Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Pylône de chasse

Dossier IA33003900 réalisé en 2012

Fiche

Précision dénomination cabane de chasse
Dénominations cabane
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive gauche)
Adresse Commune : Le Verdon-sur-Mer
Lieu-dit : les Cantines
Cadastre : 2013 BE 6

Au début du 20e siècle, la tourterelle est considérée comme un nuisible dont la chasse est donc largement autorisée, y compris sans permis. Des périodes de chasse sont toutefois instaurées. Elle se pratiquait essentiellement par filet ou par fusil en bord de mer.

Depuis 1979, la tourterelle est protégée par une directive européenne qui interdit la chasse au printemps des oiseaux migrateurs effectuant leur retour vers leurs zones de nidification. En Médoc, la chasse à la tourterelle fut toutefois tolérée jusqu'en 2004, date à laquelle l’État devint plus répressif contre le braconnage.

L'installation de pylônes, c'est-à-dire de plateformes sur pilotis formant des tours de guet et de tir, semble se développer dans la 2e moitié du 20e siècle.

Période(s) Principale : 2e moitié 20e siècle

Construits en bois ou en métal, les pylônes adoptent un plan carré avec une structure de poteaux supportant une plateforme. Ils peuvent s'élever à une hauteur d'une dizaine ou d'une vingtaine de mètres.

Murs bois
Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • Documentation sur la chasse à la tourterelle

    -AC Le Verdon-sur-Mer. Registre délibérations 1874-1909. Chasse à la tourterelle, 13 août 1900.

    Considérant que la tourterelle est classée parmi les oiseaux nuisibles et que les propriétaires ou fermiers sont autorisés à la détruire sans permis, sur leurs terres au moyen du fusil ; considérant que l'autorisation de chasse à la tourterelle au moyen du fusil serait d'un bon rapport pour l’État par la grande consommation de poudre et de plomb que l'on ferait à cette occasion : demande que la chasse à la tourterelle de passage soit permise au moyen du fusil et des filets sur les dunes du littoral ainsi que sur les lais et relais de mer (et que la chasse du gibier aquatique soit permise au moyen de filets verticaux sur les lais et relais de mer).

    -AC Le Verdon-sur-Mer. Registre délibérations 1874-1909. Chasse aux oiseaux nuisibles notamment la tourterelle autorisée à l'aide du filet du 15 avril au 15 juin époque où l'oiseau effectue son passage dans la contrée et cause les plus grands dommages à la propriété, 17 février 1907.

    -AC Le Verdon-sur-Mer. Registre de délibérations 1909-1923. Demande d'assouplissement des réglementations liées à la chasse, 17 février 1912.

    Arrêté du 15 janvier 1912 réglementant la police de la chasse dans le département de la Gironde; interdiction de chasser le gibier de mer sur les lais et relais de la mer à partir du 31 mars 1912. Or, un grand nombre de touristes fréquentent les plages de Soulac et du Verdon à partir du mois de mai dans le seul but de bénéficier des distractions que procure la chasse de ces oiseaux ; les permis de chasse représentent une ressource importante pour la commune : demande que la commune tolère la chasse des oiseaux de mer toute l'année.

    -AC Le Verdon-sur-Mer. Registre de délibérations 1938-1954. Taxe sur les pylônes à tourterelles pour augmenter les ressources de la commune, 11 juin 1948.

    -AC Le Verdon-sur-Mer. Registre de délibérations 1938-1954 . Lettre du président de la Société de chasse au maire du Verdon, 6 octobre 1948.

    A propos des tonnes de chasse et plans d'eau aménagés sur les terrains du Port Autonome ; mise en adjudication de lots de chasse à la tonne par le Port Autonome.

    -AC Le Verdon-sur-Mer. Registre de délibérations 1954-1966. Chasse à pied à la tourterelle, 27 mai 1959.

    Tolérance accordée par le Préfet pour la destruction des tourterelles en particulier au filet et au fusil à pied à poste fixe mais brutalement supprimée; demande de maintenir une tolérance.

    -Mémoire de Verdonnais (bulletin de l'Association "Histoire et Traditions", Foyer communal Verdonnais) : Les années 1920-1940.

    p.63-64 : témoignages : pylônes en bois ou métalliques.

    -Mémoire de Verdonnais (bulletin de l'Association "Histoire et Traditions", Foyer communal Verdonnais) : Les années 1945-1960 (1ère partie).

    p.61 : témoignage de Roger Armagnac.

    Pour les pylônes de plus de 12-15 m, mon père faisait systématiquement une épure à taille réelle dans le jardin. Les poteaux étaient en pin ou en sapin de 15x15 cm. Il calculait l'écartement des pieds par rapport à la hauteur. En montant le pylône, mon père faisait un palier à chaque étage, qui correspondait à chaque poteau. Il posait une échelle meunière : les bois des marches étaient encastrés dans les montants. Il faisait un premier montage dans le jardin et un remontage sur place. Avant de monter le pylône, il devait couler un dé en béton à chaque pied qu'il boulonnait dans le béton (...). Le plus haut pylône qu'il a monté faisait 23 m, à La Pointe, pour MM. Baron et Joly de Bordeaux (...). Entre la préparation et le montage, il fallait trois semaines pour faire un pylône. Les nouveaux devaient être montés pour fin avril, avant l'ouverture de la chasse en mai.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AC Le Verdon-sur-Mer. Registre des délibérations, 1874-1909.

    Archives communales, Le Verdon-sur-Mer
  • Registre de délibérations, 1909-1923.

    Archives communales, Le Verdon-sur-Mer
  • Registre de délibérations, 1938-1954.

    Archives communales, Le Verdon-sur-Mer
  • AC Le Verdon-sur-Mer. Registre de délibérations, 1954-1966.

    Archives communales, Le Verdon-sur-Mer
Périodiques
  • Mémoire de Verdonnais : Les années 1920-1939, bulletin de l'Association "Histoire et Traditions", Foyer communal Verdonnais.

    p. 63-64
  • Mémoire de Verdonnais : Les années 1945-1960 (1ère partie), bulletin de l'Association "Histoire et Traditions", Foyer communal Verdonnais.

    p. 61
(c) Conseil départemental de la Gironde ; (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Steimer Claire