Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Manoir dit Château du Rat

Dossier IA33009230 réalisé en 2011

Fiche

Précision dénomination maison noble
Appellations Château du Rat
Destinations maison
Parties constituantes non étudiées cour, portail
Dénominations manoir
Aire d'étude et canton Estuaire de la Gironde (rive droite)
Adresse Commune : Blaye
Lieu-dit : Adresse : 5, 7 rue Ernest-Régnier
Cadastre : 1832 B3 1487 ; 2017 AM 457, 458 Maison divisée en 2 parcelles.

Des traces de fenêtres anciennes dans la maçonnerie plaideraient pour une construction peut-être datable du 16e ou du 17e siècle. La documentation historique fait état pour l'Ancien Régime d'une maison noble de la famille Dumantet, dite "Château du Rat", dans ce secteur de la ville. Bien qu'à la suite de l'abbé Bellemer, les différents auteurs situent cette maison noble à l'angle des rues Saint-Simon et du Rat (actuelle rue Bellemer), cette construction, figurée sur le plan-relief de Blaye de 1703, paraît correspondre à cet emplacement. La demeure actuelle semble donc constituer un vestige de cet ensemble. Le plan-relief montre un mur d'enclos crénelé, un corps de logis rectangulaire flanqué d'un corps pavillonnaire hors-œuvre du côté sud, couvert d'ardoises, et des dépendances sur cour. S'il s'agit bien d'une représentation fidèle à la réalité, le corps pavillonnaire a probablement été supprimé au 18e siècle, de nouvelles fenêtres en arc segmentaire ayant été créées après le dégagement de cette façade.

Le plan cadastral de 1832 montre une propriété composée d'une bâtisse enclavée. Selon la matrice, la maison, avec cours et un jardin attenant, appartient alors à l'horloger Brault. Probablement suite à la division de la parcelle, un portail est établi pour fermer l'accès au fond de la cour dans la seconde moitié du 19e siècle.

Période(s) Principale : 16e siècle, 17e siècle , (?)
Secondaire : 2e moitié 19e siècle

Le bâtiment est aujourd'hui enclavé à l'intérieur de cours. Bâti en maçonnerie de moellons de calcaire jaune recouvert d'enduit, il se compose d'un corps rectangulaire d'environ 19 mètres sur 12 mètres. L'élévation sud ouvre au premier niveau par une porte en arc plein-cintre. L'étage est percé de baies diverses, dont une ancienne croisée et une ouverture cintrée au sud (remaniées), ainsi que des fenêtres en arc segmentaire. Le surcroît est éclairé de petites baies rectangulaires, dont une qui présente des montants chanfreinés. Sur l'élévation nord, de petites baies rectangulaires et chanfreinées régulièrement espacées assurent l'éclairage du premier niveau, probablement dévolu à une fonction de stockage. Les percements de l'étage sont assez irréguliers et ont été murés : une ancienne porte et des baies étroites sont notamment visibles.

Le portail est composé de deux piliers en pierre de taille couronnés de vases d'amortissement en fonte.

Murs calcaire moellon enduit
Toit tuile creuse
Étages 1 étage carré, comble à surcroît
Couvertures toit à longs pans
Techniques fonderie
Représentations serpent
Précision représentations

Les vases d'amortissement du portail sont décorés de deux serpents entrecroisés.

Intérieurs non visités.

Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents d'archives
  • Matrice cadastrale et états de sections, 1834-1973.

    Archives départementales de la Gironde : 3 P 58/8-18
Documents figurés
  • Plan-relief de la citadelle et de la ville de Blaye. Maquette en 6 tables au 1/600, 1703.

    Table 3. Musée des plans-reliefs, Paris : 11
Bibliographie
  • BELLEMER Émile. Petite histoire de la ville de Blaye. Réimpression de l'édition originale de 1886, PyréMonde Princi Negue, 2009.

    T. I, p. 244.
  • BIROLLEAU-BRISSAC Paulette. Histoire de Blaye. Bordeaux : Ed. de la Société des Amis du Vieux Blaye, 1968.

    P. 103.
  • COTTON DE BENNETOT Arlette. Petit dictionnaire des rues de Blaye. Bordeaux : Imprimerie Biscaye, 1983.

    P. 32.
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Beschi Alain