Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Moulin de Gouny, actuellement maison

Dossier IA24001293 réalisé en 2011

Fiche

Appellations moulin de Gouny
Destinations maison
Parties constituantes non étudiées maison, bief de dérivation, four à pain
Dénominations moulin
Aire d'étude et canton Vallée de la Vézère - Montignac
Hydrographies Bleufond le
Adresse Commune : Montignac
Lieu-dit : le moulin de Gouny
Cadastre : 1813 D 303, 316 ; 2011 AR 452

Le moulin de Gouny est le plus ancien moulin de Montignac conservé ; sa tour-mur et les baies les plus anciennes du moulin lui-même peuvent être datées du XIVe siècle. Les fenêtres de l'étage, datables du XIVe siècle, ont été totalement ou partiellement bouchées au XVIe siècle, époque à laquelle le bâtiment a subi de profondes transformations. Au XVIIe siècle, le moulin appartient à Jean Vertuel (ou Vertuol), seigneur des Chapiaux, et au XIXe siècle à la famille de Vaux, qui possède également le grand moulin du Bleufond. La machinerie à double paire de meules date de cette période. Un four à pain et une étable ont également été accolés au moulin au XIXe siècle. La grange-étable a été considérablement agrandie au début du XXe siècle.

Période(s) Principale : 14e siècle , (?)
Secondaire : 19e siècle
Secondaire : 1er quart 20e siècle
Secondaire : 4e quart 20e siècle

Premier moulin situé sur le ruisseau du Bleufond, le moulin de Gouny longe la route reliant Montignac (faubourg du Barry) à Puy-Robert. La haute tour-mur fortifiée de plan rectangulaire allongé domine les environs ; son rez-de-chaussée est plein, doté à l'est d'une grande niche en plein-cintre formant placard (une feuillure atteste qu'un vantail en bois la fermait) dont la fonction reste encore hypothétique : une légère rigole creusée au fond suggère que de l'eau pouvait couler à l'intérieur. S'agissait-il d'une fontaine mise à la disposition des voyageurs qui passaient par cette route ? L'escalier en vis dans-oeuvre, accessible au premier étage de la maison, est éclairé par de petits jours ébrasés ronds et rectangulaires au nord et à l'est. La tour est percée de trous de boulin dans sa partie supérieure, tandis que l'escalier en vis se prolonge jusqu'au toit actuel, deux observations qui suggèrent qu'autrefois une structure en bois (un hourd pour la défense du moulin ?) protégeait la partie haute de la tour. Le bâtiment du moulin se trouve dans le prolongement sud de la tour. Au rez-de-chaussée, et légèrement en contrebas de la route - celle-ci a été remblayée - se trouve la salle des machines du moulin à blé, dotée d'un système à double paire de meules. A l'ouest, une large baie en arc brisé surmonte une ouverture également en arc brisé située au-dessus du bief. A côté se trouve une baie ébrasée en plein-cintre, bouchée en raison de la présence d'un bâtiment mitoyen. A l'étage se trouvent les parties d'habitation percées de croisées dont certaines ont été reconstituées. La grande salle possède plusieurs grandes fenêtres, dont, au nord-est, l'une en arc brisé à placards et l'autre à coussièges avec une arrière-voussure en arc segmentaire. A l'ouest se trouve une grande fenêtre bouchée en arc brisé. Au sud de la grande salle se trouve une pièce de dimensions modestes qui était peut-être une chambre. Elle possède à l'est une baie bouchée en arc brisé à placards et une large croisée postérieure à arrière-voussure en arc segmentaire. La grange-étable possède encore quelques rangs de son toit de lauzes. Une autre étable vient fermer les bâtiments au nord.

Murs calcaire
pierre de taille
Toit tuile plate
Étages 1 étage carré
Couvertures toit à longs pans
Escaliers escalier dans-oeuvre : escalier en vis sans jour
Énergies énergie hydraulique
roue hydraulique verticale
Statut de la propriété propriété privée
Intérêt de l'œuvre à signaler

Références documentaires

Documents figurés
  • Carte de la Guyenne par Belleyme. Reproduction en fac-similé de l'édition du XVIIIe siècle conservée à l'Institut géographique national, par Pierre de Belleyme, IGN.

    Planche n° 23, levée en 1768 et publiée en 1789 Archives départementales de la Dordogne : 1 Fi 2 Dordogne 0013
  • Plan cadastral de la commune de Montignac. Dessin, encre et aquarelle, par Lafargue, 1813 (deux exemplaires, l'un conservé aux Archives départementales de la Dordogne, l'autres aux Archives municipales de Montignac).

    Section D, 1ère feuille Archives départementales de la Dordogne : 3P3 3210-3228
  • AD Dordogne. 7 S 57.

    Plan du moulin de Gouny, daté du 9 mars 1867 Archives départementales de la Dordogne : 7 S 57
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Ferlier Ophélie