Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Presbytère

Dossier IA33006721 réalisé en 2011

Fiche

  • Vue d'ensemble.
    Vue d'ensemble.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • cour
    • écurie
    • hangar agricole
    • chai
    • remise
Destinations siège d'association ou d'organisation
Parties constituantes non étudiées cour, écurie, hangar agricole, chai, remise
Dénominations presbytère
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive droite) - Saint-Ciers-sur-Gironde
Adresse Commune : Braud-et-Saint-Louis
Adresse : 10 Place de l' Eglise
Cadastre : 1827 B 9 ; 2010 B 906

Un état des paroisses de Saint-ciers Lalande dressé aux alentours de 1820 mentionne le mauvais état de l'église Saint-Louis et la présence d'une cure située à Braud. En effet, sur le plan cadastral de 1827, le presbytère, de plan rectangulaire, est adossé au nord de l'église du bourg et entouré d'un jardin.

Un devis pour la réparation du bâtiment est dressé en 1828. Une lettre au préfet de 1836 souligne les réparations indispensables à la cure notamment à la couverture et au carrelage et un procès-verbal d´adjudication à la réparation d´une écurie attenante au presbytère de 1844 mentionne les travaux effectués par M. Thomas, maître charpentier, à la charpente, à la couverture, à la porte d´entrée et à l´atelier. Le bâtiment, d´après les différentes sources écrites de la seconde moitié du 19e siècle, est à cette époque un vaste pavillon en rez-de-chaussée surmonté d´un grenier, accompagné de dépendances, adossé à l´ouest de l´église et composé de treize pièces mal distribuées. L'édifice étant en très mauvais état, un premier projet de reconstruction intervient en 1867 : il s´agit avant tout de réduire les dimensions du bâtiment et de donner au prêtre un logement simple et commode avec dépendances.

Si un plan et un devis sont dressés, la guerre de 1870 met fin au projet, qui ne refait surface qu´en 1875 : le plan n'est pas modifié mais, dans un souci d´économie, les matériaux de l´ancienne cure, de bonne qualité, sont réemployés, dont les pierres de taille, moellons, bois de charpente, tuiles creuses, portes, croisées et contrevents. Le plan dressé par M. Manizan, architecte à Saint-Ciers Lalande, et le devis du bâtiment sont approuvés en 1876.

En 1877, les plans des dépendances sont dressés par le même architecte. Ils comprennent, sous un même bâtiment, une porcherie, un poulailler, une écurie, une remise, un bucher et un cellier. En 1879, alors que les travaux à la cure sont achevés, le conseil municipal décide la construction des dépendances, indispensables au curé, et les plans sont approuvés la même année. Cependant, M. Manizan décède et la commune fait appel à un autre architecte, M. Huzureau (ou Uzureau). Ce dernier reprend les plans de son prédécesseur mais en réduit les proportions. Les travaux sont finalement effectués entre 1880 et 1882.

Le mur à l´est du presbytère est reconstruit en 1908 ainsi qu´en 1922 afin d´agrandir et d´embellir la place de l´église. La couverture du bâtiment est restaurée en 1937.

La cure, aujourd'hui remaniée sur les élévations latérales, abrite la Maison des Associations.

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle
Secondaire : 4e quart 19e siècle
Dates 1876, daté par source
Auteur(s) Auteur : Huzureau,
Huzureau

Ou Uzureau, architecte à Saint-Ciers-sur-Gironde à la fin du 19e siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source
Auteur : Jacquereau Pierre, maçon, attribution par source
Auteur : Guerinau Jean, menuisier, attribution par source
Auteur : Lerbette Jean, entrepreneur, attribution par source
Auteur : Giet André, entrepreneur, attribution par source
Auteur : Joyeux Alexandre, entrepreneur, attribution par source
Auteur : Renou, géomètre, attribution par source
Auteur : Barbé Félix, entrepreneur, attribution par source
Auteur : Réaud André, entrepreneur, attribution par source
Auteur : Thomas, charpentier, attribution par source
Auteur : Grange Charles, architecte, attribution par source
Auteur : Manizan François Aimé,
François Aimé Manizan (09/02/1908 - 09/04/1879)

Né le 9 février 1808 à Soulac (AD Gironde, 4 E 13282 : acte de naissance), mort le 9 avril 1879 à Saint-Ciers-sur-Gironde (4 E 11213 : acte de décès). Mentionné comme "entrepreneur" à Soulac en 1857, puis "conducteur de travaux [des] marais" dans l'acte de décès de l'un de ses fils en 1858 (4 E 11209 : Edmond Elie Alfred Manizan, mort le 9 août 1858). Enfin, la profession inscrite sur l'acte de décès est "ingénieur civil". La tombe familiale se trouve dans le cimetière de Saint-Ciers, à côté de celle de l'ancien maire Alcée Froin.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
architecte, attribution par source

Le presbytère est un bâtiment à étage et étage en surcroît, construit en pierre de taille et couvert d´un toit à croupe. Orientée à l´est, la façade principale est rythmée de cinq travées. La travée centrale en ressaut est surmontée d´un fronton triangulaire. Les baies du rez-de-chaussée et du premier niveau sont en arc segmentaire. La façade postérieure présente une modénature identique. Les façades latérales sud et nord sont remaniées.

A l´arrière de la cure, en fond de cour, les dépendances en rez-de-chaussée sont composées d´un corps principal flanqué de deux ailes et d´un hangar prolongeant l´ensemble au sud. La façade du corps central forme pignon et présente une large ouverture en arc segmentaire. Les baies et les chaînages d´angle sont harpés.

Murs calcaire enduit
pierre de taille
Toit tuile creuse
Étages 1 étage carré, étage en surcroît
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures toit à longs pans croupe

Les anciennes dépendances en fond de cour présentent un autel daté de 1665 en pierre calcaire doré et marbre. Il est orné d'arcades et de motifs végétaux et géométriques.

Statut de la propriété propriété de la commune

Annexes

  • Documentation complémentaire : dépouillement d'archives

    AD Gironde, 2 V 325 : État des paroisses dans le canton de Saint-Ciers Lalande. 1820 (?).

    "La paroisse de Braud est avec son presbytère et le jardin ; il n´existe à Saint-Louis que l´église en très mauvais état."

    AD Gironde, 2O 906 : Procès verbal d'adjudication de réparations à la charpente de l'église et à la construction d'une écurie attenante au presbytère. 1844.

    "Réparation à l´écurie du presbytère.

    - Charpente. Deux piliers. Longueur ensemble 5m20 [...].

    - Tôle des chevrons fournis par la commune.

    - 14m² de lattis en bois

    - 14 m² de couverture en tuiles creuses

    - Remaniement de la couverture, remplacement des chevrons [...].

    - Réparation de l´atelier.

    - Un loque pour la porte d´entrée".

    AD Gironde, 2O 906 : Restauration du presbytère. Rapport à la commission des travaux publics sur l'examen du projet. 1868.

    La cure actuelle "se compose d'un vaste bâtiment à hauteur d'un rez-de-chaussée, à l'exception toutefois de deux pièces les plus éloignées de l'église au-dessus desquelles se trouve un premier étage et même un grenier. Ce logement est mal distribué, il est plus spacieux que ne le comporte l'habitation du curé et deux pièces seulement sur treize sont occupées. On ajoute que toute la construction est en très mauvais état et que les murs de façade ainsi que la charpente menacent ruine. [...].

    L´ensemble de ce projet parait acceptable mais il y a à faire des observations de détail qui nécessiteront la révision du plan et du devis.

    La coupe des bâtiments et les élévations semblent indiquer que le sol du rez-de-chaussée se trouve exactement au niveau du sol extérieur. Il faut au moins une hauteur de seuil pour garantir de l´humidité et cette hauteur peut même n´être pas suffisante selon le profil du terrain.

    Ce profil devrait être joint à l´état des lieux. Quant-à la distribution des pièces : la chambre domestique est placée au rez-de-chaussée ; il me paraitrait préférable de la reporter au premier étage. Dans la même position, de faire la salle à manger dans l´emplacement de cette chambre et de la cuisine. Ce qui est chambre à coucher deviendrait alors salon de réception, avec pose entre la salle et le salon. La cuisine prendrait le plan de la salle à manger et la chambre celle du salon.

    L´espace en arrière de l´escalier est indiqué comme destiné à son évier. Cet évier ne pouvait existe à côté de la salle à manger et il se trouverait à la place avec a modification proposée mais on doit y construire aussi des lieux d´aisance qu´il est indispensable d´avoir dans la maison ; ces lieux n´auraient pas toute la largeur de la cage d´escalier et laisseraient encore un certain espace pour l´évier.

    Le projet comprend aussi la construction de servitudes. Ces servitudes ne paraissent pas mal disposées, mais on se demande pourquoi en démolir celles qui existent déjà dans une autre partie de l´emplacement.

    Quant à la rédaction des pièces écrites du projet, les travaux étant exécutés avec des matériaux de démolition, le devis comprend pour les fournitures (?) et l´analyse des prix seraient alors pas nécessaires mais il en est autrement des conditions d´exécution qui manque d´une manière complète."

    AM Braud-et-Saint-Louis : Registre des délibérations du Conseil municipal : restauration du presbytère. Séance du 25 mai 1874.

    "Le maire expose au conseil municipal qu´il y a urgence à restaurer le presbytère attendu que les murs menacent ruine, et que le Conseil n´ayant point de local pour servir à ses réunions il y a nécessité absolu à avoir une salle pour le Conseil.

    Il propose donc d´affecter les fonds de la dépense nationale avec tous ceux dont la commune peut disposer et qui s´élèvent à la somme de 6089, 79 francs pour la construction d´une salle de mairie et la restauration du presbytère".

    AD Gironde, 2O 906 : Reconstruction du presbytère. Devis. Exposé. 1875.

    "En mil huit cinquante sept, un devis des réparation urgentes à exécuter au presbytère de Braud s´élevant à la somme de huit mille quatre cent francs fut dressé par nous et approuvé par la commission des monuments civils de la Gironde, sauf quelques légères modifications dans les prix de main d´œuvre de la maçonnerie et de la menuiserie avec la mention particulière de relever d´une marche le niveau du sol du rez-de-chaussée.

    A cette époque qui remonte déjà à plus de sept ans, nous disions dans notre exposé.

    Le presbytère de Braud dont la façade principale ne mesure pas moins de vingt sept mètre cinquante centimètre de longueur se trouve adossé au couchant de l´église et confronte au levant à des terrains appartenant à diverses propriétaires. Le bâtiment est à double dans sa profondeur du sud au nord et ne comprend qu´un rez-de-chaussée avec grenier au-dessus dans les trois quart de son étendue ; mais il reste bâti en pavillon aux frais d´un desservant il y a plusieurs années et surmonté d´un étage avec grenier au-dessus.

    Il est probable que lors de la construction de ce pavillon on a senti la nécessité d´établir le grenier qui existe dans toute l´étendue de la partie en chartreuse ; et pour cette opération, il a fallu surhausser les murs de façade nord et sud d´environ un mètre trente centimètres mais au lieu de les élever en conservant leurs épaisseur de cinquante cinq centimètres, on les a maladroitement réduits à celle d´un doubleron de Bloque [...].

    Indépendamment du grave inconvénient que nous venons de signaler, joint au désordre qui en sont la suite et qui est le logement du prêtre pour ainsi dire inhabitable, nous signalons le grand nombre de pièces qui le composent, leurs dimensions exagérées et surtout leur singulière distribution. Sur treize de ces pièces, onze au rez-de-chaussée et deux à l´étage du pavillon deux seulement sont occupées par M. le curé, une par le domestique, deux autres de 5m80 de côté servent de vestibule d´entrée et de sortie et le reste y compris la cuisine est abandonné par suite de vétusté.

    Les divers époques des réparations urgentes ont été faite aux planchers et aux ouvertures de deux chambres seulement et à la couverture. Mais aujourd’hui [...], le Conseil municipal de la commune de Braud a décidé que les dimensions exagérées sans motifs du presbytère actuel seront réduits et que sa reconstruction soit faite de manière à donner au Prêtre un logement tout à la fois simple et commode avec les dépendances qui le comporte.

    C´est en mil huit cent soixante sept que date cette première décision. Les projets présentés sont approuvés sauf comme nous l´avons dit plus haut quelques modifications sans importance ne pouvaient naturellement être mis à exécutions qu´après certaines démarches faites pour la réalisation des fonds nécessaires.

    La guerre survient et tout fut ajourné. Déjà sept années ont passé sur la maison curiale de Braud et certes le mauvais état que nous avions signalé à cette époque est bien loin aujourd’hui d´être amélioré, une nouvelle visite que nous en avons récemment faits nous a permis de constater la charpente toute entière reposant sur des étais mal assurés, des planchers vermoulus sur lesquels il n´est plus permis de s´aventurer ; des froids, humides, abandonnées depuis longtemps et enfin des dépendances plus délabrées encore que l´habitation principale.

    De cet exposé qui n´a rien d´exagéré, nous devons ajouter que plusieurs desservants nommés à la cure de Braud ont refusé cet avantage par crainte du danger réel dont on est chaque jour menacé dans cette triste habitation que le nouveau titulaire, sur les sollicitions de quelques personnes bienveillantes n´a accepté la direction spirituelle de cette grande paroisse qu´à la condition expresse de voir les projets de reconstruction de son presbytère mis à exécution et terminés dans le courant de cette année de mil huit cent soixante quinze.

    [...].

    L´administration locale s´est facilement rendue à cette condition toute urgence et nous a confié à titre d´architecte un nouveau projet de reconstruction du presbytère dressé sur des prix de revient résultant de l´enchère de certains matériaux et de la main d´œuvre, en se conformant autant que possible au projet de 1867, toutefois avec emploi par économie des pierres de taille et moellon bois de charpente et de couverture battis et tuiles creuses planchers portes croisées et contrevents et généralement de tous les matériaux provenant de la démolition du vieux bâtiment et reconnus d´assez bonne qualité pour être remis en œuvre avec les réparations nécessaires, le tout, conformément au détail estimatif du devis et conditions particulières de chaque nature d´ouvrage.

    C´est donc sur ces bases que nous présentons notre nouveau projet. [...]".

    AM Braud-et-Saint-Louis : Registre des délibérations du Conseil municipal : reconstruction du presbytère. Séance du 18 mai 1876.

    "M. le maire expose que les plans et devis de la reconstruction du presbytère ont été approuvés par M. le Ministre des cultes et qu´un recours de 200 francs a été accordé pour cet objet, mais qu´il ne sera versé dans la caisse municipale que lorsque le montant des dits plans et devis aura été accepté ». La commune contracte « un emprunt de 1040 francs remboursable en deux annuités".

    AD Gironde, 2O 906 : Clauses et conditions relatives à la reconstruction du presbytère de Braud, Gironde. 1876.

    "L´entrepreneur, conformément aux ordres qui lui seront donnés et d´après les dessins du projet, fournira et fera planter des piquets pour régler les dimensions de chaque pièce du nouveau presbytère, les déblais et remblais du sol, les emplacements déterminés pour le dépôt des matériaux, en un mot de tous les détails nécessaires qui lui seront fournis par l´architecte qui assistera en présence du maire au tracé.

    Le mortier pour les maçonneries de fondation et les murs en élévation sera composé de deux parties de sable de carrière de Vinaud et d´une partie de chaux des fours d´Anglade réduite à l´état de bouillie épaisse, sans biscuits ni rigauds. Le mortier sera corroyé à force de bras sur une aire bien battue jusqu´à ce qu´on ne puisse plus distinguer le sable d´avec la chaux.

    La pierre de taille proviendra des démolitions de l´ancien presbytère et choisie selon les ouvrages où elle devra être employée surtout pour le parement de l´avant-corps de la façade principale. La pose en sera faite avec beaucoup de soin par appareil régulier sur un lit de mortier fin.

    [...].

    L´entrepreneur demeure prévenu que le toisé des murs de face et de refend sera fait comme il est indiqué à chaque article du devis estimatif, et comprendra sans augmentation de prix toute la pierre de taille mise en œuvre pour les socles, ressauts, chaines d´angle, chaines en liaison, corniches, bandeaux moulurés et tous autres ouvrages en saillie sur le parement net.

    Tous les bois employés pour la charpente du bâtiment projeté proviendront comme il a déjà été dit, des démolitions.

    [...]. Les chevrons proviendront en partie de la veille couverture, les autres seront en bois neuf de bonne qualité pris dans des battings refendus sur leur largeur. Les planches de battis ou voliges seront de vieux bois et de bois neuf de vingt millimètres d´épaisseur dressés sur leurs rives et clouées sur les chevrons ou les pannes avec des pointes de cinquante cinq millimètres de longueur.

    [...].

    Les travaux de plâtrerie compris au devis estimatif devront être faits avec beaucoup de soins et précautions. Les lattes des plafonds n´auront pas moins d´un centimètre d´épaisseur sur quatre centimètres de largeur au plus.

    L´entrepreneur au surplus garantira son travail pendant un an à partir de l´acceptation définitive des ouvrages. Tous les bois employés dans les planchers dont le détail fait parti du devis estimatif proviendront soit de la veille cure soit du commerce. Ils devront être proprement blanchis sans aubier ni bois bleu surtout aux faces apparentes et exempts de tous les vives préjudiciables à la belle et bonne construction. [...].

    Les gites ou solives des planchers sur sol seront prises dans les poutres de chêne de la veille cure sciées à l´équarrissage prescrit par le devis. Les réparations aux portes, croisées, contrevents, etc, qui doivent être remises en place seront faites avec beaucoup de soin et selon ce qui sera particulièrement indiqué.

    L´entrepreneur se soumettra en outre à tout ce qui est prévu au devis pour chaque nature d´ouvrage."

    AM Braud-et-Saint-Louis : Registre des délibérations du Conseil municipal : reconstruction du presbytère. Séance du 15 aout 1877.

    "Le montant de l´impôt extraordinaire voté par la commune joint à la subvention accordée par l´État ne suffit pas pour terminer les travaux de reconstruction du presbytère ; qu´il reste encore une assez grande partie de cet édifice à construire ainsi que les dépendances qui y sont indispensables et soumet au conseil les plans et devis des travaux qui restent à exécuter".

    AM Braud-et-Saint-Louis : Registre des délibérations du Conseil municipal : devis de la construction du presbytère. 18 juin 1878.

    Le devis s'élève à 11220,22 francs.

    AM Braud-et-Saint-Louis : Registre des délibérations du Conseil municipal : reconstruction du presbytère. Séance du 6 février 1879.

    "M. le maire expose au Conseil que le presbytère qui vient d´être reconstruit a occasionné une dépense de 11449, 63 francs [...]. Il fut donc décidé de retrancher de l´ancienne habitation qui était très vaste tout ce qui était inutile et de faire servir les matériaux de démolition à la construction de la nouvelle [...]. Le presbytère reconstruit ne comprend que les appartements strictement nécessaires sans aucune dépendance. La paroisse de Braud ayant une grande étendue, un cheval est indispensable à M. le curé pour l´accomplissement de son ministère ; il faut donc une écurie et une remise ; il lui faut aussi une servitude pour y déposer son bois et un chai pour y mettre son vin.

    M. Manissan, architecte, à Saint-Ciers Lalande a dressé un plan et un devis de ces servitudes indispensables. La dépense est évaluée à 8200 francs. Pour y faire face, M. le maire ose espérer que le gouvernement voudra bien venir en aide à la commune [...]."

    AM Braud-et-Saint-Louis : Registre des délibérations du Conseil municipal : reconstruction du presbytère. Séance du 17 avril 1879.

    "M. le maire [...] vient à faire modifier par M. Huzureau, architecte à Saint-Ciers Lalande, le plan qui avait été fait pat M. Manissan. Les proportions ont été tellement été réduites dans le nouveau plan que la dépense n´est plus que de 4600 au lieu de 8200 d´après le projet primitif."

    AM Braud-et-Saint-Louis : Registre des délibérations du Conseil municipal : devis de la construction des dépendances. 20 octobre 1880.

    Le devis s'élève à 4 304,37 francs.

  • Documentation complémentaire : analyse du plan des dépendances, 1877

    Plan, coupes et élévation des dépendances à construire pour le presbytère de Braud. Par Manissan (architecte), 18 aout 1877 [AD Gironde, 2 O 906].

    Sur les plans, la façade principale est composée d'un corps central flanqué de deux ailes. Le corps central est composé d'un rez-de-chaussée avec comble à surcroît et est ouvert au sud par une lucarne. Il est percé de trois ouvertures au premier niveau ; la porte centrale est en arc segmentaire. Les deux ailes sont percées chacune d'une porte.

    Le bâtiment, couvert d'un toit à longs pans, abrite la porcherie et le poulailler dans l'aile ouest, l'écurie, la remise et le bucher dans l'aile principale et le cellier dans l'aile est.

Références documentaires

Documents d'archives
  • État des paroisses dans le canton de Saint-Ciers Lalande. 1820 (?).

    Archives départementales de la Gironde : 2 V 325
  • AM Braud et Saint-Louis, Série D : Registres de délibérations du conseil municipal, 1871-1899. Reconstruction du presbytère. 1874-1876.

  • AM Braud et Saint-Louis, Série D : Registres de délibérations du conseil municipal, 1871-1899. Travaux supplémentaires au presbytère. 15 aout 1877.

  • AM Braud et Saint-Louis, Série D : Registres de délibérations du conseil municipal, 1871-1899. Vente des bois de l'ancien presbytère. 9 décembre 1877.

  • AC Braud et Saint-Louis, Série D : Registres de délibérations du conseil municipal, 1871-1899. Modification du plan des servitudes du presbytère. 17 avril 1879.

  • AM Braud et Saint-Louis, Série D : Registres de délibérations du conseil municipal, 1899-1922. Construction d'un hangar au presbytère. 29 juin 1913.

  • AM Braud et Saint-Louis, Série D : Registres de délibérations du conseil municipal, 1899-1922. Restauration du mur du presbytère. 29 avril 1922.

  • AM Braud et Saint-Louis, Série D : Registres de délibérations du conseil municipal, 1922-1938. Réparations au presbytère. 20 décembre 1923.

  • AM Braud et Saint-Louis, Série D : Registres de délibérations du conseil municipal, 1922-1938. Travaux au presbytère. 11 septembre 1937.

  • AD Gironde, 2 O 906 : Travaux à l'église, à la cure et au cimetière. 1827.

  • AD Gironde, 2 O 906 : Réparations. 1839.

  • Procès verbal d'adjudication de réparations à la charpente de l'église et à la construction d'une écurie attenante au presbytère, 14 novembre 1844.

    Archives départementales de la Gironde : 2 O 906
  • AD Gironde, 2 O 906 : Réparations. 1860.

  • AD Gironde, 2 O 906 : Restauration du presbytère. Rapport à la commission des travaux publics sur l'examen du projet. 1868.

  • AD Gironde, 2 O 906 : Clauses et conditions relatives à la reconstruction du presbytère. 1876.

  • AD Gironde, 2 O 906 : Modifications des plans des dépendances. 1879.

  • AD Gironde, 2 O 906. Travaux de reconstruction des dépendances de la cure. 1880.

  • AD Gironde, 2 O 906 : Reconstruction de la murette côté est. 1908.

  • AD 2 O 906 : Réfection de la murette. 1922.

  • AD, 2 O 906 : Réfection de la couverture. 1937.

  • AD Gironde, 2 O 906 : Réparations à la cure. 1932.

Documents figurés
  • Plan, coupes et élévation des dépendances à construire pour le presbytère de Braud. Par Manissan, 18 août 1877 [Archives départementales de la Gironde, 2 O 906].

(c) Conseil départemental de la Gironde ; (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Riberolle Jennifer