Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Marais et aménagements hydrauliques de Saint-Androny

Dossier IA33006515 réalisé en 2011

Fiche

Œuvres contenues

Parties constituantes non étudiées vanne, cabane, pont
Dénominations digue, canal, chenal
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive droite) - Blaye
Adresse Commune : Saint-Androny

Composante d´une même unité paysagère et historique, les marais de Saint-Androny font partie intégrante des marais de Saint-Simon et Saint-Louis. En effet, au milieu du 17e siècle, ils appartiennent au vaste ensemble de la "Comtau de Blaye". Ils font alors l'objet des mêmes travaux d´assèchement et d´aménagement, avec le creusement de canaux et de fossés, l´élévation de digues et de ponts ainsi que l´établissement de vannes, de portes à flots et d´écluses, assurant le système de gestion des eaux dans le marais. Les terres asséchées sont ensuite dédiées à l´élevage et aux céréales, mises en culture au sein d'un réseau de petites unités agricoles composé de métairies. La comparaison des cartes de Claude Masse (1719) et de Desmarais (1759) montre que les travaux d'assèchement de la partie sud des marais étaient inachevés en 1759. La structure complète de canaux, fossés de drainage, vannes et écluses est en revanche parfaitement lisible à partir de 1767, sur la carte de Belleyme. Au regard des plans cadastraux de 1832 et actuel, cette structure paraît inchangée jusqu'à nos jours.

De même, l´implantation de l´habitat a peu évoluée depuis le 18e siècle. Ces fermes modestes, qualifiées de "métairies", abritaient la famille du fermier et les bâtiments agricoles de l'exploitation. Certaines présentent encore quelques témoins de construction du 18e siècle, comme par exemple à la ferme "de l´Hôtel de ville" avec des baies en arc segmentaire délardées. Plusieurs sont reconstruites au cours de la seconde moitié du 19e siècle. Le recensement de la population de 1891 dénombre 51 maisons dans les marais. Plusieurs sont abandonnées ou ont été détruites au 20e siècle et encore récemment, telle La Pastourade.

A la fin du 20e siècle, les marais sont principalement dédiés à la culture céréalière. La chasse et la pêche s'y pratiquent également comme en témoignent la présence de tonnes (cabanes de chasse et étangs).

Période(s) Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle

Le "petit marais de Blaye" s'étend sur les communes d´Anglade, de Saint-Androny, de Fours et de Saint-Genès-de-Blaye. Ce marais est séparé de celui de Saint-Louis et de Saint-Simon par le canal Saint-Georges. D´une superficie de 1200 ha, les marais saint-andronysiens représentent 23% de la superficie totale de la commune. Ils sont structurés par des fossés, canaux et digues rectilignes et sont exploités par un réseau régulier d'anciennes métairies.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Recensements de la population, documents généraux, statistiques et récapitulatifs, 1820-1926.

    Archives départementales de la Gironde : 6 M 244/4
Documents figurés
  • Carte des limites de Saintonge et de Guienne ou sont les contrée du Vitrezay, partie blayois, et partie de Medoc, elle contient aussi partie des quarrez 52 et 53 de la Generalle de Bas Poitou, Pays d'Aunis, partie Saintonge, le Medoc et partie basse Guienne. Dessin, encre, couleur, papier , par Claude Masse (géographe) , 1723.

    IGN (Institut national de l'information géographique et forestière)
  • Carte de l’embouchure de la Garonne jusqu’au bec d’Embesse. Dessin, encre et aquarelle, par Desmarais, 1759.

    Archives nationales, Paris : F 14 10059/1/
  • Carte géométrique de la Guyenne dite Carte de Belleyme, planche n°12, levés en 1767, publiée en 1786, éch. 1/43200 env.

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Bordes Caroline