Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Moulin à vent

Dossier IA33008824 inclus dans Hameau des Trois Moulins réalisé en 2014

Fiche

Dossiers de synthèse

Parties constituantes non étudiées logement
Dénominations moulin
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive droite)
Hydrographies Gironde la Dordogne la
Adresse Commune : Bayon-sur-Gironde
Lieu-dit : la Reuille
Adresse : route de la Corniche , 9 chemin du Luc
Cadastre : 1819 B1 169, 171 ; 2014 B 874

Le moulin figure sur le plan cadastral de 1819. Les parcelles 167 à 171 appartiennent au sieur Benassit, meunier.

Il est probablement aménagé dans le 4e quart du 18e siècle.

Au cours du 19e siècle, la famille Benassit exploite également des carrières, situées sous le chemin menant au hameau du Luc.

D'après les augmentations et diminutions des matrices cadastrales, le moulin appartenant à Etienne Raymond est démoli en 1874.

Période(s) Principale : 4e quart 18e siècle

Moulin tour construit en pierre de taille sur une butte.

Assise en moellons.

Deux portes situées à l'opposé l'une de l'autre.

Couverture détruite.

Meule en partie conservée à l'extérieur.

Murs calcaire pierre de taille
moellon
Énergies énergie éolienne
États conservations vestiges
Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • Documentation complémentaire

    AD Gironde, SP 1095. Lettre de A. Benassit et F. Boutain au Préfet, demandant autorisation de faire extraire de la pierre dans leurs propriétés aux Trois Moulins de la Reuille, 4 août 1857.

    Le commencement des travaux se fera dans la propriété de M. Benassit et traversera le chemin vicinal dit du Luc pour entrer chez M. Boutain.

    AD Gironde, SP 1095. Rapport de l'ingénieur des Mines, sur une demande en autorisation de carrière des sieurs Benassit et Boutain, 25 janvier 1858.

    La propriété de M. Benassit a peu d'importance et est située à l'angle de 2 chemins ; opposition du sieur Landry meunier à cause de la proximité de son moulin.

    AD Gironde, SP 1095. Rapport de l'Ingénieur des Mines sur une plainte de carrières, 30 janvier 1858.

    Certains piliers des dites carrières sont broyés par l'effet de la charge du cerveau qui n'a pas moins de 20 à 30m d'épaisseur. Mais cette grande épaisseur est une garantie pour la sécurité de la surface par la solidarité qui existe entre toutes les parties du cerveau. La carrière abandonnée depuis longtemps a été reprise par les sieurs Benassit et Boutain qui utilisent la galerie principale pour le passage souterrain. Il est donc nécessaire que cette partie soit consolidée convenablement.

    AD Gironde, SP 1095. Arrêté du préfet, concernant les carrières de Benassit et Boutain, 8 février 1858.

    Autorisation demandée d'exploiter deux carrières séparées par le chemin dit du Luc et situées aux 3 moulins de la Reuille ; une galerie sera percée perpendiculairement à l'axe du chemin du Luc, sa largeur ne dépassera pas 2m.

    AD Gironde, SP 1095 ; Arrêté du préfet, mise en demeure des sieur Benassit et Boutain d'exécuter des travaux de consolidation nécessaires pour prévenir les accidents et garantir la sécurité des ouvriers surtout dans la galerie principale de roulement, aux abord des piliers situés sous le moulin de M. Landry, 9 février 1858.

    AD Gironde, SP 1095. Vérification menée dans les carrières de la commune par Michel Rou, habitant de Bayon, Jean Richard habitant de Bourg et François Goujon habitant de Bourg, appelés par les habitants du Luc, 7 avril 1858.

    Eboulements dus à l'extraction de pierre faite dans les carrières des sieurs Benasssit et Duranthon.

    AD Gironde, SP 1095. Lettre au sous-préfet du maire de Bayon, à propos d'un éboulement qui vient d'avoir lieu dans les carrières souterraines de la commune, 8 avril 1858.

    Le village du Luc a beaucoup souffert, les maisons sont lézardées ainsi que le chemin ; Michel Roy, sieur Richard, conducteurs de carrières et François Goujon conducteur de carrières de la commune ont visité les carrières : l'éboulement est dû à l'extraction faite dans les carrières des sieurs Benassit et Duranthon, ainsi que par l'enlèvement des moellons provenant des cerveaux, ce qui devrait être formellement défendu.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Mines et carrières, affaires diverses, 19e siècle.

    Archives départementales de la Gironde : SP 1095
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Steimer Claire