Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Église paroissiale Saint-Laurent

Ostensoir (n° 1) de Dom Pierre Laurent Darbo

Dossier IM40005923 réalisé en 2014

Fiche

Dénominations ostensoir
Titres
Numérotation artificielle 1
Aire d'étude et canton Mugron
Adresse Commune : Mugron
Emplacement dans l'édifice sacristie

Cet ostensoir fut exécuté entre 1798 et 1809 par l'orfèvre parisien Jean Ange Joseph Loque (reçu maître en 1777, encore en activité en 1829). Propriété de Pierre Darbo, membre d'une vieille famille mugronnaise et ancien religieux barnabite (sous le nom de Dom Laurent) sécularisé à la Révolution et retiré à Mugron, l'objet fut légué par lui à la fabrique de la paroisse Saint-Laurent par son testament du 21 septembre 1822, en même temps que sa chapelle d'orfèvrerie, œuvre du même Loque (réf. IM40005918). Après la mort du testateur et l'autorisation de l'État d'accepter le legs le 19 mai 1824, Jean Darbo, notaire royal à Mugron et frère du défunt, remit l'ensemble des objets le 29 mai suivant au trésorier de la fabrique, Michel Marsan (1752-1829, beau-père de l'orfèvre mugronnais Nicolas Affre). Ils furent alors mis à la disposition de la confrérie du Saint-Sacrement (confirmée par Pie IX le 31 août 1860), qui en usa tout au long du XIXe siècle, à charge pour elle de faire célébrer chaque année trois messes à la mémoire du donateur "dans les octaves du Saint-Sacrement et de saint Laurent". L'ostensoir, bien que signé du même orfèvre et provenant du même donateur, ne fait pas partie de la chapelle proprement dite. Toutes ces pièces furent redorées par le doreur Pech en juin 1877 pour une somme de 140 francs.

Période(s) Principale : limite 18e siècle 19e siècle
Lieu d'exécution Commune : Paris
Auteur(s) Auteur : Loque Jean Ange Joseph,
Jean Ange Joseph Loque

Orfèvre à Paris, reçu maître en 1777, encore en activité en 1829.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
orfèvre
Auteur : Pech,
Pech

Doreur à Mugron (Landes) dans la seconde moitié du XIXe siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
doreur, attribution par source
Personnalité : Darbo Pierre Laurent,
Pierre Laurent Darbo ( - 1824)

Né Pierre Darbo dans une ancienne famille de Mugron (Landes), religieux barnabite avant la Révolution sous le nom de Dom Laurent, puis prêtre séculier à Mugron après le rétablissement du culte ; légua sa chapelle d'orfèvrerie à l'église Saint-Laurent de sa ville d'adoption en 1822.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
donateur, attribution par source

Style néoclassique. Base rectangulaire pyramidale à profil en cavet renversé, tige en balustre ; décor repoussé et ciselé au trait et au mat sur la gloire, Agneau du pied fondu et rapporté, angelots du nœud fondus au sable ; cinq pierres fines serties à griffes sur la gloire : deux vertes (péridots ?), deux jaunes (topazes ?), une rouge (grenat). Lunule en argent doré (non poinçonné) et verre taillé.

Catégories orfèvrerie
Structures plan, rectangulaire
Matériaux argent, décor en bas relief, décor dans la masse, décor rapporté, ciselé au trait, ciselé au mat, estampage, fondu, décor à la molette, gravé, doré
pierre fine, décor
Mesures h : 64.5
la : 32.0
la : 21.0
pr : 14.7
Iconographies Agneau mystique, Triangle trinitaire
ornementation, angelot, raisin, blé, rayons lumineux, croix, fleur de lys, feuille d'acanthe
Précision représentations

Agneau mystique rapporté sur la face de la base, triangle trinitaire estampé au revers ; pieds en volute avec acanthe ; épis et grappes de raisin sur les côtés de la base et sur le nœud, où ils sont accotés de deux angelots en haut relief ; feuilles d'eau sur le bord de la base, canaux à la base de la tige ; rayons, angelots, pampres et gerbe de blé sur la gloire, croix sommitale fleurdelisée (fleurs de lys héraldique "au pied nourri").

Inscriptions & marques poinçon de fabricant
1er titre Paris 1798-1809
moyenne garantie Paris 1798-1809
poinçon d'association des orfèvres de Paris
inscription, latin, gravé
Précision inscriptions

Poinçons de premier titre et de moyenne garantie Paris 1798-1809 sur la croix sommitale ; poinçon d'association des orfèvres de Paris 1793 (lettre P) sous la base et sur la croix sommitale. Poinçon de fabricant (sous la base et sur la croix sommitale) : J / L, une balance (losange vertical).

Inscription (gravée sur le bord de la base) : CHRISTE DEUS / ADORAT TE (sic) SINCERO CORDE [traduction : adorez le Christ Dieu d'un cœur sincère].

États conservations oeuvre restaurée
Précision état de conservation

Ostensoir récemment redoré.

Complète la chapelle d'orfèvrerie due au même orfèvre et léguée par le même donateur à l'église de Mugron.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre À signaler
Protections classé au titre objet, 1979/12/14
Précisions sur la protection

Arrêté de classement : fin du XVIIIe siècle, sans attribution.

Annexes

  • Documents concernant le legs de Pierre Laurent Darbo à la confrérie du Saint-Sacrement de Mugron, 1822-1824 (AP Mugron, documents divers, 1808-1863)

    1. "Extrait du testament olographe de feu Monsieur Pierre Darbo, ancien Barnabite, 21 septembre 1822" :

    "Du testament de Monsieur Pierre Darbo, ancien clerc régulier de St Paul, de la congrégation des barnabites, par lui fait olographe en date à Mugron du vingt un septembre mil huit cent vingt deux, ouvert et décrit par Mr le Président du Tribunal civil de première instance séant à St Séver et par lui déposé pour minute à Me Labeyrie, notaire royal à Mugron, le tout suivant procès verbal dressé en la chambre du conseil du dit tribunal le quatre novembre mil huit cent vingt trois, enregistré ainsi que le dit testament. / A été littéralement extrait ce qui suit : J'offre à Dieu et laisse mon calice, mes burettes et l'ostensoir le tout en vermeil, la petite clochette en argent (l'ostensoir que j'ai déjà offert) à la confrérie du St Sacrement, exigeant que tous les ans, à perpétuité, la dite confrérie, dans les octaves du St Sacrement et de St Laurent, fasse offrir avec solennité le St sacrifice pour le rpos de mon âme, de celle de mes parents, de mes confrères Barnabites, de mes bienfaiteurs, de mes amis et des personnes qui m'ont été confiées à qui j'ai fait du tort dans le spirituel et le temporel. / J'offre aussi à la confrérie du rosaire une chasuble brodée en or fin, à la condition que tous les ans, dans les premiers jours du mois d'octobre, le St sacrifice sera offert à mon intention actuelle. / Ces obligations approuvées par Monseigneur l’Évêque, reçues par MM. les Curé, Sindic et Marguilliers, seront consignées par écrit dans la sacristie. Que si (je ne le désire pas) MM. les Curé, Sindic et Marguilliers ne veulent point exécuter mon intention et dernière volonté, les dits vase sacrés, calice, burettes, sonnette, chasuble seront donnés à l’Église de Nerbis aux mêmes conditions. La solennité du St sacrifice sera annoncée la veille et le jour où il aura lieu, par le son des cloches et le dimanche qui précèdera après l'offerte. / Extrait littéralement du testament olographe ci-dessus daté et énoncé, ce jourd'hui deux février mil huit cent vingt huit, par Me Pierre Despouys, notaire royal à Mugron, chef lieu de canton, deuxième arrondissement du Dépt des Landes soussigné, détenteur du susdit testament comme successeur immédiat dudit Me Labeyrie notaire, décédé. / [signé] Despouys, No[tai]re R[oya]l."

    2. "Dossier des pièces relatives au legs fait par Me Pre Darbo, prêtre, avec l'ord[onnan]ce du Roy" (communiqué par l'évêque d'Aire, 26 mars 1828) :

    A. Lettre de Duplantier, de l'évêché d'Aire, à [Michel Marsan, trésorier de la fabrique de Mugron ?], 26 mars 1828 : "Aire, le 26 mars de l'an 1828. / Monsieur, / J'ai l'honneur de vous envoyer le dossier relatif au legs fait à la fabrique de Mugron par feu Mr Pierre Darbo, avec une copie certifiée de l'ordonnance royale qui en autorise l'acceptation. Feu Mr le Curé avoit dû recevoir, dans son temps, cette ordonnance, Son Ex[cellence] le ministre en envoit ordinairement copie à Mr le préfet, pour la faire passer aux parties intéressées. Quoiqu'il en soit, les MM. du Conseil de l'évêché, dans l'absence de Mgr, ont arrêté que la copie en seroit envoyée à Mr le président de la fabrique ; que Mr le trésorier seroit invité à faire l'acceptation du legs par devant notaire, à faire transcrire l'ordonnance royale par le registre de la fabrique, et à prendre des mesures pour assurer à perpétuité le service religieux imposé à la fabrique par le testament du donateur. / Vous voudrez bien veillez, Monsieur, à ce que toutes ces formalités soient remplies. / Agréez, je vous prie, Monsieur, l'assurance du respect avec lequel j'ai l'honneur d'être votre très humble et obéissant serviteur. / Duplantier."

    B. Ordonnance royale (annexée à la lettre ci-dessus) : "Ordonnance du Roy. / Louis par la grâce de Dieu roy de France et de Navarre, à tous ceux qui les présentes verront, salut. / Sur le rapport de Notre Ministre secrétaire d’État au département de l'intérieur, Notre conseil d'État entendu, Nous avons ordonné et ordonnons ce qui suit. / Article 1er. / Le Trésorier de la fabrique de Mugron, département des Landes, est autorisé à accepter le legs d'un ostensoir, d'un calice, de burettes en vermeil, d'une clochette en argent et d'un ornement brodé en or, le tout estimé quatorze cents [sic] cinquante francs, fait par le sieur Pierre Darbo, suivant son testament olographe du 21 7bre 1822, à la charge de faire célébrer les services religieux exprimés dans le dit testament. / Article 2. / Notre Ministre secrétaire d'État au département de l'intérieur est chargé de l'exécution de la présente ordonnance, qui sera insérée au Bulletin des lois. / Donné en Notre château des Tuileries le 21 avril de l'an de grâce mil huit cent vingt quatre et de Notre règne le vingt neuvième, signé Louis. / Par le roy le Ministre secrétaire d'État au département de l'intérieur, signé Corbière. / Pour ampliation, le conseiller d'État, secrétaire général du ministère de l'intérieur, signé ... / Pour copie certifiée conforme à la minute déposée au secrétariat de l'évêché, Labeyrie vic[aire] g[énér]al."

    3. "Acceptation par Mr Michel Marsan, Trésorier de la fabrique, d'un legs à cet établissement par Mr Pierre Darbo, prêtre", 19 mai 1824 :

    "Par devant Me Despouys, Notaire royal à la résidence de St Aubin, canton de Mugron, deuxième arrondissement du département des Landes soussigné, en présence des témoins ci-après nommés, / A comparu Mr Michel Marsan, propriétaire demeurant à Mugron, / Agissant au nom et comme trésorier de la fabrique de l’Église de Mugron ; / Lequel en vertu d'une ordonnance du Roi en date du vingt un Avril dernier et d'un arrêté de Mr le préfet du département des Landes du onze de ce mois, a, par ces présentes, déclaré qu'il accepte, pour la dite fabrique, le legs à elle fait, d'un ostensoir, d'un calice, de burettes en vermeil, d'une clochette en argent, et d'un ornement brodé en or, le tout estimé quatorze cent cinquante francs, par Mr Pierre Darbo, prêtre, suivant son testament olographe du vingt un septembre mil huit cent vingt trois [sic], f° 61 v°, c. 5 et 6, par Castelnau qui a reçu cinq francs cinquante centimes, et déposé pour minute à Me Labeyrie Notaire royal à Mugron, par ordonnance de Mr le président du tribunal de première instance séant à St Sever du quatre novembre suivant dûment enregistrée ; se soumettant mon dit sieur Marsan, ès dits nom et qualité, à la charge de faire célébrer les services religieux exprimés dans le dit testament. / Pour faire notifier et présenter à qui besoin sera tous pouvoirs nécessaires sont donnés au porteur de l'expédition. / Dont acte : fait et passé à Mugron, en la demeure de mon dit sieur Marsan, l'an mil huit cent vingt quatre le dix neuf mai, en présence de MM. Bernard Hiard, négociant, et Joseph Étienne Desclaux, propriétaire, demeurant les deux à Mugron, témoins à ce appellés [sic] qui ont signé avec le comparant et le dit Notaire, après lecture. / Au bas est écrit : enregistré à Mugron le vingt mai 1824 fol. 32 [sic], v° c. 5 et 6, reçu un franc et dix centimes, signé Marsan. / Pour expédition conforme / Despouys, no[tai]re r[oya]l."

    4. "Décharge d'effets mobiliers par Mr Michel Marsan, Trésorier de la fabrique de l'église, à Mr Jean Darbo", 29 mai 1824 :

    "Par devant Me Despouys, Notaire royal à la résidence de St Aubin, canton de Mugron, deuxième arrondissement du département des Landes soussigné, en présence des témoins ci-après nommés, / A comparu Mr Michel Marsan, propriétaire demeurant à Mugron, / Agissant au nom et comme trésorier de la fabrique de l’Église de Mugron ; / Lequel a, par ces présentes, déclaré avoir reçu de Mr Jean Darbo, Notaire royal, demeurant à Mugron, qui lui en a fait remise en sa qualité de légataire universel de Mr Pierre Darbo, prêtre, son frère décédé à Mugron, un ostensoir, un calice, un plateau avec ses burettes, le tout en vermeil, une clochette en argent, et un ornement brodé en or ; les dits objets légués par mon dit sieur Pierre Darbo à la fabrique de l’Église de Mugron, par son testament olographe du vingt un septembre mil huit cent vingt deux, enregistré à St Saver le trente un octobre mil huit cent vingt trois, folio 61 verso, cases 5 & 6, par Castelnau qui a reçu cinq francs cinquante centimes, et déposé pour minute à Me Labeyrie Notaire royal à Mugron, par ordonnance de Monsieur le Président du tribunal de première instance séant à St Sever du quatre novembre suivant, dûment enregistrée. Lesquels objets le dit sr Marsan a accepté, pour la dite Fabrique, en vertu d'une ordonnance royale en date du vingt un avril dernier et suivant acte passé devant le Notaire soussigné le dix neuf mai présent mois, dûment enregistré. / Desquels objets le dit sieur Michel Marsan, au dit nom, acquitte et au testament sus relaté. / Dont décharge. / Fait et passé à Mugron, en la demeure de mon dit sr Marsan, l'an mil huit cent vingt quatre le vingt neuf mai, en présence des sieurs Bernard Hiard, négociant, et Joseph Étienne Desclaux, propriétaire, demeurant les deux à Mugron, témoins à ce appellés [sic] qui ont signé avec les comparants et le dit Notaire, après lecture. / Au bas est écrit : enregistré à Mugron le quatre juin 1824 f° 35 r° c. 1re, reçu deux francs deux centimes, signé Marsan. / Pour expédition conforme / Despouys, no[tai]re r[oya]l."

Références documentaires

Documents d'archives
  • Documents divers (1808-1863) : confréries, don de la maison Menine (1817), testament de Pierre Darbo (1822), inventaire du presbytère (1865), inscriptions des cloches, etc.

    années 1822-1824 Archives paroissiales, Mugron
  • Monographie paroissiale de Mugron, vers 1890.

    Archives départementales des Landes : 16 J 18 b
  • FOIX Vincent, abbé. Monographie paroissiale de Mugron et Nerbis. 1885.

    Archives départementales des Landes : 2 F 966-1 et 2
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe