Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Église paroissiale de l'Assomption-de-la-Bienheureuse-Vierge-Marie

Peinture monumentale du chœur : Colombe du Saint-Esprit et symboles mariaux

Dossier IM40004880 réalisé en 2013

Fiche

Dénominations peinture monumentale
Titres Colombe du Saint-Esprit et symboles mariaux
Aire d'étude et canton Montfort-en-Chalosse
Adresse Commune : Garrey
Emplacement dans l'édifice voûte du choeur

Ce décor fut exécuté, peut-être en remplacement d'une peinture dégradée, dans la seconde moitié du XIXe siècle (et non au XVIIIe siècle comme le mentionne son arrêté de protection). Son style rappelle en effet à certains égards celui des peintures de Téthieu, datées de 1866, ou encore les productions des frères Pédoya, peintres-décorateurs d'origine italienne installés à Pamiers (Ariège) sous la monarchie de Juillet, qui travaillèrent dans de nombreuses églises du grand Sud-Ouest, parmi lesquelles, dans les Landes, celle de Laballe à Parleboscq (1857, réf. IM40003425). Un décor encore plus proche fut exécuté en 1885 par une main anonyme à l'église Saint-Laurent de Boulin (commune de Montsoué, canton de Saint-Sever) : on y retrouve les mêmes caissons feints à rosaces et les médaillons entourés d'épais rinceaux d'acanthe.

Période(s) Principale : 2e moitié 19e siècle

La peinture en trompe-l’œil, sans doute exécutée à l'huile, couvre les bardeaux en bois du cul-de-four du chœur ainsi que les murs de celui-ci.

Catégories peinture murale
Matériaux bois, support, peinture à l'huile, faux marbre
Précision dimensions

Dimensions non prises.

Iconographies Saint-Esprit, colombe, gloire, symbole marial, MA, tour, rose, angelot
ornementation, candélabre, rinceau, rosace, faux appareil
Précision représentations

Les murs sont couverts d'un faux appareil en imitation de marbre blanc veiné ; deux pilastres feints en brèche rouge et jaune marquent l'entrée du chœur liturgique, prolongés sur la voûte par un arc triomphal à caissons ornés de rosaces dorées sur fond bleu, également en trompe-l’œil.

Le cul-de-four à cinq pans est compartimenté de panneaux polygonaux oblongs à fond bleu et feintes ombres portées, séparés par des rosaces crucifères dorées. Trois des compartiments sont décorés de rinceaux d'acanthe blancs entourant des médaillons dorés dédiés à l'évocation de la Vierge, dédicataire de l'église : au centre, le monogramme MA couronné, à gauche un bouquet de roses (la Rosa mystica des Litanies), à droite une tour crénelée (la Turris davidica des Litanies). Les deux étroits compartiments les séparant sont ornés de grands candélabres enflammés à motifs d'angelot, d'acanthe et de rameaux d'olivier. A la clef du cul-de-four figure, dans une gloire dorée de rayons, de nuées et d'angelots, la colombe du Saint-Esprit (accueillant au ciel la Vierge figurée dans son Assomption sur le tableau d'autel).

États conservations oeuvre restaurée
Précision état de conservation

Ensemble restauré en 1979 et 1990.

Classé avec l'ensemble du décor du chœur : maître-autel, gradin, tabernacle, exposition, retable, tableau, statues, lambris, sièges, 2 anges adorateurs, peintures, balustrade de la communion, 18e siècle.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre À signaler
Protections classé au titre objet, 1977/07/18

Références documentaires

Documents figurés
  • Cul-de-four du chœur : état en 1991 (diapositive).

    Archives départementales des Landes : 1138 W 163
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe