Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Manoir de Bernicot, dit chartreuse de Bernicot

Dossier IA24001209 réalisé en 2009

Fiche

Précision dénomination chartreuse
Destinations manoir de Bernicot ou chartreuse de Bernicot
Parties constituantes non étudiées ensemble agricole, puits, hangar agricole, chai
Dénominations manoir
Aire d'étude et canton Montpon-Ménestérol - Montpon-Ménestérol
Adresse Commune : Échourgnac
Lieu-dit : Bernicot
Cadastre : 1844 G3 891-892 ; 1958 G3 327

Une première construction existait en 1667, appartenant à Guy Jaubert, seigneur de Bernicot. Le commanditaire du manoir, en 1785, est "Messire Marc de Jammes du Mourier, écuyer, seigneur de Bernicot, du Repaire et de Sigale". La famille Debays de Beaurepaire, apparentée à la précédente, possède par la suite le domaine, qui fut vendu à la fin du 19e siècle à M. Chauveau, papetier de Montpon, Saint-Antoine-sur-l'Isle et Saint-Méard-de-Guizières, puis à la famille Voisin.

La carte de Belleyme, réalisée dans la seconde moitié du 18e siècle, figure une parcelle de vigne au lieu-dit Bernicot, au nord de la demeure. Au début du 20e siècle, le domaine produit vin rouge et vin blanc sec ; leur commercialisation se poursuit jusqu'aux alentours de 1970.

Période(s) Principale : 17e siècle
Principale : 4e quart 18e siècle

La demeure est située dans une clairière de la forêt de la Double, à l'extrémité sud-ouest de la commune d’Échourgnac. Sa façade principale est orientée vers le nord. De plan rectangulaire allongé, elle est surélevée par un sous-sol partiellement enterré. Ses façades antérieure et postérieure sont organisées symétriquement par un triplet de fenêtres à linteau segmentaire (celles du centre étant surmontées d'une lucarne) percées de chaque côté d'un axe central matérialisé par un perron, la porte d'entrée en plein cintre et une lucarne. Le toit brisé est couvert, pour le brisis, en tuile plate, et pour le terrasson, en tuile creuse. Ce brisis possède la particularité d'être adouci par un coyau qui déverse les eaux pluviales dans un chéneau ménagé dans la corniche couronnant les façades. Un chambranle plat entoure les baies. Quant aux portes axiales, elles sont encadrées par des pilastres qui contribuent à soutenir la corniche.

Murs calcaire pierre de taille
Toit tuile creuse, tuile plate
Étages étage de comble
Élévations extérieures élévation ordonnancée
Couvertures toit à longs pans brisés croupe brisée

Non visité.

Statut de la propriété propriété privée

Références documentaires

Documents figurés
  • Carte de Cassini, feuille n° 70, levée et publiée à partir de 1756, ech. 1/86 400.

  • Carte de Belleyme, planche n°14, 1762-1783.

  • Plan cadastral napoléonien d'Échourgnac, 1846. Section Jartissoux, feuille G3.

  • IGN. Carte topographique de la France à 1/50 000 : Montpon-Ménestérol. Série orange, feuille 1735. 2e éd., Paris, IGN, cop. 1981.

Bibliographie
  • AUDRERIE Dominique, DU CHAZAUD Emmanuel, BÉLINGARD Jean-Marie et al. Le Périgord des chartreuses. Périgueux : Pilote 24, 2000.

    p. 307-308.
  • FROIDEFOND Alfred de. Armorial de la noblesse du Périgord. Périgueux : Impr. de la Dordogne, t. 1, 1891.

    p. 270-271.
  • PENAUD Guy. Dictionnaire des châteaux du Périgord. Bordeaux : Sud Ouest, 1996.

    p. 34.
  • SAINT-SAUD Aymard de. Additions et corrections à l'armorial du Périgord. Périgueux : Société historique et archéologique du Périgord, 1930.

    p. 94.
  • SECRET Jean. Le Périgord, châteaux, manoirs et gentilhommières. S.l. : Tallandier, 1966.

    p. 119.
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Dordogne - Becker Line - Pagazani Xavier - Provost Marion