Logo =Inventaire Général du Patrimoine Culturel - Retour à l'accueil

Maison

Dossier IA24003046 réalisé en 2014

Fiche

Dossiers de synthèse

Dénominations maison
Aire d'étude et canton Monpazier (commune) - Monpazier
Adresse Commune : Monpazier
Adresse : 36 rue Notre-Dame
Cadastre : 1845 SU 330, 332, 342, 343 ; 1986 AC 443

Le plan cadastral de 1845 présente une situation très différente de celle visible aujourd'hui. Au milieu du 19e siècle, aucun jardin n'existe à l'angle des rues Notre-Dame et de la Clarté : cette zone du "moulon" est bâtie, mais une cour est en revanche aménagée côté "carreyrou" selon une orientation est-ouest.

Tout cet ensemble est profondément réaménagé à la fin du 19e siècle (en 1893-94, d'après le registre des augmentations et diminutions) : la partie de l'édifice alignée sur la rue Notre-Dame est complètement détruite en 1893 au profit d'un nouvelle maison ; le jardin d'angle est alors créé, tandis que côté "carreyrou", l'aile nord-est initiale est remplacée par une cour intérieure et une petite construction implantées différemment. Enfin, le bâtiment voisin, au nord, est partiellement incorporé à l'ensemble, dont il devient une remise. Le logis nouveau héberge au rez-de-chaussée une étude de notaire.

Période(s) Principale : 4e quart 19e siècle
Dates 1893, daté par source

L'édifice fait partie du "moulon" qui jouxte l'église, délimité par les rues Notre-Dame et Saint-Joseph. Il est composé d'un logis, bordé au sud-ouest par un jardin clôt, et de dépendances rapportées au nord et à l'est. Une petite cour intérieure, tournée vers le "carreyrou", complète cet ensemble.

Le logis

Le logis, légèrement surélevé, est un bel exemple de l'habitat construit dans la bastide au début du 20e siècle : les élévations sont rythmées de dosserets (aux angles, au centre) et de bandeaux ; les baies sont rigoureusement alignées en travées, depuis les jours du sous-sol jusqu'à ceux du comble à surcroît. Signe d'une reprise en sous-œuvre, la partie basse des élévations sud et ouest ont un traitement architectural légèrement différent du reste de la maison : chaînage d'angle plutôt que dosseret, type de pierre différent. Curieusement, et malgré l'apparente homogénéité de la façade, les fenêtres adoptent des styles différents selon leur emplacement : arc segmentaire, linteau en plate-bande, sans qu'on puisse rattacher cela à des campagnes de construction différentes. L'accès est aménagé au sud, sous la forme d'un petit perron protégé par une marquise. A l'intérieur, au rez-de-chaussée comme à l'étage, les pièces sont réparties autour d'un couloir central terminé au nord par un escalier.

Les dépendances

Le petit bâtiment qui longe le "carreyou" et contribue à délimiter la cour intérieure semble contemporain du logis, dont il devait abriter des activités annexes. Le bâtiment nord est en revanche plus intéressant : il conserve quelques corbeaux situant le niveau d'implantation d'un premier plancher et de belles maçonneries constituant son mur nord (visible depuis la cour intérieure voisine), qui permettent de rapprocher son architecture de celle visible dans plusieurs maisons médiévales du bourg.

Murs calcaire moellon enduit partiel
Toit tuile mécanique
Étages sous-sol, rez-de-chaussée surélevé, 1 étage carré, comble à surcroît
Élévations extérieures élévation à travées
Couvertures toit à longs pans croupe
Statut de la propriété propriété d'une personne privée
(c) Région Nouvelle-Aquitaine, Inventaire général du patrimoine culturel ; (c) Commune de Monpazier - Quost Baptiste