Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maisons et fermes de Saint-Androny

Dossier IA33006399 réalisé en 2011

Fiche

Voir

Aires d'études Estuaire de la Gironde (rive droite)
Dénominations maison, ferme
Adresse Commune : Saint-Androny

Aucun château, manoir ni demeure n’a été répertorié dans la commune malgré l’existence d’une maison noble au hameau de la Mothe Taudiat. Or sur la carte de Belleyme, aucune seigneurie n’y est mentionnée. Toutefois, après la Révolution, à "La Motte" un ensemble de bâtiments (des chais et des cuviers) ont été vendus et figurent sur le plan cadastral de 1832.

Sur le territoire on compte 3 maisons de maître. Il s’agit des logis des châteaux viticoles du Ménaudat, des Tours de Gayet et du Manceau. Ces maisons sont probablement construites entre la fin du 18e siècle et le début du 19e siècle et sont remaniées au cours de la seconde moitié du 19e siècle.

L’enquête sur le terrain a permis de relever 3 fermes qui ont conservées des éléments architecturaux de l’Ancien Régime. Il s’agit d’anciennes métairies construites dès l’achèvement des travaux d’assèchement des marais, au milieu du 17e siècle. Implantées au cœur de ces nouvelles terres cultivables, elles permettent de loger le fermier et sa famille, d'abriter les animaux et les grains récoltés.

Généralement, l’implantation du bâti est ancienne puisque plus des deux tiers (soit 69%) des maisons et des fermes étudiées figurent sur le plan cadastral de 1832. Le restant étant construit au cours de la seconde moitié du 19e siècle. L’observation sur le terrain et l’analyse des augmentations/diminutions des matrices cadastrales montrent un pic de construction et de reconstruction entre 1850 et 1875.

Plusieurs dates de la seconde moitié du 19e siècle sont inscrites en façade des logis. 3 dates du début du 20e siècle sur des chais confirment l'importance de la viticulture dans la commune à cette période.

Quelques maisons et un lotissement (Résidence du moulin) sont construits à la fin du 20e siècle.

Période(s) Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 20e siècle

L´habitat se concentre dans le bourg et les principaux hameaux. La zone des marais est ponctuée de maisons et de fermes isolées. Certaines maisons et fermes portent le nom de "château", correspondant à l'appellation d´un domaine viticole et non à une forme architecturale. Parmi elles, trois maisons de maître se distinguent avec leur étage carré et leur toit à croupes : le Ménaudat, Les Tours de Gayet et Le Manceau.

Les fermes se distinguent des maisons par la présence de dépendances agricoles. Dans le bourg, les maisons sont accompagnées de petites dépendances telles qu'une étable, une resserre, une remise ou un chai, attestant d’une activité agricole. Fréquemment, un puits ou une pompe à eau accompagne le logis.

Au hameau de la Riade, plusieurs logis et dépendances sur un même alignement constituent un type de construction peu courant dans la commune.

La majorité des maisons et des fermes étudiées (soit 66%) sont bâties en rez-de-chaussée avec un comble ou un étage en surcroît. La fonction de ce niveau est parfois difficile à identifier : servait-il à stocker du grain ou bien pour l´habitation ? Les maisons et fermes sont généralement couvertes d´un toit à longs pans ou à croupes et s´accompagnent parfois d´un appentis. Une asymétrique de la toiture avec un pan de toiture plus long à l´arrière de l'habitation signale la présence d'espaces annexes (chai). L´ornement en façade est souvent réduit à l´emploi d'une génoise ou d'une corniche moulurée à denticules ou à modillons.

Toits tuile creuse, tuile creuse mécanique, tuile mécanique
Murs calcaire
enduit
moellon
Décompte des œuvres bâti INSEE 262
repérées 102
étudiées 3

Annexes

  • Dates portées

    Dans la commune ont été recensées 12 dates de la seconde moitié du 19e siècle, gravées sur les façades des bâtiments. Elles se répartissent comme suit :

    - 7 pour les logis situés dans les hameaux avec les dates suivantes : 1861 ; 1878 ; 1881 ; 1883 ; 1894.

    - 4 pour les logis situés dans le bourg : 1860 ; 1862 ; 1876 ; 1881.

    Enfin on compte 3 dates du début du 20e siècle, toutes sur des chais : 1901, 1903 et 1913.

Références documentaires

Documents d'archives
  • Matrices cadastrales, 1857-1891.

    Archives départementales de la Gironde : 3 P
  • Recensements de la population, documents généraux, statistiques et récapitulatifs, 1820-1926.

    Archives départementales de la Gironde : 6 M 244/4
Bibliographie
  • CHAIX D'EST-ANGE, Gustave . Dictionnaire des familles françaises anciennes ou notables à la fin du XIXe siècle. Evreux : impr. de C. Hérisse, 1903-1929.

  • MARION, BENZEAU J., CAUDRILLET. Documents relatifs à la vente des Biens Nationaux. Bordeaux : impr. Cadoret, 1911-1912, tome 1 et 2 (collection des documents inédits sur l'Histoire).

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Gironde - Bordes Caroline