Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Présentation de la commune de Saint-Julien-Beychevelle

Dossier IA33004801 réalisé en 2011

Fiche

Œuvres contenues

Aires d'études Estuaire de la Gironde (rive gauche)
Adresse Commune : Saint-Julien-Beychevelle

Des découvertes archéologiques attestent d'une implantation humaine à Saint-Julien-Beychevelle, à l'Âge du bronze (haches en bronze à Beychevelle, Lagrange, Langoa, Léoville).

L'existence d'un prieuré augustin de l'abbaye Saint-Pierre de l'Isle est mentionnée. D'après l'abbé Baurein, la paroisse de Saint-Julien de Rignac était autrefois unie avec celle de Saint-Mambert (disparue en 1789 et rattachée à Pauillac). On en trouve trace dans les archives dès le 13e siècle. L'histoire de ce territoire est fortement marquée par celle de la seigneurie de Beychevelle (ou Bayssevelle), aux mains de la famille de Foix Candale du 16e au 18e siècle.

Une chapelle de l'Ordre de Malte y est également attestée, en ruine à la fin du 18e siècle.

A proximité du château Beychevelle, s'est développé le hameau de Beychevelle qui constitue l'un des pôles de la commune avec le bourg de Saint-Julien. Ce hameau s'est développé au cours du 19e siècle, en raison de sa situation entre Saint-Laurent-du-Médoc et le port de Beychevelle. La commune bénéficie d'un deuxième port, relié au bourg de Saint-Julien. Une carte du milieu du 18e siècle permet de voir que le tracé de la route de Bordeaux à Pauillac a été rectifié, semble-t-il à l'époque où le marquis de Brassier remanie le château Beychevelle : la route qui passait à l'est du château rejoignait le château Ducru-Beaucaillou, puis un lieu-dit Les Justices (aujourd'hui disparu) avant d'atteindre le bourg de Saint-Julien ; elle a été déviée, contournant le château de Beychevelle par l'ouest et opérant un virage en direction du bourg de Beychevelle, puis selon un tracé parallèle à la route initiale, rejoignant le bourg de Saint-Julien, comme l'indique le plan cadastral de 1825.

Une appellation d'origine contrôlée Saint-Julien est créée en 1936, elle s'étend sur 805 hectares. La bouteille monumentale située le long de la route départementale près du village de Beychevelle a été réalisée en 1930 à l´occasion d´une fête du vin à Bordeaux, par une société locale, la Grappe beycheveloise. Après la fête, il fut décidé de construire la bouteille en dur.

Ce n'est qu'en 1938 que la commune prend le nom de Saint-Julien-Beychevelle. Une plaque commémorative inaugurée le 15 octobre 1978 rappelle la première liaison postale aérienne Villacoublay-Saint-Julien, qui eut lieu le 13 octobre 1913 : l´avion, un Morane-Saulnier, atterrit à 14h à Saint-Julien dans la prairie de Monsieur Barton ; le courrier fut ensuite confié au paquebot Pérou qui faisait escale à Pauillac.

La commune est encadrée au nord par celle de Pauillac, au sud par celle de Cussac-Fort-Médoc, à l'ouest par celle de Saint-Laurent-du-Médoc et à l'est par l'estuaire de la Gironde.

Au sud, le chenal du Sud, le chenal du Milieu et la jalle du Nord traversent une zone de marais et en assurent le drainage. La jalle du nord aboutit au port de Beychevelle, traversant une vaste peupleraie, tandis que le chenal du Midi et celui du Milieu se rejoignent au niveau du Pont de l'archevêque et forment le chenal du Despartins qui se jette dans l'estuaire.

La limite nord de la commune correspond également au cours d'un ruisseau, celui de Julliac, qui sépare les vignes de Château Latour de celles de Léoville Lascases.

A l'est, sur les bords de l'estuaire, les terres basses, les palus, sont vouées à l'agriculture et à l'élevage. La rive est protégée par une digue et jalonnée de carrelets.

De la commune dépend également le vasard de Beychevelle, banc de sable, qui n'accueille aucune construction et est soumis aux aléas des marées et des courants. Le territoire de la commune est en majorité occupé par la vigne, sur des croupes d'une altitude de 15 à 21 mètres, accueillant de grands crus classés : sur 1630 hectares, 906 sont consacrés à la vigne. L'habitat est réparti en deux villages, celui de Saint-Julien qui accueille l'église et la mairie, et celui de Beychevelle. Chacun des villages est doté d'un port.

Le patrimoine de la commune a fait l'objet d'un repérage : 202 dossiers documentaires ont été établis, parmi lesquels 56 dossiers ont été sélectionnés plus particulièrement pour leur intérêt.

Annexes

  • Evolution de la population de la commune
    A partir des éditions de l'ouvrage Bordeaux et ses vins (Cocks et Féret) :

    Cocks, 1850 : 1400 habitants.

    Cocks, 1868 : 1568 habitants.

    Cocks, 1874 : 1586 habitants.

    Cocks, 1881 : 1667 habitants.

    Cocks, 1886 : 1852 habitants.

    Cocks, 1893 : 1911 habitants.

    Cocks, 1908 : 1745 habitants.

    Cocks, 1929 : 1712 habitants.

    Cocks, 1949 : 1131 habitants.

    INSEE, 2008 : 707 habitants.

  • Extraits de documents d'archives

    Terres et communaux

    AC Saint-Julien-Beychevelle, Registre de 1792 : contributions mobilières et foncières.

    -30 juillet 1792 : mention des habitants qui n´ont pas de bétail et donc pas d´engrais pour leurs terres : utilisation des communaux (?) pour amélioration des terres esterilles (?).

    -14 mai 1793 (an II) : problème entre grands (une douzaine de grands propriétaires ou laboureurs) et petits propriétaires (les communalistes) pour le pacage des animaux : non contents de faire pacager leur bétail sur 110 journaux de la commune, ils voudraient au préjudice des autres communalistes jouir encore exclusivement d´un barrail de pré d´environ 15 journaux.

    -13 septembre 1793 : manque de grain et de farine à l´approche des vendanges.

    Considérant que le sol des dites communes (Saint-Julien et Senessan) est composé en vigne, lequel ne peut donner aucune denrée de première nécessité ;

    Considérant combien peut devenir funeste aux habitants de cette commune le dénuement de toutes espèces de denrées de la première nécessité et réfléchissant aux moyens d´éloigner les [?] de la famine qui nous menace (...) ;

    Il sera fait une souscription entre tous les propriétaires et biens ruraux à cette commune, dont le montant sera employé aux achats des blés dans les communes excédant leurs provisions. La moitié des achats sera remise dans des greniers où la dite municipalité indiquera pour être distribué entre les habitants de la dite commune et payé à prix du coût seulement par le consommateur des dits blés et farine ; l´autre moitié des dits achats seront répartis aux souscripteurs au prorata de leur souscription pour subvenir aux approvisionnements qu´exigent leurs biens (?).

    -24 octobre 1793 : le conseil général de la commune de St Julien et Senessan, rassemblé dans (?), après avoir pris lecture du décret de la convention nationale en date du 4 mai 1793 ;

    Considérant combien cette commune est dépourvue de toute espèce de subsistance et que la majeure partie des habitants se trouvent dans un dénuement le plus affreux et dans l´impossibilité pour le moment de s´en (?) procurer et nulle part.

    Considérant que le peu de grain qu´il s´est récolté dans cette commune a été en partie dans un besoin très urgent réparti entre les plus nécessiteux mais qu´il se pourrait que quelques uns auraient fait des déclarations fausses et en auraient des provisions, plus ou moins forte et que la circonstance du temps présente nous force vu la nécessité urgente de faire des visites domiciliaires pour prendre une partie des dits grains ou farine restant pour y être distribué entre les plus nécessiteux.

    AC Saint-Julien-Beychevelle, Registre délibérations du conseil municipal 1844-1848.

    -15 juillet 1860, demande de partage des communaux.

    Les habitants de St Julien exposent qu´ils jouissent au nombre d´environ 63 de terrains reconnus communaux de section en nature de prairie d´une contenance de 60 ha environ situés sur le bord du fleuve de Gironde, et cela comme leurs pères en ont joui sans trouble ni empêchement depuis le 22 février 1778, époque à laquelle ces communaux leur furent concédés par feu M. D´Abadie ; que le but de cette concession était que tous les donataires puissent en jouir également, que le mode de jouissance actuel ne remplit pas cette condition ; qu´il est donc important à l´exemple de plusieurs communes du Médoc d´aviser au plus tôt à donner à chacun satisfaction, un seul moyen tend efficacement à cette fin : le partage par chaque habitant ayant feu et lieu ou simplement une maison à titre de propriété ; que la vente ou la mise en ferme serait ruineuse pour la majorité des ayant droits ; qu'il peut y avoir des inconvénients au partage mais le plus grand inconvénient qu´il faut éviter même au pris de quelques sacrifices, c´est l´exclusion d´un certain nombre d´individus de la jouissance de leurs droits ; qu´on avait prétendu que ces communaux n´étaient pas compris dans la catégorie de ceux désignés dans les circulaires des 28 mai 1854 et 3 avril 1856 ; qu´en supposant qu´on soit dans le vrai, ce qui est fort douteux, est-il rationnel que ces terrains d´une si grande richesse restent là sans culture, abandonnés pour ainsi dire et ne servent qu´au pacage de quelques animaux aujourd’hui surtout que le gouvernement par tous les moyens possibles tâche de donner un nouvel essor à l´agriculture ; que d´ailleurs pourquoi la commune continuerait-elle à refuser le partage, que retire-t-elle en effet chaque année de cette vaste étendue de terrain ? 700 francs peut-être produit d´une taxe sur chaque tête de bétail, tandis que les ayant droit s´obligeraient s´ils obtenaient le partage à payer à la commune en quatre annuités chacun par portion égale une somme de 20000 francs ce qui constituerait une rente annuelle de 1000 francs ; qu´ils espèrent donc que M. le Préfet voudra bien accueillir favorablement leur demande dont le sort jusqu´ici n´a pas été heureux (...).

    Divers

    AC Saint-Julien-Beychevelle, Registre de délibérations du conseil municipal 1793-1794.

    -État des ouvriers existant dans la commune de Saint-Jullien, pour réquisition, 21 prairial an 3.

    Forgerons :

    Pierre Reynaud, procureur de la commune exempt.

    François Reynaud tenant la forge de son frère qui ne peut plus travailler vu qu´il a un bras cassé.

    Jean Allere, Marie et trois enfants.

    Pierre Lagarde, garçon.

    Pierre Baquey, garçon et ayant sa mère.

    Charpentiers de haute futaye :

    Bernard Reynaud employé à Arcins au chantier de la république.

    Bernard Eysson, idem.

    Jn Maurin, idem.

    Dd Eysson fils, idem.

    Charrons :

    Pierre Camin : marié et 4 enfants en bas âge.

    Marins :

    Jacques Martin, propriétaire de bateau requis pour les fourrages, marié, 2 enfants et un au service, invalide ayant une jambe (?) cassée en deux endroits.

    Jean Vergne, syndic et propriétaire, marié et 4 enfants, un au service.

    Jean Garabey navigant par provision ? boulanger de son état.

    AC Saint-Julien-Beychevelle, Registre délibérations du conseil municipal 1844-1848.

    -mention de pêche dans les communaux, dans l´abreuvoir commun connu plus particulièrement sous le nom des sablières.

    -14 novembre 1854 : nomination de sœurs communales (sœurs de la Doctrine Chrétienne de Bordeaux).

    -12 juillet 1857 : projet d´élargissement du chemin de Beychevelle au port Bouey (?).

    -mention du chemin vicinal n°6 qui conduit de la croix de Sauney (?) à la pelouse.

    -1862 : chemin de la pelouse au port de St Julien : le chemin vicinal n°7 par priorité n°13 (...) est dans un très mauvais état de viabilité ; que ce chemin qui entoure le bourg dans toute la partie est et nord sert souvent à cause de sa proximité pour les offices religieux et notamment pour les processions.

    AC Saint-Julien-Beychevelle : Registre délibérations du conseil municipal 1927-1942.

    -11 septembre 1932 : M. le Maire fait connaître au conseil qu´une partie des prairies communales de Saint-Julien dont il a fait opérer des sondages, serait très propice à la culture du tabac.

    -22 mars 1936 : arrachage de vigne ; indemnités.

    -9 août 1936 : assainissement des marais de Beychevelle : état inutilisable : n´y poussent que des roseaux suite aux inondations continuelles.

    -16 octobre 1938 : dénomination de Saint-Julien-Beychevelle au lieu de Saint-Julien.

    -27 octobre 1938 : le Médoc viticole tout entier est dans le plus profond désarroi qui a pour conséquence la destruction des vignes d´année en années avec une célérité vertigineuse qui fait entrevoir à pareille allure le voisinage de la destruction totale, sauf peut-être quelques îlots. En 30 ans, les vignes sont passées de 700 hectares à 400 hectares sur la commune : proposition de créer une école de viticulture.

  • Extrait de Bordeaux et ses vins (Cocks)

    COCKS, Charles. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Paris : V. Masson et fils, 1868 (2e édition).

    Elle [la commune] se compose du bourg et du gros hameau de Beychevelle, dont le port, un des plus fréquentés de la côte du Médoc, fait un village plus important que le bourg, de façon que la commune forme deux grandes sections. Elle contient 1568 habitants.

    Son sol, à l'exception des marais desséchés, est composé tantôt de graves fines et siliceuses, tantôt de très fortes graves ; on trouve dans quelques endroits des veines de terre argilo-marneuse.

    Au sud de Saint-Julien se trouvent les immenses et fertiles marais de Beychevelle, qui s'étendent vers l'ouest jusqu'à Saint-Laurent. Ses coteaux sont admirablement disposés pour recevoir les influences solaires qui jouent un si grand rôle dans la qualité des produits si remarquables de cette commune (...).

    Quoiqu'on ne trouve pas à Saint-Julien de premier crû, cette commune est une de celles qui fournit, relativement à sa production, le plus de vins classés. On y compte : 6 deuxièmes, 2 troisièmes, et 5 quatrièmes crûs.

Références documentaires

Documents d'archives
  • AC Saint-Julien-Beychevelle, Registre de 1792 : contributions mobilières et foncières.

  • AC Saint-Julien-Beychevelle, Registre délibérations du conseil municipal 1844-1848.

  • AC Saint-Julien-Beychevelle, Registre délibérations du conseil municipal 1849-1870.

  • AC Saint-Julien-Beychevelle, Registre délibérations du conseil municipal 1870-1883.

  • AC Saint-Julien-Beychevelle, Registre délibérations du conseil municipal 1884-1885.

  • AC Saint-Julien-Beychevelle : Registre délibérations du conseil municipal 1927-1942.

  • AD Gironde, 2 O 3260 : Biens communaux, 1820-1913.

  • AD Gironde, 2 O 3261 : Biens communaux, 1915-1940.

  • AD Gironde, 2 O 3265 : Dossiers d'administration communale : cimetière, concessions, 1840-1940.

  • AD Gironde, 2 O 3267 : Dossiers d'administration communale : culte, église, 1840-1940.

Documents figurés
  • Plan cadastral de la commune de Saint-Julien, 1825.

    Archives départementales de la Gironde : 3 P 423
Bibliographie
  • BAUREIN, Abbé, MERAN, Georges. Variétés bordeloises ou essai historique et critique sur la topographie ancienne et moderne du diocèse de Bordeaux. Bordeaux : Féret et fils, 1876, t. 1, 2è éd..

    p. 300-301
  • BESCHI Alain, STEIMER Claire, BARROCHE Adrienne (Photographe) et al. Estuaire de la Gironde : paysages et architectures viticoles : Aquitaine Poitou-Charentes. Lyon : Lieux dits, 2015 (Images du patrimoine).

  • BERNARDIN, Eric, LE HONG, Pierre (Photogr.). Crus classés du Médoc : le long de la route des châteaux. Bordeaux : Editions Sud Ouest, 2010.

  • BIRON, Dom Reginald. Guide archéologique illustré du touriste en Gironde. Bordeaux : Féret, 1927.

    p. 91
  • COCKS, Charles. Bordeaux, ses environs et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret Fils, 1850.

  • COCKS, Charles. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Paris : V. Masson et fils, 1868 (2e édition).

    p. 131-135
  • COCKS, Charles. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 1898 (7e édition) avec supplément de 1901, réédtion 2009.

  • COCKS, Charles, FERET, Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret et Fils, 1881 (4e édition).

  • COCKS, Charles, FERET, Edouard. Bordeaux et ses vins classés par ordre de mérite. Bordeaux : Féret, 2007 (18e édition).

    p. 578
  • COQUILLAS Didier. Les rivages de l'estuaire de la Gironde du Néolithique au Moyen-Age. Thèse d'histoire : Bordeaux 3, 2001.

  • GINESTET Bernard. Saint-Julien. Paris : Nathan, 1984. (Le Grand Bernard des vins de France).

  • LAROZA, Olivier. Guide touristique, historique et archéologique de la Gironde. Bordeaux : Féret, 1975.

  • MARQUESSAC H. de. Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem en Guyenne depuis le XIIe siècle jusqu'en 1793. Bordeaux : impr. de Vve J. Dupuy, 1866.

    p. 242
  • VIAUT Alain. Récits et contes populaires du Bordelais. Paris : Gallimard, 1981.

Périodiques
  • FEDIEU Dominique. « Le pont de l'Archevêque, frontière de deux mondes viticoles : histoire de Cussac et Saint-Julien de 1826 à 1936 ». Les Cahiers Médulliens, mars 2011, n° Hors-Série.

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Steimer Claire