Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Motte castrale

Dossier IA33007135 inclus dans Village de Talais réalisé en 2012

Fiche

Dénominations motte
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive gauche) - Saint-Vivien-de-Médoc
Adresse Commune : Talais
Adresse : route de Loumenade , route du Bourg
Cadastre : 2012 C2 20 ; 1833 C1 137

Une motte castrale aurait été construite au milieu du Moyen Age (13e siècle ? ) afin de protéger l'ancienne paroisse de Talais, très probablement sur un ancien tumulus de l'époque antique, au nord du bourg actuel.

Selon les relevés de Léo Drouyn en 1874, la motte est reliée à une enceinte circulaire par un fossé. Trois autres mottes de taille plus modeste ont été également relevées à proximité.

Période(s) Principale : Milieu du Moyen Age

La motte castrale et les tumuli ont conservé leur emprise au sol, visibles sur la parcelle C 20 au nord du bourg, à l'ouest de la D1.

Selon Didier Coquillas, "Sur place, on remarque deux structures distinctes. Au sud une motte allongée d'environ 2 à 2,50 m de haut, de forme approximativement rectangulaire (42 m x 30 m). Sa surface est irrégulière et recouverte d'une végétation abondante. Un large fossé en eau en couvre tout le flanc sud. L. Drouyn y signala un vallum peu apparent qui couronnait l'ensemble du tertre. Au nord de cette première structure, existe une sorte de levée de terre en forme de demi-lune d'environ 1 à 1,50 m de haut coupée en deux dans sa partie orientale (passage ?). Elle paraît délimiter une sorte de basse cour établie au nord de la motte principale. Un fossé, partiellement comblé, en protège l'accès sur le flanc nord".

États conservations détruit

Annexes

  • Extrait de l'article de Léo Drouyn

    DROUYN, Léo. Fort de Talais. Société archéologique de Bordeaux. 1874, tome 1, p. 138.

    Il existe, au nord du bourg de Talais, un fort dont je n'ai pu savoir le nom et auquel il est très difficile d'assigner une date, mais que je crois très ancien, malgré la tradition qui en attribue la construction soit à Talbot, soit à Fabas, deux capitaines qu'on rend responsables de tous les dégâts commis autrefois dans le Bas-Médoc.

    Il se compose d'une butte A, rectangulaire, haute de 2m50 environ, et dont l'aire supérieure, longue de 12 mètres et large de 30, est entourée d'un "callum" peu apparent. Cette butte principale est séparée par un très large fossé B, d'une enceinte circulaire, espèce de basse-cour C, enveloppée d'un retranchement haut de 1m50, et duquel il n'existe plus que le côté septentrional.

    A une quinzaine de mètres à l'ouest de cette forteresse, située sur le bord des alluvions du Bas-Médoc, qu'elle domine, s'élèvent trois petites mottes qui sont ou des tumulis ou des appendices du fort, lequel a dû, dans l’origine, être entouré par les eaux de la Gironde ou par des marais actuellement desséchés.

Références documentaires

Bibliographie
  • COQUILLAS Didier. Les rivages de l'estuaire de la Gironde du Néolithique au Moyen-Age. Thèse d'histoire : Bordeaux 3, 2001.

  • DROUYN, Léo. Fort de Talais. Société archéologique de Bordeaux. 1874, tome 1.

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Riberolle Jennifer