Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Église paroissiale Notre-Dame de Goudosse

Peinture murale du chœur : Présentation de la Vierge au temple (?), Annonciation, Visitation, Adoration des mages et Assomption

Dossier IM40007699 réalisé en 2019

Fiche

Dénominations peinture monumentale
Titres Présentation de la Vierge au temple (?)
Annonciation
Adoration des mages
Assomption
Aire d'étude et canton Tartas est
Adresse Commune : Souprosse
Lieu-dit : Goudosse
Emplacement dans l'édifice chœur

Ce décor, non connu de L. Cazaunau au moment de sa monographie de 1978, a été progressivement dégagé à partir de la fin des années 1980. Il est dédié à un cycle de la vie de la Vierge, titulaire de l'église et de la paroisse de Goudosse. Le style un peu déroutant des colonnes-candélabres "Renaissance" qui encadrent les scènes, ainsi que les sources gravées qui ont dû inspirer les compositions - sans doute des estampes italiennes ou flamandes de la seconde moitié du XVIe siècle (dont une Adoration des mages gravée en contre-partie, comme le prouve l'Enfant bénissant de la main gauche) -, permettent de dater l'ensemble du XVIIe siècle, voire du début du siècle suivant si l'on tient compte de la pérennité de ces modèles chez les artisans-peintres itinérants qui exécutaient ces décors dans les paroisses rurales des Landes.

Les peintures ont remplacé un décor antérieur, médiéval ou Renaissance, sans doute endommagé ou détruit lors du "brûlement" de l'église par la troupe du capitaine huguenot Esto(u)pignan en 1569-1570, et dont il reste quelques traces infimes au registre inférieur du mur de l'abside. Vers la fin du XIXe siècle, la voûte de la travée droite du chœur et le cul-de-four de l'abside avaient été peints d'une colombe du Saint-Esprit flanquée de deux anges et accompagnée de l'inscription Beatam me dicent omnes generationes (Luc, 1, 48 et extrait du Magnificat, verset 2) ; ce décor, déjà en mauvais état dans les années 1990, a été supprimé lors de la dernière restauration intérieure vers 2011.

Période(s) Principale : 17e siècle , (?)

Les parties conservées du décor, peut-être peint à fresque ou à la détrempe, couvrent les pans droits nord et sud du chœur, entre le niveau de l'appui des fenêtres et la naissance de la voûte en berceau (un lambris de demi-revêtement devait occuper la partie inférieure des murs). Le décor, comme le montre l'amorce d'arcades peintes à droite de l'Annonciation et à gauche de l'Adoration des mages, se poursuivait sur une partie au moins de l'hémicycle de l'abside. Pigments : rouge brique et rosé, brun-jaune doré, vert pâle, bleu ciel, noir et blanc.

Catégories peinture murale
Structures rectangulaire horizontal
Matériaux enduit, support, (?), fresque, détrempe à la colle
Mesures h : 200.0
la : 300.0
Précision dimensions

Dimensions de la peinture du mur nord.

Iconographies cycle narratif, vie de la Vierge, Présentation de la Vierge au Temple, Annonciation, Adoration des Mages, Assomption
ornementation, arcade, colonne, candélabre
Précision représentations

Le cycle, sans doute incomplet, comprend actuellement quatre scènes de la vie de la Vierge, dont deux des Mystères joyeux. La lecture chronologique (si l'identification de la scène de la Présentation de la Vierge au temple est correcte) commence au nord-ouest avec cette supposée Présentation, se poursuit sur le même mur à l'est avec l'Annonciation, puis sur le mur sud à l'est avec l'Adoration des mages, et s'achève au sud-ouest avec l'Assomption. Les scènes sont inscrites sous des arcades en arc segmentaire à volutes, supportées par de lourdes colonnes-candélabres dorées au fût composé d'un assemblage d'urnes feuillagées, de colonnettes cannelées ou torsadées, de perles, etc. Ces colonnes servent de séparation entre les scènes. Les deux épisodes manquants sur les travées tournantes de l'hémicycle sont probablement la Nativité et peut-être la Présentation de Jésus au temple (mais celle-ci ne serait pas, alors, à sa place dans la séquence chronologique).

La première scène au nord, mal conservée, semble représenter la Présentation de la Vierge au temple. Devant une façade aux lourdes colonnes doriques, flanquée à gauche d'un paysage urbain composé de maisons classiques à pignon, d'un bâtiment à flèche et d'une tour ronde coiffée d'un dôme, trois personnages (au moins) sont debout sur un degré à trois marches ondulantes de couleur rouge. La supposée Vierge (blonde et nimbée de noir), sur la marche inférieure de l'escalier, lève le regard vers un grand personnage qui l'accueille depuis le perron. Celui-ci est vêtu d'une tunique blanche et d'une robe verte (respectivement le Ketonet et le Me'il du grand-prêtre ?). Au premier plan à gauche, un troisième (et peut-être un quatrième) personnage dont ne subsiste plus que le bas du vêtement (Joachim et Anne, les parents de la Vierge ?). Au premier plan à droite est posé un grand vase godronné de couleur noire contenant des palmes.

L'Annonciation se déroule dans une pièce à la perspective approximative, éclairée à droite par une fenêtre aux rideaux verts. La Vierge, assise à droite (tenant un livre à la main droite ?), se retourne à demi, avec un geste de surprise, vers l'ange debout à gauche, qui tient un sceptre doré de la dextre et désigne de la main gauche la colombe du Saint-Esprit surgissant dans une gloire de nuées au registre supérieur. Posé sur le sol rouge entre la Vierge et Gabriel, un grand vase godronné contenant des branches de lys.

L'Adoration des mages (mutilée à gauche) se déroule à l'intérieur de l'étable, sous une charpente apparente à chevrons et arbalétriers. La Vierge assise à droite tient sur ses genoux l'Enfant entièrement nu. Celui-ci bénit (de la main gauche...) le mage Melchior à la barbe blanche, agenouillé devant lui et qui baise sa dextre. Debout derrière le vieux roi, Gaspard (barbe rousse et couronne à pointes) ôte le couvercle du vase godronné contenant son offrande d'encens. Au second plan, penché derrière la Vierge, saint Joseph observe la scène.

L'Assomption qui termine le cycle montre la Vierge s'élevant au ciel dans une nuée, en position frontale, les mains jointes en prière, les pieds reposant sur une triade d'angelots, entourée et accompagnée dans son ascension par quatre anges adolescents vêtus de tuniques blanches ou vertes. Au registre inférieur se profilent les toits et dômes de Jérusalem entourés de montagnes au profil conique.

États conservations oeuvre incomplète
fragment
Précision état de conservation

Les peintures ne sont que partiellement conservées. Elles présentent de larges lacunes dans la partie gauche de l'Adoration des mages (entièrement détruite), le registre supérieur de l'Assomption, la zone médiane de la Présentation de la Vierge au temple (?). Dans l'Annonciation, le dessin sous-jacent est presque intact, mais les pigments de la peinture elle-même ont presque disparu.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre À signaler
Protections inscrit au titre objet, 1990/10/10
Précisions sur la protection

La peinture a été inscrite fautivement au titre objet en 1990 : peinture, cycle marial, début XVIIe siècle.

Références documentaires

Documents figurés
  • Peinture murale du chœur, détail du mur nord (Présentation de la Vierge au temple ? et Annonciation), état en cours de dégagement. Diapositive, 1990.

    Archives départementales des Landes : 1338 W 286
  • Peinture murale du chœur, détail du mur sud (Adoration des mages et Assomption), état en cours de dégagement. Diapositive, 1990.

    Archives départementales des Landes : 1338 W 286
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe