Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Presbytère

Dossier IA33007445 inclus dans Village de Saint-Estèphe réalisé en 2013

Fiche

  • Vue d'ensemble.
    Vue d'ensemble.
  • Impression
  • Agrandir la carte
  • Parties constituantes

    • mur de clôture
    • portail
    • écurie
    • borne fontaine
    • jardin

Á rapprocher de

Parties constituantes non étudiées mur de clôture, portail, écurie, borne fontaine, jardin
Dénominations presbytère
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive gauche)
Hydrographies Gironde la
Adresse Commune : Saint-Estèphe
Adresse : rue des Martyrs de la résistance , R.D. 2E3
Cadastre : 1825 A5 1625 ; 2015 OA 1375

La maison curiale se situait à l'origine à proximité de l'église, à l'emplacement de l'actuel château Capbern-Gasqueton.

En 1866, le conseil municipal projette d'aliéner l'ancien presbytère, tout en cherchant un terrain pour construire un nouveau bâtiment. En 1867, deux possibilités font hésiter les membres du conseil municipal : un terrain proposé par Franck Phélan ou bien un terrain appartenant à la Fabrique. C'est finalement cette option qui est retenue, et en 1869 la commune opère un échange de terrains avec la Fabrique.

Le 1er août 1869, Martial Henri Gasqueton se rend adjudicataire de l'ancien presbytère. La même année, l'architecte bordelais Charles Brun propose les plans et devis du futur presbytère. Des modifications sont demandées pour des raisons économiques : suppression des dépendances, suppression des voûtes de la cave et du plancher de terre... Le conseil municipal souhaite par ailleurs que la façade principale soit à l'ouest et que la tour d'escalier soit greffée sur la façade côté estuaire. Quant au curé, il voudrait que cette tour fut placée sur un coin et, à défaut, sur une des façades au nord ou au midi. Aucune de ces propositions ne semble finalement avoir été retenue et la façade principale donne bien vers l'estuaire tandis que la tour d'escalier se trouve au centre de la façade ouest. Les travaux sont achevés en 1872.

Entre 1874 et 1876, un mur de clôture puis une écurie sont édifiés.

Période(s) Principale : 3e quart 19e siècle
Dates 1869, daté par source
Auteur(s) Auteur : Brun Charles, architecte, attribution par source

Le presbytère est situé au sud-est de l'église, voisin du Château Capbern-Gasqueton. Il est entouré d'un jardin avec mur de clôture en moellons et portail à piliers maçonnés.

La façade principale, à l'est, est composée de 5 travées, la travée centrale formant un léger ressaut et étant surmontée d'un fronton triangulaire mouluré et denticulé. Cette travée centrale est soulignée par des chaînes d'angle traitées en bossage plat. La porte avec son encadrement mouluré à crossettes est surmontée d'une corniche soutenue par des modillons et marquée au centre de sa plate-bande d'une large agrafe. On y accède par un escalier droit en pierre. Les fenêtres du rez-de-chaussée comme de l'étage présentent des encadrements moulurés à crossettes, des appuis saillants et des allèges à table décorative. Un solin de mur souligne le niveau de soubassement, un bandeau médian sépare le rez-de-chaussée du premier étage et une corniche à denticules couronne l'ensemble de la façade.

La façade postérieure est marquée en son centre par une imposante tour d'escalier circulaire coiffée d'un toit conique en ardoise, contrairement au reste du bâtiment couvert de tuile creuse. Une porte y donne accès. Elle abrite à l'intérieur un escalier en pierre en vis avec jour.

Un caveau voûté occupe une partie du soubassement du bâtiment.

L'ancienne écurie, remaniée, se trouve au fond du jardin à l'ouest.

Murs calcaire pierre de taille
Toit tuile creuse, ardoise
Étages 1 étage carré
Couvrements
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures toit à longs pans croupe
toit conique
Escaliers escalier hors-oeuvre : escalier en vis avec jour, en maçonnerie
Techniques sculpture
Représentations denticule, fronton
Statut de la propriété propriété de la commune

Annexes

  • Documentation sur l'ancien et le nouveau presbytère de Saint-Estèphe

    AM Saint-Estèphe, Registre de délibérations, 1791, Inondation de la maison curiale, 1791/12/21.

    Pluies abondantes qui ont pénétré dans la maison curiale ; mauvais état des charpentes et de la couverture ; maison inhabitable dans son état actuel ; réparations d'urgence nécessaires en attendant le printemps.

    AM Saint-Estèphe, Registre des délibérations du conseil municipal, 1791 à 1794, Mauvais état de la maison curiale, 1791/12/21.

    AM Saint-Estèphe, Registre des délibérations du conseil municipal, 1791 à 1794, Délibération sur le jardin de la maison curiale, 1792/03/07.

    Le jardin de la maison curiale sera donné à moitié ; clôture du chai et cuvier de la dite maison curiale : décision de faire fermer les portes et fenêtres des chais et cuvier de la cure ; le sieur Valet charpentier videra le chai où il a établi son atelier.

    AM Saint-Estèphe, Registre des délibérations du conseil municipal, 1791 à 1794, Procès verbal de clôture du chai et cuvier de la maison curiale, 1792/03/10.

    Visite des portes et descharges par le nommé Pierre Davis, charpentier de haute futaye, auquel d'après ses observations il a été ordonné de fermer exactement avec des bois de traverse les portes de côté du nord et du couchant et les descharges du côté du midi et couchant. Et de là a passé dans un chai qui a une porte au levant, des fenêtres et des cloison en planches au midi, donnant sur le jardin et en a ordonné la clôture ; pour la conservation des effets appartenant à la succession du sieur Lalanne et pour ceux appartenant à la Nation, comme cuves bois, pressoirs dont la dégradation ou enlèvement seraient assuré si chaque individu avait le droit d'entrer dans le dit chai (...).

    AM Saint-Estèphe, Registre des délibérations du conseil municipal, 1791 à 1794, Délibération relative à la nomination des sieurs Lavertu, architecte et Bouey dit Juillac, charpentier pour experts dans les réparations à faire dans la dite maison curiale, 1792/06/14.

    Mention des lambris et boiseries de la dite maison curiale, grenier, cuvier, parc à bœuf, greniers à foin, situé dans la cour de la dite cure.

    AM Saint-Estèphe, Registre des délibérations du conseil municipal, 1791 à 1794, Vente de la cuve appartenant à la Nation qui se trouve dans le cuvier de la maison curiale, 1792/06/15.

    AM Saint-Estèphe, Registre des délibérations du conseil municipal, 1791 à 1794, Projet de vente des dépendances de la maison curiale, 1792/09/27.

    Le cuvier, le grand chai, le petit chai, confronte du midi au jardin curial mais du côté du nord, levant et couchant à trois chemins publics sur lesquels il y a eu toujours 5 portes ouvertes et dix ou 12 croisées et décharges. Le curé constitutionnel a en outre 12 chambres de maître, 3 de domestiques, des caves sous la maison à 60 tonneaux de vin, appentis, écurie, parcs, grange fournière, grenier à mettre 300 boisseaux de blé et 1800 livres pour meubles et entretenir tout cela et alimenté sa cuisine ; chais et cuviers pas enclos et donc peuvent être vendus au profit de la Nation : somme qui permettrait de réparer le presbytère.

    AD Gironde, 2 O 3115, Lettre au préfet, 10 avril 1857.

    Marguerite Fanny Capbern épouse du sieur Lahens, demeurant à St Laurent ; Marguerite Julie Capbern épouse du sieur Gasqueton, ancien magistrat, demeurant à Lesparre ; 7 fructidor an IV (24 octobre 1796) adjudication à Martial Capbern de divers bâtiments situés au bourg, dépendant de l'ancien presbytère de la commune ; la partie de la maison curiale réservée est composée notamment d'un salon éclairé par trois ouvertures dans le mur levant contigu au jardin des exposants et donnant vue sur ce jardin ; écurie donnant également sur la cour : pour s'y rendre il faut traverser cette cour dans toute son étendue ; l'adjudicataire a fait élever le mur devant se réparer l'angle couchant de l'écurie dont jouit M. le curé ; pour compléter en charges quant à l'écurie il reste à murer l'issue du midi et à faire ouvrir une porte au nord sur la place publique ; la partie de la maison curiale habitée par le fils des exposants est contiguë à celle occupée par le desservant (...).

    AM Saint-Estèphe, Registre des délibérations du conseil municipal, 1835 à 1862, Lettre de M. Gasqueton tendant à exercer ses droits sur certaines portions des bâtiments de la cure actuelle et notamment la fermeture et l'issue de l'écurie donnant sur sa propriété, 1857/06/14.

    Faire murer jusqu'à l'imposte la porte du salon donnant sur le jardin et griller les deux fenêtres du dit salon ; avis du conseil municipal ajourné.

    AD Gironde, 2 O 3121, Mémoire des travaux de peinture, vitrine et collage de papier faits au presbytère par Pinet, peintre à Saint-Estèphe, 23 janvier 1858.

    Mention de la salle à manger, de l'alcôve, de la chambre à coucher, du corridor, du corridor près de la cuisine, du vestibule, du salon, chambre du domestique.

    AM Saint-Estèphe, Registre des délibérations du conseil municipal, 1862 à 1898, Projet d'aliénation du presbytère : estimation des biens, 1866.

    AM Saint-Estèphe, Registre des délibérations du conseil municipal, 1862 à 1898, Budget 1868 : Vente du presbytère quand le terrain pour le nouveau aura été trouvé, 1867.

    Plan du local dressé par l'agent voyer ; devis d'expertise maçonnerie, charpenterie, plâtrerie, accessoires.

    AD Gironde, 2 O 3121, Expertise du presbytère par L. Salmon, 5 février 1867.

    Grande cave (12m40 de long) ; cave côté nord (11m30 de long) ; grande maison, façade côté ouest (7m65 de long 10m54 de haut compris les fondations) ; tour ronde (développement longueur 10m60 et 19m54 de haut) ; mur côté nord (longueur 9m72 ; hauteur 10m54) ; mur côté sud semblable ; escalier, salon de compagnie, entrée, cuisine, corridor.

    AD Gironde, 2 O 3121, Extrait du registre des délibérations du conseil municipal concernant le dossier d'aliénation du presbytère, 3 juin 1867.

    Choix de l'emplacement du nouveau presbytère : dans le Domaine de la fabrique ou au nord de la mairie sur un emplacement de M. Phélan ; vote partagé ; ancien presbytère dans un état de délabrement avancé.

    AM Saint-Estèphe, Registre des délibérations du conseil municipal, 1862 à 1898, Construction d'un nouveau presbytère à l'emplacement appartenant à M. Phélan au nord de la mairie, 1867/08/11.

    AD Gironde, 2 O 3121, Rapport au sous-préfet par l'architecte Edouard Bonnore, architecte du département : examen de l'état de solidité du presbytère [1868?].

    Étais placés pour soutenir le plafond du vestibule, bois pourris, état de délabrement, couvertures de tuile en très mauvais état.

    AD Gironde, 2 O 3121, Décret du Ministre de la Justice et des cultes autorisant la fabrique à céder à titre d'échange à la commune de St Estèphe un terrain situé à St Estèphe destiné à servir d'emplacement au nouveau presbytère, 5 mai 1869.

    En échange : jardin situé à St Estèphe.

    AD Gironde, 2 O 3121, Adjudication du presbytère en faveur de M. Martial Henri Gasqueton, 1er août 1869.

    Lamena, notaire Pauillac ; pour la somme de 16912 frcs.

    AM Saint-Estèphe, Registre des délibérations du conseil municipal, 1862 à 1898, vente de l'écurie du presbytère à M. Gasqueton qui s'est rendu adjudicataire du presbytère le 1er août 1869, 1869/08/15.

    Finalement écurie vendue avec le presbytère.

    AM Saint-Estèphe, Registre des délibérations du conseil municipal, 1862 à 1898, Plans et devis du futur presbytère par l'architecte de Bordeaux M. Brun, 1869/10/03.

    46652 frcs ; modifications demandées pour économie : suppression des dépendances, suppression des voûtes de la cave et du plancher de terre : 34214 frcs. Le conseil municipal désire que la façade principale soit à l'ouest ; il s'en suivra que la façade ayant vue sur le fleuve sera en partie masquée par la tour d'escalier. M; le curé voudrait que cette tour fut placée sur un coin et à défaut sur une des façades au nord ou au midi.

    AM Saint-Estèphe, Registre des délibérations du conseil municipal, 1862 à 1898, Plans modifiés de l'architecte Brun, 1869/11/07.

    AD Gironde, 2 O 3121, Procès verbal d'adjudication pour la construction du presbytère de la commune, 15 mai 1870.

    Sous la direction de M. Charles Brun, architecte ; adjudicataire : François Dejean, entrepreneur du Pouyalet.

    AM Saint-Estèphe, Registre des délibérations du conseil municipal, 1862 à 1898, Proposition du maire au conseil municipal d'aller visiter le nouveau presbytère pour l'agréer définitivement, 1872/01/28.

    AM Saint-Estèphe, Registre des délibérations du conseil municipal, 1862 à 1898, Réception définitive du presbytère, 1872/02/04.

    AD Gironde, 2 O 3121, Réception définitive des travaux du presbytère, 29 février 1872.

    AM Saint-Estèphe, Registre des délibérations du conseil municipal, 1862 à 1898, Vente de l'ancienne écurie du presbytère qui se trouve très éloignée du nouveau presbytère, 1874/04/19.

    Construction d'une nouvelle écurie dans les dépendances du nouveau presbytère avec mur de clôture.

    AM Saint-Estèphe, Registre des délibérations du conseil municipal, 1862 à 1898, Portail du presbytère : demande du curé d'une clôture pour le jardin et un portail en fer pour la cour, 1875/05/09.

    AM Saint-Estèphe, Registre des délibérations du conseil municipal, 1862 à 1898, Vente de l'ancienne écurie de l’ancienne cure située sur la place méridionale de l'église décidée le 22 mai 1874, 1875/11/14.

    AM Saint-Estèphe, Registre des délibérations du conseil municipal, 1862 à 1898, Offre d'un entrepreneur serrurier du bourg, le sieur Olivier, d'exécuter le portail de la cure, 1875/11/14.

    Clôture du jardin terminée et bien exécutée par le sieur Salomon entrepreneur.

    AM Saint-Estèphe, Registre des délibérations du conseil municipal, 1862 à 1898, Plan et devis d'une écurie que l'administration municipale est sur le point de faire construire dans les dépendances du nouveau presbytère, 1876/03/26.

    Problème : pas de mention d'un grenier à foin.

    AM Saint-Estèphe, Registre des délibérations du conseil municipal, 1862 à 1898, Mitoyenneté de murs entre M. Gasqueton et la commune, 1877/02/18.

    M. Gasqueton cède à la commune la mitoyenneté du mur de son parc à bœufs, partie sud, pour une construction à faire dans le jardin de la cure et la commune cèderait à M. Gasqueton la mitoyenneté du mur du même jardin, partie ouest vis-à-vis de sa propriété pour y appuyer la construction d'une grange qu'il se propose de faire.

    AM Saint-Estèphe, Registre des délibérations du conseil municipal, 1862 à 1898, Réparation nécessaire à la clôture du jardin du presbytère qui est tombée, 1890/03/30.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Registre des délibérations du conseil municipal, 1862 à 1898.

    Archives municipales, Saint-Estèphe
  • Dossiers d'administration communale, Saint-Estèphe, Culte, église, 1851-1923.

    Archives départementales de la Gironde : 2 O 3121
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Steimer Claire