Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maisons et fermes de la commune du Pizou

Dossier IA24001198 réalisé en 2009

Fiche

Á rapprocher de

Voir

Aires d'études Montpon-Ménestérol
Dénominations maison, ferme
Adresse Commune : Le Pizou

La carte de Belleyme figure un espace paroissial organisé au nord de la vallée de l'Isle dès le 18e siècle, où alternent coteaux boisés (le Grand Jard), petits domaines viticoles (le Désert) et prairies. Dispersé, l'habitat est présent sous forme d'écarts modestes, mis à part Fontenelle, principal hameau sur la D10, au nord de la commune. Situé sur une terrasse alluviale, l'extension du bourg s'est faite vers l'ouest, le long de la route menant à Saint-Antoine-sur-l'Isle. S'il existe quelques témoins du 18e siècle (avenue de la Résistance), la majorité du bâti date des 19e et 20e siècles. Les millésimes sont rares: trois dates ont été relevées (1902, 1904 et 1933).

Période(s) Principale : 18e siècle
Principale : 19e siècle
Principale : 1ère moitié 20e siècle

22 maison ou fermes ont été repérées dans le cadre de l'inventaire de la commune du Pizou, dont 3 ont fait l'objet d'une étude (une maison de notable rue du Bourg, une ferme au lieu-dit la Moute et une maison de maître à Fontenelle). Ces édifices sont principalement implantés dans le bourg (15) et dans les hameaux qui constellent la commune (Fontenelle, les Graves, les Marchands, la Moute, les Rivauds), deux sont isolés.

La maison individuelle en brique ou en pierre de taille avec un étage et un toit à longs pans en tuile creuse est le type le plus représenté. Dans le détail, on note une diversité de modèles où se côtoient la maison bourgeoise classique, les demeures typiques des années 1920-1930 ou la villa néo-basque. La plupart des fermes possède une grange-étable dissociée du logis. L'ensemble des édifices dispose d'une cour ou d'un jardin, voire les deux. 60% sont des habitations en rez-de-chaussée, 40% disposent d'un étage carré ; 40% de ces édifices comprend un surcroît.

L'architecture en pan de bois hourdée de torchis ou de brique est rare. Des vestiges subsistent au sein d'édifices menacés ou très remaniés, principalement des bâtiments agricoles (les Marchands, la Chaussée). La majorité des bâtiments sont enduits, construits en moellon ou en brique, quelques uns sont en pierre de taille.

Peu de demeures présentent un traitement ornemental. Toutefois, rue de la République, une façade, dont les travées sont délimitées par des pilastres, est percée de fenêtres au chambranle à crossettes et la corniche soulignée d'un denticule, traduisant la volonté de se référer au vocabulaire architectural antique.

La configuration de la toiture la plus fréquente est celle du toit à longs pans et pignon découverts ou associé à des croupes. L'essentiel des bâtiments sont couverts en tuile creuse et en tuile mécanique. Seuls quelques exemples sont en ardoise ou tuile plate.

Typologies maison individuelle, maison de maître, maison de notable, maison de ville simple, maison de ville bourgeoise, ferme-bloc allongée, ferme dissociée
Toits tuile creuse, tuile mécanique, tuile plate, ardoise
Murs brique
enduit
moellon
pan de bois
pierre de taille
Décompte des œuvres bâti INSEE 486
repérées 22
étudiées 3

Références documentaires

Documents figurés
  • Carte de Belleyme, planche n°21, 1762-1783.

  • A.D. Dordogne. Plan cadastral napoléonien du Pizou. Dessin et encre sur papier, s.d.

    Archives départementales de la Dordogne : 3 P 3 3683- 3 P 3 3707
  • IGN. Carte topographique de la France à 1/50 000 : Montpon-Ménestérol. Série orange, feuille 1735. 2e éd., Paris, IGN, cop. 1981.

Liens web

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Conseil départemental de la Dordogne - Marabout Vincent - Pagazani Xavier - Provost Marion