Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Église paroissiale Saint-Jean-Baptiste

Monument aux morts de la guerre de 1914-1918 (plaque commémorative et peinture murale)

Dossier IM40005734 réalisé en 2014

Fiche

Dénominations monument aux morts, plaque commémorative, peinture monumentale
Titres
Appellations de la guerre de 1914-1918
Aire d'étude et canton Mugron
Adresse Commune : Larbey
Emplacement dans l'édifice porche, mur nord

Les archives de la paroisse et la monographie de l'abbé Lamaignère (1940) renseignent sur l'exécution de cet ensemble, aujourd'hui incomplet. En 1922 fut prise la décision de faire de l'ancien porche de l'église "un oratoire aux morts de la guerre 1914-1918". Une souscription ouverte par le curé Jean Garralon produisit une somme de 1633,50 francs qui permit l'achat d'une plaque commémorative en marbre et la commande d'une grande peinture marouflée destinée à lui servir de cadre et couvrant tout le mur nord du porche. Celle-ci fut exécutée par le peintre Jean-Laurent Meyranx (né en 1876), de Mugron, dont le cousin Bernard Tiburce Meyranx (1828-1888) avait déjà décoré l'intérieur de l'église en 1868. L'ensemble fut complété par un autel en remploi, provenant, selon l'abbé Lamaignère, de la chapelle de la maison de Lestage, ancienne résidence des barons de La Houze, seigneurs de Larbey (de la famille de Basquiat), puis des jésuites espagnols de Poyanne (voir réf. IM40005192), enfin de la famille Domenger-d'Antin. Il fut offert par le baron Louis d'Antin-Domenger (1882-1964), qui donna aussi une clôture d'autel en fer forgé exécutée par le ferronnier Courtiade de Mugron. La restauration de cet autel ancien, désormais appelé "autel des soldats", fut confiée au même Meyranx. En octobre 1922, la fabrique acquit auprès du marchand versaillais Pierre Nissen une garniture (quatre chandeliers, "un Christ" et des fleurs artificielles) destinée à cet autel. Il ne subsiste actuellement en place que la plaque et la peinture, récemment restaurée par une restauratrice bayonnaise. L'autel est peut-être celui repéré en 1992 dans l'ancienne chapelle des fonts baptismaux, mais détruit en 2010 (réf. IM40005739).

La Vierge de pitié qui couronne la peinture de Meyranx reproduit un modèle statuaire de monument aux morts destiné aux églises (par exemple à celle de Bain-de-Bretagne, Ille-et-Vilaine). Il semble lui-même dériver de la peinture bolonaise du XVIIe siècle.

Période(s) Principale : 1er quart 20e siècle
Dates 1922, daté par source
Lieu d'exécution Commune : Mugron
Auteur(s) Auteur : Meyranx Jean-Laurent,
Jean-Laurent Meyranx (1876 - )

Peintre-décorateur et photographe, né à Mugron en 1876, fils d'André-Henri (Henry), aussi peintre (1846-1894). Marié à Paris en 1906 à Marie Vollet, dont il eut Joseph-Henri-Albert (1906-1991), photographe à Mugron.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
peintre, décorateur, attribution par source
Auteur : Courtiade,
Courtiade

Ferronnier à Mugron (Landes), documenté en 1922.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
ferronnier, attribution par source
Auteur : Nissen Pierre,
Pierre Nissen

"Chasublerie, linges d'église" à Versailles (45, rue Carnot) au début du XXe siècle.


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
marchand, attribution par source
Personnalité : Antin-Domenger Louis baron d',
Louis baron d' Antin-Domenger (1882 - 1964)

Né et mort à Mugron, fils du baron Alexandre Pierre Jean de Dieu d'Antin (1850-1886) et de Gabrielle Marie Bernardine de Lasa (1859-1949) ; adopté par sa grand-tante Blanche d'Antin, veuve Domenger (1805-1899), dont il hérite les biens en 1899 ; cède en 1961 à la commune de Mugron ses propriétés, dont la maison de Chantilly (devenue la mairie de Mugron).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
donateur, attribution par source

Le monument, aujourd'hui incomplet, est composé d'une plaque en marbre blanc, de format rectangulaire vertical à sommet cintré à oreilles, apposée au centre du mur nord du porche et se détachant sur une peinture murale ; celle-ci, une toile marouflée (clouée sur sa bordure), couvre la totalité du mur et en épouse la forme en arc brisé.

Catégories marbrerie, peinture murale
Structures rectangulaire vertical en arc brisé
Matériaux marbre uni, blanc, gravé, peint, doré
toile, support, peinture à l'huile, marouflé
Mesures h : 150.0
la : 64.0
h : 318.0
la : 442.0
Iconographies Vierge de Pitié, ange, phylactère
ornementation, palme, couronne végétale, ruban, branche, chêne, gland, croix, drapeau
Précision représentations

Le fronton de la plaque en marbre est gravé d'une croix latine dorée flanquée de drapeaux français. Le décor peint s'organise en trompe-l’œil autour de la plaque : sur un fond rouge semé de croix latines, deux grands anges d'esprit préraphaélite, aux ailes déployées, vêtus de longues robes (violette pour l'ange du souvenir, verte pour celui de l'espérance), tenant des phylactères déroulés, semblent soutenir la plaque centrale ; au registre supérieur, à l'aplomb de la plaque, un médaillon trilobé figure la Vierge de pitié ; dans les angles inférieurs, de part et d'autre des anges, un trophée est composé d'une palme et d'une couronne de chêne nouées par un nœud de ruban aux couleurs de la France ; sur la bordure à fond jaune ocre se déploie une branche de chêne avec feuilles et glands, "accrochée" au cadre feint par des rubans de couleur, ceux de la Légion d'honneur (rouge), de la croix de guerre 1914-1918 (vert à rayures rouges) et de la médaille militaire (jaune à rayures vertes).

Inscriptions & marques devise, peint
dédicace, gravé
Précision inscriptions

Devises peintes sur les phylactères des anges : SOUVENIR (ange de gauche), ESPÉRANCE (ange de droite). Dédicace gravée sur la plaque : LARBEY A SES ENFANTS MORTS POUR LA PATRIE 1914-1919 [suit la liste des noms des seize soldats morts].

États conservations oeuvre restaurée
Précision état de conservation

La peinture a été récemment restaurée.

Statut de la propriété propriété de la commune

Annexes

  • Extrait de : R. Lamaignère, La paroisse et l'église de Larbey (1940)

    Depuis 1922, le porche sert d'oratoire aux morts de la Guerre 1914-1918. Nous y voyons un autel, restauré par M. Meyranx, de Mugron, ayant appartenu, sous les jésuites, à la Chapelle de "Lestage". Un marouflage de bon goût, surmonté d'une Pietà en médaillon, encadre deux plaques (sic) en marbre blanc sur lesquelles sont gravés, en lettres d'or, les noms des 16 enfants de Larbey, morts pour la France.

    Donnons ici cette liste glorieuse : Charles Haza, Pierre Nicaise, Mathieu Tauzin, Joseph Pouységur (clerc tonsuré), Célestin Dudez, Arnaud Dupouy, Henri Larrère, Louis Lestage, Augustin Grossière, Victor Hourtains, Joseph Deyris, Paul Domenger, Pierre Brèthes, Gaston Parnaut, Bertrand Dartiguelongue, Adrien Ducamp.

    Pour donner à la paroisse ce monument commémoratif, M. l'abbé Garralon ouvrit une souscription qui produisit 1.633 fr 50, et à laquelle toutes les familles eurent à cœur de prendre part. L'autel et la grille (faite par M. Courtiade, de Mugron) furent offerts par la famille d'Antin.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Liasse de documents divers.

    liste des souscripteurs pour le monument aux morts Archives paroissiales, Larbey
Bibliographie
  • LAMAIGNERE Raphaël. La paroisse et l'église de Larbey, notes recueillies pour un petit essai d'histoire locale. Août 1940.

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe