838.

    AD Gironde, SP 1203, Extrait des registres des délibérations du conseil municipal : nécessité d'établir sur les quais des latrines publiques, 18 novembre 1838.

    Plans et devis estimatifs rejetés, d'autres demandés qui se rapprochent de la construction des latrines établies rue St Esprit aux Chartrons à Bordeaux ; 2 latrines seront établies, l'une au bas du talus des quays vis-à-vis la rue des Saux et l'autre de la même manière en face de la rue Lagrange.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1839-1848, Rapport du maire sur la situation critique du port de Pauillac et de ses chenaux, 27 décembre 1840.

    Moyens à mettre en œuvre pour porter un obstacle aux envahissements du fleuve qui menace d'une destruction prochaine et complète le beau travail de la campagne dernière (terrassements sur lesquels ont été pratiqués des empierrements pour une voie de charrette) ; nécessité de continuer les enrochements du bas des terrassements et les revêtements en pierre des talus que la rivière sans cela mine tous les jours ; mention de l'importance du port aménagé au chenal du Gahet auquel on accède par les Allées marines, chaussée aménagée sur le bord du chenal, communiquant avec la route départementale n°18 ; affaissement des abords des chenaux, notamment celui de la Verrerie qui menace d'engloutir une maison et celui du Gahet qui a entrainé avec lui une partie du chemin et plusieurs arbres des allées marines.

    AD Gironde, SP 1204, Lettre mentionnant le pilote Bernard Blanc qui souhaite faire une porte dans un mur de clôture situé sur le port de Pauillac aux Chartrons, 1854.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1848-1861, Plan du port approuvé par l'autorité supérieure et indiquant les terres-pleins sur lesquels les marchandises peuvent être déposées, 28 mai 1855.

    Quais et terres-pleins du port nouvellement faits et en bon état pour les voitures.

    AD Gironde, SP 1204, Lettre de Joseph Ducasse, marchand, qui vient d'acquérir une maison située sur le quai de Pauillac : demande de réparations, 21 octobre 1856.

    Réparations qui consistent à faire badigeonner le devant de cette maison et à faire confectionner une devanture sur toute la façade de la dite maison ; PLAN.

    AD Gironde, SP 1204, Rapport de l'ingénieur ordinaire tendant à provoquer la suppression de l'établissement de bains du sieur Saintout sur le port de Pauillac, 11 septembre 1857.

    Etablissement de bains composé d'une baraque en bois élevée sur pilotis, en lit de rivière, contre la berge de la Gironde. Le pilotis provient d'un débarcadère que le sieur Saintout avait été autorisé à construire en 1835 : la construction de la baraque sur l'extrémité de ce débarcadère a été autorisée par un arrêté préfectoral du 6 septembre 1844 : inconvénients : effet disgracieux sur le port, gêne la navigation le long des cales longitudinales, produit des envasements ; équipement en ruine, bois pourri : démolition requise.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1848-1861, Proposition du maire de faire planter des arbres sur les quais du Bascouat et de la verrerie, 5 juin 1858.

    AD Gironde, SP 1204, Lettre du Ministère de l'agriculture, du commerce et des travaux publics au sénateur chargé de l'administration de la Gironde, à propos du projet de règlement des alignements du port de Pauillac, 18 juin 1863.

    La chaussée du port de Pauillac est sensiblement horizontale et toutes les maisons qui la bordent forment des alignements réguliers ; les seules saillies sont formées par 3 maisons et un mur ; dans les diverses permissions de voirie qui ont été délivrées jusqu'à ce jour, on a autorisé la conservation des perrons et des murettes qui sont nécessaires pour maintenir l'accès de quelques maisons à la voie publique.

    AD Gironde, SP 1204, Décret impérial sur l'alignement du quai du port de Pauillac, 30 novembre 1863.

    art. 1er : l'alignement du quai du port de Pauillac dans le département de la Gironde est et demeure fixé conformément aux lignes rouges du plan annexé au présent décret ; toutefois les perrons ou marches en saillie sur l'alignement existant au moment de la promulgation du présent décret pourront être entretenues et au besoin reconstruits jusqu'à l'époque où seront réédifiés les bâtiments dont ils dépendent ;

    art.2 : l'administration est autorisée à faire l'acquisition des terrains et bâtiments nécessaires pour l'exécution de ce projet d'alignement en se conformant aux dispositions des titres III et suivants de la loi du 3 mai 1841 sur l'expropriation pour cause d'utilité publique ;

    AC Pauillac, BOITE PLANS, Démolition des maisons en saillie situées sur le port de Pauillac (établissement du sieur Armand), 26 novembre 1864.

    AD Gironde, SP 1205, Arrêté de la préfecture du département de la Gironde concernant une construction sur un terrain appartenant au sieur Bertheau, sur le quai de Pauillac, après de la rue Rabié, 4 août 1871.

    Façade de la construction projetée sera établie suivant l'alignement déterminé par le prolongement de la maison des sieurs Lamire et l'angle de la maison du sieur Hilliau ; aucune marche ne sera établie en saillie sur cet alignement.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1861-1879, Arbres des quais mal soignés, 5 février 1872.

    L'administration des Ponts-et-Chaussées a eu l'heureuse idée d'établir une allée d'arbres aux 2 extrémités des quais de Pauillac mais mal soignés.

    AD Gironde, SP 1205, Extrait des registres des arrêtés du préfet : demande de M. Seyrat de creuser un bassin sur les alluvions destiné à l'alimentation de son établissement de bains, 26 mai 1880.

    PLAN

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1879-1885, Élargissement du quai entre le marché aux poissons et le débarcadère, 13 août 1883.

    Élargissement à 7 m pour former une ligne parallèle au trottoir longeant les maisons et une promenade à largeur égale à la première ; les remblais se feraient à l'aide des débris de démolition provenant du percement de la rue du Payrat ; le talus se ferait avec les pierres du talus actuel reportés en avant des débris de démolition ; cette disposition du quai donnera un abord facile aux embarcations au moment des grandes marées lorsque le peyrat et les autres cales sont totalement recouvertes par les eaux.

    AD Gironde, SP 1205, Rapport de l'ingénieur ordinaire concernant l'élargissement du quai entre le marché au poisson et le débarcadère, 6 septembre 1884.

    AD Gironde, SP 1205, Rapport de l'ingénieur ordinaire concernant le marché à poissons et la promenade des quais de Pauillac (redevance pour occupation du Domaine public), 23 mars 1886.

    Terrain dépendant du Domaine public sur lequel la commune avait été autorisée à organiser un marché aux poissons ; terrain qui a été annexé à l'élargissement des quais et sert actuellement de promenade ; 11 juin 1879 : autorisation d'occuper 400m2 à l'amont du peyrat pour le marché au poisson ; en 1884, élargissement du quai pour créer une promenade dans la partie comprise entre le marché pour le poisson et le débarcadère des bateaux à vapeur : travaux à peu près terminés ; suppression du marché aux poissons.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1885-1893, Élargissement des quais dans la partie comprise entre le peyrat et la rue Saint-Martin, 10 août 1888.

    Une première autorisation a été donnée par le préfet le 7 juillet 1887 pour l'élargissement en face de l'hôtel de ville sur un terrain ayant la forme d'un rectangle de 50 (?)m de base et 20m de hauteur, demande de prolongement de ce rectangle de 10m au midi et de 25 m au nord, un pan coupé ou un demi-cercle seraient ménagés aux deux angles sud-est et nord-est.

    AD Gironde, 2 O 2610, Extrait du registre de délibérations du conseil municipal, exposant la lettre de la Société Française des chalets, kiosque et colonnes lumineuses des départements offrant à la commune de Pauillac de placer une deuxième colonne lumineuse sur les quais de la ville dans les mêmes conditions que celle qui a fait l'objet du traité du 10 février dernier, 9 novembre 1888.

    Colonne qui serait placée sur les alluvions du port de Pauillac, entre le peyrat et le cabinet actuel, à 5m environ du terre-plein en formation dans ce moment, sur le prolongement de l'axe de la rue des Saux ; demande également d'installer un kiosque à journaux entre le peyrat et le débarcadère.

    AC Pauillac, BOITE PLANS, Installation de 2 colonnes lumineuses sur les quais de la ville, procès verbal de réception définitive, 8 mai 1890.

    Travaux de maçonnerie pour recevoir les colonnes lumineuses ; A. Isidore, L. Soubiran et Co, Société française des chalets, kiosques et colonnes lumineuses des départements, publicité diurne et nocturne, Agence de bordeaux, 3 rue du Parlement Sainte Catherine.

    AD Gironde, SP 1206, Élargissement des quais pour la partie comprise entre le débarcadère des bateaux à vapeur et le chenal de la verrerie et subsidiairement dans la partie comprise entre le peyrat et la rue St Martin, 18 novembre 1892.

    AD Gironde, SP 1206, Demande de poursuivre les travaux des quais : prolongement du terre-plein des quais, juin 1897.

    Largeur : 20m ; du quai de la verrerie jusqu'à la hauteur du chenal.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1893-1910, Prolongement du terre-plein des quais, 4 juin 1897.

    Demande de continuer sur une même largeur de 20m le terre-plein du quai de la verrerie jusqu'à la hauteur du chenal de la verrerie ; les remblais sont faits au moyen de débris de démolition fournis par les particuliers et la muraille de soutènement sera construite le long de la Gironde en pierre provenant de l'ancien talus ; de même du côté nord du peyrat, de façon à rejoindre le bureau du pilotage mais en laissant au débouché de la rue St Martin, une anse pour la batellerie ; piquetage nécessaire pour maintenir les terres.

    AD Gironde, SP 1206, Ponts et Chaussées, service maritime de la Gironde, rapport du conducteur sur un projet d'arrêté du maire de Pauillac en date du 27 août 1900 ayant pour objet d'interdire la circulation des charrettes et véhicules quelconques sur le terre-plein du quai de Pauillac, compris entre la façade des maisons et le premier rang des bornes qui limite de ce côté la chaussée de ce quai, 17 septembre 1900 .

    AC Pauillac, Registre des délibérations 1916-1925, Enlèvement des bornes des quais, 17 aout 1921.

  • Documentation sur la maison Badimon/Arnaud

    AD Gironde, SP 1203, Lettre au préfet à propos de la maison de Mr Badimon qui se trouve un peu en dehors de l'alignement, 11 juin 1816.

    Cette maison tombant en ruine, Mr Badimon se proposant de la faire reconstruire, il demande l'autorisation de la aire rebâtir sur les mêmes fondements ; opposition de M. Rabère fils, voisin : maison qui lui gêne la vue ; argument rejeté.

    AD Gironde, SP 1203, Lettre du sous-préfet de Lesparre au préfet de la Gironde à propos de la maison du sieur Badimon, 1er juillet 1816.

    Cette maison avait été réparée sur les anciens fondements, elle était située à 80 toises du peyrat et hors du bourg actuel de Pauillac ; elle se trouve en alignement avec un grand bâtiment que l'on appelle la verrerie ; elle ne fait point l'encoignure d'une rue mais d'un chemin rural qui passe à l'extrémité du jardin ; réparations extérieures presque achevées : travaux non suspendus.

    AD Gironde, SP 1203, Second mémoire pour M. Ducasse, propriétaire à Pauillac contre M. Badimon, maire de Pauillac, à Bordeaux chez Pierre Beaume, imprimeur à la cour royale, rue du Parlement n°39, 1824.

    Observations sur le cellier et le cuvier que M. Badimon a fait construire sur le port de Pauillac ; refuse de se conformer au plan de M. Dupré de Saint-Maur dont il conteste l'existence ; mention d'un plan du port de Pauillac dressé par M. Brémontier, ingénieur en chef du département ; M. Badimon a bâti le mur levant de son jardin en l'année 1815. Ce mur fait une saillie de 10 m en dehors de la ligne de redressement ; le 12 juin 1816, M. Badimon obtint un arrêté de M. de Tournon qui lui permet simplement de réparer, et non de réparer à neuf, comme il le dit dans son mémoire ; il abat quoiqu'il en dise, sa maison ; la façade, les côtés sont rebâtis à neuf ; à peine laisse-t-il subsister l'apparence d'un vieux mur et la surhausse de quatre nouvelles pièces (...). Après que les constructions de M. Badimon sont achevées, Germain veut bâtir ; l'autorité le force de reculer de neuf pieds : Doit, le forgeron, de six à sept pieds : les propriétaires qui le suivent, de pareille distance : Raimond Desse ne peut pas joindre à sa nouvelle construction le terrain d'une andronne dont il prouve par titre la propriété : M. Martini éprouve un recul de six pieds : les maisons Arneu et Cazentre sont également repoussées de plusieurs pieds sur leur emplacement ; ces deux dernières propriétés sont sur le port, à quarante pieds environ de la maison de M. Badimon (...). Lorsque, en 1791, j'entrepris la construction d'un chai dans mon jardin, la municipalité fit l'application du plan sur le terrain, et je reculai de trois pieds quelques pouces : ce plan n'était donc pas inconnu à la municipalité. Il y a quelques années que feu M. Grassi, médecin, reçut de M. le Préfet une commission de commissaire-voyer pour le bourg de Pauillac. Il se fit donner à la Mairie le plan qui y était déposé, et c'est d'après ce plan qu'il fit bâtir un très beau cellier dans les dehors sud du bourg. Il se conforma avec une telle sévérité à ce plan, qu'il perdit 15 pieds de terrain sur sa façade : le plan n'était donc point inconnu à la Mairie (...). Tous les habitants de Pauillac attesteront que la haie au devant de son jardin, qui a été convertie en mur, était plantée en acacias. Ces acacias étaient penchés vers la rivière, parce que le terrain avait alors cette direction, et les vents d'ouest qui soufflent une grande partie de l'année les avaient fortement inclinés sur la voie publique. Après que ce mur de clôture a été bâti, ces acacias se sont trouvés placés assez avant dans son jardin ; il est donc certain qu'une partie du cellier et du cuvier qu'a bâti M. Badimon, n'est point sur son ancienne propriété, mais en grande partie sur le chemin public.

    AD Gironde, SP 1203, Lettre du maire de Pauillac, Rabié, au sous-préfet à propos d'un obstacle subsistant à l'alignement de la façade des quais, la maison Badimon, 21 août 1838.

    Maison reconstruite en 1818 aurait dû suivre l'alignement de la façade et de celles construites à la verrerie ; loin de là : elle forme une saillie de 12 mètres… rétrécit les quais dans cette partie, suspend les projets de constructions de maisons particulières entre la rue du Bascouat et la verrerie, diminue l'emplacement qui doit former les abords du débarcadère ; enfin elle masque désagréablement la vue du port à l'amont du fleuve ; maison qui est louée par M. Badimon à l'administration des douanes qui l'a affectée au logement du receveur principal et à l'établissement de ses bureaux ; accepterait la démolition de sa maison mais n'a pas les moyens de la rebâtir ; demande d'indemnité pour la démolition.

    AC Pauillac, Registre de délibérations 1825-1839, Démolition de la maison Badimon, 24 novembre 1838.

    Rapport des ingénieurs des Ponts-et-Chaussées indiquant que l'enlèvement de la saillie était plutôt un objet d'embellissement pour la façade du port que d'utilité pour la navigation.

    AC Pauillac, BOITE PLANS, Démolition des maisons en saillie situées sur le port de Pauillac (établissement du sieur Armand), 26 novembre 1864.

    AD Gironde, SP 1204, Acquisition de bâtiments en saillie sur les alignements du port de Pauillac, rapport de l'ingénieur ordinaire, Rabaglia, 25 décembre 1866.

    Par une décision du 28 avril 1866, contribution de l'Etat pour la somme de 11 748f88 dans l'acquisition de terrains nécessaires à la régularisation des alignements du port de Pauillac ; approuvé par le conseil municipal de Pauillac : acquisition de la propriété des époux Arnaud moyennant 22000 frcs.

    AD Gironde, 2 O 2610, Vente de Jean Arnaud (propriétaire et maître d'hôtel, marié à Marie Dumas) à la commune d'un terrain de la contenance de 534 mètre 4 cm2 environ en saillie sur le quai Duquesne et devant être livré à la voie publique, 27 juillet 1867.

    Notaire : Jacques Roux ; terrain qui provient de la vente judiciaire (15 mars 1855) de la saisie immobilière de M. François Badimon, chef de bataillon en retraire, ancien juge de paix de Pauillac et de son épouse Marie Castéja ; indication d'une maison d'habitation servant d'hôtel composé de rez-de-chaussée et de premier étage, de plusieurs pièces avec grenier au-dessus et un petit chai attenant à la dite maison au couchant + un petit jardin au midi de la dite maison et y attenant avec un mur de clôture au levant et un puits au couchant + un corps de bâtisse au midi audit jardin et y attenant servant de remise, écurie, grenier à foin et autres appartements de servitude ; mention au coin de la rue du débarcadère ou du Bascouat d'une maison avec premier étage et grenier au-dessus situé sur le quai et dans laquelle se trouve actuellement l'hôtel Richelieu, jardin, autre maison en chartreuse, avec façade sur le jardin, bâtiments servant de bureaux de messagerie, écurie, hangars, remises.

Références documentaires

Bibliographie
  • DÉMONT Emmanuelle, FAVREAU Marc. Herman Van der Hem (1619-1649), un dessinateur hollandais à Bordeaux et dans le Bordelais au XVIIe siècle. Camiac-et-Saint-Denis : Les éditions de l'Entre-deux-Mers, 2006.

    dessins n° 86 et 87 : Pauillac, 16 février 1647 et 10 juin 1646
Périodiques
  • STEIMER Claire. "Les quais de Pauillac au milieu du XIXe siècle". Les Cahiers Méduliens, n°66, décembre 2016.

    p. 60
  • STEIMER Claire. « Les quais de Pauillac aux XVIIIe et XIXe siècles : architecture et urbanisme sur les bords d’estuaire ». Revue historique de Bordeaux et du département de la Gironde, 23, 2017.

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Steimer Claire