Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maison

Dossier IA24003017 réalisé en 2012

Fiche

Dossiers de synthèse

Dénominations maison
Aire d'étude et canton Monpazier (commune) - Monpazier
Adresse Commune : Monpazier
Adresse : 25 rue Saint-Jacques
Cadastre : 1845 SU 573 à 576 ; 1986 AC 117

Les arcs brisés qui soutiennent les élévations du couvert signalent que la construction de l'édifice remonte au Moyen Âge. Aucun autre indice n'accrédite cette datation : la grande fenêtre percée à l'étage de la façade est (côté place) date de la seconde moitié du 16e siècle ; elle a été modifiée à la fin du 17e ou au 18e siècle par l'ajout d'un imposant balcon. L'élévation ouest (côté "carreyrou") ne présente pas d'ouvertures antérieures au 19e siècle.

Période(s) Principale : Moyen Age
Secondaire : 2e moitié 16e siècle
Secondaire : limite 17e siècle 18e siècle
Secondaire : 19e siècle

L'édifice fait partie d'un "moulon" attenant à la place des Cornières. Il est augmenté d'un couvert, qui enjambe la rue Saint-Jacques, et respecte le parcellaire médiéval ; seule l'androne nord a été absorbée. La maison est constituée de deux bâtiments, séparés par une cour intérieure qui occupe toute la largeur de la parcelle.

Le bâtiment côté est dispose d'une belle façade tournée vers la place. La maçonnerie, constituée initialement d'un moyen appareil de pierres de taille soigneusement assisé, a fait l'objet de plusieurs reprises en sous-œuvre à l'aide de blocs de calcaire jaune. De grands arcs brisés constituent les trois faces du rez-de-chaussée du couvert ; au nord, il est commun avec l'arc de la maison voisine. L'étage est percé en son centre d'une grande baie précédée d'un large balcon reposant sur trois consoles. Avant d'être transformée en porte, la baie était une fenêtre à l'encadrement très soigné : des pilastres, désormais bûchés, habillaient les piédroits ; l'entablement superpose l'extrémité d'une colonnette cannelée engagée, une architrave moulurée, un bandeau et une corniche dont le larmier est découpé de denticules. Au niveau du comble, un réglet doté de congés dessine le pourtour du jour rectangulaire.

Le bâtiment ouest, plus petit, est tourné vers le "carreyrou". Un étage de soubassement rattrape le dénivelé existant avec la partie antérieure de l'édifice. L'élévation est percée de grandes fenêtres rectangulaires.

Murs calcaire moyen appareil
calcaire moellon enduit
Toit tuile creuse, tuile plate
Étages étage de soubassement, 1 étage carré, comble à surcroît
Couvertures toit à longs pans croupe
toit à deux pans
Statut de la propriété propriété d'une personne privée
Protections classé MH, 1904/12/21
Précisions sur la protection

Façade et galerie couverte (A 576) : classement par arrêté du 21 décembre 1904.

Références documentaires

Bibliographie
  • L'HONNEUR R. (docteur). Monpazier : logis, gens et faits d'autrefois. Monpazier : s.d. [vers 1950].

  • OUDIN Philippe. Etude préalable : restauration du bâti architectural des immeubles situés autour de la place des Cornières. 2003, 2 vol.

  • PONS Jacques. La bastide de Monpazier : Document final de synthèse : la bastide de Monpazier. 1997, 2 vol.

Périodiques
  • GARRIGOU-GRANDCHAMP Pierre. "L'architecture domestique des bastides périgourdines". Congrès archéologique de France, 1998.

(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Commune de Monpazier - Quost Baptiste