Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil
Église paroissiale Saint-Jacques

Maître-autel (autel, 2 gradins, tabernacle, baldaquin, 2 statues d'anges adorateurs)

Dossier IM40005788 réalisé en 2015

Fiche

Dénominations autel, gradin d'autel, tabernacle, ciborium, statue
Titres anges adorateurs
Aire d'étude et canton Mugron
Adresse Commune : Laurède
Emplacement dans l'édifice choeur

Très proche dans sa conception du maître-autel de la cathédrale de Dax (réf. IM40004443), la première réalisation des Mazzetti dans les Landes en 1751, celui de Laurède (1769-1775) s'en distingue sur deux points essentiels : l'autel "à la romaine" de Dax, placé au milieu du chœur liturgique, est ici adossé ; surtout, l'autel laurédien est complété par un grand baldaquin en marbre et stuc qui s'inscrit harmonieusement dans le décor du chœur et en parachève l'unité de composition, de manière plus parfaite encore qu'à l'église Sainte-Quitterie du Mas d'Aire.

Le meuble a subi en 1837-1838, en même temps que le reste du décor du chœur, une importante restauration par le stucateur d'origine comasque François Perini, de Saint-Sever : réfection à neuf des quatre draperies du baldaquin, redorure complète des ornements rapportés de l'autel et du tabernacle, remplacement en stuc poli de doigts brisés aux statues de marbre des anges adorateurs et de moulures au tombeau de l'autel, etc.

Période(s) Principale : 3e quart 18e siècle
Principale : 2e quart 19e siècle
Dates 1769, daté par source
1837, daté par source
Lieu d'exécution Commune : Avignon
Auteur(s) Auteur : Mazzetty Bernard Virgile, dit(e) Mazzetti,
Bernard Virgile Mazzetty , dit(e) Mazzetti (1706 - 1786)
Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur, signature
Auteur : Mazzetty Jacques Antoine, dit(e) Mazzetti,
Jacques Antoine Mazzetty , dit(e) Mazzetti (1719 - 1781)
Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
sculpteur, signature
Auteur : Perini François,
François Perini , né(e) Perini Francesco (1812 - )

Stucateur d'origine italienne, né Francesco Perini à Pellio Superiore (province de Côme), passé en France à l'âge de 14 ans en avril 1826 et installé à Saint-Sever (Landes).


Cliquer pour effectuer une recherche sur cette personne.
stucateur, restaurateur, attribution par source

Autel de style rocaille, en marbres polychromes, porté par un degré à trois marches en pierre à angles antérieurs en quart-de-rond ; tombeau d'élévation galbée en talon droit, adossé à un massif postérieur débordant, concave, supportant un double gradin également incurvé ; table d'autel à bord en marbre blanc, plateau en trois planches de pin, pierre d'autel en calcaire (remplacée) ; tabernacle parallélépipédique, pourvu d'une porte à sommet cintré à oreilles ; exposition constituée d'un panneau chantourné sommé d'un petit dais circulaire à lambrequins en métal découpé et doré. De part et d'autre du massif postérieur de l'autel, sur des consoles disposées à 45 degrés, sont fixées deux statues d'anges adorateurs : revers sculpté, ailes fixées aux épaules par tenon et mortaise, travail au trépan et au ciseau droit pour la chevelure, à la gradine pour les ailes et pour les nuées. Un baldaquin au plan en hémicycle, reposant sur les gradins et le massif postérieur de l'autel, est composé de quatre colonnes composites en marbre portant des fragments d'entablement concaves ; quatre consoles en volute affrontées supportent un dais à lambrequins et draperies en stuc peint et doré. Contre le mur et la voûte de l'abside, au-dessus d'un tableau d'autel au cadre de marbre gris (IM40005789), est appliquée une gloire en stuc polychrome et doré.

Identification des marbres (sous réserves) : blanc veiné arabescato de Carrare (toutes les structures, degré d'autel, consoles latérales du massif postérieur, tabernacle, entablement du baldaquin) ; blanc statuaire de Carrare (statues d'anges adorateurs, cartouche et angelots de l'autel et de l'exposition, pilastres du tabernacle, palmes de l'exposition) ; griotte rouge de Campan (retours latéraux de l'autel, bandeau du gradin inférieur) ; marbre rouge du Languedoc Caunes-Minervois (fût des colonnes du baldaquin) ; noir Grand Antique de l'Ariège (panneaux latéraux du massif postérieur, panneaux du gradin supérieur, faux godrons de l'autel, pilastres du tabernacle) ; brèche grise et jaune (panneau frontal de l'autel) ; brèche jaune et noire (cadre du panneau de l'autel et façade du tabernacle) ; Campan rubané rouge griotte et vert (bandeaux des consoles latérales du massif postérieur).

Éléments en stuc doré : palmes du tombeau d'autel, chutes de laurier aux angles de l'autel et du tabernacle, blé et vigne du dais d'exposition, gloire et draperies du baldaquin, agrafes sur l'entablement du baldaquin.

Catégories marbrerie, sculpture, gypserie
Structures plan, rectangulaire élévation, galbé colonne, 4 pilastre, 2
Matériaux marbre uni, blanc, poli, décor en bas relief, décor en ronde bosse
marbre veiné, blanc, rouge, noir, poli
brèche, jaune, noire
stuc, décor, modelé, peint, polychrome, doré
Mesures h : 630.0
la : 360.0
Précision dimensions

Dimensions totales. Tombeau d'autel : h = 101 ; la = 249 ; pr = 64,5. Massif postérieur : h = 145 ; la = 360. Tabernacle : h = 61 (à la corniche) ; la = 76,5 (avec les volutes latérales). Porte du tabernacle : h = 41 ; la = 21,5. Gradin supérieur : la = 105 (chaque moitié). Consoles latérales : la = 43. Exposition : h = 24 ; la = 46,5 (avec les angelots). Dais d'exposition : h = 134 ; la = 76. Colonnes du baldaquin : h = 233 (avec base et chapiteau). Ange adorateur de gauche : h = 82 (sans les ailes) ; h = 90 (avec les ailes). Ange adorateur de droite : h = 82 (sans les ailes) ; h = 91 (avec les ailes).

Iconographies Triangle trinitaire, ange, angelot, blé, vigne, globe, croix
ornementation, cartouche rocaille, palme, volute, pilastre, godron
Précision représentations

Sur la face de l'autel, un cartouche cordiforme entouré de rocailles, soutenu par deux palmes dorées (en stuc) et accompagné de trois angelots ; un angelot et une chute de laurier à chacun des angles antérieurs du tombeau ; frises de faux godrons en marbre noir sur les traverses supérieure et inférieure du tombeau ; grande console en volute à feuilles et enroulements aux extrémités du massif postérieur ; consoles en volute de part et d'autre de l'armoire eucharistique du tabernacle, couple d'angelots sur la face de l'exposition, quatre autres angelots sur le panneau de fond du dais d'exposition, mêlées à des nuées et à des gerbes de blé et des grappes de raisin (en stuc doré) ; baldaquin orné d'agrafes en stuc doré sur l'entablement, de grandes consoles affrontées portant un dais à lambrequins et draperies festonnées et encadrant une gloire avec le triangle trinitaire. Tableau d'autel soutenu par une console en stuc blanc à motifs de palmes et de volutes. Anges adorateurs en ronde bosse aux extrémités du gradin : tous deux agenouillés sur des nuées, celui de gauche le regard baissé, une main posée sur la poitrine, celui de droite avec les mains jointes en prière, le regard tourné vers le saint-sacrement contenu dans le tabernacle.

Inscriptions & marques inscription concernant le commanditaire, gravé, latin
signature, gravé, latin
date, gravé
inscription concernant l'iconographie, gravé, latin
Précision inscriptions

Inscription concernant le commanditaire, signature et date (au revers de la partie gauche du gradin inférieur) : ANNO Di 1769 / MO GE TA PLANTER RECT / CŒPIT ÆDIFICARI HŒC / ARA. PERFECTAQ. FUIT / AN. 1775 â FR.BUS MAZZETTI / SCULTBUS ELVETES [traduction : "L'an du Seigneur 1769, maître Guy Thomas Planter, curé, commença à faire édifier cet autel. Il fut achevé en l'an 1775 par les frères Mazzetti, sculpteurs suisses."]

Inscription concernant l'iconographie (sur un cartouche en marbre blanc au sommet du cadre du tableau d'autel) : DVI JACOBI / SACRUM [traduction : "consacré à saint Jacques"].

États conservations oeuvre restaurée
Précision état de conservation

Le meuble fut restauré une première fois en 1837-1838 par le stucateur François Périni, de Saint-Sever, qui refit toutes les dorures de l'autel, du tabernacle et du baldaquin, remplaça en stuc quelques doigts manquants des anges adorateurs (à la main droite de l'ange de gauche et aux deux mains de celui de droite) et refit aussi à neuf les quatre draperies en festons du baldaquin. L'ensemble a été restauré à nouveau en 2014-2015 ; les doigts des anges adorateurs refaits par Périni, supprimés avant 1992 (peut-être en raison de leur dégradation prématurée) ont été à nouveau restitués.

Statut de la propriété propriété de la commune
Intérêt de l'œuvre À signaler
Protections classé au titre objet, 1912/11/05

Annexes

  • Documents concernant la restauration du décor intérieur de l'église de Laurède par le stucateur François Périni, 1837 (AD Landes, 2 O 1047)

    - 1837 (8.5) : délibération du conseil municipal concernant des travaux projetés à l'église. "Les trois autels sont dans le plus mauvais état, toutes les dorures sont entièrement fanées [...]."

    - 1837 (13.12) : Devis estimatif d'ouvrages à faire à l'église, par François Périni, stucateur à saint-Sever, 13 décembre 1837. "Réparations à faire au sanctuaire. / Les quatre pilastres du sanctuaire, avec leurs arceaux qui font le tour de la voûte, la frise et lambroisure [sic] de la croisée à droite, les deux niches vis à vis, les quatre corniches, dont les deux encadrant les tableaux, l'autre la croisée et la quatrième la parallèle vis à vis la croisée, les intervalles de l'un cadre à l'autre et la corniche qui encadre le grand panneau du milieu de la voûte seront piqués pour enlever la superficie afin de bien faire prendre le mortier et le bien préparer pour recevoir le stuc. [...] / Blanchissage des sculptures du sanctuaire. [...] Pour peindre à l'huile vis à vis la croisée un trophée d'ornement de l'église [...]. / Dorure du sanctuaire. Pour redorer la grande gloire au milieu de l'autel, le baldaquin, et refaire en neuf les quatre draperies et les dorer... 180. / Pour redorer à l'entablement de l'autel et du sanctuaire les six médaillons, les chiffres des médaillons, les branches de laurier et les quatre fleurs qui sont au milieu de la frise à l'aplomb des pilastres... 40. / Pour redorer au tabernacle les feuilles de vigne, les épis de froment, le petit baldaquin, le cadre de la porte, les palmes du tombeau et les deux guirlandes au coin... 50. / Pour changer les baguettes dorées des deux tableaux qui sont vis à vis et les remettre neuves dorées au luisant... 20. / Pour réparer la dorure des deux statues et les repeindre en neuf...150. / Pour réparer les mains de deux adorateurs et faire les doigts aux escayoles (*) bien luisant comme le marbre... 10. / Pour réparer en même matière tous les morceaux sortis au tombeau du sanctuaire... 12. / Pour consolider le derrière de l'autel qui menace de tomber et autres raccordage [sic]... 15. / Pour peindre toute la boiserie du sanctuaire y compris les deux morceaux qui vont finir aux deux capelles [sic] donnant 30 mètres carrés... 72. / Chapelle Notre-Dame. Pour démolir le tombeau de cette chapelle et consolider le fondement et reconstruire le marbre bien aplombé de niveau... 18. Pour refaire le stuc de cette chapelle... 24. Pour réparer et blanchir les ornements de la chapelle... 5. / Dorure de la chapelle. Pour redorer les cœurs, les guirlandes et des deux arabesques à côté du tableau... 30. / Chapelle Saint-Michel. La même réparation qu'à celle de Notre-Dame excepté la démolition du tombeau qui n'a besoin que d'être mastiqué aux jointures... 6. 59. / Chaire à prêcher. Pour peindre la chaire à l'huile et redorer toutes les corniches au-dessous de lapui [sic] et décrasser les autels, dorures de dessus... 50. [...]" [S'y ajoutent des réparations à l'église elle-même]

    (*) De l'espagnol escayola, plâtre.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Église, cimetière, presbytère (1814-1933).

    Archives départementales des Landes : 2 O 1047
  • Inventaire des biens dépendant de la fabrique, 6 mars 1906.

    Archives départementales des Landes : 70 V 178/6
Documents figurés
  • Maître-autel. Diapositive, 1992.

    Archives départementales des Landes : 1338 W 196
Bibliographie
  • MENAUT Élie. Une famille d'artistes suisses dans les Landes au XVIIIe siècle, les Mazetty. Dax : P. Pradeu, 1952.

    p. 78-84
  • LAVIEC Catherine. L’œuvre des Mazzetty dans les Landes. T.E.R. d'histoire de l'art, Université de Bordeaux III, 1987.

    p. 41-45
  • CABANOT Jean, MARQUETTE Jean-Bernard, SUAU Bernadette. Guide pour la visite de quelques églises anciennes de Chalosse. Amis des Églises anciennes des Landes. Dax : Barrouillet, 1987.

    p. 32-35
  • SUAU Bernadette (dir.). Mémoire des Landes, dictionnaire biographique. Comité d'études sur l'histoire et l'art de Gascogne, Mont-de-Marsan, 1991.

    p. 261 (famille Planter)
Périodiques
  • CHOBAUD Hyacinthe. "Autels à Dax et Laurède par les frères Mazzetty". Mémoires de l'Académie de Vaucluse. Avignon, 1936.

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel - Maisonnave Jean-Philippe