Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Église paroissiale Saint-Aubin

Peintures murales du chœur

Dossier IM40006080 réalisé en 2014

Fiche

Dénominations peinture monumentale
Aire d'étude et canton Mugron
Adresse Commune : Saint-Aubin
Emplacement dans l'édifice choeur

L'église de Saint-Aubin a connu aux XIXe et XXe siècles deux campagnes successives de décoration murale. En 1881, le curé Jean-Henri Camicas, artisan d'un renouvellement presque complet de l'ameublement de l'édifice, fit exécuter "dans la nef principale", pour une somme de 650 francs, des peintures par le décorateur mugronnais Meyranx, c'est-à-dire André Henri (Henry) Meyranx (1846-1894) ou plus probablement son cousin germain Bernard, dit Tiburce (1828-1888) ; les travaux "touch[aient] à leur fin" en avril 1881. Ce décor, qui incluait également des motifs décoratifs (fausses tentures, arcatures, etc.) sur les piliers et voûtes du collatéral nord, a été entièrement décapé avant 1992. Il est visible sur des clichés de Raymond Labat pris au début des années 1950.

En 1932, l'abbé Raphaël Lamaignère, nouvellement nommé à Saint-Aubin (avril 1931), fit entreprendre, grâce à l'aide "d'une famille généreuse", "le plan d'une décoration nouvelle" pour le sanctuaire de l'église. Le décorateur bordelais Ernest Leduc, sollicité, lui "envoya deux de ses meilleurs ouvriers, anciens élèves de l'École des Beaux-Arts", qui achevèrent le travail à la fin septembre. Les peintures ont été conservées sans altération depuis lors. Les archives de la paroisse conservent le reçu signé par Leduc le 31 octobre, d'un montant total de 3.685 francs.

Le décor de l'abside est très proche de celui de l'église de Gourbera (canton de Dax nord, réf. IM40003865), exécuté par Leduc en 1923-1924 : l'Agneau vexillaire et les médaillons des Vertus reprennent le même modèle. Le motif de l'Agneau et du Tétramorphe se retrouve aussi à l'identique à l'église de Laluque.

Période(s) Principale : 2e quart 20e siècle
Dates 1932
Exécuté sur place
Auteur(s) Auteur : Leduc Ernest,
Ernest Leduc

Peintre-décorateur à Bordeaux dans la première moitié du XXe siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
peintre, décorateur

Le décor couvre le registre supérieur du mur en hémicycle de la travée droite du chœur et de l'abside, le cul-de-four qui couvre celle-ci et les lunettes en demi-lune au sommet de l'arcature romane régnant au registre inférieur du mur. La technique employée (habituelle pour Ernest Leduc) est sans doute la peinture à l'huile sur enduit.

Catégories peinture murale
Matériaux enduit, support, peinture à l'huile
Précision dimensions

Dimensions non prises.

Iconographies Agneau mystique, Le Tétramorphe
symbole, les Vertus théologales, calice, ancre, coeur
symbole, dragon, le mal, épée, saint Michel archange
ornementation, faux appareil, colonnette, frise, bandeau, ruban plissé, palmette
Précision représentations

Registre inférieur du mur de l'hémicycle. Dans des lunettes en demi-lune au sommet des dix arcades, au-dessus d'un bandeau à ruban plissé, alternent des motifs symboliques, certains répétés plusieurs fois ; du nord au sud : un trophée épiscopal évoquant saint Aubin d'Angers, patron de la paroisse (mitre, crosse, croix épiscopale, phylactère avec l'inscription Sancte Albine) ; deux colombes de part et d'autre d'un calice avec grappe de raisin ; le même ; deux canidés de part et d'autre d'une plante stylisée (l'Arbre de vie ?) ; le même ; le même ; le même ; les deux colombes ; le même ; un dragon transpercé par l'épée de feu de saint Michel (patron secondaire de la paroisse et titulaire d'une confrérie dans l'église depuis 1707).

Registre supérieur du mur (de part et d'autre des fenêtres). Faux appareil fleuronné à fond vert ; encadrement feint des baies avec colonnettes à chapiteau feuillu, arcs en plein cintre et bandeau d'imposte à dents de scie ; entre les trois fenêtres de l'église, se détachant sur le faux appareil, deux grands médaillons circulaires à fond doré avec les symboles des Vertus théologales : à gauche, l'ancre de l'Espérance entre des chardons (les épreuves ou "épines" rencontrées lors de la vie terrestre), à droite, le calice de la Foi entre des pampres et des épis de blé, surmonté du cœur enflammé de la Charité ; dans les écoinçons entre les fenêtres, des panneaux à fond saumon semés de fleurettes et de couronnes d'épines enserrant les trous clous de la Passion ; couronnant le tout, un bandeau à fond noir avec frise de palmettes romanes polychromes.

Cul-de-four de l'abside. Sur un fond bleu semé d'étoiles dorées, un motif central composé d'un carré posé sur la pointe, avec l'Agneau de Dieu vexillaire, entouré de quatre demi-lunes avec les symboles du Tétramorphe sur fond rouge (chacun tient un livre, sauf l'homme de saint Matthieu, qui tient un phylactère avec le nom de l'évangéliste).

Colonnes et arc triomphal. Faux appareil fleuronné.

Voûte de la travée droite du chœur. Semis de fleurettes blanches et vertes sur champ vert-jaune.

Inscriptions & marques inscription concernant l'iconographie, peint
Précision inscriptions

Inscriptions concernant l'iconographie : Ste Michael (dans les lunettes "au dragon" de l'arcature romane) ; Sancte Albine (dans les lunettes "au trophée épiscopal"). Inscriptions (sur les livres ou phylactère du Tétramorphe) : VICIT LEO (lion de saint Marc) ; MAGNIFICAT (bœuf de saint Luc) ; IN PRINCI[PIO] (aigle de saint Jean) ; S. MATHAEUS (homme de saint Matthieu).

Statut de la propriété propriété de la commune

Annexes

  • Extraits des archives paroissiales de Saint-Aubin concernant les campagnes de décoration murale de l'église (1881 et 1932)

    - "Séance de Quasimodo 1881 [25 avril 1881]. / [...] M. le curé [Jean-Henri Camicas] rend compte des dépenses occasionnées par les réparations faites dans l'intérieur de l'église depuis environ un an. Il est surtout heureux de pouvoir leur [aux membres du conseil de fabrique] apprendre que les travaux exécutés à la chapelle de St Michel et s'élevant à la somme d'environ 1450 f. sont à l'heure qu'il est intégralement payés. [...] Quant aux travaux de peinture exécutés à la nef principale et qui touchent à leur fin, il voit déjà qu'ils vont s'élever à la somme de 650 f. Mais pour couvrir ces dépenses, il lui suffira des produits de la quête qu'il a faite soit dans la paroisse, soit près des personnes étrangères qui ont des propriétés dans la commune." [Registre des délibérations du conseil de fabrique (1851-1906), non paginé]

    - Reçu d'E[rnest] Leduc, "peintures décoratives pour églises et appartements, Bordeaux (50, rue des Trois-Conils)", 31 octobre 1932 : reçu de 3.500 f. "pour les peintures du sanctuaire de l'église", plus 185 f. "pour diverses fournitures". [Renseignements paroissiaux, achats du curé Raphaël Lamaignère" (1931-1947)]

  • Extrait de la monographie paroissiale de l'abbé Raphaël Lamaignère (1938) concernant l'exécution des peintures du sanctuaire en 1932

    "Mais restait toujours à faire aboutir le plan d'une décoration nouvelle. En 1932, la Providence nous permit de trouver une famille généreuse qui voulut combler cette lacune. Nous fîmes alors appel à la Maison Leduc, de Bordeaux, qui nous envoya deux de ses meilleurs ouvriers, anciens élèves de l'Ecole des Beaux-Arts. Fin septembre, le sanctuaire sortait tout rajeuni du pinceau de nos jeunes artistes, et charmait tous les regards sous l'heureux chatoiement de ses fraîches couleurs."

Références documentaires

Documents d'archives
  • Registre des délibérations du conseil de fabrique (1851-1906).

    année 1881 Archives paroissiales, Saint-Aubin
  • Reçus et factures divers (1842-1914).

    Archives paroissiales, Saint-Aubin
Bibliographie
  • LAMAIGNERE Raphaël. La paroisse de Saint-Aubin (Landes). Pages d'histoire locale d'après les documents officiels. Vaison-la-Romaine : imprimerie Bonne Presse du Midi, 1938.

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe