Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Monument aux morts de la guerre de 1914-1918

Dossier IM40006339 réalisé en 2016

Fiche

Dénominations monument aux morts
Titres
Appellations de la guerre de 1914-1918
Aire d'étude et canton Saint-Sever
Adresse Commune : Banos
Adresse : 3 placette du Chanoine-Descorps
Emplacement dans l'édifice Contre le mur de clôture de l'ancien presbytère, au nord-ouest du porche de l'église

L'abbé Jean-Baptiste Descorps, né à Saint-Loubouer, chanoine d'Aire, fut curé de Banos pendant un demi-siècle de 1902 à 1952 et y demeura jusqu'à sa mort en 1962. Peintre et sculpteur amateur, il a exécuté de nombreuses peintures pour son église paroissiale et pour plusieurs autres lieux de culte landais. Si ses tableaux religieux, pour la plupart de médiocres copies de maîtres anciens, ne font guère preuve de créativité, ce monument aux morts, réalisé en 1921 en collaboration avec l'entrepreneur J. Lassalle, présente une plus grande originalité, dans la lignée des artistes "naïfs". Comme l'a noté Ludivine Alégria (2004), la statue du soldat est largement inspirée d'un modèle de "Poilu au repos" commercialisé, entre autres, par la fonderie languedocienne Ed. Guichard et Compagnie, mais aussi et surtout par la fabrique vauclusienne d'Hector Jacomet. L'auteur en était le sculpteur toulousain Étienne Camus. L'œuvre de l'abbé Descorps est l'un des rares monuments aux morts landais inscrits au titre des Monuments historiques.

Période(s) Principale : 1er quart 20e siècle
Stade de création copie interprétée de sculpture
Lieu d'exécution Commune : Banos
Auteur(s) Auteur : Descorps Jean-Baptiste H., dit(e) chanoine Descorps,
Jean-Baptiste H. Descorps , dit(e) chanoine Descorps ( - 1962)

Né à Saint-Loubouer (Landes), curé de Banos de 1902 à 1952 (il mourut dans son ancienne paroisse en 1962), peintre et sculpteur amateur.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur, auteur du modèle, attribution par source
Auteur : Lassalle J.,
J. Lassalle

Entrepreneur en maçonnerie dans les Landes dans la première moitié du XXe siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
entrepreneur, attribution par source
Auteur de la source figurée : Camus Étienne,
Étienne Camus (1867 - 1955)

Sculpteur, né à Montceaux-les-Mines ; actif à Toulouse, où il s'associe au début des années 1920 au fabricant Hippolyte Miquel.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur

Le monument, en ciment armé peint en polychromie, se compose d'un édicule formé par deux colonnes à tambours portant un linteau appareillé et un fronton crucifère au milieu duquel s'inscrit une table à angles échancrés. Contre la paroi de fond est appliquée une grande stèle commémorative rectangulaire verticale à angles supérieurs échancrés, couronnée d'un bas-relief à sommet trapézoïdal, lui-même surmonté de deux casques (également en ciment peint) encadrant deux palmes en métal peint et une petite plaque de marbre. Une statue grandeur nature en ciment modelé et peint au naturel est placée sous l'édicule, contre la colonne de gauche, sur un socle à deux degrés. L'espace devant l'édicule est entouré d'une clôture en ciment et grillage, avec portillon en fer au milieu de la face.

Catégories sculpture, maçonnerie
Matériaux ciment
Mesures h : 400.0
la : 280.0
pr : 110.0
Précision dimensions

Dimensions approximatives de l'édicule. Statue de soldat : h = 157.

Iconographies en pied, soldat, repos, casque, fusil
en buste, soldat, profil
ornementation, palme, croix, casque
Précision représentations

La statue représente un fantassin revêtu de l'uniforme "bleu-horizon" adopté par l'armée française en août 1915 : pantalon enserré dans des bandes molletières, capote à boutonnage croisé, casque Adrian (généralisé en 1916), ceinturon à trois cartouchières. Figuré au repos, le poilu s'appuie des deux mains sur son fusil Lebel.

Le bas-relief surmontant la stèle figure également un poilu, en buste de profil vers la droite, coiffé de son casque Adrian, le fusil sur l'épaule.

Au sommet du mur de fond sont appliquées une palme et une branche de laurier métalliques en sautoir, peintes en vert, flanquées de deux casques Adrian.

A l'aplomb du fronton de l'édicule est posée une croix en ronde bosse à branches curvilignes.

Inscriptions & marques dédicace, gravé, peint
inscription, peint
Précision inscriptions

Dédicace (sur la table à l'intérieur du fronton) : BANOS / A / SES MORTS / POUR LA PATRIE. Inscription (sur la plaque au-dessus de la stèle, de part et d'autre du buste de soldat) : de 1914-1918 / en 1919, en 1940. Inscription (sur la stèle) : CHAMP D'HONNEUR / 1914-1919 / [liste de quatorze noms (dont un de la guerre de 1939-1945)]. Inscription (sur la petite plaque au sommet du mur de fond) : SOCIÉTÉ DE / SECOURS MUTUELS.

États conservations repeint
Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre À signaler
Protections inscrit au titre objet, 2014/09/11

Références documentaires

Documents d'archives
  • Église (1830-1912).

    Archives départementales des Landes : 2 O 206
Bibliographie
  • ALEGRIA Ludivine. Monuments aux morts de la Grande Guerre dans les Landes. Bordeaux : Le Festin, 2004.

    p. 12, 58
  • CHABAS David. Villes et villages des Landes. Capbreton : D. Chabas. Tome I, 1968 ; tome II, 1970 ; tome III, 1972 ; tome IV, 1974.

    tome III, p. 65

Liens web

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe