Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Prieuré, église paroissiale Saint-Saturnin

Dossier IA33007503 inclus dans Village de Bégadan réalisé en 2013

Fiche

Vocables Saint-Saturnin
Dénominations prieuré, église paroissiale
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive gauche)
Adresse Commune : Bégadan
Cadastre : 1831 C1 267 ; 2012 C3 400

La paroisse Saint-Saturnin, prieuré cure régulier, dépendait de l’abbaye de Vertheuil. Si aucune trace de sa fondation n’est connue à ce jour, son chevet du 12e siècle est conservé.

A la fin du 18e siècle, l’abbé Baurein indique que "l’église de Bégadan est grande, sa structure est belle […]. Il y a deux cloches, l’une placée sur l’arche du sanctuaire, et l’autre sur l’entrée de l’église ; mais l’une et l’autre sont sans couverture".

Sur le plan cadastral de 1831, elle est représentée de plan rectangulaire avec une abside semi-circulaire. En 1841, la refonte de la cloche est réalisée par le fondeur Deyres et le forgeron Greteau.

D’après les dessins réalisés par la commission des Monuments historiques en 1842, l’édifice se composait d’une nef avec des bas-côtés, d’un massif occidental avec une porte insérée dans un portail à trois arcades en arc brisé, surmontée d'une haute baie en arc brisé et d'une plus petite. Le couronnement était formé d'une corniche moulurée et de créneaux. Deux contreforts encadraient et soutenaient cette façade. Les vestiges d'une tour étaient conservés à l'aplomb de la façade, au nord. Le décor sculpté était concentré à l'est, au niveau de l'abside semi-circulaire.

Dans les années 1850, le conseil municipal décide de faire restaurer l’église et de déplacer le cimetière. Le projet de restauration retenu est celui proposé par l'architecte Paul Abadie. Il comprend des travaux au niveau de la nef et des bas-côtés ainsi que la construction d’un clocher. Les travaux sont confiés à l’entrepreneur Hosteing aîné. La translation du cimetière, entre 1853 et 1856, désenclave une partie des murs de l’église. Les travaux au niveau de la nef et des bas-côtés sont achevés entre 1858 et 1859. En juin 1858, quatre fleurons sculptés, pour orner la base de la flèche, sont commandés au sculpteur Léon Baleyre. En 1862, le clocher est terminé. Le beffroi commandé au maître charpentier de Civrac, Gauthier, est posé en septembre 1864.

L’abside romane ne fait pas partie de cette campagne de restauration. Léo Drouyn, en visite dans le Médoc en avril 1858, relève la qualité de la sculpture intérieure et extérieure. Après d’autres relevés et rapports, l’abside est classée au titre des Monuments historiques en 1862.

La construction de la tribune, selon les plans de Edouard Bonnore, est terminée en 1866.

Dans les années 1870, le clocher fait l’objet de réparations, avec notamment le remplacement de pierres salpêtreuses.

Vers 1886, des travaux de consolidation du clocher sont exécutés selon le devis fourni par Edouard Bonnore.

Entre 1907 et 1911, l’architecte Rapine accompagné de l’entrepreneur de Bégadan, Rey, réalise des travaux de restauration au niveau de la charpente et de la couverture de l’abside. En 1911, selon les préconisations de l’architecte bordelais Jules Savignac, le clocher fait à nouveau l’objet de travaux pour le remplacement de pierres salpêtreuses. En 1936, une réfection du plancher du clocher et la construction d’abat-son sont terminées.

Période(s) Principale : 12e siècle
Principale : 3e quart 19e siècle
Auteur(s) Auteur : Abadie Paul, architecte, attribution par source
Auteur : Bonnore Jean-Édouard,
Jean-Édouard Bonnore (19/10/1820 - )

FERET Edouard, Statistique générale de la Gironde, Personnalités et notables girondins. De l’Antiquité à la fin du XIXe siècle, Bordeaux, 1889, p. 82 :

"BONNORE (Jean-Edouard)

Architecte, né à Lesparre (Gir.) le 19 octobre 1820. Élève de Jules Bouchet à Paris, sous le patronage de Visconti, archit. Fixé à Lesparre en 1852, architecte de l’arrondissement et de la ville de Lesparre, du lazaret de Trompeloup ; a été membre correspondant de la commission des monuments historiques de la Gironde. A fait édifier ou restaurer dans les arrondissements de Lesparre, de Blaye et de Libourne 24 églises dont 18 neuves ; ce sont celles de Lesparre, Carcans, Vendays, St-Vivien (les nefs, l’abside et le clocher, monument historique de 1re classe, vient d’être reconstruite, sous la direction de M. Bonnore, aux frais de l’Etat) ; Verdon, Talais, Grayan, Naujac, Ordonnac, Potensac, St-Girons, Pugnac, Saugon, Donnezac, St-Androny, St-Caprais, Néac, St-Christoly-de-Médoc (façade principale, monument historique). Nous pourrions énumérer plus de vingt mairies, écoles ou presbytères et un grand nombre de maisons bourgeoises ou châteaux parmi lesquels nous citerons : le château de Sipian, à Valeyrac (V. son dessin, tome II, p. 511) ; château du Port, à M. Eycart de Morin, à St-Vivien ; château de P. Bert, à Talais ; château Troussas, à M. Ph. Brannens, à Valeyrac. Citons encore le portail du cimetière de St-Estèphe et les plans d’un nouveau lazaret projeté à Padarnac, etc. Auteur de : Quatre vues pittoresques de la vieille église de Soulac, avec notice descriptive et hist., Bx, s. d., in-f°, 2pp. de texte et 4 lith."


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Savignac Jules,
Jules Savignac

Architecte au 78 boulevard de Bègles à Bordeaux


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Deyres, fondeur, attribution par source
Auteur : Baleyre Léon,
Léon Baleyre

Sculpteur à Angoulême


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur, attribution par source
Auteur : Rapine Henri Léon, architecte, attribution par source
Auteur : Hosteing Jean,
Jean Hosteing

Dit Hosteing aîné, architecte à Lesparre, père de Edmond-Jean Hosteing (Hosteing fils). Mention du lieu : Saint-Trélody (Lesparre).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur, attribution par source

L’église, située au cœur du bourg de Bégadan, se compose d’un clocher-porche, d’une nef avec bas-côtés et d’une abside semi-circulaire.

Le clocher-porche, avec voûte d'ogives à clé de voûte annulaire, est de plan carré, encadré de contreforts. Il est percé d'arcs en plein-cintre et d'une haute baie géminée surmontée d'une horloge. La flèche polygonale en pierre est percée de deux niveaux d'ouvertures : des petites baies en plein-cintre avec frontons triangulaires surmontées de baies en plein-cintre. Les angles de la base sont ornés de faux clochetons en amortissement, formés de colonnettes soutenant un couronnement conique en pierre sculpté de dents de loup.

Le chevet est couvert d’un toit à croupe ronde. Il s’organise en pans scandés par des colonnes engagées et, horizontalement, sur 3 registres. Le registre médian est composé d'arcades et de baies en plein-cintre avec voussure et rouleau d'archivolte sculptés et colonnettes à chapiteaux. Le registre supérieur présente des arcatures géminées. L'ensemble est couronné par une corniche moulurée à modillons sculptés. A la naissance du chevet, deux tourelles pleines servaient de contreforts.

A l’intérieur, la première travée est surmontée d’une tribune, accessible par un escalier en pierre aménagé dans le bas-côté sud. De l’autre côté, sont installés les fonts baptismaux.

La nef, longue de 3 travées, est séparée des bas-côtés par des arcades reposant sur des piliers. Elle est couverte d'un lambris peint en berceau anse-de-panier. Un ex-voto sous forme de maquette de bateau est suspendu dans la nef : le nom de Saturnin et la date de 1895 y sont inscrits. Les bas-côtés sont couvert d'un plafond en bois.

La dernière travée des bas-côtés comprend, au nord, l’autel à la Vierge et au sud, l’autel à saint Jean-Baptiste. Une grille en ferronnerie délimite l'espace du chœur et ceux des autels secondaires.

L’abside est éclairée par des baies en plein-cintre encadrées de colonnes à chapiteaux feuillagés, inscrites dans des arcades à colonnes et chapiteaux sculptés.

Murs calcaire pierre de taille
calcaire moellon enduit
Toit tuile creuse
Plans plan allongé
Étages 3 vaisseaux
Couvrements lambris de couvrement
voûte d'ogives
voûte en berceau
cul-de-four
Couvertures toit à longs pans croupe ronde
appentis
extrados de voûte flèche polygonale
Techniques sculpture
Représentations feuillage, feuille, figure fantastique, figure fantastique humaine ou semi-humaine, animal fantastique, oiseau, lion, acanthe, volute, entrelac, pomme de pin
Précision représentations

Chevet extérieur : 2 chapiteaux corinthiens en marbre blanc, époque gallo-romaine.

Abside : intérieur et extérieur : les modillons et les chapiteaux sont sculptés de divers motifs de feuillages, d'humain et d'animaux fantastiques etc.

L’arc de triomphal porte l’inscription : PAVETE AD SANTUARIUM MEUM. Sur le mur du bas-côté sud se trouve l’inscription : AD FINEM OMNIA SURVITER.

Statut de la propriété propriété publique
Éléments remarquables chevet
Protections classé MH, 1862
Précisions sur la protection

notice Mérimée : PA00083134

Annexes

  • Compléments documentaires

    AD Gironde, 156 T 01 A : Commission des Monuments historiques, dossier de Bégadan, architecture religieuse : rapport anonyme, avant travaux :

    "A Bégadan comme à Saint-Vivien, le rond-point extérieur présente le même ensemble, les mêmes détails ; des colonnes, au nombre de huit, partant de la base de l’édifice et allant au faîte, d’autres colonnes au nombre de quatorze et groupées aux premières n’atteignant que les deux tiers de l’élévation. Quarante-une petites colonnes sur les côtés des croisées avec chapiteaux sculptés, des pierres à l’entablement en saillie représentant diverses figures grotesques d’animaux, d’oiseaux etc. Plus à la naissance du rond-point deux grosses colonnes de la même époque, mais sans corniches ni sculptures comme deux forts éperons pour soutenir le monument. Le portail, en contrebas du sol est également remarquable mais le salpêtre a corrodé les pierres formant les colonnes et pulvérisé les détails d’architecture. Au-dessus du portail, à quelques mètres d’élévation, existe une croisée longue et assez étroite murée, ayant six petites colonnes minces et dégagées avec chapiteaux également sculptés. A l’intérieur, l’architecture est la même qu’à l’extérieur ; les détails et la symétrie ne diffèrent presque pas ; fortes colonnes de la base au faîte, petites colonnes sur les côtés des croisées, chapiteaux [?]. Le tout d’une fraicheur remarquable, d’un entretien à peu-près parfait, d’une conservation qui ne laisse ou rien ou fort peu à désirer. Les deux colonnes principales du chœur celles qui sont à l’avant ont été dégradées par la peinture et bariolées de diverses couleurs. L’église de Bégadan, de la même époque que celle de Saint-Vivien, est bien supérieure à cette dernière par son importance, ses dimensions, son état de conservation et ses divers détails. Elle est un peu encaissée par l’exhaussement successif du cimetière, mais cet encavement disparaîtra par le changement de ce même cimetière et la transformation en place publique. Cette église est la seconde du Médoc, elle doit prendre place immédiatement après celle de Vertheuil et par conséquent être classée dans la même catégorie que celle de Saint-Vivien".

    AD Gironde, 162 T 35_A : Commission des Monuments historiques, dossier de Bégadan, architecture religieuse : travaux de restauration et d’entretiens : Restauration du clocher – Mémoire explicatif des travaux – Jules Savignac (architecte), 5 février 1911 :

    "Cette restauration est prévue et indiquée au projet dans l’esprit suivant : conserver à l’édifice ses lignes, sa structure, son dessin absolument semblable à ce qui existe présentement. On procédera par remplacement de pierres, et les pierres à changer seront désignées par monsieur le maire et l’architecte, c’est indiqué au cahier des charges art. 12 et elles devront être ravalées semblables à celles existantes. La reprise de la flèche constituant une partie importante du travail, le devis prévoit, précise et dit : « les travaux exécutés absolument semblables à ceux existants, soit comme ravalement, jointement, intérieur et extérieur, composition, dessin, saillies, arrêtes, ouvertures, épaisseurs. » En résumé c’est tout le programme des travaux. L’œuvre n’est pas touchée, ni modifiée en aucune de ses parties, puisqu’il n’est prévu ni additions, ni réductions. On se borne à sa conservation en remplaçant les pierres pourries et détruites et en les changeant par d’autres très fermes, qui seront en tous points semblables. L’édifice sera dont conservé tel qu’il existe dans ses dimensions, ses lignes, son caractère et son style."

  • Compléments bibliographiques

    - BAUREIN Abbé, MERAN Georges. Variétés bordeloises ou essai historique et critique sur la topographie ancienne et moderne du diocèse de Bordeaux. Bordeaux : Féret et fils, 1876, t. 1, 2e éd :

    "L’église de Bégadan est grande, sa structure est belle ; on n’y voit pourtant rien de remarquable. Il y a deux cloches, l’une placée sur l’arche du sanctuaire, et l’autre sur l’entrée de l’église ; mais l’une et l’autre sont sans couverture. […] La cure de Bégadan est régulière, et la collation de l’abbé de Vertheuil, qui d’ailleurs est gros décimateur dans la paroisse".

    - BIRON Dom Reginald. Guide archéologique illustré du touriste en Gironde. Bordeaux : Féret, 1927 :

    "Abside et chœur, fort beaux et riches surtout à l’extér., malheureusement en assez mauvais état. Abside à 5 pans, aux angles 3 colonnes engagées et accolées, la centrale montant à la corniche et se terminant par un chapiteau de style rude et primitif. Au rez-de-chaussée, soubassement fait de grosses moulures superposées. 2 étages d’arcatures superposées : une fenêtre au 1er étage, 2 arcatures aveugles au 2e. Fenêtres avec archivolte décorée, reposant, ainsi que les arcatures supér. sur colonnettes à chapiteaux curieux. Double cordon de pointes de diamant à l’imposte des fenêtres. Parmi les corbeaux, sauvagement traités, de la corniche, 2 corbeilles antiques de marbre. A la naissance du chœur, 2 tourelles pleines de 1, 25 m de diamètre, servant de contreforts. Ordonnance intér. plus simple, plus pauvre ; arcature sans archivolte entourant les fenêtres et retombant sur colonnettes logées dans une échancrure des pieds-droits. On regrette percement d’un œil de bœuf dans le chœur. – sur mur du bas-côté sud, vieux reliquaires (parcelle de crâne de Saint Jean-Baptiste. Etc.)"

    - PIGANEAU Emilien. « Essai de répertoire archéologique du département de la Gironde ». Société Archéologique, 1897, tome 22 :

    "(Saint-Satunin Beguadan). Archip. et baillage de Lesparre. – Eglise du XIIe siècle, autrefois rectangulaire, terminée à l’E. par 5 pans coupés, bas-côtés modernes, abside romane (M.H.), riche ornementation."

    - DUBOURG-NOVES, Pierre. Guyenne Romane, Zodiaque, 1969, p 259 :

    "L'analogie de Bégadan et de Saint-vivien avec Langoiran a déjà été remarquée. On pourrait souligner une parenté presque aussi précise avec Bayon ou Loupiac. Si les emprunts formels - architecturaux ou décoratifs - à la Saintonge sont très nombreux à l'intérieur ou à l'extérieur des absides, les appareils à losange, réticulé, en écaille, assez fréquents sur l'autre rive de la Gironde, semblent n'avoir pas retenu l'attention des maçons bordelais."

  • Liste non exhaustive du mobilier

    Vitraux :

    Bas-côté nord :

    - Don de Mme Pouzet et Joseph Pouzet – curé – 1936

    - Don de Mme Vve Brion née Corne

    - Don de la famille Corne 1873

    - Don de Mme A. Lussac et de Mme Lussac née Charron

    Bas-côté sud :

    - Don de Mr Guilbaud – curé – 1873

    - En mémoire de Jean-Baptiste Gautret

    - Don de Jeanne Gautret

    - Don de la famille Badimont

    - Don de Mme Vve Delon

    Autels :

    Autel à la Vierge : marbre avec décor peint en bleu et en doré ; scène de l’Annonciation ; inscription au bas et au centre : DON DE LA FAMILLE HOSTEIN DE CONDISSAS.

    Autel à saint Jean-Baptiste : marbre richement sculpté ; reliquaire avec tête contenant, selon le relevé du pré-inventaire de 1974, « des reliques de saint Jean, saint Laurent, saint Séverin, saint Berthiome et saint Estèphe. »

    Bas-côté sud : statue en bois de Jeanne d’Arc avec une signature : F.D. MONNA / STATUAIRE / TOULOUSE.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Travaux du clocher, 23 janvier 1861.

    Archives communales, Bégadan : Registres de délibérations 1861-1876
  • Construction de la tribune, 16 septembre 1866.

    Archives communales, Bégadan : Registres de délibérations 1861-1876
  • Délibération relative au souhait des habitants à construire dans le cimetière et communiquant avec l'église, les deux chapelles de Notre-Dame et de Saint-Jean, lesquelles encombrent l'intérieur de l'édifice, devenu insuffisant, 15 mai 1768.

    Archives départementales de la Gironde : G 3074
  • Acceptation de plans et devis de travaux à faire dans l'église, 8 août 1869.

    Archives communales, Bégadan : Registres de délibérations 1861-1876
  • Réparation du clocher, 19 septembre 1886.

    Archives communales, Bégadan : Registres de délibérations 1861-1876
  • Procès verbal d'adjudication des travaux de restauration du clocher, 21 mai 1911.

    Archives communales, Bégadan : Registres de délibérations 1859-1955
  • Travaux de couverture, 19 septembre 1954.

    Archives communales, Bégadan : Registres de délibérations 1859-1955
Documents figurés
  • Plan cadastral napoléonien de Bégadan, 1831.

    Archives départementales de la Gironde : 3 P 038
  • Plan du mur nord de l'abside de l'église Saint-Saturnin de Bégadan. Dessin, papier, crayon à papier, par Brutails, 1889.

    Archives départementales de la Gironde : 90 J 24/40
  • Croquis de la base de certaines colonnettes encadrant les fenêtres de l'abside du chevet de l'église Saint-Saturnin de Bégadan. Dessin, papier, crayon à papier, par Brutails, 1907.

    Archives départementales de la Gironde : 90 J 46/42
  • Croquis de deux fenêtres et des colonnettes les encadrant dans l'abside du chevet de l'église Saint-Saturnin de Bégadan. Dessin, papier, crayon à papier, par Brutails, 1907.

    Archives départementales de la Gironde : 90 J 46/42
  • Notes sur l'église Saint-Saturnin de Bégadan. Dessin, papier, crayon à papier, par Brutails, 1907.

    Archives départementales de la Gironde : 90 J 53
  • Divers croquis de l'abside de l'église Saint-Saturnin de Bégadan. Dessin, papier, crayon à papier, par Brutails, 1909.

    Archives départementales de la Gironde : 90 J 55
  • Coupe de la base d'une colonne encadrant l'ébrasement intérieur d'une fenêtre de l'abside du chevet de l'église Saint-Saturnin de Bégadan. Papier, dessin encre, par Brutails, 1909.

    Archives départementales de la Gironde : 90 J 55/20
  • Plan des piliers tréflés composés de trois colonnes engagées à l'extérieur du chevet de l'église Saint-Saturnin de Bégadan. Papier, dessin encre, par Brutails, 1909.

    Archives départementales de la Gironde : 90 J 55/22
  • Fonds Durand-Augereau, architectes des bâtiments de France : croquis et relevé de détails sculptés. , par s.n., s.d..

    Archives départementales de la Gironde : 81 J 47 - 50
  • Commission des Monuments Historiques, album de documents figurés, église de Bégadan, par Monseau, 1842.

    Archives départementales de la Gironde : 162 T 05
  • Carte postale, Église romane de Saint-Saturnin. , par Henry Guillier (éditeur), 20e.

    Archives départementales de la Gironde : 4 Fi 517
  • Carte postale, Rue de l'église. , par William Goujeau (éditeur), 20e.

    Archives départementales de la Gironde : 4 Fi 518
  • Projet pour l'église de Bégadan, par Paul Abadie (architecte), 1853-1854.

    Bibliothèque nationale de France, Paris
Bibliographie
  • BAUREIN Abbé, MERAN Georges. Variétés bordeloises ou essai historique et critique sur la topographie ancienne et moderne du diocèse de Bordeaux. Bordeaux : Féret et fils, 1876, t. 1, 2è éd .

    p. 58-59
  • BIRON Dom Reginald. Guide archéologique illustré du touriste en Gironde. Bordeaux : Féret, 1927.

  • BRUTAILS Jean-Auguste. Les vieilles églises de Gironde. Ouvrage publié sous les auspices de la Société Archéologique de Bordeaux. Bordeaux : Féret et fils, 1912.

    p. 35-36
  • DUBOURG-NOVES, Pierre. Guyenne romane. Saint-Léger-Vauban : Zodiaque, La Nuit des temps, 1969

    p. 259 Archives départementales de la Gironde : BIB PF 110
  • GABORIT Michelle, FARAVEL Sylvie, LARRONDE Stéphanie (...), LARRIEU Bernard (dir.). Léo Drouyn en Médoc. Bordeaux : Ed. l´Entre-Deux-Mers, 2003.

    p 170 à 173
  • LAROCHE, Claude (dir.). "Paul Abadie, 1812-1884". Catalogue d'exposition, Musée national des Monuments français, Paris, 4 novembre 1988-16 janvier 1989, Paris, Ed. de la Réunion des musées nationaux, 1988.

    p 82 Archives départementales de la Gironde : BIB MF 798
Périodiques
  • PIGANEAU Emilien. « Essai de répertoire archéologique du département de la Gironde ». Société Archéologique, 1897, tome 22.

    p. 89

Liens web

(c) Conseil départemental de la Gironde ; (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Bordes Caroline