Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Moulin à farine de Planchat ou de Moulineau

Dossier IA24001482 réalisé en 2011

Fiche

Dossiers de synthèse

Appellations de Planchat, de Moulineau
Parties constituantes non étudiées maison
Dénominations moulin à farine
Aire d'étude et canton Vallée de la Vézère - Montignac
Hydrographies Doiran le
Adresse Commune : Montignac
Lieu-dit : le Terme
Cadastre : 1813 D3 1194 ; AW 24 Plan vectorisé non daté indiquant "le Moulineau".

A l'origine, le moulin de Planchat est un moulin banal dépendant du fief éponyme (le repaire noble de Planchat est situé à 500 m plus au sud). La retenue qui l'alimentait à l'est, et visible sur le cadastre de 1813, a disparu. La porte d'accès à l'atelier de fabrication pourrait dater du XIVe siècle. Le gros œuvre a été repris à diverses époques, tout spécialement dès le XVe siècle comme le suggère la fenêtre à chanfrein droit placée au-dessus de la porte d'entrée. Une baie à l'est porte la date 1704, mais le linteau où est inscrit le millésime est probablement une pierre de remploi. Le moulin figure sur la carte de Belleyme levée en 1768 et publiée en 1789 encore sous l'appellation "de Planchat". Les matrices cadastrales de 1813 indiquent "Danglard" comme propriétaire. Au XXe siècle, le toit en lauze est déposé et le moulin surélevé et agrandi vers le sud. Une partie des ces lauzes sont alors réutilisées dans les maçonneries. Aujourd'hui, le moulin est désaffecté ; il conserve toutefois une partie de sa machinerie (meules, arbre d'entraînement,...) du siècle dernier.

Période(s) Principale : 14e siècle , (?)
Secondaire : 1ère moitié 20e siècle

Implanté sur le Doiran qui aujourd'hui contourne le bâtiment par le nord, le moulin de Planchat est un modeste édifice de plan rectangulaire. Au nord, une porte chanfreinée, en plein-cintre, ouvre sur l'atelier de fabrication. Certains claveaux de la porte présentent des inscriptions gravées, illisibles pour la plupart (on distingue "De veaux" sur l'un des piédroits). L'atelier, au sol planchéié en ruine, est équipé, à l'ouest, d'une cheminée dont le contrecœur ouvre sur un four à pain et, à l'est, d'un beffroi de charpente. Celui-ci reçoit deux paires de meules à blé abritées dans des archures octogonales. Au-dessous, des arbres en fonte plongent dans la fosse à rouets, probablement reliés au roues horizontales. A l'emplacement de l'ancien comble, un hangar a été aménagé par la surélévation des gouttereaux (parpaings) et du pignon nord (lauzes en remploi), ainsi que par l'agrandissement de l'ensemble vers le sud afin de permettre un accès, depuis le haut du talus, face à la maison du meunier. A l'ouest, la voûte du four à pain est en ruine.

Murs calcaire moellon
béton parpaing de béton
Toit tuile mécanique
Énergies énergie hydraulique produite sur place roue hydraulique horizontale
États conservations désaffecté
Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents figurés
  • Plan cadastral de la commune de Montignac, Section D dite du Barry, 3e feuille, Ech. 1/2500, 1813

    Archives départementales de la Dordogne : 3 P 3 3219
  • Carte de la Guyenne par Belleyme. Reproduction en fac-similé de l'édition du XVIIIe siècle conservée à l'Institut géographique national, par Pierre de Belleyme, IGN.

    Planche n° 23, levée en 1768, gravée et publiée en 1789. Archives départementales de la Dordogne : 1 Fi 2 Dordogne 0013
(c) Conseil départemental de la Dordogne ; (c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Marabout Vincent