Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Église paroissiale Sainte-Madeleine

Peintures décoratives du choeur et des chapelles de la Vierge et de saint Joseph

Dossier IM40004921 réalisé en 2013

Fiche

Dénominations peinture monumentale
Aire d'étude et canton Montfort-en-Chalosse
Adresse Commune : Goos
Emplacement dans l'édifice chœur ; collatéraux, extrémité orientale

Les notes du curé Joseph Rozier signalent l'exécution de ces peintures d'avril à juin 1905 par le décorateur de Saint-Sever Raphaël Peyruquéou (1858-1942), collaborateur puis successeur de son père Raymond (1826-1893) : la date d'achèvement et la signature du peintre sont inscrites sous la baie axiale du chœur. L'abbé Rozier précise les circonstances de la commande, fruit d'un vœu de la "noble châtelaine de Hinx" (voir annexe). Celle-ci, dont les armes figurent dans le chœur en pendant de celles de l'évêque Victor Delannoy (mort le 7 août de la même année), est Paule Dutour (morte en 1928), épouse d'Alfred de Gardilanne (1867-1942), maire de Hinx, acquéreur au début des années 1900 du domaine de Castéra, dont il fit rebâtir le château par son ami toulousain Gaston Virebent. La famille Gardilanne, établie à Dax (l'oncle d'Alfred, Eugène, fut maire de la ville entre 1870 et 1880), était toutefois originaire de Montfort, à proximité de Hinx et de Goos. Paule Dutour est l'auteur, sous le pseudonyme de "Jean de Hinx", de plusieurs ouvrages théâtraux, parmi lesquels Le dernier rêve du duc d'Enghien (créé aux Bouffes-Parisiens en 1905), La Marciliana (1907, créé par Yvette Guilbert) ou encore L'Eau trouble (théâtre du Parc à Bruxelles, 1907, en collaboration avec Edmond Guiraud). Mariée à Alfred de Gardilanne le 7 décembre 1897, elle défraya la chronique locale en cette même année 1905 lorsqu'elle quitta son mari pour l'acteur parisien Charles Le Bargy (1858-1936).

A l'occasion de la rénovation intérieure de l'église en 2013, l'ensemble des peintures a été restauré par l'Atelier 32 de Tillac dans le Gers (Alain Lacoste).

Période(s) Principale : 1er quart 20e siècle
Dates 1905, daté par source, porte la date
Auteur(s) Auteur : Peyruquéou Raphaël,
Raphaël Peyruquéou (1858 - 1942)

Né à Saint-Sever le 4 février 1858, mort dans la même ville le 10 mars 1942. Peintre-décorateur à Saint-Sever, successeur de son père Raymond (1826-1893) à la tête de l'atelier familial.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
peintre, décorateur, signature
Personnalité : Gardilanne Paule de, dit(e) Jean de Hinx,
Paule de Gardilanne , né(e) Dutour , dit(e) Jean de Hinx ( - 1928)

Anne-Cécile-Marie-Pauline, dite Paule Dutour (morte au Parc-Saint-Maur le 26 octobre 1928), femme de lettres sous le nom de Jean de Hinx, épouse le 1er septembre 1897 à Toulouse Alfred de Gardilanne (1867-1942), maire de Hinx et châtelain de Castéra, qu'elle quitte en 1905 pour l'acteur Charles Le Blangy.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
donateur, attribution par source

Le décor couvre les murs et les voûtes du chœur et de la travée orientale des collatéraux ("chapelles" de saint Joseph au nord et de la Vierge au sud). Dans les chapelles, il s'harmonise étroitement avec le mobilier et la statuaire tant du point de vue de l'iconographie que de la composition. La technique employée est sans doute la peinture à l'huile sur enduit.

Catégories peinture murale
Matériaux enduit, support, peinture à l'huile
Précision dimensions

Dimensions non prises.

Iconographies ornementation, tenture, fleur de lys, arcature, frise, étoile, étoile, colombe, vase, lys
écu, armoiries, couronne, monogramme
Précision représentations

Le décor des murs du chœur est divisé en deux registres principaux séparés par un bandeau médian orné de palmettes-fleurons et d'entrelacs : au registre inférieur, des tentures feintes en damas rouge accrochées à des patères ; au registre supérieur, une arcature feinte à tympans trilobés (timbrés d'une fleur de lys héraldique), garnie de tentures à franges, motifs damassés et semis de croix herminées. L'entablement peint comporte un rang de billettes en relief. La voûte en cul-de-four, semée d'étoiles dorées sur fond bleu, est soulignée à sa naissance par un bandeau rouge à palmettes surmonté d'une frise à fleurs de lys et bouquets de feuilles reliés par des perles dorées. Les piédroits de l'arc-triomphal sont ornés de rinceaux polychromes sur fond bleu, son intrados de rosaces sur fond rouge tanné.

Les deux chapelles orientales des collatéraux sont décorées de motifs identiques, que différencient seulement les monogrammes respectifs de saint Joseph et de la Vierge, ainsi que certaines couleurs à valeur symbolique. Chacun des murs gouttereaux est peint d'un faux appareil à joints rouges, surmontant un large bandeau orné de rubans pliés et de demi-rosaces. Le mur oriental est couvert d'une teinture feinte, verte côté nord, bleue (couleur mariale) côté sud, surmontée d'un bandeau à cercles crucifères mêlés de feuilles ; la lunette sommitale porte, inscrit dans un polylobe couronné entouré de rinceaux romans, le monogramme du titulaire de l'autel, SJ au nord et MA au sud. La voûte en plein cintre est semée de fleurettes bleues et d'étoiles dorées, les doubleaux et pilastres portent des tiges feuillues stylisées, l'intrados des arcades d'entrée des couples de colombes s'abreuvant dans un vase d'où sort une longue branche de lys.

Inscriptions & marques signature, peint
date, peint
armoiries, peint
Précision inscriptions

Signature et date peintes sous la baie axiale du chœur : JUIN + RAPHAËL PEYRUQUEOU, ST SEVER + 1905.

Armoiries de Victor Jean-Baptiste Paulin Delannoy, évêque d'Aire et de Dax (au-dessus de la porte sud du chœur) : Coupé, au 1 d'azur à la Vierge à l'Enfant de carnation, au 2 parti, en A de gueules à deux bâtons d'argent passés en sautoir, en B de sinople à l'ancre d'or ; couronne à fleurons.

Armoiries d'alliance d'Alfred de Gardilanne et de Paule Dutour sous une couronne comtale à perles (au-dessus de la porte nord du chœur). Écu à dextre : d'or à la bande d'azur chargée de trois croissants d'argent [anciennes armes des seigneurs de Lorreyte relevées en 1897 par les Gardilanne]. Écu à senestre : d'or à la fasce de sinople surmontée d'un oiseau au naturel [les Dutour ne possédant pas d'armoiries, Paule de Gardilanne semble avoir repris indûment, au prétexte d'une homonymie approximative, celles de la famille commingeoise de Verdelin du Thor, qui portait "d'or à la fasce de sinople surmontée d'un oiseau (ou verdelet) de même, becqué et membré de gueules".]

États conservations oeuvre restaurée
Précision état de conservation

Peintures restaurées en 2013 par l'Atelier 32, de Tillac (Gers). Le registre inférieur des peintures murales du chœur (tentures feintes) est en grande partie dissimulé par un lambris de demi-revêtement en pin verni installé lors de la même campagne de rénovation.

Statut de la propriété propriété de la commune

Annexes

  • Transcription d'un extrait du registre paroissial de Goos (1849-1944) concernant l'exécution des peintures en 1905.

    Transcription d'un extrait du registre paroissial de Goos (1849-1944) concernant l'exécution des peintures en 1905 (fac-similé publié dans : Ph. Soussieux, L'église de Goos, notes historiques et descriptives, 2013, p. 8).

    Sanctuaire et chapelles "peintures", 1er juin 1905. / Elle était bien proprette mon église [de l'abbé Rozier] avec ses murs plâtrés jusqu'au carrelage et blanchis à la chaux - mais ils étaient blancs - et l'on n'était pas satisfait - et réclamait des peintures. Mais pour des peintures, il faut de l'argent. Et où le trouver ? J'avais beau regarder autour de moi, fouiller l'horizon, sonder le présent, scruter l'avenir - toujours notre sempiternelle réponse : "Pas possible". / Ce jour-là, un bel équipage s'arrête au presbytère et une dame entre, marquant grand et beau - deux acolytes l'accompagnaient, ne lui cédant en rien en grâce et en amabilité. On causa longtemps - agréablement surtout - et puis dans la conversation la dame, la grande, laissa tomber ce mot qui me fit dresser l'oreille et sourire le cœur : "Priez - faites priez les enfants du catéchisme. Je suis en instance pour une faveur, si je l'obtiens, je vous promets qu'avant un an, vous aurez vos peintures, je le jure sur ce Christ et sur ce que j'ai de plus sacré au monde, l'âme de mes enfants". La faveur arriva. Et dans les premiers jours d'avril, un artiste du pays, de St-Sever, M. Peyruquéou m'arrivait aussi avec sa petite escouade d'ouvriers. Le 1er juin il finissait son travail, et dans toutes bouches (sic), il n'y eut qu'un cri : "Oh ! que c'est beau !" Ce jour-là, Madame Alfred de Gardilanne lui allongeait son billet de "mille". A la noble châtelaine de Hinx, la paroisse de Goos reconnaissante lui exprime sa vive gratitude. / J. Rozier pr.

    ____________________________________________________________________________

Références documentaires

Documents d'archives
  • Notes manuscrites de l'abbé Joseph Rozier, curé de Goos (1889-1910).

    Archives paroissiales, Goos
  • Registre de la paroisse de Goos (1849-1944).

    Archives paroissiales, Goos
Bibliographie
  • SOUSSIEUX Philippe. L'église de Goos, notes historiques et descriptives. Association Sur les pas du Valet de coeur, Préchacq-les-Bains, 2013.

    p. 8
Périodiques
  • BLANC Jean-Louis. "La famille de Gardilanne. Le château de Hinx au XXe siècle". Bulletin de la Société de Borda, 1979.

    tome 1, p. 67-84 ; tome 3, p. 411-418
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe