Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Motte de Cantemerle

Dossier IA33007933 réalisé en 2015

Fiche

Á rapprocher de

Dénominations motte
Aire d'étude et canton Sud Médoc Estuaire
Adresse Commune : Ludon-Médoc
Lieu-dit : Lafont
Adresse : 3 rue Lafont
Cadastre : 1843 A3 762 - 764 ; 2013 AE 15
Précisions


La physionomie actuelle du site plaide en faveur d'un château à motte et basse-cour, dont les premiers exemples apparaissent dès le 10e siècle en France.

Le château (en bois, puis en pierre) de Cantemerle était probablement au cœur d'un système de contrôle de la Garonne et de l'estuaire en aval de Bordeaux. Ce programme défensif a pu être mis en place après l'entrée de la Guyenne dans le giron anglais à la fin du 11e siècle. D'autres sites de ce type (château à motte sur des zones de graves) sont attestés à Gironville et plus certainement à Agassac et aux châteaux de Parempuyre et de Blanquefort. À cette époque, les eaux de la Garonne et de l'estuaire recouvraient les terres de palus actuelles : celles-ci étaient d'ailleurs encore fréquemment inondées à l'époque moderne.

En 1235, Cantemerle est cité dans un acte mentionnant l'achat par Valence de Ludon de terres à Macau dont certaines sont situées "du pont de Cantemerle à la mer". Au début des années 1300, la terre appartient au puissant domaine d'Albret. À partir de cette date, de nombreux seigneurs éponymes se succèdent jusqu'à la fin du 14e siècle. En 1387, la dernière héritière (?) Blanche de Cantemerle est la femme de Noblet de Caupène. Cette famille de Caupène -ou Caupenne- prend le titre de "seigneur de Cantemerle" comme l'indiquent des actes de la première et seconde moitiés du 15e siècle.

Par alliance, le château et les titres passent en 1514 dans les mains de la maison de La Roque. En 1540, Jehan de La Roque, écuyer seigneur du Gua rend hommage au roi pour "la maison noble de Cantemerle en Médoc, juridiction de Blanquefort" ; pour cela, il doit entre autres donner une rente en deniers, des poulailles et 5 ou 6 barriques de vin d'agrière (redevance en nature due au seigneur).

En 1579, le château et la seigneurie (ainsi que La Raze à Margaux et Mesterrieu à Listrac) sont rachetés par le président au Parlement de Bordeaux Jean de Villeneuve au détriment de François de Geoffre, sieur de Rouillac et Banos. À cette occasion, les lieux sont brièvement décrits :

"ledict sieur de Geoffre heust faict en icelles aulcunes réparacions soient utilles et nécessaires comme il en y fault fere en grande quanthité à cause de la ruyne", plus loin il est question du moulin, de la grange et des "héritages deppendans d'icelle [qui] sont tumbés (sic)".

L'état de délabrement manifeste des bâtiments oriente vers un abandon progressif après la guerre de Cent Ans. Au 17e siècle, la famille de Villeneuve semble déplacer le siège de la seigneurie au lieu-dit de Sauves, sur la commune de Macau, pour y construire un nouveau château, à l'emplacement de l'actuel.

Toutefois, la motte est encore signalée sur les cartes du 18e siècles (Masse, Cassini, Belleyme, Trudaine).

Un moulin à eau continue sans doute de fonctionner jusqu'après la Révolution. La ruine visible aujourd'hui doit correspondre à une maison de meunier construite à la fin du 18e siècle ou au début du 20e siècle. En 1843, la construction figure sur le plan cadastral.

Le site est menacé de destruction puis partiellement amputé d'une partie de ses douves après le tracé de la voie de chemin de fer à la fin des années 1860. Le site est définitivement abandonné au 20e siècle.

Période(s) Principale : 12e siècle
Principale : limite 18e siècle 19e siècle

La motte de Cantemerle se situe au nord de Ludon, à la limité avec la commune voisine de Macau. La voie de chemin de fer de Bordeaux à la pointe de Grave passe à l'est ; au nord se trouve un bois ; au sud des vignes.

La motte est précédée par un fossé circulaire alimenté au nord par deux fossés reliant des ruisseaux secondaires (aujourd'hui à sec la majeure partie de l'année).

Sur une levée de terre de deux mètres environ subsiste une construction quadrangulaire en ruine. Les ouvertures sont en arc segmentaire, les chaînages d'angle sont harpés à bossage.

Murs calcaire moellon enduit
États conservations vestiges
Statut de la propriété propriété privée

Annexes

  • Vente de la seigneurie de Cantemerle par François de Geoffre à Jean de Villeneuve, 20 août 1579

    Vente du 20 août 1579 de Cantemerle à Jehan de Villeneuve

    [EN MARGE : Contraut de vente faicte par le feu sieur Geoffre à feu monseigneur de Villeneufve]

    Sachent tous que comme ainsi soit que dès le dixhuitiesme jour daoust mil cinq cens soixante dix huict, Charles de Poy, escuier sieur de La Luque[1] faisant tant pour luy que comme porcureur de Gabrielle de Donissan[2], damoyselle sa femme, suivant la procuration expresse par elle audict sieur son mary donnée, receue par de Sainct Pau notaire royal en la baronnye de Luque datté du dixiesme aougst audict an mil cinq cens soixante dix huit. Heust vendu, ceddé et transporté a perpetuyté et à Francoys à Francoys de Geoffre, escuyer sieur de Raulhac et de Banos les pacte et faculté de rachat de troys ans des maisons nobles de Cantemerle et La Raze et Mesteirieu dépendant dudit Cantemerle le tout par lesquels en heust auparavant vendu à noble Léonard Deymar sieur de la Gasquerye[3] à pacte de rachapt de trois ans.

    Scytuées lesdites maysons en parroysse de Ludon, Macau, Margaulx et Listrac en médoc. Consistant en chasteau, maysons, granges, moullins, boys de haulte fustée et tailhis, pretz, terres, vignes, jardins, aubiers et aultre dommayne consistant aussy en rantes, agrières, droyts de fondalité directité et aultres droyts et debvoyrs quelzconques estant des appartenances desdites seigneuries [v] et mayson noble de Cantemerle, La Raze et Mesterieu laquelle vendicion auroyt esté faicte audict sieur de Geoffre pour et moyennant la somme de quatre mil cent soixante six escus et deulx tiers descu, de laquelle somme ledict sieur Geoffre en auroict payé comptant audict sieur de Poy la somme de mil huict cens trente troys escus et ung tiers descu, et pour le regard du surplus quest deulx mil troys cens trente tros escus et ung tiers descu, ledit sieur de Geoffre auroyt ceddé pour l’entier paiement de ladite somme restante audit sieur de La Luque certaines debtes audict sieur de Geoffre deubz par les débiteurs spéssifics par le contract d’achapt sur ce faict receu par maistre Pierre de Myrac, notaire royal en la présent ville en date que dessus la teneur duquel est transcript de mot à mot au pied de ces présantes. Puis le passement duquel estant dans l’an du lignagier Marguerite Achart dame de Terrefort et du Gua comme mère et proche lignagière de ladite Donissan damoyzelle sa filhe auroict convenu en la court de la sénéchaucée de Guienne pardevant monsieur le lieutenant général dycelle ledit sieur de Geoffre aulx siens qu’il feust contrainct et condampné faire revandition à ladite dame de ladite maison noble de Cantemerle, [fol. 2] La Raze et Mesterrieu et à ses fins auroyt consigné ladite dame au greffe de ladite séneschaucée une pièce d’or et une aultre d’argent quest cause que Ledit sieur de Geoffre craignant s’invollver en procès et se constituer en frays et mises feust ratoyrer au moyen de quoy.

    CE JOURDHUY datte des présantes, pardevant moy ** a esté présent en sa personneledict sieur de Geoffre, lequel de son franc voulloyr a ceddé et transporté par ces présantes à perpetuité et à jamays, à messire Jehan de Villeneufve, chevalier conseilher du roy en son conseil premier et second Président en la court de Parlement de ceste ville de Bordeaulx à ce présent, stippullant et accpetant pour luy et les siens.

    SCAVOIR est tout le droict noms et action que ledit sieur de Geoffre pourroict avoyr et prétandre en vertu de sondict contract d’achapt sur lesdites maysons nobles de Cantemerle, La Raze et Mesterrieu, leurs appartenances et deppendances pour par ledit sieur Président en jouyr et uzer doresnavant come ledit sieur de Geoffre heust faict ou heust peu faire auparavant la présente cession. Et à ces fins ledit sieur de Geoffre à subrogé ledit sieur Président en son lieu, droict, place et ypothecque ** notaire et tabellion roial en la ville et citté de Bourdeaulx soubzsigné présent les tesmoings soubz nommés [fol. 2V] de sondict contract sans que aultrement ledit sieur de Geoffre soyt aultrement tenu d’aulcune garantye comme de son faict et coulpe seullement et de faire tenir quitte ledit sieur Président et les siens envers ledit sieur de Poy, Donissan damoyselle sa femme, ses enfens et tous autres de ladite somme de quatre mil cens soixante six escus et deulx tiers descu contenu au susdit contract d’achapt que ledict sieur de Geoffre estoyt tenu paier suyvant icelluy au cas que ledit sieur de Poy et damoyzelle sa femmme ne feussent estés paiés de ladicte somme de quatre mil cent soixante six escuz et deulx tiers descu suivant ledit contract d’achapt par ledit sieur de Geoffre. Faict desdites maysons nobles ou que ledit sieur de Poy et sadite femme pretandyssent n’avoir esté payés de ladite somme ou partye d’icelle auquel cas comme dict est ledit sieur de Geoffre a promis randre faysans tant ledit sieur de Poy, damoyselle sa femme et touz autres se soit relever, indampner[4] ledit sieur Président de [fol. 3] tous despens, dommages et interestz mais aussy pour toute autre garantye ledict sieur de Geoffre a présentement délivré audict sieur Président la grosse de sondict contract d’achapt dont ledit sieur Président sest contempté. Laquelle cession ledit sieur de Geoffre a faicte audict sieur Président.

    POUR et …loyenant parrelhe somme de quatre mil cent soixante six escus deulx tiers descu, laquelle ledit sieur de Geoffre a reallement prins comptant sur ses préseantes dudict sieur Présidentdix mil escus d’or sol troys mil cadrens de testons et le surplus en pièces de vingt solz et autre monnoye blanche, que ledict sieur de Geoffre a compté et nombré faysant ladicte somme de quatre mil cent soixante six escus et deulx tiers descu de laquelle ledit sieur de Geoffre s’en est tenu et tient pour bien contampt et paye et en a tenu et tien quitte ledict sieur Président et les sieur et a esté accordé entre les parties que tous les fruictz que ledit sieur de Geoffre a promis et receuz auparavant ces [fol. 3V] présantes desdites maysons nobles de Cantemerle, La Raze et Mesterrieu luy demeureront et pour le reguard des fruictz, rantes, vins et autres droictz ja escheus ou à escheoyr qui n’ont esté payés et levés par ledit sieur de Geoffre de cesdites année seullement seront et demeureront par moytié entre ledit sieur Président et de Geoffre sauf en réserve les fouage et pailhes qui seront et demeureront en la mayson de Cantemerle au proffit dudit sieur Président. Aussy sera revu comme il a promis ledict sieur de Geoffre bailher et délivrer audict sieur Président dans troys jours à compter du jourduy tous les tiltres et doccumens qu’il a en sa puyssance par luy receuz tant dudcit sieur de Poy que dudict sieur de La Gasquerye concernant lesdites maysons nobles de Cantemerle, la Raze et Mesteyrrieu à cause des rantes et autres droictz et revenuz des susdites maysons et aultres. Ledit sieur de Geoffre à subrogé ledict sieur Président présent et acceptant comme dessus à retirer et recouvrer les beufz et aultres meubles audict sieur de Geoffre vendus par sondit contract d’achapt.

    ET POUR CE faire et accomplyr ce dessus de poinct en poinct, les sieurs de Geoffre en a obligé audict sieur Président tous et ungs chacuns ses [fol. 4] biens présens et advenir qu’il a soubzmis aulx jurisdictions et rigueure de monsieur le grand seneschal de Guienne ou monsieur son lieutenant et de tous aultres juges renoncans à tout droyt escript et non escript et générallement à toutes aultres renonciations, exeptions. Ainsy la promis et juré, faict en ladicte ville de Bordeaux le vingtiesme jour daougst mil cinq cens soixante dix neuf en présences de monsieur maître Pierre de Termes, conseilher du roy en la court de Parlement et de monsieur maître Guillaume de Chastey, conseilher du roy au siège présidial de Guyenne, sire Jehan du Lau, bourgeoys et marchant en ladite ville et Jehan de Corade, clerc habitant en icelle, tesmoins à ce apellés et requis. Ainsin signés à la ceddule De Villeneuve, De Geoffre, De Termes Chastey, Du Lau et de Corade pour avoyr esté présens.

    [EN MARGE : Insertion du contraut d’achapt fait par feu maître Geoffre]

    SENSUICT LA TENEUR dudict contract d’achapt dudict Francoys de Geoffre escuyer sieur de Roulhac et de Banos. SAICHENT TOUS présens et advenir que comme le trente ungiesme daougst mil cinq cens soixante seze [fol. 4V] [EN MARGE : narratifve du premier contraut de vérité] Charles de Poy, escuyer sieur de La Luque et Gabrielle de Donissan damoyzelle sa femme, ayant vendu, ceddé et transporté a Léonard Deymar, escuyer seigneur de la Gasquerye la mayson noble de Cantemerle ensemble les maysons nobles de La Raze et Mesterrieu deppendens dudict Cantemerle scitués en parroysses de Ludon, Macau, Margaulx et Listrac, le tout en médouc. Consistant château, mayson, granges, moullin, boys de haulte fustaye et tailhis, pretz, terres, vignes, jardins, aubarèdes et autre domaine consistant aussy en rantes, agrières, droictz de fondalité directe et aultres droictz et debvoirs quelzconques estant des appartenances desdictes seigneuries et maisons nobles de Cantemerle, La Raze et Mesterrieu et dont les droictz, noms, raysons et actions que lesdits conjoinctz avoiet esdites maysons nobles ensemble les boeufz qui estoient lors en ladite mestairye, foing qui estoyt receuilhiz en ladite année mil cinq cens soixante seze en icelle et les cuves qui estoient dans ladite grange, et générallement tous ce qui estoyt et deppendoyt desdites maysons nobles.

    ET CE pour [fol. 5] et moyenant le pris et somme de douze mil quatre cens quatre vingtz trois livres tournoyses sur et en déduction de laquelle somme les sieurs de la Gasquerye avoict dès lors payé la somme de deulx mil livres tournois et des pris payé pour et à la descharge desdictz de Poy et Donissan quatre cens quatre vingtz troys livres à Jehan de Sainct Pierre, bourgeois et marchant de Bourdeaulx, et le surplus de ladite somme questoyt dix mil livres tournois auroyt promis le paier dans ung an lors ensuivant aulx quallités et conditions portées par ledit contract de ladite vendition sur ce faict et receu le susdit jour par moy notaire royal soubzsigné.

    [EN MARGE : Narratifve de la reservation du présent contraut de vente. Vente du 3 septembre 1597 (sic)]

    Et de ce troisiesme jour de septambre dernier passé mil cinq cens soixante dix sept, lesdits sieur de La Luque, Donissan et de la Gasquerye auroyent noué le susdit contract de vendition et renoué a icelluy en ce que lesdits de La Luque et de Donissan conjoinctz auroient de nouveau vendu, ceddé et transporté aucit sieur de la Guasquerye à pacte de rachapt [fol. 5V] de troys ans lesdictes maisons nobles de Cantemerle, La Raze et Mesterrieu et autres choses sur especifficat, et ce pour le pris et somme de troys mil quatre cens quatre vingtz troys livres tournoyses dont comme dict est dessus lesdicts conjoinctz auroyent receu en consequance dudict premieur contract la somme de deulx mil quatre cens quatre vingtz troys livres tournoyses et les mil livres tournoises restantes leur auroient despuis esté payé par ledit sieur de la Gasquerye comme le tout est aussy à plain contenu par le contract sur ce faict ledit jour.

    [EN MARGE : Narratifve de la quictance du Xe octobre 1577 pour 1000 livres]

    Et autre contract de quictance du dixiesme d’octobre aussy dernier passé le tout receu par moy notaire susdit et que ledit de Poy et Donissan soient en volompté de rachapt dudit sieur de la Gasquerye lesdites maisons nobles pour icelles vendre purement et simplement aulx fins de convertir le pris en acquisitions d’autres héritages qui leur sont plus propres et commodes que lesdictes maisons nobles lesquelz à cause de ce que dict est dessus ne leur rapporte aulcun revenu.

    À CESTE CAUSE aujourdhuy datte de ses présentes pardevant moy Pierre de Mirat, notaire et tabellion royal en la ville et citté à Bourdeaulx et seneschaucée de Guienne présents les tesmoingtz soubz nommés a esté présent personnellement [fol. 6] constitué ledit Charles de Poy, escuyer sieur de La Lucque, lequel tant en son nom propre et prime que comme procureur expres de ladite Gabrielle de Donissan, damoyselle sa femme comme de ladite procuration expresse il a faict apparoyr receue et passée par De Sainct Pau notaire royal, le dixiesme du présent moys et an que sera intérêt sur la fin de ces présentes et à laquelle de Donissan oultre la susdite procuration ledict sieur de La Lucque dabondant a promis fere ratiffier, louer et approuver le contenu en cas présenter dans quinze jours prochains venanz et pour de tous despens, dommages et interestz de son bon gré, franche, aimable volompté pour luy et les siens, à ladvenir a vandu, ceddé et transporté à perpétuitté et à jamays à Francoys de Geoffre, escuier sieur de Roulhac et de Banos présent, stippulant et acceptant pour luy et les siens et qui de luy auroict droict et cause à advenir.

    SCAVOIR est le susdit pacte de rachapt en plus valloir et tous autres droictz, noms, raisons et actions quelconques que lesdictz de Poy et de Donissan [fol. 6V] conjoinctz ont et peuvent avoir et leur peut competer et appartenir en et sur les maisons nobles de Cantemerle, La Raze et Mesterrieu scituées esdites parroysses de Ludon, Macau, Margaulx et Listrac en médoc, consistant comme dict dessus en chasteau, moulin qui est illec près, grand boys de haulte fustée, tailhis, pretz, terres, dommaines, cens, rantes, agrières, droictz de fondallité et directité et autres quelzconques déppendans desdites maisons nobles sans sy réserver aulcune chose soit en proprietté ou usufruict ne aultrement en quelques facon que ce soit pour du tout faire par ledit de Geoffre et les sieurs à l’advenir à leur plaisir et volompté laquelle vendition et cession a esté faicte et accordée entre les dictes parties pour et moyenant le pris et somme de quatre mil cens soixante six escuz et deulx tiers descu sol en icelle somme comprinse ladicte somme de troys mil quatre centz vingtz trois livres contenues au susdict dernier contract de vendicion faict audict sieur de la Gasquerye sur et en desduiction de [fol. 7] laquelle somme et pour faire ledict paiement audict sieur de la Gasquerye ledict sieur achapteur a payé reallement et de faict sur le passement de ces présentes audict sieur de La Lucque présent et acceptant la somme de mil huict cens trente troys escus et ung tiers descu sol en douze cens escus sol cinquante cinq doubles escus pistolles, trente ung escu pistolles du doubles ducatz à deulx testes, troys doubles ducatz sainct homes, ung double ducat henry, quatre cens vingt six garnis de testons, cinquante escuz en realles et le surplus en autre monnoye, le tout faysant ladicte somme de ycelluy de Poys, à compte et nombre et icelle prinse et receue en noz présences et desdits tesmoingtz rellement que dycelle ils s’en est contampté et en aquicte lesdits de Geoffre et les sieurs promettant pour rayson dycelle somme présentement receue n’en demander jamais autre chose et dicelle le quitter envers ladite Donissan damoyzelle sa femme et tous autres à peine de tous despens, dommages et intérestz.

    ET pour le reguard du surplus de ladite somme qui est deulx [fol. 7v] mil troys cens trente troys escus et ung tiers descu ledict sieur de Geoffre a baillé et délivré sur cesdites présentes pour l’antier et parfaict paiement de ladite somme restante audict sieur de La Lucque présent et acceptant une promesse de la somme de cinq cens livres tournoyses à lui dheue par monsieur maître Francoys de Gaultier sieur de Camiran[5] conseillier du roy en la court en dacte du vingt deulxiesme novembre dernier passé mil cinq cens soixante dix sept, signer ladite promesse dudit sieur de Camiran. Plus une obligation de la somme de quatre cens livres tournois dheus à icelluy Geoffre par Mathurin Darnant, marchant demeurant en la parroysse Sainct Symeon de Bourdeulx dacte du dixhuictiesme novembre an susdict, receu et signé par Gay notaire. Plus luy a bailhé autre contract d’obliguation de la somme de quinze cens livres tournoyses à luy dheue par Pancon du Port habitant de Blaye dacté du dixseptiseme novembre an susdict receue par ledit Gay. Plus aultre obliguation de la somme de mil [fol. 8] livres tournois à luy dheue par ledit du Port dattée ladicte obliguation du quatorziesme décembre an susdit, receue et passée par ledit Gay. Plus luy a bailhé aultre contract d’obliguation de la somme de quinze cens livres tournoyses en laquelle Léonard Roux et le Mayre, de Blanc luy sont tanz redevables. Datté du dixseptiesme de novembre an susdit mil cinq cens soixante dixsept, receu par ledict Gay. Plus aultre contract d’obliguation de la somme de cinq cens livres tournois à luy dheue par ung nommé Belayze de Blaye dacté ledict contract du vingt quatriesme novembre an susdit, receu et passé par ledit Gay. Plus aussy luy a bailhé aultre contract d’obliguation de la somme de deulx cens livres tournois à luy dheues par Jacques Gerault, escuyer seigneur de la Barraudière dacté ledit contract du treziesme décembre an susdit, receu par ledit Gay. Plus a bailhé sur ces présentes aultre obliguation de la somme de deulx centz livres tournois à luy dheue par Jehan Chatard et Laurant Garclerc, marchant de la présent ville dacté ledit contract du quatriesme décembre an susdit, receu et passé par ledit Gay. Plus aultre contract d’obliguation de la somme de six cent livres tournoyses à luy dheue par Jehan Bridoy, bourgeoys et marchant [fol. 8V] de Bourdeaulx datté ledit contract du dixseptiesme novembre an susdit receu et passé par ledit Gay. Aussy luy a bailhé aultre obliguation de la somme de deulx cens livres tournoyses dheue audict sieur de Geoffre par Jacmot du Pejan dict le Moyne, habitant de la parroysse de Villeneufve dacté ledit contract du dixhuictiesme novembre an susdit, receue par Chadirac notaire royal. Plus autre contract d’obliguation de la somme de deulx cens livres tournoyses à luy deues par madamoyzelle Duperrier dactée ladite obliguation du douziesme décembre an susdit, receu par ledit Gay. Plus ung aultre contract d’obliguation de la somme de deulx cens livres à luy dheue par Pierre Cormier cousturier de cesdicte ville dattée ladite obliguation du vingtiesme décembre an susdit, receu par ledict Chadirac notaire royal. Tous lesquels contractz d’obliguation et promesse revenant à ladicte somme de deulx mil troys cens trente trois escus et un tiers descu sol ledit sieur de Geoffre a exhibée en bonne et dheue [fol. 9] forme et iceulx bailhés et délivrés audict sieur de La Lucque, lequel les a prins et acceptés pour le paiement entier de ladite somme restante comme dict est. Sur laquelle somme de quatre mil cens soixante six escus et deulx tiers descu sol, ledit sieur de La Lucques sera tenu comme a promis de rachapter dudict Lyonar sieur de la Gasquerye lesdites maisons nobles de Cantemerle, La Raze et Mesterrieux vendues soubz ledit pacte de rachapt, laquelle revandition il sera tenu faire au nom et proffit dudict sieur de Geoffre et luy faire cedder tous ses droictz, noms, raisons et actions et subroger en son lieu et droictz et l’acquitter envers ledit Deymar de tout et plusieurs pourroict prétandre à cause de ce et luy bailher et fournir le contract de ladite revandition en bonne et valable forme dedans trois jours prochains venans, acceptans de tous despens, dommages et intérestz. Lesquelles obliguations sus speciffiées et mentionnées, ledit sieur de Geoffre a promis garantir et déffendre audict sieur de La Lucque et aux sieurs et luy faire les sommes y conteneues bonnes au cas qu’il se trouvase qu’il eust receu du contenu d’ycelles aulcune chose ou comme les débiteurs d’icelles sommes finissent [fol. 9v] insolvables le jour du terme à paier, escheu et non autrement ny en aultre qualité consentant ledit sieur de Groffre comme lesdict termes à paie restant escheus lesdits de Poy et Donissan poursuivent le paiement d’icelles ainsin qu’ilz verront estre affaire et à ses fins les a subroger et subroge en son lieu, droict et ypothecque contre lesdits débiteurs en convertissant lesdictes sommes ainsin qu’il sera cy apprès dict par vertu de laquelle présente vendicion, cession et transport. Ledit sieur de La Lucque audict nom cest desmis et devestu dudict pacte de rachapt et plus valleur et de tous aultres droictz, noms, raysons et actions qu’il et sadite femme ont et peuvent avoyr en et sur lesdites maysons nobles de Cantemerle et aultres choses qui en déppendent et par le bailh de la cedde de ces présentes mis en mains dudict sieur de Geoffre l’en a vestue et saysy consentent qu’il en puisse prandre la pocession realle, actuelle et corporelle toutes et quantes foys que bon luy semblera l’absence d’ycelluy sieur de La Lucque et de sadite femme nonobstant ce pendant cest constitué tenir ledit pacte de rachapt et plus valleur au nom de précaire proffict et [fol. 10] utillitté dudict achapteur et des sieurs jusques à ce que ledit sieur de Geoffre en aura prins ladicte pocession realle. Et lequel pacte de rachapt en plus valleur et aultres droictz susdits ledit sieur de Poy audict nom a promis garantir et défendu audict sieur de Geoffre et aulx sieurs envera tous et contre tous quictter et descharger de toutes charges et ypothecques, droictz, procès pour raysons et actions et de tous aultres empeschemens quelzconques présens et advenir et le tout noble et tenir noblement aulx fortz et coustumes de Bourdeaulx et pays de Bourdelloys et aulx fins que ledit sieur achapteur puisse jouyr des choses à luy vendues, ledit sieur de La Lucque tant pour luy que pour sadite femme sera tenu comme a promis bailher et délivrer audict sieur de Geoffre présent et accpetant dans quinze jours tous les terriers, tiltres, bailhettes, exportes, recongnoyssances et aultres instrumens quelzconques qu’il et sadite femme ont cy devant bailhé audict sieur de la Gasquerye et peuvent encores avoyr en leur puyssance ou de leurs recepveur, procureur, intremecteurs et fermiers consernant les droictz deubz et appartenans [fol. 10v] ausdictes maisons nobles. Et cas advenant que ladite de Donissan damoyzelle, femme dudit sieur de La Lucque les siens ou aultres à l’advenir vouldroient quereller contre ledit sieur de Geoffre les susdites maisons nobles de Cantemerle, La Raze et Mesterrieu comme estant de son bien et patrymoine et que ledict sieur de Geoffre ou les siens en seroient évincés en ce cas ledict sieur de La Lucque de son bon gré et volonpté dès à présent a vendu, ceddé et transporté audict sieur de Geoffre présent stippulans pour luy et les siens générallement tout et chacuns ses biens et specyallement ladite terre et barronnye de La Lucque en tout droict de haulte et basse justice, moulins, terre, domaines, ranqueste, aubarède, phief, rantes, agrières et générallement tout la proprietté, déppendances de ladite barronnye de La Lucque [fol. 11] scitué en la parroysse de La Lucque seneschaucée des Lannes[6] au siège Dacqs. Aussy luy a vendu le susdit cas advenant une mesterie à luy appartenans noble et par luy tenue noblement ensemble ung port le tout appellé du Cout appartenances et déppendances entièrement le tout scitué en la parroisse de Pontonx en la seigneurie Dacqs entre ses légitimes confronctacions. Et ce pour mesmes pris et somme de quatre mil cent soixante six escuz et deulx tiers descu desquelles baronnye, metherie, port, domaines, cens, rantes et aultres droictz et debvoires susdits, ledit sieur de La Lucque ledit cas advenant cest devestu et en a investi ledict achapteur vouleu a consenty que ledit cas advenant il en preyne la pocession realle actuelle et corporelle dès qu’il antre en ladite pocession sans aulcune figure de procès se constituant ce pendant le susdit cas advenant tenir ladite seigneurie et barronnie de La Lucque, metherie et port du Cout, moulin et aultres choses susdites au nom de précaire proffict et utillicté dudit sieur de Geoffre ladite barroinnye de La Lucque et autres choses susdites ledit cas advenant donner et contrer tous et luy bailher tous les tiltres d’exporles, recognoissances, bailhettes et aultres instrumens [fol. 11V] qu’il a de ladicte barronnie et meytherye, cour et autres domaine et aultres choses qui en deppend dès aussy tost que le susdit cas sera advenu Scavoyr qu’il ou les siens auront esté évincés desdites maisons nobles de Cantemerle, La Raze et Mesterrieu, le tout à peine de tous despens, dommages et interestz et oultre et pardessus ce que dict est et pour plus grande seureté et garanthie audit Geoffre, ledict sieur de La Lucque sera tenu comme a promis convertir ladicte somme de deulx mil troyes cens trente trois escus et ung tiers descu contenu ez susdites obliguations et promesse en acquisition de biens immeubles qui seraont acquis de ladicte somme demeureront par expres obligés et ypothecqués à icelluy Geoffre pour la guarantye desdites maysons nobles de Cante Merle, La Raze et Mesterrieu. Comme aussy a esté convenu et accordé entre les parties que cas advenant que lesdites maisons nobles de Cantemerle, La Raze et Mesterrieu seroient querellées et évincées par ladite de Donissan, les siens ou aultres et que ledict de Geoffre heust faict en icelles aulcunes réparacions soient utilles et necessaires comme il en y fault fere en grande quanthité à cause de la ruyne et decadance en laquelle ledict chasteau de Cantemerle la feue[7], le moulin, la grange et les héritages deppandans dicelle sont tumber. Ledit sieur [fol. 12] de La Lucque sera tenu comme a promis de randre audict de Geoffre et aulx sieurs tout ce qu’il aura frayé et despandeu ausdites réparations utilles et nécessaires et volomptaires ensembles les frays des procès qu’il aura poursuivy pour la conservation des droictz deppendans desdites maysons dont de tout ledit sieur de Geoffre et les siens seront creus à leur simple serman. Et pour requerir et consantir en tant qu’il seroict besoing que le présent contract soict institué en la court de monsieur le grand séneschal de Guienne ou son lieutenant et ailheurs ou il sera besoing. Les parties ont constitué leurs procureurs scavoyr est ledict sieur de La Lucque audict nom maistre Blaize Mayac [BLANC] et ledit sieur de Geoffre maître Anthoine Phenix [BLANC] ausquelz iceulx contractans ont donné pouvoyr et puissance de faire pour le faict de ladite insinuation tous actes requis et nécessaires. Et comme ilz pourroient faire silz y estoient présent en personne.

    ET SONT TOUT CE que dessus tenir et accomplyr et jamais ne venir au contraire lesdictes parties et chacunes d’elles, chacun en sont en droict ont obligé, livré à l’aultre tout et chescuns leurs biens meubles et immeubles présent et advenir quelzconques qu’ilz ont respectement soubzmis aulx jurisdictons et contrainctes de monsieur le grand séneschal de Guienne, du prévost royal de l’Ombrière à Bordeaulx [fol. 12V]

    [EN MARGE : 8 aoust 1578]

    de leurs lieutenans et de tous aultres seigneurs et juges. Et aulx fins dudict entretenement ledict de La Lucque a esleu son domicille en la présent ville en la maison des enfens héritiers de feu monsieur le prévost Destignolz[8] qui sont ses nepveulx. Consentan que les exploictz qui seront faictz en ladicte maison soient de tel effect et valleur que s’ilz estoient faictz à sa personne renoncant les parties à toutes les exeptions, renonciations et aultres moiens et choses par lesquelles icelles parties pourroient venir ou faire venir contre la teneur de ces présantes en quelque facon ou manière que se soict et ainsi l’ont icelles parties promis et juré sur les sainctz Evangilles nostre seigneur le livre touché.

    [EN MARGE : CF du contraut de vente faicte audit feu sieur Geoffre]

    FAICT ET PASSÉ en la ville en la ville et citté de Bourdeaulx, le dixhuictiesme jour du mois daoust mil cinq cens soixante dixhuict en présences de maître Bertrand de Sabournin, advocat en la court et Pierre de Cometier, procureur en icelle et clerc ordinaire au grefe de ladicte court, tesmoings à ce appellés [fol. 13] [EN MARGE : 10 aoust 1578] et requis ainsin signés à la cedde des présantes de La Lucque, de Geoffre, B. Sabournin pour avoyr esté présent et Comectier présent. Sensuit la teneur de ladicte procuration.

    [EN MARGE : Insertion de la procuration de la damoyselle de La Luque au sieur son mary pour vendre]

    SAICHENT tous présens et advenir que aujourdhuy dixiesme du mois daougst mil cinq cens septante huict en la barronnie et parroisse de La Lucque pardevant moy notaire soubzsigné présent les tesmoingtz y nommés a esté présente en sa personn Gabrielle de Donissan damoizelle la femme et conjoincte personne de nobles Charles de Poy escuyer seigneur baron de La Lucque habitant de ladite parroysse laquelle de sa franche volompté a faict et constitué et par ces présentes faict et constitue son procureur expres et yrevocable scavoyr est ledict sieur de La Lucque sondict mary à ce présent et acceptant pour et au nom de ladicte constitution de vendre et allienner à qui bon luy semblera la mayson nobles, terres, vignes, pretz, boys affouretz, moulin à blé, fief rantes, droictz, debvoyrs à icelle appretenans appellé de Cantemerle scize en la paroysse de Ludon en Medouc à ladicte constituante et à son [fol. 13V] mary appartenans à telz pris, pactes, conditions et pour telles sommes qu’il advisera et verra estre affaire prendre et recepvoyr les sommes ou somme qui proviendra de telle vendition et du tout passer contract ou contractz de vendicion ou quictances pardevant moy notaire voullant et consentant que les contractz de vendition et quictances sûre, faicts et passés par sondict procureur et mary ayent autant deffacit et valleur que sy elle mesme la fasoict et passoict en personne et audict affaire faire dire procurer et negocyer comme ladicte constituante seroict ou faire pourroict su en propre personne elle y estoict jacoit absante et le cas requist mandemans plus special promettant avoyr et tenir pour faict et agréable tout ce que par sondict procureur et mary sera faict audit affaire et lien relepvé, indampné soubz obligation et ypothecque de ses personnes et biens qu’a soubzmis à toutes rigueurs de justice ayant sur elle congnoyssance et ainsi l’a promis juré à dieu tenir et ny contrevenir et procurer de Estienne du Pont et Berthommieu de Saubelle habitans de la parroisse de Best, tesmoings à ce requis. Laquelle constituante ensemble ledict sieur de La Lucque procureur susdict [fol. 14] et ledict de Pont tesmoings se sont soubz signés et non ledict de Saubelle par ce ne scaict. Comme a declairé de ce faire signés par moy Estienne ainsin signés de Sainct Pan notaire royal, Gabrielle Donissan et Estienne de Pont tesmoing ainsi signé De Mirat notaire et tabellion royal.

    [EN MARGE : Insertion du contract de revente faicte par feu mr de la Gasquerie au sieur et damoyzelle de La Lucque]

    SAICHENT TOUS PRÉSENS et advenir que comme dès le trente ungiesme daougst mil cinq cens soixante seze, Charles de Poy escuyer sieur de La Lucque et Gabrielle de Donissan damoyzelle sa femme heussent vendeu, ceddé et transporté à Léonard Deymard, escuier sieur de la Gasquerye, les maysons nobles de Cantemerle, La Raze et Mesterrieu scituées en parroysse de Ludon, Macau, Margaulx et Listrac en médoc, consistant en château, grange, moulin, boys de haulte fustée, jardin, terres, pretz et boys, vignes et aures domaines, cens, rantes, agrières fondallité directité et générallité tous et chescuns les droictz, noms, raisons et actions qu’ilz avoient esdictes maisons nobles pour le pris et somme de douze mil quatre cens quatre vingts troys livres tournois. De laquelle somme ledict sieur de la Gasquerye heust payé la somme de deulx mil quatre cens quatre vingts trois livres tournois comme appert par le conteact sur ce faict et passé ledit jour par moy notaire soubzsigné et dès le treisiesme de septambre dernier passé mil cinq [fol. 14V] cens soixante dix sept lesdictes parties heussent noué ledit contract et renoué à icelluy en ce que de nouveau lesdits sieur de La Lucque et de Donissan conjoinctz avoient vendeu audict sieur Deymar o pacte de rachapt de trois ans lesdites maisons nobles de Cantemerle, La Raze et Mesterrieu consistant en ce que dict est dessus pour le pris et somme de trois mil quatre cens quatre vingts trois livres tournois sur et en desduction de laquelle somme ilz auroient recongneu et confessé avoyr receu en conséquance dudict premier contract ladicte somme de deulx mil quatre cens quatre vingts troys livres tournois et les mil livres tournois restantes l’auroict paié ausdits conjoincts vendeurs comme le tout est plus aplain contenu par le contract de ladite vendition faict et receu ledict jour. Et par aultre contract de quictance du dixiesme octobre aussy dernier passé le tout par moy dict notaire soubz signé. Et dès le jour dhuis ledict sieur de La Lucque tant en son nom que pour et au nom de ladicte de Donissan ayt vendu, ceddé à Francois de Geoffre seigneur de Banos et de Roulhac le pacte de rachapt plus velleur et tout aultre droict qu’il et sadicte femme avoient ausdictes maysons nobles [fol. 15] par le contract de laquelle vendition il se seroict chargé rachapter icelles mesmes maisons dudict sieur de la Gasquerye.

    POUR CE est il que aujourdhuy dacte de ses présentes pardevant moy Pierre de Mirat notaire et tabellion royal en la ville et citté de Bourdeaulx et sensechaucée de Guienne et en présence des tesmoings bas nommés a esté présent et personnellement constitué ledict sieur Léonard Deymar escuyer sieur de la Gasquerye lequel de son bon gré, franche et aimable volompté et suivant le susdit contract de pacte de rachapt a revandu, ceddé et transporté et par la teneur de ces présentes revand, cedde et remect et transporte à perpetuitté et à jamais audict sieur de Poy sieur de La Lucque présent acceptant et stippullant tant pour luy que pour ladicte de Donissan sadite femme en vertue de la procuration expresse qu’il a d’elle dacté du dixiesme jour du présent mois et an receue par de Sainct Paoul notaire royal qui sera incerrée sur la fin de ces présentes et aussy faisant pour et au nom et stippullant pour ledict sieur de Geoffre avec moy notaire susdit. [fol. 15V] Scavoir est lesdites maisons nobles de Cantemerle, La Raze et Mesterrieu, cens, rantes, domaine, agrières, droictz de fondallité directité et générallement tout ce qu’il auroict et pouvoict avoir acquis par le moyen desdictz contractz sans se retenir ny reserver aulcune chose en yceulx donc du tout il sest desmis et devestu et par le bailh de la cedde de ses présentes mise ez mains dudict sieur de La Lucque audict nom en a investi tant icelluy de La Lucques adite femme que ledict de Geoffre lequel Geoffre absent il a entand que besoing subrogé et subroge en tous les droictz, noms, raisons et actions qu’il avoict acquis en yceulx sont sur la proprietté meubles et aultres choses quelzconques. Laquelle subroguation icelluy de Poy avec moy dict notaire avons stippullé et accepté pour ledict sieur de Geoffre lequel sieur de la Gasuquerie cest ce pendant constitué tenir lesdictz lieulx, reandeur au nom de précaire proffict et utillité dudict de Geoffre dernier acquereur. Laquelle présante revendicion a esté faicte et accordée pour et moyenant le pris et somme de mil cent soixante ung escu revenans à ladicte somme de troys mil quatre cens quatre vingtz troys livres tournois, laquelle somme ledict sieur de La Lucque audict nom a paié, bailhé et délivré [fol. 16] reallement en comptant sur ces présentes audict sieur de la Gasquerye présent et acceptant en quatre cens vingt six carnes de testons quatre cens cinquante escus sol, cent escus pistolletz, cinquante escus au realles or, doubles ducatz à deulx testes, quinze doubles ducatz Sainct Homes, deulx doubles ducatz henrys et le reste en aultre monnoye, le tout faisant ladicte somme de mil cens soixante ung escu sol que ledict sieur de la Gasquerye a compté et nombré et icelle prinse et receue dont il s’est contampté et renoncé à l’exeption de pecune non nombrée, non heue ne receue et en a quicté et quicte ledict sieur de La Lucque, sadite femme et tous aultres promis pour raison d’icelle ne demander jamais aultre chose comme aussy a cognu et confessé ledict sieur Deymar avoyr faict et arresté, compté avec ledict sieur de La Lucque de toutes les repparacions par luy faictes ausdites maisons nobles puis qu’il est entré en pocession d’icelles ensemble des loyaulx coustz deubz à raison desdictes venditions et de toutes aultres choses que à cause de ce luy pourroict estre deues dont du tout il a dict et confessé avoyr esté paié par ledict de La Lucque et lequel il a quitté et quicte et tous aultres desdits réparations et loyaulx coustz promis aussy pour raison de ce n’en demander aultre chose, lesquelles maison nobles de [fol. 16V] Cantemerle, La Raze et Mesterrieu, droictz, noms et actions par ledict sieur de la Gasquerye acuis en yceulx il a promis garantir, deffendre de son faict et coulpe tant seullement comme aussy a promis et sera tenu de randre, bailher et délivrer audict sieur de La Lucque ou aultre en son nom tous les tiltres, bailhettes exporles et aultres pièces que ledict sieur de La Lucque luy a cy devant bailhé, conservant les droictz cens, rantes, agrières et aultres choses deues et déppandantes desdites maisons nobles et moyenant le contenu en ses présentes lesdits sieurs de La Lucque et de la Guasquerie faisant ledict de La Lucuqe tant pour luy que pour sadicte femme sont demeurés demeurent quictes les ungs envers les aultres de toutes choses qu’ilz pourroient avoir heu affaire ensemble jusques à présent sans pouvoir à l’advenir demander querelles l’ung contre l’autre auclcune chose.

    ET POUR TOUT CE QUE dessus tems et accopmter et jamais ne venir au contraire ledict sieur de la Gasquerye a obligé et ypothecqué tous et chacuns de ses biens meubles et immeubles présens et advenir quelzconques qu’il a pour ce faire soubzmis aulx [fol. 17] jurisdictions et contrainctes de monsieur le grand seneschal de Guienne du prevost royal de l’Ombrière à Bordeaulx de leurs lieutenans et de tous aultres seigneurs et juges renonceans à toutes les exeptions, renonciations et aultres moyens et choses par lesquels il pourroict venir ou faire venir contre la teneur de se préserver et ainsin la promis et juré sur les sainctz Evangilles nostre seigneur.

    [EN MARGE : Cf du contraut de revente faict par ledit feu sieur de la Gasquerie]

    Faict et passé à Bourdeaulx le dixneufiesme jour du mois daougst mil cinq cens soixante dixhuict, en présences de maistre Jehan Peperc de Bassaudun, praticien, Anthoine de Pourtan compaignon cirurgien et Ramond Santonet maistre tailheur de Bourdeaulx tesmoings a ce appellés et requis ainsin signé à la cedde des présentes Deymar, La Lucque, J, Duperc de Bessandun tesmoing.

    Sensuict la teneur de ladicte procuration.

    [EN MARGE : Insertion de la procuration faicte par la damoiselle de La Lucque a son mary pour ledit le rachapt du sieur de la Gasquerie]

    SCAICHENT TOUS présens et advenir que aujourdhuy dixiesme du mois daoust mil cinq cens septante huict en la barronnye et jurisdiction de La Lucque devant moy notaire royal soubzsigné présents les tesmoings bas nommés a esté présente en sa personne Gabrielle de Donissan, damoyselle femme et joincte personne de noble Charles de Poy, escuyer seigneur et baron dudit La Lucque, habitante en la parroisse, laquelle de sa franche volompté a faict et constitué et par ces présentes faict et constitue son procureur expres et yrevocale [fol. 17V] ledict noble Charles de Poy sondict mary présent et ladicte charge acceptant pour et au nom de ladicte constituante rachapter de Léonard Deymar, escuyer seigneur de la Gasquerie la maison noble, terres, vignes, pretz, bois, moullin, phief, rantes et aultres debvoyrs à icelle appartenans appellé de Cantemerle à laditcte constituante et audict sieur de La Lucque appartenans pour semblable pris et somme que luy a esté y devant vendue par elle et sondict mary quest pour trois mil cinq cens livres revenant à présent a mil soixante six escus sol et deulx tiers descu et audict affaire faire, dire, procure et neguotier tout et ainsi que ladicte constituante feroict ou faire pourroict sy présens en sa personne y estoict jacoict absente et le cas requist mandement plus specyal promettant avoir pour faict et agréable ce que par sondict procureur audict affaire sera faict et l’en relepver, indampné soubz obligaction et ypothecque de ses personnes et biens qu’a soubzmis à toutes rigueurs de justice ayant sur elle cognoissance et ainsin la promis et juré à dieu tenir et n’y contrevenir, en présences de Estienne du Pont et Barthommieu de Saubelle habitant de la parroisse de Bost, tesmoings à ce requis et appellés et ont à ces présentes bailhé [fol. 18] constituante ledict sieur de Lucque et Estienne du Pont tesmoing signés et on ledict Berthommieu par ce ne scaict comme a déclairé de ce interrogé par moy Estienne ainsin signé de Sainct Paul notaire royal, Estienne Du Pont tesmoing et Gabrielle de Donissan ainsin signé de Mirat notaire et tabellion royal.

    Sensuict la teneur de ladite insinuation.

    [EN MARGE : Insertion de ladite insinuation du contraict de vente faicte audit feu sieur de Geoffre]

    AUJOURDHUY quinziesme de septambre mil cinq cens soixante dix huict au parquet et auditoire royal de la senseschaucée de Guienne, en jugement pardevant nous Thomas de Rary conseilher du roy et lieutenant général en icelle le présent contract de vendicion, cession et transport a esté leu, publié ce requeran masitre Anthoine de Phenis procureur dudict sieur de Geoffre y nommé, lequel en vertu de sa procuration incérée audict contract de vendition et requis l’insinuation d’icelluy du présent et maistre Blaize de Mayac, procureur dudict sieur de La Lucque et Donissan damoyzelle sa femme. Lequel aussy en vertu de ladicte procuration audict contract incéré a consenty à ladite insinuation d’icelluy. SUR QUOY nous, lieutenant général susdit avons tenu le contract de vendition, cession et transport pour leu, publié, et insinue et ordonne qu’il sera enregistré ez registres [fol. 18v] du greffe de ladicte séneschaucée. À laquelle insinuation avons interposé nostree décrect et authorité judiciaire, faict à Bourdeaulx les jour et an susdits. Ainsin signé Th. De Rain.

    [EN MARGE : Ratiffication faicte par le damoizelle de La Lucque du contract de vente faicte par le sieur de La Lucque à feu Mr de Geoffre]

    COMME Charles de Poy escuier seigneur et baron de La Lucque et illec habitant tant en son propre et prins nom que comme procureur avec charge et procuration expresse de Gabrielle de Donissan damoizelle sa femme. Ayt vendu présentement sans rachapt à jamais à François de Geoffre, escuier sieur de Roulhac et de Banos, le pacte de rachapt plus valeur et tous aultres droicts, noms, raisons et actions qu’il audict nom avoict en luy appartenoict en et sur les maisons nobles de Cantemerle, La Raze et Mesterrieux, scitués en parroysses de Ludon, Macau, Margaulx et Listrac en Médoc, consistans en chasteau, moulin, grange, bois à haulte fustée, tailhis, pretz, terres, domaine, rantes agraires, droicts de fondalité, directité et aultres quelzconques deppendans desdictes maisons nobles sans se réserver aulcune chose soy en propriecté ou uzuffruict ne aultrement en quelque [fol. 19] facon que se soict pour du tout par ledict Geoffre et les sieurs à l’advenir faire à leurs plaisir et volompté et ayt faict ledict de Poy ladicte vendition ausdits nom pour le pris et omme de quatre mil cent soixante six escus et deulx tiers descu sol et de tant que lesdites maisons nobles sus mentionnées appartenoient à ladicte de Donissan comme estans de son patrimoine oultre la procuration à luy faicte par ladicte de Donissan ledict sieur de La Lucque aict promus faire louer advenir et ratiffier à ladicte de Donissan sadicte femme ladicte vendition par luy faicte comme appert par contract receu par Dupeyrat, notaire et tabellion royal le dixhuictiesme du mois daougst dernier dans lequel est incérée ladicte procuration receue par De Sainct Paul, notaire royal le dixiesme du mois daougst dernier. EST AUSSY que ce jourdhuy dernier de septambre lan mil cinq cens soixante dixhuict en la parroysse de La Lucque seneschaucée des Lannes au ressort Dacqz, ont esté présens en leurs personnes devant moy Bernard du Resq, notaire roal et tesmoings bas nommés lesdits de Poy ayant faict sommaire narration de ce dessus [fol. 19v] a exibé le contract de la vendition desdictes maisons et biens nobles par lui faicte et en descharge de sa promesse a requis à ladicte de Donissan d’icelluy contract advouer et ratiffier laquelle de Donissan a demandé communicquation et lecture dudict contract que luy a esté permise par ledict sieur de La Lucque et estans leu et l’ayant esté donné à entandre de mot à mot à ladicte de Donissan par moy dict notaire et ayant elle entendu le contenu en icelluy a dict et déclaré ledict sieur n’avoyr rien faict que ce de quoy elle l’avoict chargé par sa procuration et de son bon gré et franche volompté. A lors advons et rattiffié lors advons et ratiffié par la teneur des présentes ledict contract et vendition desdites maisons nobles faictes par ledict sieur de La Lucque son mary présent et acceptans audict de Geoffre ledict jour dixhuictiesme daougst dernier veult et consent que ladicte vendition tienne et aut effaict et valleur tout ainsi que si elle mesme l’avoict faicte y estant présente que le contract d’icelle vendition demeure fermé et estable en sa forme et teneur, promectans pour elle et les sieur le tems de poinct en poinct sans y en rien contrevenir.

    ET POUR CE FAIRE ET tenir [fol. 20] tout ce dessus qui en a obligé sa personne et biens quelzconques le tout soubzmis aulx rigueurs de monsieur le seneschal des Lannes ou son lieutenant au siège Dacqz et aultres qu’il appartiendra et a renoncé à toutes exceptions, renonciations et moyenens que luy pourroient servir pour venir contre la teneur des présentes et aini la promis et juré en bonne foy audict La Lucque les jour, mois et an susdits. En présences de Jehannot de Barrailhe, praticien et Gabriel Cros, chauderonnier habitans de Pontons qui et aussy lesdits sieur et dame de La Lucque se sont signés à la cedde des présens de ce faire sommes par moy ainsi signé R. Duresq, notaire royal.

    [EN MARGE : Prinse de possession par feu Mr. Geoffre]

    AUJOURDHUY vingtiesme jour du moy daougst mil cinq cens soixante dixhuict pardevant moy Gerault de Leyre, notaire royal en la seneschaucée de Guienne, présens en sa personne ledict seur Francoys de Geoffre. Lequel estant au devant le chasteau de ladicte seigneurie de Cantemerle et prins la pocession realle d’ycelle, cens, rantes, agrières, lotz, ventes, moulin, domaine, héritages, droictz, noms, raisons et actions quelzconques appartenances et deppendances de ladicte maison de Cantemerle et ce par l’entrée qu’il a faicte dans ledit château et dans ledict moulin, dans lesquelles il il y a demeuré tant que bon luy a semblé, puis sorty d’yceulx, fermé les portes, entré dans le vergier et bois, couppé des branches des arbres, prins une poignée de terre le tout en signe de vraye pocession, prinse [fol. 20v] et faicte tous aultres actes pocessoires que bon luy a semblé, le tout au veu et sceu dudict sieur de La Lucque et de tous aultres qui l’ont vouleu venir scavoir, comprenant par ledict chasteau les maisons de La Raze de Margaulx et de Mesterrieu de Listrac et tous aultres droictz qui déppendent de ladite seigneurie de Cantemerle dont et de laquelle prinse de pocession realle, actuelle et corporelle ledict sieur de Geoffre ni en a requis acte, ce que je luy ay octroyé. Faict audict chasteau de Cantemerle, les jour, mois et an susdits. En présences de Jehan Peperc, praticien habitant de la ville et Arnault Brun, laboureur habitant de la parroisse de Ludon, tesmoing à ce appellés et requis. Ainsin signé De Lerre, notaire royal.

    ET ADVENANT le septiesme jour de septambre mil cinq cens soixante dix neuf sur ces présentes a esté présent en sa personne ledict sieur Président, lequel suivant le sudit droict, ceddé à luy faict par ledict sieur de Geoffre a receu ledict sieur Président sur ces présentes dudict sieur de Geoffre illec présent et acceptant. Scavoyr est ung terrier en parchemin couvert de cuyr vert des [fol. 21] cens et rantes de ladicte seigneurie de Cantemerle et tenans trois cens quarante neuf feuihetz escriptz sauf deulx qui ne sont escriptz hormis à l’ung d’yceulx quelques lignes non signées, et aussy que au feuilhet soixante treze l’aultre subsequant est colhé soixante quinze, aussy audict terrier sont colhés deulx feuilhetz cens et troys, lequel terrier ledict sieur de Geoffre a receu de Leonnard Deymar, escuyer sieur de la Gasquerie PLUS a receu ledict sieur Président dudict sieur de Geoffre stippulant et acceptant comme dessus certaines minuttes d’exporles aulcuns desquelz sont signés Desaignet, notaire royal et de Gaston Achard et les aultres non signées contenan huict vingtz sept feuilhetz de pappier tant escriptz que à escripre sauf qu’il fault le feuilhet trente sept.

    PLUS a receu ledict sieur Président dudict sieur de Geoffre certain prectandu exporle de Guirault et André de Calandin, escript en deulx peaulx de parchemin qui ne se peulx bonnement lire non signé en dacte de l’an mil quatre cens et ung, desquelz tiltres et doccumens ledict sieur Président s’en est tenu et tient pour bien comptant et agréable, primis en faire tenir quicte ledict sieur de Geoffre et les siens envers et contre tous au cas qu’il en feust à l’advenir inquictte pour raison desdits tiltres et pour ce qu’est vray. À la requeste [fol. 21v] des parties ay signéla présente audict Bourdeaulx les jour et an susdits, en présences de maistre Jehan de Malavergne, procureur en ladicte court de Parlement et François de Geoffre, nepveu dudit sieur de Geoffre, tesmoings à ce appellés et requis. Ainsin signé De Villeneufve, De Geoffre, Malavergne et Geoffre pour avoir esté présent.

    [1]

    Fils de Gilles de Boyrie, seigneur de Poy (mort en 1574) et de Marguerite de

    Caupène. Né vers 1530. Laluque (Landes).

    [2]

    Fille de Jean de Donissan seigneur de Citran et Marguerite Achard.

    [3]

    La Gasquerie, commune de Puisseguin (Gironde).Terre appartenant à Pierre Eyquem

    de Montaigne.

    [4]

    « Permettre qu'un bien devienne de mainmorte et soit

    exempt de toute redevance » (Atilf).

    [5]

    Propriétaire la même année du moulin de Bagas.

    [6]

    Aujourd’hui Port-de-Lanne.

    [7]

    Cela pourrait être un bâtiment fonctionnel seigneurial pouvant désigner un

    four.

    [8]

    Pierre Despens ( ?), dit Destignols, pourvu par le roi de l’office de

    prévôt de la ville, marié avec Catherine de Poy, sœur de Charles.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Titres relatifs aux fiefs du domaine d'Albret dont le fief de Cantemerle (1300-1315).

    Archives départementales des Pyrénées-Atlantiques : E 207
  • Acte de vente de la seigneurie et du château de Cantemerle par François de Geoffre à Jean de Villeneuve, 20 août 1579.

    Archives privées
  • Mémoire du contenu de plusieurs actes du 13e siècle appartenant à l'abbaye de Sainte-Croix, copie du 18e siècle.

    Archives départementales de la Gironde : H 522
  • Registre des augmentations/diminutions de Ludon (1851-1891)

    Archives départementales de la Gironde : Non coté
Documents figurés
  • Carte particulière du 54e carré de la générale des côtes du Bas-Poitou, Pays d'Aunis, Saintonge et partie de la Basse-Guyenne, par Claude Masse, 1724.

  • Carte de Belleyme, planche n°20, levée entre 1762-1778.

Bibliographie
  • BAUREIN Abbé, MERAN Georges. Variétés bordeloises ou essai historique et critique sur la topographie ancienne et moderne du diocèse de Bordeaux. Bordeaux : Féret et fils, 1876, t. 2, 2è éd .

    p. 351-352
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Communauté de communes Médoc-Estuaire - Grollimund Florian